Skip to Content

Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Dernière contribution

639 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de nexy
En ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15685
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Dans le 3 pour la santé y avait plusieurs barres, si on perd une barre ou plusieurs en entier, la vie ne pouvait pas remonter mais juste jusqu'a la barre entamer (donc exclu celles complétement vidé), il fallait les soins (seringues) pour remonter a fond.

Citation:
le 4 est en bundle avec primal sur les promo du psn la.

Citation:
Non Vaas c'était pas voulu Ubisoft

Mode Hooper "Aaaaaaaah d'accooooooooord"

Umbasa du coup c'est un double échec, dans le 3 Ubi passe a coté par hasard (dur a croire quand même, ça saute aux yeux pourtant ^^), dans le 4 il te le pointe "c'est lui la, lui" ^^.

Au moins dans le 5 ça parait évident ^^.

Edité par nexy le 08/04/2018 - 23:23

Portrait de nexy
En ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15685
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Editeur(s)/Développeur(s): Nintendo
Sortie France : 12 Juillet 2013
Genre(s) : RPG
Classification : +3 ans
Mode(s) : Jouable en solo

Excellent RPG ou aventure insipide?

Ce n'est pas mon premier Mario RPG mais je n’étais jamais un grand fan du coup j'ai tenté de redécouvrir cette série sur 3DS dans lequel Luigi est mis en avant, après une intro sympathique il arrive malheur et c'est a Mario et Luigi de traverser tout un nouveau monde unique qui enrichie la background Nintendo, je vais pas m'en plaindre quand ça arrive et je me suis donc plongé dans l'aventure et Luigi dans les rêves de ce monde mystérieux de l'île Koussinos.

Ayant joué le jeu sur 2DS et 3DS XL je peux dire que chacune a son avantage et inconvenant, la 2DS a un écran plus petit donc l'image est plus belle, sur le modèle XL c'est plus agreable notamment a l'aspect de profondeur de la MD mais on y voit de l'aliasing comme d'habitude surtout lors des phases grand (phases dans lesquelles dans le monde onirique Luigi grossi et il faudra mettre la console de coté qui se joue essentiellement aux QTE et au Gyroscope).

Niveau maniabilité il n'y a aucun souci, pas mal de capacité hors combat intuitivement retranscrite et en combat même si c'est du tour par tour, il n'est pas passif quand c'est notre tour, un timing a respecter pour faire plus de dégâts ou des combinaisons a effectuer, quand c'est le tour de l'ennemi a nous d'esquiver dans le bon timing en appuyant des touches ou en se déplaçant en profondeur.

Les phases grand si au début elles sont sympa parce que facile, a la fin c'est n'est plus le cas, ça devient difficile et le gyro ne répond pas toujours présent mais c'est surtout des phases qui s’éternisent parce que pour notre un tour l'ennemi en fait 5 ou il faut éviter en faisant des actions qui ne sont pas toujours intuitive, et si l'on meurt plus qu'a recommencer la chorographie, des phases vous l'aurez compris que j'ai pas trop apprécier.

L’aspect RPG est présent a plusieurs niveaux, comme dans les RPG traditionnels on peut s’équiper, habit, bottes, marteau, avec des stats différentes mais qui arrivé a un certain niveau du jeu se recyclent mais sont plus puissant ou avec la même stat mais en plus puissant, mais sont assez divers pour pas sentir la redondance, en progressant on peut augmenter de niveau donc a chaque niveau les stats augmentent puis on a une roulette de 1 a 5 en choisissant entre 5 capacité, attaque, défense, vitesse etc, et chaque 10 level on a des capacités unique a choisir parmi un large choix mais seulement 5 sont possible donc il faut bien choisir car il n'y a pas de retour possible.

Outre l'habituel Bowser qui dans cet épisode a un traitement plus sympathique que habituellement, on le prend plus au sérieux mais ça reste quand même Bowser, on a son nouveau acolyte que je vous laisse découvrir qui a également un traitement très sympathique, et les ennemis de monde de Mario habituels qui eux sont plutôt fidèles a eux même.

