Skip to Content

La série Castlevania.

Dernière contribution

712 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Pasaiyen
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8148
Re: La série Castlevania.

Castlevania Vampire's Kiss

Etant arrivé presque à la fin de tous les Castlevania classique, le fait que j'en fasse un nouveau est forcément un grand moment pour moi puisque je n'aurais bientôt plus l'occasion de vivre ça. Quoi de mieux que la période d'Halloween pour ce lancer dans le remake snes de mon Castlevania préféré?
C'est donc avec grand plaisir que je commence cette critique où notre cher Richter Belmont aura bien du mal à venir à bout de ce p'tit Dracu !

Un gameplay revisité... ou pas

Ce qui frappe immédiatement quand on lance le jeu et qu'on est fan de Rondo of Blood c'est le gameplay absolument identique entre les deux jeux. Richter ce contrôle exactement de la même façon qu'auparavant et on reprendra donc facilement le gameplay en main.
Seul bémol pour nous pauvres européens, le passage en 50Hz du jeu n'a pas fait du bien puisque le gameplay vif et dynamique de Rondo of Blood devient soudainement lent et lourd. Après une heure de jeu on arrive heureusement à s'habituer à ce nouveau rythme qui diminue malheureusement le fun qu'on prendra manette en main.

La similarité des gameplay va jusqu'à obliger le joueur a faire une combinaison de touche (haut + fouet) pour déclencher l'arme secondaire ce qui, au vu des possibilités de la manette snes, n'a pas réellement de sens ici. Un des premiers signe de bâclage du jeu mais on y reviendra.

Mais reprendre un gameplay c'est une chose (n'es ce pas Resident Evil 5?) mais réussir à copier un level design correspondant en est une autre.
Ici on ce retrouve avec un level design des plus simpliste qui nous pousse à utiliser le gameplay en mode bourrinage plutôt qu'en finesse comme Rondo of Blood. Alors du coup oui, le gameplay est exploité et doit être utilisé dans toutes ses facettes mais es-ce la meilleure façon de le faire? Le joueur averti ce posera la question.

Pour ce qui est du côté annexe du gameplay, de nombreuses situations vous forcerons à utiliser la furie de votre arme secondaire, alors qu'elle n'était qu'une aide dans Rondo of Blood ce qui rend le passage encore plus scripté qu'auparavant (ce qui me semblait difficile, on parle quand même de Castlevania), la route devant toujours ce faire de la même façon. Mais pire que ça, certains passages ont été pensé pour être fait avec une arme secondaire en particulier. Vous forçant donc à utiliser celle que vous impose le jeu et cassant le choix de votre arme préféré. Alors oui, l'arme nécessaire ce trouvera toujours sur votre chemin peu avant le passage.. à ce moment à quoi bon laisser le choix au joueur (comme dans Rondo of Blood) de l'arme qu'il veut prendre, si une fois sur trois il sera obligé d'en avoir une en particulier?

Heureusement, le gameplay étant très bon à la base et le bestiaire entièrement repris du jeu original, certaines phases sont réussi et vous permettent d'exploiter correctement le gameplay. Notamment les boss repris pour la plus part également, même si les quelques nouveaux boss sont pour la plupart réussi et fun à combattre.
Les phases de plateformes ne sont pas non plus complètement à jeter, le niveau 5' en comportant des assez bonne par exemple, ou une phase plutôt intéressante dans le niveau 3 qui est plutôt tendu et n'est nécessaire à compléter que pour finir le jeu à 100%.

En conclusion, un très bon gameplay transposé dans un level design mal adapté et gâchant son potentiel. Heureusement que le fun du gameplay original réussi toujours à ce ressentir dans certaines séquences sans quoi le jeu aurait probablement été sans grand intérêt ludique.


