Skip to Content

Banjo Kazooie (13/13)

Le Final de Banjo Kazooie !

114 Commentaires

Portrait de Umbasa

Ah y'a juste les notes bon ça va c'est pas la mort non plus, en tout cas merci pour les précision au top Flex-o comme d'hab. ^^


Portrait de Rudolf

@Umbasa : Il y a aussi les Jinjos qui sont rebootés si tu meurs ou que tu quittes le niveau. Donc oui, sur N64, c'était plus compliqué de choper toutes les notes dans un niveau comme la Baie du Rusty Bucket où il est très facile de mourir. ^^


Portrait de Umbasa

Ah les jinjos aussi, ahahaha fourberie. XD

Merci Rufolf. ^^


Portrait de Kichnifou

Cela faisait longtemps que je n'avais pas regardé des vidéos entière de toi gros ours, et encore moins une épopée complète, et je ne suis pas mécontent de l'avoir fait !

Je suis nostalgique du temps où je regardais tes vidéos, et je me dis que tant que tu poursuis encore aujourd'hui, je me dis autant que je continue à te suivre plutôt que d'avoir des regret plus tard ;]

Je n'avais touché que quelques minutes à ce jeu sur la N64 d'une connaissance, mais jamais je n'avais pu autant le fouiller que ce tu as fais là, et j'ai vraiment adoré cette aventure.
Cela me rappelle les nombreux jeux que j'ai fais dans ma jeunesse, où je passait un temps monstrueux à tout chercher.

Je le fais encore aujourd'hui, mais comment dire... ça me gave, je n'ai plus de plaisir à tout fouiller.
Et j'ai compris pourquoi.
C'est parce qu'avant, déjà, les jeux étaient plutôt simpliste, ou du moins, ils allaient droit au but, et ce qui avait à chercher offrait vraiment une grosse valeur au jeu (que ce soit dans des spyro, crash, etc) et cela se vérifie encore dans ce jeu avec les bonus débloqué à la fin.
Mais aussi, c'est parce que avant, il n'y avait pas autant de jeu qu'aujourd'hui.

Aujourd'hui, on est surplombé de jeu. Le problème, c'est qu'à peine tu as commencé à tout chercher dans un jeu, un autre sort, tu es happé par lui, et au final tu délaisse l'autre.
C'est comme la bouffe, il y a de la surconsommation dans le jeu vidéo, et on ne les apprécient plus à leur juste valeur.

Même avec la meilleure volonté du monde, même en ne m'achetant qu'un seul jeu et en me disant que je n'en rachèterai pas avec de l'avoir terminé complètement, je n'y arrive pas, car l'envie n'est plus présente, je me dis "à quoi bon ?" après tout, quand on aura fini le jeu à 100%, quelles seront les récompenses ? Et à quoi bon s'il n'y a personne envers qui se "vanter" de l'avoir fait ou que des soluces présente à foisons sur le net te ruine ce plaisir ?

C'est bien ça le problème, il n'y a plus aucune raison de finir un jeu à 100%
Avant, c'était rare, et c'était bonifiant quand tu disait l'avoir fais.

Je ne dis pas "c'était mieux avant", mais plutôt que c'est différent, voilà tout.
Ton épopée m'a remémorée ces souvenirs d'enfance, et j'ai pris un réel plaisir à y replonger.

Alors pour cela, merci Hooper !


Portrait de MaKuN

Ce jeu a vraiment un petit truc en plus, des années après il est toujours aussi prenant et amusant. Ce jeu de l'oie est une sacré bonne idée n’empêche, les questions sont ni trop simples ni trop durs à part certaines où y'a pas d'autre choix que de répondre au pif mais les joker sont là pour se débarrasser des têtes de mort, quand tu as voulu être courageux tu l'as payé cash ^^

En tout cas je trouvais cool que les joueurs qui ont pris la peine de réunir un max de pièce et de note soient récompensés avec des petits bonus. Le double alvéole est complétement insane !

Pour le boss final la partie où elle te zerg en boucle est assez chaude je m'en rappelais pas trop, vive le Jinjonator !!! XD

Ca serait un plaisir de te voir faire Banjo Tooie en tout cas, comme toi j'ai très peu de souvenir de ce jeu alors que je l'ai fait à peu près à la même époque.


Portrait de Monsieur Patate

36:12 « C’est impossible si on le fait normalement. »
Non. Avec les coups de bec dans les airs (« attaque coups de bec » ? Je ne suis pas sûr du nom de celle-là) utilisée de manière systématique, on peut éliminer une abeille à chaque fois, ce qui suffit ; il faut être coordonné (rythme) et tout le temps en mouvement pour ne pas se faire toucher.

