Skip to Content

[Jeu/Découverte] - TriMovies

Dernière contribution

1854 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de player-fou
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2011
Contributions: 1188
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Suite à une fausse manip' je viens de perdre la critique que j'avais bien mis 30~40 minutes à écrire sur Blade Runner, donc je suis quelque peu désappointé...

Allez on est repartis pour Blade runner !

Je pense inutile de le rappeler, mais dans le doute, Blade Runner a connu un certain nombre de versions, mais je n'ai vu que la dernière en date, la bien nommée (pour l'instant ?) Final Cut. Parce que ouais Blade Runner, c'est un peu comme Star Wars, à savoir que son réalisateur n'a cessé d'y apporter des modifications, tant purement visuelles, qu'au niveau du montage. Ici, selon les versions, la fin diffère, et la version final cut contient des plans un peu trop violents pour la version ciné, quelques idées qui viennent renforcer le montage, et une image totalement restaurée. La final cut se termine de façon assez pessimiste laissant le spectateur seul avec son énorme doute, tandis que la fin originale serait bien plus légère, à base de prairie verdoyante, contrastant radicalement avec la crasse et la magnifique noirceur du film.
Parce que oui, autant le dire d'emblée, Blade Runner possède un univers et une atmosphère absolument formidables, à base de vieilles nouvelles technologies (style Alien) de couleurs artificielles pétantes, et d'une nuit permanente menaçante (nuages, pluie sont présents du début à la fin du film.) C'est vraiment un monde repoussant car crédible qui se dessine devant nos yeux. Et pourtant le tout est indéniablement fascinant, et hypnotique, probablement en partie dû à la partition de Vangelis, juste planante et enivrante. En fait, quand je regarde Blade Runner, j'ai l'impression de voir les dernières heures d'une civilisation en perdition. Avec ces usines gigantesques crachant le feu, encore une fois sa pluie permanente, l'absence totale d'animaux, et donc de nature, et une humanité qui se prend pour Dieu à vouloir imiter son travail. On fabrique des hommes artificiels à exploiter. On fabrique des animaux pour remplacer les vrais... Ridley Scott montre ici un monde en quête de l'authentique artificiel, où l'artificiel devient authentique, un monde duquel on se rapproche, petit à petit. En ce sens, le réalisateur livre un film extrêmement pessimiste sur l'humanité, luttant contre ses propres limites, se prenant pour Dieu. C'est une oeuvre intéressante à mettre en relation avec le Frankenstein de Shelley. Tous deux possèdent ces personnages de créateurs mégalo, dont la créature, monstrueuse et pourtant terriblement humaine se retourne contre eux, pour les punir de leur impertinence et de leur volonté d'outrepasser leur condition.
L'un des trucs les plus admirables avec Blade Runner, c'est que l'on peut apprécier le film pour tout un tas de raisons différentes, sans s'intéresser aux autres. On peut se laisser emporter par cette expérience sensorielle, et profiter de ces panoramas incroyables et cette musique hypnotique. On peut se contenter d'apprécier un film noir haletant à l'intrigue bien montée. On peut également débattre des heures durant de toute la portée et la valeur philosophique des dialogues, et de la condition des personnages. Et il n'y aurait pas une façon d'apprécier Blade Runner plus valable qu'une autre. Je trouve ça totalement ouf. Blade Runner est un film complètement ouf !

HS : J'avais initialement écrit tout un paragraphe faisant un lien avec la saga Alien, mais je me suis dit que ça surchargeait trop le texte, et que finalement ça rentrait plus dans le cadre d'une critique de Ridley Scott, plutôt qu'une critique de Blade Runner...

Edité par player-fou le 10/09/2017 - 11:51
Portrait de Butch
Hors ligne
A rejoint: 27 décembre 2015
Contributions: 278
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Je risque d'avoir beaucoup de mal pour sortir une critique convenable du film de tarkovsky, j'ai du comprendre 10% du film, je vais essayer de prendre du temps pour un second visionnage, à voir si j'en aurais l'envie. En tout les cas j'essayerais d'écrire un petit avis avec ce que j'ai compris, désolé player.