Une ambiance réussi

Ce que l'on peut difficilement enlevé au jeu c'est qu'il est jolie.
Ses arrières plan sont constamment réellement travaillé et on sent une réelle évolution depuis Super Castlevania IV. Graphiquement on en prend plein les yeux et le moteur de la snes est utilisé avec des éléments situé sur plusieurs plan, afin que l'arrière plan soit réellement.. un arrière plan.
De plus on ce trouve avec certains niveau réellement inspiré, la tour de l'horloge est vraiment plus jolie et fait plus réaliste que dans Rondo of Blood par exemple. La map également, que l'on voit entre chaque niveau et entre chaque continu et vraiment agréable à l’œil.
Malheureusement tout n'est pas parfait pour autant, à la manière d'un NSMBU les éléments aux premiers plan, donc les plateformes, le sol et le plafond, sont vraiment beaucoup moins travaillé que les arrières plan et font beaucoup plus uniformes, jusqu'à parfois être de simples bandes grises peu esthétique. C'est dommage surtout comparé à la qualité des arrières plan.
Autre problème graphique les transitions entre les zones sont souvent peu travaillé. Exemple: parfois on prendra un escalier pour changer de zone et pouf, arrivé dans l'autre zone on ce retrouve sur une plateforme simple sans escalier. Cet élément participe au sentiment que le jeu a été bâclé et n'aide malheureusement pas à l'immersion du joueur, déservant ainsi l'ambiance.

Les musiques sont également vraiment réussi et participent bien évidemment à l'ambiance. S'ils semblait difficile d'adapter l'ost de Rondo of Blood sur snes ils l'ont pourtant fait et plutôt efficacement, on ce retrouve avec des musiques réellement bien reprise, mais qui avec la puce sonore de la snes, donne l'aire d'être un peu moins rock que dans Rondo of Blood et plus posé. Cela aurait pu être un problème, mais en réalité ça colle au style graphique plus "réaliste" (on n'est pas face à du Castle IV mais le jeu ne se veut ici pas manga comme RoB).
Seul ombre au tableau, l'absence de réel nouveau thème, ce qui n'aide malheureusement pas le jeu à trouve son identité.

Pour l'ambiance, un point non négligeable du jeu est son scénario légèrement plus travaillé que dans les Castlevania classique. On n'arrive évidemment pas non plus au niveau de Rondo of Blood et on est loin d'un Metroidvania mais le background de cette épisode est un peu plus développé.
Cela ce traduit par deux choses, une "cinématique" au début et à la fin, assez appréciable sur snes (bien qu'on soit très loin d'Another World) et deux jeunes fille à libérer dans le jeu. Annette, la fiancé de Richter et Maria sa petite sœur, qui ne sera pas jouable ici contrairement à Rondo of Blood. Certains boss seront d'ailleurs influencé par la libération ou non des jeunes filles, cela peut paraître être un simple élément de gameplay mais on peut y retrouver un réel sens scénaristique.
Cela n'apporte pas énormément de chose, mais n'étant que du bonus c'est bien sur réellement appréciable.
Énorme défaut par contre, le ending étant réellement court et raté, on est très loin de la qualité de Rondo of Blood ce qui peut ce comprendre, mais également très loin de la qualité de celui de Super Castlevania IV. Ici, on a uniquement le droit à quelques images faisant office de cinématiques et une image fixe pour le générique, revoir des passages du jeu faisant surement trop honte à Konami nous n'y avons pas le droit.

En conclusion, malgré quelques défauts, le jeu s'en sort plutôt bien au niveau de l'ambiance. Des graphismes très bon et plutôt inspiré pour ce qui est des arrières plans, des musiques très bien adapté malgré l'absence de support cd et un scénario un peu plus poussé qu'à l'accoutumé.