44:45 Extrêmement dommage : la séquence où on se rend compte que

Révélation
est donc ici passée à la trappe… ._.

45:40 Si : ce chaudron sert à éviter d’avoir à retraverser tout le plateau.
Petite attention bienvenue de la part des concepteurs du jeu. :)

Concernant Banjo-Tooie : et voilà, Hooper avoue (vers la fin et avant) que c’était des conditions personnelles subjectives qui ont grandement influencé son point de vue sur le jeu… Cela aurait été bien de le dire tout de suite, parce qu’encore une fois, les gens qui auront entendu l’avis vers les première vidéos se seront dit que Banjo-Tooie est suspect voire moins bien ; ce n’est pourtant pas le cas.
Il faut vraiment penser à faire attention à ce qui est dit, quitte à ajouter une remarque en texte au montage après ; ça ne coûte rien et évitera bien des malentendus intempestifs à l’avenir. :)

Pour information, si je ne me trompe pas, il me semble bien qu’une fois Gruntilda vaincue,

Révélation
.


Portrait de DoctorMickeyHouse


Portrait de Jhuw

Là ou on avait des reviews assez courtes sur des jeux que tu aimais, là c'était vraiment cool en épopée
La foule en redemande ^^


Portrait de quenthi

Merci Hooper pour cette Epopée ! C'est un jeu que je ne connaissait que de nom et le découvrir à la sauce Hooper était un réel plaisir.

Pour ma part j'ai trouvé le jeu agréable à suivre et des Epopées sur ses suites me tenterait bien !

Sinon en ce qui concerne cette dernière partie, le petit jeu de l'oie était aussi surprenant que dur je trouve. Pareil pour le boss final qui devait super chaud à l'époque si t'avait la manette N64 et seulement ta barre de vie. Bravo à toi Hooper ! ^^

Donc encore merci pour cette Epopée rétro, je crois que c'est ce que je préfère car te voir redécouvrir un jeu est assez marrant ! ;-)


Portrait de VT_Kilarn

Magnifique épopée Hooper. Bravo.

Il faut en faire plus des comme ça ;)


Portrait de arctarus17

Une bien bonne épopée.


Portrait de derwich

Quel jeu ! Quelle épopée ! Il est fou de constater comme à chaque seconde de cette dernière, la passion transpire du Gros Ours (en même temps il est plus dans le bain quand il dirige son ater ego) et nous fait partager ce moment de pur bonheur. Voici ce qui caractérise ce que l'on appelle communément par chez nous, un "vidéo testeur" ou un Dailymotionneur si on veut... et ça n'a pas été très fréquent dans l'histoire d'internet.

Ici, exit la famille Grouchard (oui, elle traumatise), et jourbon à Banjo et son poto Kazooie. Autant le dire d'emblée, ce jeu est une féerie qui réinvente le jeu de genre de la plateforme et de la collecte d'items. Forcément rebuté, au début à l'idée de se retrouver en face d'un sous Mario 64 like, le constat force le respect, le titre en question pourrait presque se faire voler la vedette par son concurrent Britannique. Outre les (excellents) exemples énoncés par Hoopy, pour comparer les deux jeux