J'ai mis 50 heures pour en arriver a bout et si ça peut paraitre génial dit comme ça, ce n'est pas toujours le cas, parce que le jeu est long, beaucoup trop long, il se rénove pas assez pour s'allonger autant, c'est des discussions et des discours et des fais moi ci ou ça pendant des heures et qui ne finissent jamais tout en nous disant "plus que ça a faire" toutes les 5 heures, et des combats de boss qui atteignent 30 minutes.

Alors vous l'aurez compris pour résumer ce jeu, c'est un excellent jeu gâché par son envie de faire durer le plaisir mais ça fait effet inverse car arrivé un moment on en peut plus et on a envie que ça s’arrête (comme MGS5 dans un autre genre) donc il faut s’accrocher ou aimer quand on radote pour parvenir au bout.

8/10 Trés bon.

Edité par nexy le 15/04/2018 - 12:53

Portrait de yas94bis
Hors ligne
A rejoint: 30 avril 2014
Contributions: 320
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

GTA IV, un GTA atypique et unique

Ah les GTA, sûrement une des séries de jeu vidéo les plus connue et les plus emblématiques du grand public, valsant entre polémique diverses et accusation multiples, quitte parfois même à ce retrouvé au tribunal (souvenez-vous de la fameuse polémique avec GTA Vice city). Malgré tout, les qualités de la série de chez Rockstars sont indéniables, GTA, c’est surtout du fun et des open world très immersif, mais également une satire de l’Amérique, pays aux multiples facettes et emplie de contradictions.

C’est en 2008 que sort le jeu, à cette époque, j’hésitais vraiment à l’acheter, autant, j’avais apprécié ses prédécesseurs, GTA Vice City pour son coté ambiance année 80, ses musiques (une bande son de gros psychopathe), mais également pour les nombreuses références à Scarface. GTA San Andreas, lui aussi, j’ai bien aimé, un environnement gigantesque, du jamais vue sur PS2, mais surtout du fun, du fun, et encore du fun, avec beaucoup de possibilités dans le choix des véhicules, dans la gestion du personnage, ainsi que dans les missions qui était par moment complètement WTF. En revanche, un scénario trop prévisible dans cet épisode, et surtout un personnage que je n’ai pas trouvé réellement intéressant, c’est dommage.

GTA IV, en voyant les trailers je ne savais pas trop à quoi m’attendre, le retour à Liberty City, ne m’enchantait guère, même si les graphismes m’avaient grandement donné envie de l’acquérir. Enfin bref, deux semaines après sa sortie et vu la hype qu’il y avait autour, je décide de me le procurer.

Le cauchemar américain

Première seconde du jeu, on assiste à une séance de SM, un bateau débarque dans le port de Liberty City, ville lumière, très largement inspirée de New-York, Niko et son compagnon de route, enfin arrivée à destination, discute de leurs projets et de leurs ambitions futures, les 2 partent optimiste, plus ou moins….

´´HEY NIKOOOOOO MY COUSINNNNN´´, c’est comme ça que vous accueil Roman, le cousin de Niko, un gentil garçon dote d’un optimisme à toute épreuve, qui au passage a fait miroitée à son cousin qu’ici, on mène la grande vie, fille sexy, voiture de luxe, villa de rêve, boite de nuits et champagne chaque soir… Rien n’est réelle, Roman habite dans un veille appartement, et dirige une société de taxi au bord de la faillite, il a également la fâcheuse tendance a joué chez des bookmakers clandestins auxquels il doit beaucoup d’argent…

Bref, dès le début Niko débarque dans un univers malsain où il sera contraint d’évoluer afin d’atteindre ses objectifs et sauvé son cousin de ses malfaiteurs (le scénario laisse bien des surprises au fur et à mesure de l’aventure)
L’ambiance du jeu et directement posée et très immersive, la ville est loin d’être accueillante, un amas de structure grise et gigantesque, une jungle de béton dans laquelle on devra évoluer afin de découvrir certaines vérités et améliorer la vie de ses proches.