Une difficulté artificiel

Nous y voilà ! On touche ici au plus gros problème du jeu.
Le jeu est très facile... si, si je vous jure :p
Basiquement le jeu est vraiment un des Castlevania les plus simple auquel j'ai joué, de plus il est très court. Mais Konami ont contourné le problème à l'aide d'une facilité assez honteuse, la difficulté artificiel.
Alors ça peut ce décrire par pleins de moyens et ils sont à peu prêt tous présent dans ce jeu. Les frames d'invulnérabilité d'une demi-seconde, le faible nombres de vies par continue, les pièges die & retry, les salles rempli d'ennemis qui popent à l'infini (au moins 4 par niveaux), réutilisation plus qu'abusif de certains ennemis (poissons, chevaliers), l'absence de checkpoint final pour le dernier boss... On sent qu'ils se sont rendu compte trop tard que le jeu était trop facile et trop court et qu'ils ont augmenté la durée de vie comme ils le pouvaient.
Malheureusement ces méthodes sont complètement anti-fun et n'apportent rien au joueur et rien d'un point de vu gameplay. Je pense que ces d'ailleurs en grande partie ce qui est responsable des problèmes de gameplay "inadapté".
C'est vraiment dommage quand on sait la qualité du gameplay de base et les capacités habituels de Konami en terme de level design des Castlevania.
C'est vraiment à partir de là qu'on comprend que le jeu a était fait à la va vite et donc bâclé. Un level design doit être réfléchit par rapport au gameplay et on sent très clairement ici que ça n'a malheureusement pas été le cas.

Pour ce qui est donc de la difficulté effective du jeu, il peut être assez complexe lorsque l'on ne connaît pas les Castlevania et qu'on ne maîtrise pas tous les tiques de gameplay de la série, le jeu étant ce basant en effet sur des notions connu uniquement des fans de la série, un novice risque de s'y briser les dents. Mais pour un connaisseur le jeu ce finira assez facilement en moins de 4h00 malgré un boss final un peu ardu. Boss final qui, si on oublie le côté difficulté artificiel de devoir recommencer le stage précédent entre chaque continue perdu, est très bon au demeurant.
Mais le vrai challenge du jeu, et le vrai moment où j'ai réellement pris plaisir à y jouer, c'est le 100% en libérant Maria et Annette et en anéantissant la mort. Ce sont les seuls moments où le jeu m'a un peu posé des problèmes, mais ce sont aussi les seuls moments où je me suis réellement amusé dessus.
Trouver le chemin n'est pas trop dur mais reste assez caché pour être intéressant, et les niveaux à parcourir plus le boss de la mort donne assez de challenge pour faire plaisir au vieux fan que je suis. Petit hommage au niveau 5' qui est surement le plus intéressant de tous le jeu niveau level design bien que je n'apprécie pas trop son univers graphique.

En conclusion, une difficulté artificiel cassant totalement l'intérêt du jeu mais une recherche du 100% plus intéressante et amusante niveau challenge.


Conclusion

Si Rondo of Blood avait su trouver une ambiance propre et un gameplay classique parfaitement maîtrisé tout en renouvelant le genre à l'aide de passages annexes caché directement dans chaque niveau (annonçant ainsi l'arrivée des Metroidvania), on ne peut malheureusement pas en dire autant de son petit frère Vampire's Kiss qui passe son temps à essayer de copier son aînée sans comprendre l'essence même de ce qu'il faisait.
Si le jeu reste une claque graphique et musical pour de la snes ses réels atouts s'arrêtent là, étant pour le reste un Casltevania plus que médiocre et probablement un des pires à son époque (si on oublie Castlevania 2).

Le jeu ferra malgré tout plaisir au fans de la série n'ayant plus rien à ce mettre sous la dent et qui pourront tenter le 100% afin de retrouver des sensations propre aux Castlevania. Mais il est absolument à déconseiller aux autres, surtout pour ce qui est de commencer la série.
On ce trouve belle et bien ici en face d'un opus au rabais n'apportant rien et faisant régresser le gameplay et le level design de la série plus bas qu'à ses origines.
Tout ça est probablement du à un temps de développement trop court ce qui est réellement dommage. Quand on voit l'univers graphique que le jeu crée et toutes les possibilités du gameplay de base, on est en droit de ce dire qu'on aurait pu ce trouver en fasse du Castlevania ultime, ce qui est malheureusement loin d'être le cas.