Portrait de player-fou
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2011
Contributions: 1188
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Ah mais t'inquiète Butch, j'ai clairement pas choisi le plus facile d'accès. Le Miroir combine l'esthétique et le rythme de n'importe quel film de Tarkovski, et y ajoute tout un tas de voyages dans différentes époques, sans prévenir et en faisant jouer plusieurs rôles dans différentes époques à ses acteurs. Je sais pas si c'est le plus incompréhensible, mais c'est clairement pas le film le plus simple du réalisateur. J'aurais bien proposé Stalker, que je trouve plus "accessible" mais il a plus de 5000 notes :/

Portrait de quenthi
Hors ligne
A rejoint: 10 novembre 2011
Contributions: 4700
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Le train sifflera trois fois

Dans la petite ville d'Hadleyville, le shérif Will Kane, qui vient tout juste de se marier, apprend qu'un dangereux fugitif du nom de Miller revient par le train de midi. Ce dernier avait été capturé il y a quelques années par le shériff Kane et avait juré de se venger s'il devait sortir de prison. Afin d'honorer une dernière fois ses fonctions le shériff décident de recruter des hommes du village pour se débarrasser de Miller et ses complices une bonne fois pour toute.
Malheureusement la mobilisation sera un échec et Kane comprendra très vite qu'il devra faire face seul aux bandits qui arrivent.

Sorti en 1952 et doté d'un casting trois étoiles, avec notamment Gary Cooper et Grace Kelly, "Le train sifflera trois fois" est le genre de film que tout cinéphiles à entendu parler. Pour preuve de sa grande notoriété, le film est sélectionné en 1989 par le National Film Preservation Board pour être conservé à la Bibliothèque du Congrès aux États-Unis pour son "importance culturelle, historique ou esthétique".
Le film est donc un western qui a la particularité de se dérouler en quasi "temps réel". En effet quand le shériff apprends la venue des bandits il a environ 1h20 pour préparer sa riposte, soit la durée du film.
On assiste donc à une sorte de course contre la montre haletante doublé d'une escalade de désillusion quand les amis du shériff se dérobe les uns après les autres. Le tout laisse donc entrevoir un affrontement palpitant et qui au final tient toute ses promesses hormis un léger manque de rythme.

Le moins bon est assez anecdotique et tient à certaines interprétations un peu surjoués, et à la chanson, "Si toi aussi tu m'abandonnes" de John William, un peu hors-sujet au niveau de l'ambiance du film.

"Le Train sifflera trois fois" est donc un très bon film et un excellent western que je ne peux que conseiller à tout bon gros cinéphile. S'il n'a pas la note maximale me concernant, c'est que le film à beaucoup vieillit dans son ensemble et que le western n'est pas un genre que j'affectionne particulièrement.

Note: 8/10


"Désolé chérie, je pensais avoir des amis..."

Grand Bec :V
Klonoa
Portrait de lecorbak
Hors ligne
A rejoint: 15 novembre 2011
Contributions: 8248
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

j'aurais aimé participer à ce trimovies, mais apparemment, la sélection a déjà été faite. :V
donc chais pas si je peux déjà proposer quelque chose pour octobre. :V

gio
Portrait de gio
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 9225
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Kaz a écrit:
C'est dommage que le film se termine aussi tôt
Ah oui, je voulais te dire : j'ai eu la même réaction que toi la première fois que je l'ai vu. Mais en fin de compte (l'ayant revu de nombreuses fois depuis) je trouve qu'il ne pouvait pas s'arrêter à un meilleur moment. C'est précisément ce qui donne tout le sens et la force de ce film.

Edité par gio le 11/09/2017 - 01:45
Portrait de quenthi
Hors ligne
A rejoint: 10 novembre 2011
Contributions: 4700
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Une femme disparait

Iris Henderson est une jeune femme qui se rend à Londres pour rejoindre son futur époux Charles. Avant de prendre le train qui est en provenance d'Europe de l'Est, la future épouse fait la connaissance de Miss Froy une gouvernante anglaise qui rentre au pays. Toutes deux prennent le train ensemble et se lient d'amitié. Mais après s’être assoupi, Iris se rend compte que Miss Froy a disparu du train. Avec l'aide de Gilbert Redman, un musicien rencontré la veille dans un hôtel, elle va enquêter sur la mystérieuse disparition et mettre à jour un complot qui pourrait la mettre en danger.

Sorti en 1938 et réalisé par le maitre du suspense Alfred Hitchcock, "Une femme disparait" est mon troisième film du réalisateur après le décevant "Sueurs froides" et le, un poil, meilleur "Fenêtre sur cour". Autant vous dire que je n'étais pas hyper enchanté à l'idée de retrouver le monsieur surtout que la façon dont avait vieillit les films était un point noir que j'avais souligné.

Mais heureusement pour moi "Une femme disparait" ne ressemble en rien à mes deux précédents film de Hitchcock. En effet ici pas de belles blondes jouant les amoureuses de service et le suspense si caractéristique du réalisateur quasi absent même si le film prend des airs de huit-clos assez sympas.

Le film est donc du type thriller/espionnage avec une histoire d’enquête et de complot politique que mettent à jour notre duo d'investigateur. Le rythme est relativement bien géré, l'aspect disparition/investigation efficace car mettant le spectateur dans l'incompréhension et les acteurs ne surjouent pas comme ca peux être le cas des vieilles productions.