Niko, un homme mystérieux

Niko change radicalement par rapport aux autres héros de la série, première chose frappante, son visage, oui Niko Bellic est laid, un gros appendice au milieu du visage qui lui sert de nez, une mâchoire imposante, un front dégarni, des oreilles décollés, puis un accent serbe très prononce mixée avec une voix lancinante, pas réellement sexy le garçon, et même en lui mettant un smoking, sincèrement, ça n’arrange pas l’affaire.

Néanmoins, on sent que c’est un homme qui a du vécu, il ne s’ouvre pas facilement, plus doué pour agir que pour parler, en relation constante avec des personnes dangereuse, il fait ce qu’on lui demande du moment qu’on le paie ou qu’on lui donne ce qu’il a demandé. C’est un tueur au sang-froid, sans réel emphatie pour ses ennemies, pour lui, ce sont des contrats à remplir, rien d’autre. Son destin est scellé et il n’a pas le moindre remord, son passé parle pour lui, il est sombre et sanglant et son futur le sera également…

Niko est sûrement le personnage le plus profond et le plus charismatique de la série, le scénario met en place une double trame bien amenée ou le protagoniste doit faire face à son passé, mais également à son futur proche, tout ça en prenant soin de ses amis et de sa famille. Vraiment une réussite de la part de Rockstar, le point fort du jeu, c’est celui-là, incontestablement.

Liberty City baby !

S’inspirant très largement de New-York, avec les différents quartiers de la big Apple qu’on pourra plus ou moins reconnaître à travers le jeu. L’ambiance est parfaitement maîtrisée et immersive, et on ressent parfaitement le fameux melting pot à l’Américaine. En effet, on retrouve beaucoup de communautés dans cette ville, jamaïcaine, russe, albanaise, italienne, irlandaise, afro-américaine, des WASPS tantôt policiers véreux, tantôt biker dealer de méthamphétamine, arabe et juif. La majorité de ces communautés se fréquente très rarement et c’est principalement Niko qui fera le lien entre elles. Le background culturel est très riche, on oscille entre les différents accents et manières de faire de chaque communauté, ce qui donne un certain charme à la ville et renforce un peu plus l’immersion.

Ajouté à ça des personnages haut en couleur, un accro à l’adrénaline complétement dopé à la testostérone de requin, des chef mafieux psychopathe complétement aveuglé par leurs soifs de pouvoir, un jamaïcain stone 24h/24h et bien d’autres encore. Les dialogues n’ont rien a envié aux plus grands films, ils sont somptueux et très bien écrits.
La ville est agréable à parcourir, il y a eu une grosse importance accordée aux détails, les graphismes pour l’époque était assez époustouflant. On regrettera cependant un clipping qui quelques fois est beaucoup trop exagéré, surtout quand on roule vite, mais également un aliasing par moment trop prononcé.

Gameplay, maniable ou presque….

La première prise en main est un peu déroutante, la conduite ne se fait plus aussi facilement, Rockstar a opté pour un mode de conduite plus réaliste qui contraste largement avec les précédents épisodes. Il faudra un temps d’adaptation avant de bien maîtriser la conduite, certains véhicules sont très maniables d’autre ont une maniabilité complétement médiocre, vous allez par moment en chier durant les courses-poursuites. Concernant les deux-roues ont atteint le summum du calvaire, chaque virage est un supplice, un gros point noir pour le gameplay.

Niko quant à lui se manie très bien, même si encore une fois le changement de moteur physique fait que nous avons ici des mouvements plus réalistes, le personnage est plus lourd, on ressent mieux les impacts des balles, les gunfight sont plus immersif et plus violent que les autres de la série. Cependant, le système de combat aux poings est inintéressant aux possibles.