Edité par Pasaiyen le 03/11/2015 - 16:48
LINOTTE
Portrait de Antonius
En ligne
A rejoint: 28 septembre 2015
Contributions: 2745
Re: La série Castlevania.

Pasaiyen, je suis d'accord avec l'essentiel de ce que tu dis.

Premièrement que le jeu est bâclé, même s'il y a largement plus pire en dehors de cette licence. Rien que pour cette anecdote: on voit entre chaque niveau, comme tu l'indiques, la carte du château. On remarque qu'on le traverse de gauche à droite. Arrivé au dernier niveau, celui de Dracu, ça indique qu'on se situe au centre et en haut, au sommet d'une tour, alors que juste le niveau d'avant on était à l'extrémité droite, dans la Tour de l'horloge, qui est de plus sur un îlot à part du reste. Pourquoi ce détour? Et il y a eu une téléportation? La cerise, c'est qu'en démarrant ce dernier niveau, on voit en arrière-plan, la tour dans laquelle on est censé se trouver.
C'est qu'un détail, mais ça résume tout.

Deuzio, le jeu est bien trop facile effectivement. Technique des furies sur les boss, je ne vous ferai pas l'injure de savoir ce qu'il faut récupérer des chandelles.

Edité par Antonius le 07/11/2015 - 00:14

IHM'NIWTD

Portrait de Pasaiyen
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8148
Re: La série Castlevania.

Citation:
Pourquoi ce détour?

Je me suis toujours posé la question, surtout que ça aurait été simple à régler m'enfin..

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16777
Re: La série Castlevania.

Un Castlevania trop facile, vous trouvez? Il comporte quand même le Dracula le plus dur que j'ai pu combattre dans un Castlevania (avec celui de Circle of the Moon quand même). Et finir le jeu avec la vraie fin est assez chaud, vu qu'il ne faut pas mourir pendant un certain temps afin de garder la clé, sinon c'est foutu, il faut recommencer le jeu.

Autrement, si ce Castlevania est effectivement en demi-teinte, il faut quand même louer sa qualité graphique excellente pour de la SNES (le premier niveau en particulier est impressionnant), et les musiques héritées de la version PC Engine.

Edité par Rudolf le 11/11/2015 - 22:13

Portrait de Pasaiyen
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8148
Re: La série Castlevania.

Citation:
sinon c'est foutu, il faut recommencer le jeu.

Il suffit de recommencer le niveau à l'aide du mot de passe :)

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16777
Re: La série Castlevania.

Je me suis refait complètement Castlevania Symphony of the Night, cette fois dans sa version PSP. J'avais déjà donné mon petit avis sur ce jeu lorsque j'avais fait une petite rétrospective de la série à la page 25.

La première fois, j'avais donné un avis assez sévère sur le jeu à cause de sa seconde partie (le château inversé) que je trouvais inférieure à la première et trop recyclée. Et bien là bizarrement, j'avoue que la sauce a davantage fonctionné que la première fois. Sans doute parce qu'à l'époque, j'ignorais complètement qu'il fallait faire bas + haut pour pouvoir utiliser les super bottes qui nous font faire des sauts infinis (ce n'était pas expliqué dans la notice du jeu), donc j'avais dû opter pour les transformations chauve-souris et brume qui étaient trop lentes et m'avaient vraiment cassé le rythme. De plus, j'avais le souvenir d'une promenade de santé: si le jeu reste relativement simple, la seconde partie du jeu néanmoins n'est pas si facile que ça, il faut faire un peu gaffe. C'est ainsi que je suis mort plusieurs fois dans le second château, quand j'entrais trop tôt dans le colisée ou dans les grottes souterraines (cela dit, à la toute fin du jeu, on redevient surpuissant, et je n'ai même pas utilisé les magies).