Je soulignerais juste le fait que le dénouement final est un peu grossier et tranche trop avec le coté énigmatique de l'intrigue.

Bref "Une femme disparait" à été une bonne surprise pour moi et si certains défauts des vieux films, comme le rythme un peu faiblard ou une mise en scène très classique, sont là, le film est bon et se classe comme mon Hitchcock préféré.

Note:7/10

"Allez-y. Tirez mon doigt."

Edité par quenthi le 12/09/2017 - 14:09
Portrait de Gastondu
Hors ligne
A rejoint: 29 avril 2014
Contributions: 183
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

@Quenthi : Ravi de voir que ces films ont pu te plaire et même te redonner un avis plutôt favorable sur Hitchcock ^^
De mon côté, j'ai déjà vu "La fille du train", avis plutôt mitigé mais je m'expliquerai plus en détails dans un prochain post et je vais me mater G.I. Jane d'ici peu.
Concernant "Avant d'aller dormir", c'était celui qui m'intéressait le plus peut être mais j'ai pas trouvé le DVD dans ma boutique spécialisée... du coup peut être en streaming si j'ai le temps !

Spoiler

Portrait de quenthi
Hors ligne
A rejoint: 10 novembre 2011
Contributions: 4700
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Merci à toi Gastondu pour ces deux films car je ne suis pas trop du genre à m’intéresser aux vieux films antérieurs aux années 70'. Mais grâce à toi j'ai découvert deux oeuvres bien sympas ! :-)

Pour mes films, "La fille du train" ca ne m'étonne pas car un peu perché et "Avant d'aller dormir" était mon préféré de la liste. Pour faire simple c'est un "La fille du train" en mieux à tous les niveaux ! ^^

Edité par quenthi le 13/09/2017 - 21:09
Portrait de Butch
Hors ligne
A rejoint: 27 décembre 2015
Contributions: 278
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

La Femme Scorpion (Shun'ya Itô)

Quand un film se dresse face à moi, laissant planer le bout de son nez au fond du couloir, j'essaye de ne rien savoir de lui, le laissant traîner au fond, avec une longue vue comme seul appareil d'analyse avant la rencontre. Rencontre qui devient donc un saut dans inconnue sans repères d'origine, de date, ou de contenue. Comme toute rencontre inattendue, elle peut être tout ou rien. Une expérience inoubliable peut vite devenir un objet difforme sans saveur.

Et maintenant me voilà donc face à La femme scorpion , dont je n'avais entrevu que son affiche et sa provenance, ici le Japon. Et comment vous dire que c'est une rencontre qui a tout d'une difformité inattendue. Face à moi, il se dresse avec sa jambe de bois. J’apprendrais plus tard qu'il est issu d'une exploitation, évitant dépenses de production, il à pas le budget dont il aurait voulu. Ce qui explique le sang rouge, ou plutôt rose flashy qui recouvre son front, il me raconte qu'il adore zoomer, il le fait d'ailleurs beaucoup trop, une mimique trop récurrente qui devient irritante. Il a aussi du mal à gérer ses acteurs, ils partent la plupart du temps dans tous les sens, font des rires surjoués, quand ils ont l'intention de me faire pleurer de tristesse, ils ne me font que pleurer de rire. Peu à peu je commence à le reconnaître, j'en ai déjà croisé des comme ça, on les appelle nanar. Alors que je commençais peu à peu me désintéressé de lui, il lui prend une fureur. Il me regarde dans les yeux.
Il est pas comme les autres.

Le voilà qui prend ses grands airs, me montre une toile de fond, ou la femme devient maître de l'homme, et n'a pas peur de montrer sa nudité pour l'assumer (peut être trop) Il commence à crier qu'il a une vison d'auteur, des vrais effets de mise en scène, par moments il travaille ses plans, les inclinant, laissant transparaître un vraie envie de bien faire. Il arrive même à partir dans des trips psychédéliques, plus que réussi, parvenant même à faire oublier tous les défauts qu'il avait plus omettre auparavant. Même s'il semble sacrément amoché, il a plus qu'un bon fond, je ressors de cette rencontre avec un sentiment de gâchis, il aurait pu être autre choses, laissant tomber les bruitages criards, pour une vraie vison d'auteur complète et aboutit. Surement qu'il en a pas eu l’occasion.

Une oeuvre tiraillée, entre industrie et vision d'auteur. Il a manqué de budget, aurais plus devenir grand, et même s'il est loin d'être parfait, jamais je n'oublierais ce regard qui m'a fait prendre conscience, que chaque film qu'elle qu'il soit à quelque chose à nous proposer, même une simple seconde de génie.