Les missions, un cercle vicieux

La plus grande faiblesse du jeu à mon sens, au bout de la moitié du jeu, on se pose la sempiternelle question, mais où est le fun ? Les missions sont d'une répétitivité incessante, a part certaine qui sorte du lot, les autres consiste d'aller d’un point A, a un point B, gunfight, et puis retour au point B. Cet épisode est clairement l'un des moins fun qui existe et sûrement l’un des moins imaginatifs de la série, ce qui m'a fait terminer le jeu, c’est le scénario bien écrit, et les nombreux rebondissements qui s’en suivent, les personnages et l’ambiance de la ville. Très peu d’activité ou même de missions secondaires qui sont trop rare dans cet opus, l’aspect gestion a totalement était effacé, ce qui laisse peu de prédisposition à refaire le jeu (sauf pour connaître la deuxième fin)

Conclusion

Ce n’est pas le meilleur des GTA, il a des defauts qui sont par moment fatiguant à mesure qu’on avance dans le jeu. Néanmoins, j’ai l’impression que Rockstar a voulu vraiment réaliser un tournant, faire un jeu plus mature, mais également proposée sa propre histoire et sa vision du rêve américain. Le jeu est moins fun, oui c’est une évidence, mais ici Rockstar n'a pas voulu donner aux joueurs ce qu’ils attendaient, ils sont allés au plus profond de leurs idées sans à mon sens vouloir remplir un cahier des charges.
C’est un jeu à faire pour son scénario, son ambiance et également aussi pour l’un des personnages les plus charismatique de la série.

Edité par yas94bis le 18/04/2018 - 16:02
Portrait de oOToyteoOo
Hors ligne
A rejoint: 23 janvier 2017
Contributions: 188
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Personnellement, j'ai largement préféré GTA 4 au 5, je trouve sa ville plus charismatique et son scénario bien plus profond. Je le mets deuxième après GTA Vice City dans mon classement de cette licence !

Modérateur
Pixel Boy
Portrait de Chuck Chan
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 3103
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Niveau scénario, j'ai aussi préféré le 4, mais niveau gameplay et possibilités, le 5 l'enterre largement.

Tu as testé le jeu sur PS3, Xbox360 ou PC, yas ? (pour le référencement)

Edité par Chuck Chan le 18/04/2018 - 20:59

Portrait de yas94bis
Hors ligne
A rejoint: 30 avril 2014
Contributions: 320
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Je l'ai fait sur PS3 Chuck, et bien d'accord pour le coup, en termes de Gameplay le 5 est bien supérieur, pas trop compliqué en même tant de faire mieux loul.

Portrait de nexy
En ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15685
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Editeur(s)/Développeur(s): Nintendo|HAL Laboratory
Sortie France : 16 Mai 2014
Genre(s): Plate-Forme
Classification: +7 ans
Nombre maximum de joueurs : Jusqu'à quatre joueurs en mode Combats

Que vaut Kirby Triple Deluxe sur 3DS alors que Star Allies vient de sortir sur Switch tout récemment boudé par son manque de chalenge et est il de la même trempe qu'un Yoshi, juste tout mignon pour les plus jeunes?

Au début il y a 3 modes de débloqués, le mode Aventure classique, a partir duquel le chalenge vient dans le dernier tiers du jeu, la première partie ne vous posera pas trop de soucis, la plateforme n'est pas exigeante, au dernier tiers ça remonte un peu quand même surtout si on veut trouver tous les secrets et les boss sont intéressant faut pas s’étonner d'y laisser quelques vies, on a une barre de vie, ils ont une barre de vie avec leurs paterns selon la difficulté (voir de sous), le meilleur gagne que demande le peuple, vers la fin ça devient un peu dark mais on retombe dans le niais, c'est le monde des rêves quand même.

Un mode musicale ou rythme "TamTam Dadidou" qui demande de sauter dans le bon timing.

Un mode Melee qui consiste avec l'un des 10 pouvoirs de Kirby de faire des combats contre d'autres Kirby en timé, parfois 2 ou 3 a la fois, pour les fans de Smash, l'idée y est surtout avec les différents pouvoirs a choisir au début et le timer pour dire avec lequel on est le plus rapide.

Puis une fois le mode aventure fini on débloque 2 autres modes, Boss Rush dans lequel on a le choix a "24 pouvoirs différents" présent tout le long de l'aventure, on dirait pas mais y en a bien 24 de différents, le mode en lui même c’est des Boss a la chaine en timé.