Spoiler
on a vraiment des univers concordants et similaires, ainsi que pour le gameplay et le corps du jeu. Certes notre ami Banjo n'a rien inventé, mais il embelli et procède à autant à son auto avènement comme à celui des jeux de plateformes. Les phases de gameplay sont ultra maîtrisées, les thématiques de niveaux particulièrement variées, la durée de vie force le respect, malgré le lifting de cette version qui du coup date de près de 10 ans, on distingue la qualité impériale des graphismes et distance d'affichage du jeu de base. Un soufflet monumental dans l’œil sachant qu'il a vu le jour il y a quasiment 20 ans. Techniquement, c'est le top, artistiquement, c'est un summum.
Mais ce qui frappe avec le plus de puissance, c'est l'âme du jeu. Même sans avoir joué à ce jeu à l'époque, on ressent l'essence d'un bonheur insatiable. Déjà qu'en temps normal, la nostalgie déstructure infiniment les relations par rapport à l'art vidéo ludique, mais quand il s'agit de ce genre d'expérience à l'ambiance magnifique, ça doit être frissons land à un point rarement égalé et en ce sens que comprend bien l'Ours ! La DA, le level design, les idées d'architectures, même la narration, bref, tout ce qui concerne la richesse visuelle esthétique du jeu sidère. Le tout, pas loupé par une grande BO,
Spoiler
souvent composée de la même piste, revisitée selon les environnements, événements, saisons. Elle dessert l'ambiance et donne presque à elle seule vie au jeu. Grâce à la splendeur de l'étincelle de cette "vie" inhérente à Banjo Kazooie, le cœur de l'oeuvre qui, de base est d'une simplicité phénoménale, en ressort magnifiée et fait de cet objet de départ, une idée de voyage inoubliable faisant non seulement perdre la facette très quelconque de ce genre, mais lui fait pousser des ailes. C'est par elle, en cherchant des pièces de puzzle, des jinjos, des notes de musique, que le joueur peut réellement s'imprégner de sa magie. Un autre type de jeu aurai ici, mal été choisi. Même les dialogues font mouches, les blagues des persos principaux, fusent et c'est excellent, celles de Grunty sont les meilleures avec la bonne idée de la faire parler un rimes, renforçant l'aspect de conte du jeu (partie de l'explication de sa magie). Enfin, certains tours de forces viennent ponctuer le récit, déjà assez saisissant. Ici, rien est prévisible (encore moins les transformations !) et tout abonde d'une forte quantité de surprises qui émerveillent. Prenons simplement des idées, rarement utilisées ailleurs (c'est pas bien les enfants) comme
Spoiler
La seule crainte que j'avais résidait sur la qualité du boss final, au début mou du genou, mais qui se révèle lors de son
Spoiler
c'est en fait le perfect ! Elle est géniale. La difficulté est elle aussi dosée à la perfection.

On savait que la différence avec sa suite psychologique sortie cette année allait piquer les gros yeux. C'est pire. Que les anciens de Rare aient conçu un jeu d'une telle trempe, fait diablement regretter cette tâche de Yooka Laid Laid (Ludwig DeLarge™, toutes marques déposées). Ils ont sabordé leur mythe avec ce sous, sous ersatz d'un Banjo like, que même le gameplay, développé 20 ans plus tard, semble avoir refoulé. Quelle incurie, manques d'idées, grossièreté, facilité de mises en scène, insupportabilité en tous points. Quelle tristesse.

Il ne reste plus qu'à encore bien remercier notre Banjo à nous, qui nous fait découvrir ces jeux enivrants. Grâce à lui, pour des personnes, qui, comme moi sont trop "jeunes" pour avoir joué à de tels jeux, ces épopées/let's play, sont la route royale de leur connaissance, avec les anecdotes d'antan (oui, 98 c'est très vieux) qui aident mieux à percevoir les tenants et aboutissants des bouzins, l'état d'esprit et les différentes sensibilités des joueurs de l'époque. Toutes ces expériences sont relayées par le Hooper, ce passeur du savoir ! Même si on ne joue pas ou presque plus aux jeux vidéos, le Hoopy nous fait partager sa culture vidéo ludique avec toujours autant de cette passion qui donne le sourire (et inutile de vous dire que c'est Rare aujourd'hui... Pardonnez-moi pour ce calembour).
Pour la suite, s'imposent avec logique, de tels let's play, sur d'autres titres de Rare, via ce bon gros Rare Replay (Conker et son ouverture en hommage à tomber au grand Kubrick, éventuellement Banjo Tooie et surtout, pour moi, les DKC, qui, merci beaucoup n'y sont pas intégrés, avec leur OST, une des plus grandes réalisée pour un jeu vidéo avec les Zelda et les Souls :p). Brrr, j'en frissonne d'avance :)


Portrait de flex-o

C'etait une epopée vraiment chouette.

Et je ne m'attendais pas a être autant surpris par ce jeu que je ne connaissais que de réputation.
J'avais pas la N64 mais j'avais pu toucher un peu a Mario64 du coup je comprenais l'engouement.

En revanche pour Banjo Kazooie je l'avais jamais vu tourner, et franchement a l'epoque, je trouvais les screenshots des magasines sur ce jeu absolument immonde.

Et pourtant la, je suis bluffé par les graphismes, apres c'est peut etre le rendu HD qui fait la difference mais je pense pas, je pense que c'est le fait de voir le jeu tourner qui rend honneur au jeu, j'arrive a cerner l'impression de grandeur que l'ont pouvait ressentir face a ce genre de dimension de map a cette epoque.