Du coup, je révise un peu mon jugement sur ce second château: c'est quand même très sympa, comme idée, de jouer à la fois sur la familiarité avec les lieux et la désorientation de tout faire à l'envers, tout en proposant des ennemis et boss complètement différents. Je continue à penser que Symphony of the Night est le Metroidvania qui a le meilleur level-design de la série, où on ressent un véritable plaisir dans l'exploration, et très peu de copier-coller dans les salles qui se renouvellent pas mal. Juste une déception pour la tour de l'horloge qui est très fade (et ressemble beaucoup à celle de Rondo of Blood qui était aussi décevante), à peine deux salles avec des engrenages et des méduses, c'est complètement anecdotique, dommage. On peut aussi reprocher une bande-son peu variée dans la seconde partie, mais j'ai quand même adoré cette musique:

J'ai bien aimé aussi l'ambiance qui se fait plus pesante et peu rassurante dans les catacombes inversées, surtout qu'on affronte le boss le plus dur de tout le jeu (Galamoth je crois, un géant doré qui balance des éclairs). Lui franchement, c'est un boss qui tranche complètement avec la difficulté générale du jeu, il m'a demandé pas mal d'essais, c'est un vrai sac à HP, tous mes coeurs y sont passés, ainsi que ma jauge de magie que j'utilisais pour esquiver l'éclair avec la transformation brume. J'ai eu aussi quelques difficultés avec Belzébuth. Le reste des boss par contre, c'est vraiment trop facile, un point négatif du jeu. La plus grosse déception: la Mort que j'ai battu sans me faire toucher, un comble! Même Dracula, je l'ai battu du premier coup (il fallait juste faire attention à certaines attaques).

Quoi qu'il en soit, si c'est le Metroidvania avec le meilleur level-design et le meilleur château, ce n'est pas mon préféré pour autant. Comme je l'ai dit, le jeu reste trop facile, surtout pour les boss qui se résument très majoritairement à du bourrinage. De plus, et ça c'est lié à la facilité du jeu, le gameplay est riche mais bourré de fioritures et de choses qui, soit ne servent absolument à rien (je ne me suis jamais servi du loup), soit facilitent beaucoup trop le jeu (les familiers comme la fée qui soigne, les magies que je n'ai pas utilisées vu que j'ai toujours détesté les jeux de baston à la Street Fighter qui demandent de faire des diagonales à la croix directionnelle). C'est pour ça que je préfère un épisode comme Order of Ecclesia, qui non seulement a un meilleur gameplay avec une difficulté plus présente et des boss mémorables, mais aussi une ambiance qui m'avait encore plus plu grâce à son atmosphère plus "transylvanienne" se rapprochant de Simon's Quest. Et avec le temps, je suis aussi en train de réhausser mon opinion sur Portrait of Ruin qui a quand même énormément de contenu, un côté plus dépaysant grâce aux portraits (le niveau égyptien!) et un gameplay plus équilibré. Même chose pour Circle of the Moon que j'ai préféré grâce à ses combats plus techniques et exigeants.

Donc si Symphony of the Night n'est pas mon Metroidvania préféré, j'ai quand même adoré le jeu. Le début met tout de suite dans le bain, il faut avouer, avec un Alucard qui transpire la classe et est très bien animé (alors que les autres Metroidvania portables ont des héros bien moins charismatiques et moins animés, jusqu'à Shanoa qui rectifie le tir pour l'animation et la classe). Les musiques sont excellentes et renforcent l'identité des lieux (la bibliothèque avec son clavecin! la chapelle avec les cloches géants qu'on fait sonner! les grottes avec cette grosse chute d'eau! les catacombes inquiétants dans le second château). J'ai adoré aussi les clins d'oeil à Rondo of Blood dont Symphony of the Night est la suite directe, mais aussi à Castlevania 3 (Alucard fait référence à Trévor Belmont, et en plus il y a un boss fan service dans le château inversé, même s'il est beaucoup trop simple et que Portrait of Ruin reprendra l'idée en beaucoup plus abouti et plus difficile) et à Simon's Quest (le passeur, qu'on voyait aussi dans Rondo of Blood certes). Et puis c'est la base de tous les Castlevania sortis après celui-ci.