Et un dernier "Aventure de Dadidou" on contrôle le personnage qu'on sauve connu de Kirby qui a un marteau et des techniques spéciales selon la combinaison de touche, on refait le mode Aventure classique, une sorte de speed run et comme on connait tout on rush avec moins de soins mais en timé et en enchainant les niveaux et les Boss DX, plus puissants, plus rapides, endurants, plus de paterns, a prime a bord ça peut sembler sans plus mais en pratique c'est bien, j'en suis le premier étonné d'ailleurs, les affronter de cette façon la m'est beaucoup plus sympathique qu'un mode boss rush que je n'aime pas, une phobie surement des jeux a l'ancienne qui en dernier niveaux te mettaient tous les boss avant le dernier sans les check points, j'en ai souffert plus d'une fois mais c'est pas très difficile non plus, c'est un peu a l'image de la seconde run de Castlevania après une première run classique.

Finir l'aventure principale ne nous demandera pas plus de 6 heures a part si on est fan de complétion et qu'on veut tout débloquer, et le mode Dadidou qui s'apparente a une sorte de speedrun dans les 3 heures, si je prend en compte que durant 1 heure j'ai testé les autres modes, on en a grosso modo pour 10 heures de jeu ce qui n'est pas trop mal.

J'ai joué le mode aventure sur 2DS est c'etait agreable, puis j'ai fait le mode Dadidou avec la 3DS, évidement comme l’écran est plus grand c'est un peu moins jolie et fait un peu plus mal aux mains mais la profondeur du mode 3D apporte quelque chose surtout quand on joue sur 2 plans a l'image de Donkey Kong Country Returns.

Kirby Triple Deluxe était sympa mais a partir du dernier tiers du mode aventure ou le chalenge pointe le bout du nez et puis le mode Dadidou sur lequel je comptais pas beaucoup se relève plus agreable a jouer que le jeu de base, en tout les cas ce Kirby est remonté dans mon estime, moi qui m’attendais a un truc vite fait c’est quand même plus intéressant que Yoshi's New Island et les boss plus intéressants que ceux de Donkey Kong Country Returns ce qui n'est pas rien.

7/10 Bon

Portrait de nexy
En ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15685
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Editeur(s)/Développeur(s): Ubisoft
Sortie France : 17 Décembre 2013
Genre(s): Action|Aventure
Classification: +18 ans
Mode(s): Jouable en solo

En ces temps de jeux lié a la piraterie, a défaut de jouer a Sea of Thieves je me suis dit pourquoi ne pas faire l'extension stand alone trouvé a un prix dérisoire de Black Flag que j'avais plutôt bien aimé a part la meta histoire.

Alors le jeu nous lance directement en mer lors d'une tempête en tant qu'assassin en possession d'un objet important a livrer et ça tourne au drame, une entré en matière qui historiquement peut avoir un intérêt mais ludiquement c'etait assez pérave, alors on débarque sur une rive occupé par les Français ou on doit aller voir une personne importante qui nous expliquera les tenants et les aboutissants de notre présence ici, ne vous attendez pas a une quelconque métahistoire ici, y en a pas, est ce un mal au vu de sa qualité dernièrement? je vous laisse juge.

Le surface jouable en ouvrant la carte fait croire a une vaste partie, mais c'est juste une impression, parce que de réellement jouable avec des choses a faire y a juste cette rive ou l'on débarque, le reste de la carte en grande partie c'est la mer qui aussi a son importance (pour les batailles navales) mais les autres lieux de la carte sont des petites iles de camps d'esclave a libérer ou pour ramasser des objets et partir car il n'y a pas grand chose a y faire.