Mais sinon Hooper j'ai une question pour toi.
Maintenant que tu as surement appris que cette version de Banjo avait en fait une difficulté "amoindri" compte tenu du fait que les notes de musiques n'ont plus a etre recuperer integralement en cas de mort ou de sortie de niveau.
Est ce que tu trouve ca un peu regrettable d'avoir refait ce jeu dans cette version plus soft?
Aurait tu préféré avoir eu affaire a l'ancienne version?
Ou finalement si de toute facon, le jeu t'aurais proposé le choix entre les 2 versions de difficulté, tu aurais choisis celle ci?


Portrait de Hooper

Non c'est mieux de ne pas perdre ses notes à la mort, c'est comme un checkpoint, personne n'a envie de refaire 10 fois la même chose à cause d'une mort bête ou d'un passage super hard comme c'était le cas avant.

On perd un peu en intensité forcément puisqu'on sait que la mort n'est pas un drame mais je trouve ça bien, après ça dépend des jeux mais pour Banjo ça aurait dû être ainsi depuis toujours.


Portrait de badatoss

ça dépend des jeux mais pour Banjo ça aurait dû être ainsi depuis toujours. je suis d'accord avec toi,mais du coup,on n'aurai pas du tout le même souvenir de ce jeu,la même souffrance et donc la même délivrance une fois telle épreuve passée..enfin,tu vois ce que je veux dire..:) mais oui,c grave relou de tout refaire a chaque fois...


Portrait de BluewingsXIII

Kikimou, le jeu n'est pas si dur avec un bon stick :p


Portrait de jfpom88

Avec un bon stick, le jeu est toujours plus dur (joke pourrie)!


Portrait de Kilirane

Un vrai plaisir de t'avoir suivi sur ce jeu !
Je ne le connaissais que de nom et n'étais franchement pas tenté par la DA... Et pourtant je me suis surpris à vraiment accrocher, le gameplay et les stages sont vraiment fournis et bien pensés. Au final je le trouve un cran au dessus de mario 64, même si j'aurais toujours une préférence pour l'univers Mario, on ne peu nier qu'ici le gameplay est vraiment maîtrisé.

Très agréable de te suivre sur ce jeu, tu joues bien, ne rate rien, et ça fait une épopée vraiment très agréable à regarder, avec un bon rythme de progression.

Merci beaucoup pour cette série de vidéos ! J'espère que tu feras également Banjo Tooie du coup :P


Portrait de Morse_sur_banquise

Exellente épopée, l'une des meilleures que tu as pu nous proposer!
Quel talent!!
On attend la suite maintenant :p !!


Portrait de Fitzou

Superbe, merci pour cette épopée, je me joins aux commentaires précédents : une des meilleures. Et cette dernière partie était en apothéose.

La nostalgie joue tjs son rôle mais non Banjo&Kazooie était réellement époustouflant à l'époque déjà. Au delà des débuts techniques de la 3D, il proposait quelques chose de totalement nouveau, une certaine profondeur qui ne s'arrêtait pas essentiellement qu'au gameplay (comme Mario 64 par exemple, très bon, mais moins magique à mon goût). Le scénario est simple et loufoque mais bien présenté.
Si j'ai eu plaisir à retrouver un peu de Banjo dans Yooka Laylee, au niveau de la magie, du côté attachant il se plante complètement, c'est presque fade, le jeu n'a pas d'identité tout simplement.

Banjo Kazooie est très enjoué, très enfantin (dans le bon sens du terme). Banjo Tooie est bcp plus mélancolique, plus adulte et demande plus d'investissement, mais perso à le creuser ça m'a parlé encore plus.

Après des défauts Banjo Kazooie en a : manque de boss, le premier monde bcp trop petit et peu intéressant, le reboot des niveaux etc. C'est un jeu qui s'améliore de niveaux en niveaux alors que le Tooie propose d’emblée des niveaux très ambitieux, et donc les derniers ne sont pas forcément les meilleurs.

Énorme point fort de Rare : la transition entre les deux jeux, au-delà du scénario, le réutilisation du gameplay : tous les mouvements appris dans B&K sont disponibles dès le début dans le Tooie et ça c'est génial, on apprend des nouveaux mouvements qui se rajoutent aux anciens. Ayant commencé par le Tooie personnellement la prise en main a été très très difficile.

Je ne peux qu'encourager à se refaire le Tooie vu que c'est mon best game ever, même en non épopée au pire. Si épopée Banjo Tooie il y a, en paix je pourrais mourir xD

Finalement le plantage du jeu m'a vraiment fait exploser de rire, j'en avais les larmes aux yeux, je sais pas pourquoi, ptet la réaction priceless derrière xD