La chapelle, je pense que c'est ma zone préférée du jeu: quelle ambiance!

Edité par Rudolf le 26/11/2015 - 05:09

LINOTTE
Portrait de Antonius
En ligne
A rejoint: 28 septembre 2015
Contributions: 2745
Re: La série Castlevania.

D'accord avec toi, au mot près, de tout ce que tu dis de Castlevania SOTN.

Rudolf a écrit:
Juste une déception pour la tour de l'horloge qui est très fade [...], à peine deux salles avec des engrenages et des méduses, c'est complètement anecdotique, dommage.

Oui, mais c'est bien chiant! Surtout si tu t'y attardes pour lever la herse...

Je rajouterai juste un petit truc: Richter.

Une fois le jeu complété avec Alu, on peut le faire avec Richter. Il a le fouet, les armes secondaires comme d'hab avec furie, et quatres attaques spécifiques je crois, pas plus. Mais ce loop n'a pas grand intérêt malheureusement... Le jeu n'est pas plus difficile à part pour Galamoth (vous pouvez préparer le café, la tisane...), mais n'ayant aucune incidence pour le boucler. D'ailleurs on en vient à bout en moins d'une demi-heure, car inutile de fouiller le château, pour débloquer la suite ou récupérer des items (pas de gestion RPG pour lui). Il est même plus facile qu'avec Alu, en procédant comme ceci, en vol d'oiseau vers Dracu. Du gâchis, nonobstant les mini-boss un poil plus hard, quoique avec la furie du crucifie... Sacré Jésus!

Pour finir, pan-pan cucul à Konami: l'avatar de Richter sur les encadrés de dialogue, ne ressemble pas du tout à la skin du perso joué (identique à l'épisode PC-Engine et Vampire Killer).

IHM'NIWTD

Portrait de Gyzarus
Hors ligne
A rejoint: 23 janvier 2012
Contributions: 774
Re: La série Castlevania.

N'oublions pas la furie de l'eau bénite également qui rend le run avec Richter complètement sans intérêt puisque cette attaque est hyper dévastatrice, même les boss en prennent plein la figure(sauf Galamoth qui est un sac à HP). Ceci dit en passant ce boss est simple, suffit de bourriner sans cesse, ça dure un moment certes mais c'est easy.

Voilà, vous passerez votre temps à l'entendre hurler "Hydro Storm"(je crois qu'il dit ça) et vous bouclez le jeu en deux deux.

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16777
Re: La série Castlevania.

Déjà dans Rondo of Blood, c'est l'eau bénite qui avait la furie la plus pétée du jeu (et la plus pourrie du jeu, j'hésite entre la hache et la Bible, alors que ce sont deux armes secondaires très utiles en temps normal).

Sinon, je ne vois pas comment on peut bourriner Galamoth car on est obligé d'être en mouvement quand il change d'attaque, et on a un énorme effet de recul quand il nous touche (et ses boules d'énergie font hyper mal).

Edité par Rudolf le 29/11/2015 - 16:38

Portrait de Gyzarus
Hors ligne
A rejoint: 23 janvier 2012
Contributions: 774
Re: La série Castlevania.

Wai j'ai oublié de préciser mais il me semble qu'on peut le bourriner avec la furie des poignards( en le touchant en continu il est stun). Du moins, je me souviens avoir fait comme ça.

Edité par Gyzarus le 29/11/2015 - 18:20