Il y a des quêtes libres en ville "des éventements aléatoires" qui se reboot 2/3 minutes après les avoir fait (redondantes mais nécessaires) ce qui nous sort un peu du jeu, donc on peut les refaire en boucle car on doit libérer un certain nombre d'esclaves pour pouvoir augmenter nos compétences et notre équipage, et d'avoir des objets non payants, armes, munitions pour le bateau et autres consommables au cour de l'aventure avec un certain nombre d'esclaves libérés atteint, améliorer les fusils/canons plutôt efficaces et nouveau ici et le bateau pour ne pas craindre d’être coulé au premier assaut subi.

La quête principale assez courte il suffit de 4/5 heures allant de plutôt mauvais au plutôt bon selon la quête mais pas désagréable a suivre, cependant se contenter de ne faire que ça limite l’intérêt du stand alone, donc faire des quêtes secondaires et des évènements aléatoires enrichissent le contenu même si c'est redondant mais pas si désagréable pour un habitué de la série.

Les batailles navales ont toujours ce rendu agreable pour ceux qui aimaient ça dans Black Flag et ici comme on doit souvent sauver le "bateau négrier" en mer protégé de 3/4 autres bateaux, on part a chaque fois dans de longues batailles d'une certaine longueur si notre bateau n'est pas amélioré comme il faut, car c'est pas facile, surtout si on est prés d'autres bateaux qui prennent part au combat ou si on est recherché car on a trop foutu le dawa, il ne faut pas s’étonner de couler rapidement, il est aussi a noter qu'on peut croiser un groupe de navires se livrant bataille dans les quelles on peut intervenir ou s'occuper de nos affaires sans être dérangé.

Évidement comme dans Black Flag on a le choix d’affaiblir le bateau ennemi et de l'aborder pour le piller ou baiser la recherche en laissant partir les poursuivants après les avoir vaincu au combat, ou les couler ce qui augmente le taux de recherche et ramasser en surface ce qui reste du butin, le butin composé de 5 objet principaux, bois/métal pour améliorer notre bateau en augmentant sa résistance et le nombre de canons etc, et 3 objets uniquement destiné a la vente, alcool, sucre et le tissu.

Évidement que le contenu de ce stand alone n'est pas aussi élevé que dans les jeux principaux et que donc son intérêt se voit nettement amoindri mais pour celui qui a aimé Blag Flag et veut prolonger son histoire qui traite ici principalement des Français sur le continent Américain, ou tout simplement faire des batailles navales en appréciant l'horizon c'est sympa, dans le cas contraire ou si c'est juste pour faire la mission principale "Le Prix de la Liberté" (son nom Français) est très dispensable et ça ne vaut pas le coup de s’attarder sur son existence et pour la métahistoire de même car il y en a pas mais n'est ce pas finalement mieux que d'en avoir une mauvaise?

6/10 Satisfaisant si on a aimé Black Flag

Edité par nexy le 22/04/2018 - 12:27

Portrait de nexy
En ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15685
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Editeur(s)/Développeur(s): Epic Games
Sortie France : 19 Août 2009 (04 Décembre 2015 Remaster)
Genre(s) : Action
Mode(s) : Jouable en solo
Console: PS4

Un jeu qui s’apparente a un Metroid dans sa conception tout d'abord sorti en 2009 et qui a eu un accueil plutôt sympathique, en 2015 on remet les couvert mais avec des nouveautés ou pour les joueurs qui sont passé a coté?

En commence le jeu dans le rôle d'un type en combinaison dont on en sait rien dans un parti prit graphique plutôt réaliste en 3D mais qui se joue en 2D, on a juste la possibilité de tirer en profondeur dans une phase qui pourrait s’apparenter a un tuto mais a part se faire la main sur les contrôles on comprend pas grand chose de l'histoire.

Puis le jeu commence lors d'une randonné qui a mal tourné, Peach qui se fait enlever et a Mario de la retrouver, Mario étant le fils d'un homme militaire, donc quand papa est militaire le fils forcement..., et au fur et aux mesures on se rend compte qu'on est face a un nanar mais on ne sait pas trop si il est assumé mais en tous les cas il est vachement perché, si d'habitude je n'ai aucun mal avec l'humour, une VF moisie, ici ça me sortait pas mal du jeu car le curseur est placé haut, c'est dommage y avait moyen de mieux faire, a moins que ça soit assumé et encore, même si c'est assumé c'est pas terrible.

Heureusement qu'une fois ce point faible expédié et que le devs n'a pas misé dessus n'est que prétexte pour faire une sorte de Metroid avec un parti pris graphique réaliste, attention cependant le jeu reste en lui même très arcade, abordable et maniable voir permissif et tout de même moins dans les plus haut level de difficulté.

Essayez de visualiser une carte de Metroid avec des couloirs partout avec différents endroits selon la direction prise, pour autant et comme dans Metroid on est pas libre de partir dans tous les sens, y a un certain cheminement a suivre appuyé par divers rebondissements qui servent de prétexte (parfois abracadabrantesque) a la visite et aux trouvailles de différents objets dans tous les sens qui encore une fois sont indispensable pour voir le bout et d'autres moins comme étendre la vie, avoir plus de bombes etc, cependant il est a noter que contrairement a Metroid il n'y a pas vraiment de direction artistique selon l'endroit ou on se trouve mais c'est plutôt en dehors de la base, dans la base et le sous terrain.

L'inventaire contrairement a Metroid, il n'est pas possible de faire des combinaisons de tirs, mais c'est plutôt un pistolet qui en trouvant un fusil sera remplacé puis en trouvant une mitraillette sera remplacé, etc etc pour finir avec un fusil a pompe surpuissant, donc on utilise toujours la dernière arme prise, et il n'y a pas de compteurs de munitions, on pourra aussi trouvé le double saut, un grappin, courir aussi vite que Samus pour défoncer les murs etc...

Concernant l'action on peut se la jouer parfois infiltration et passer inaperçu, parfois tirer sur tout ce qui bouge, parfois foncer sur l'ennemi que ça soit en infiltration ou détecté et déclencher un cut scene en appuyant le bouton dédié au corps a corps ce qui élimine l'ennemi immédiatement, il y a parfois des énigmes qui demandent plus ou moins de réflexion est des combats de Boss.

Pour finir le jeu en allant et en visitant des lieux, donc sans rusher ni perdre du temps a rien faire on en a de 5 a 6 heures, ce qui donne autour de 60% d'objet trouvés et prés de 100% de la carte, c'est pas très long mais c'est un peu le problème de certains jeux.

Comme vous pouvez le voir c’est un Metroidvania pas trop mal mais avec le génie au moins, il nous manque la DA particulière de Metroid selon les endroits, il nous manque un peu plus de choses a gérer ou a faire des combinaisons de tirs, il nous manque une histoire aussi prenante mais tout de même Shadow Complex arrive a bien copier l'essence de ce qu'est Metroidvania et on s'amuse a visiter et a parcourir différents lieux, on cherche des solutions pour débloquer la situation et on s'amuse peu importa la manière choisi d'aborder le jeu que ça soit en infiltration ou a la Rambo, ça fonctionne mais encore sans vraiment d'identité propre.

7/10 Bon (j'ai hésité avec 6/10, mais même sans génie le jeu reste amusant et ça fonctionne)

Edité par nexy le 22/04/2018 - 22:56

Portrait de yas94bis
Hors ligne
A rejoint: 30 avril 2014
Contributions: 320
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Rayman Origins, le meilleur jeu de plateforme 2D de sa génération ?

Vous vous doutez bien que derrière cette interrogation, on peut déceler une once d’affirmation. Et pour sûr, à l’époque, j’attendais ce jeu comme un petit fou. Le retour [enfin] aux origines de la série, a ceux qui faisait l’essence même de Rayman. La mascotte emblématique d’Ubisoft enfin ressuscité, et cela, d’une bien belle manière.

Visuellement, ça claque sec

Oui le jeu est beau, très beau même, et j’aimerais même dire magnifique ! Une direction artistique maîtrisée de bout en bout, c’est un style unique qui contraste un peu avec les premiers épisodes, mais qui se démarque largement de la majorité des jeux de plateforme. Michel Ancel a vraiment fait un travail d’orfèvre avec son équipe. Les environnements sont variés, les couleurs sont chatoyantes, aucune faute de goût à ce niveau-là, un level design très réfléchi, les changements de plan dans les niveaux sont parfaitement réalisés, le design des boss et des mobs colle parfaitement à l’univers déjanté du jeu. Pas grand-chose à dire là-dessus, le jeu est juste sublime et atteint presque le zéro défaut.

OST, orgasmes auditifs

Sincèrement, la bande son est pour ma part assez exceptionnel, en effet, nous avons là des productions très bien choisie qui colle parfaitement à l’univers. D’ailleurs je trouve ça assez fort de leur part étant donné que ce sont ici que des productions originales, et ouais, aucun remix des thèmes des anciens Rayman, Ubisoft n’as pas voulue jouer la carte de la nostalgie, chose qui est souvent récurrente dans ce genre de jeux qui ont un passif assez important. Ils sont allés au bout de leurs idées, et ils ont eu bien raison. Joli boulot.

Gameplay jouissif et fluide

Au début du jeu, on est assez limité en termes de Gameplay, mais au fur et à mesure qu’on avance dans les niveaux on débloque de nouveau mouvement, le gameplay s’enrichie en avançant dans le jeu. C’est plutôt malin de la part des développeurs, ça évite la monotonie et de s’accoutumer trop rapidement au jeu. Car oui, le Gameplay est très varié, les différents mouvements vont nous servir tout au long de l’aventure, de plus, Rayman se contrôle très facilement, on fait ce qu’on veut avec lui, et surtout, nous avons ici une fluidité exemplaire, avec un 60 FPS a toute patate.

Bref, gameplay efficace, très facile à prendre en main, avec un aspect évolutif très sympa qui empêche une certaine répétitivité d’action.

Une difficulté maitriser et un challenge au rendez vous

Nous avons ici une difficulté progressive, autant les premiers niveaux sont très faciles, autant les derniers demande beaucoup de technique et de doigté, c’est d’ailleurs à ce moment qu’on se rend de la richesse de ce gameplay. Donc attendez-vous à avoir à certains moments de la progression par l’échec, il y a parfois des moments où vous aller mourir 10 fois avant de franchir un passage, est-ce frustrant pour autant ? Non pas du tout, ça nous pousse à retenter et à réussir, pour la bonne et simple est bonne raison que le gameplay est bien foutue. D’ailleurs, le tout dernier niveau ou la difficulté est à son paroxysme est assez représentatif de cela, personnellement j’ai dû le recommencer une cinquantaine de fois avant de réussir complètement, le temps de maîtriser les sauts et les différents mouv a la perfection.

Les nombreux défis comme le time attack ou même récupérer tous les lums sont des challenges très intéressant et très jouissif à réaliser, ça demande de la recherche, de la technique, et surtout aucune erreur. Gros point fort également pour la re-jouabilité, on reviendra souvent dans les niveaux afin de remplir les différents défis.

Le mode coop, fun et bien fait

J’avais fait le mode coop avec mon frère et ont c’étaient tellement amuser, tantôt en se mettant des bâtons dans les roues, tantôt en s’aidant. Vraiment, une plus-value apportée au titre, qui prolonge le plaisir de jeu a plusieurs. De plus, notée qu’il n’y a aucun ralentissement, le jeu reste entièrement fluide.

Conclusion

Rayman origins marque le retour en puissance de la série, mais également un certain renouveau, c’est un excellent jeu de plateforme, et peut être [pour moi, c’est sûr] le meilleur jeu de plateforme sur cette génération de console. Son successeur Rayman Legend sera de la même veine, et par certains aspects meilleurs que le premier.

Néanmoins, j’ai encore cette impression que le jeu n’est pas reconnu à sa juste valeur, peut-être trop sous-estimé est sûrement mise à l’écart par un certain DK returns qui a fait beaucoup plus de bruit que lui à l’époque et qui est sorti initialement à quelques semaines d’intervalle.


Edité par yas94bis le 25/04/2018 - 15:21