Skip to Content

Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Dernière contribution

86 posts / 0 nouveau(x)
Kingduroy
Portrait de Benduroy
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6824
Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Editeur : Nintendo
Développeur : Nintendo EAD
Support : Nintendo 64
Sortie française : 1er septembre 1997

Tout le monde à joué ou connait Super Mario 64. Pour 90% de ces gens d’ailleurs c’est un très bon jeu. Et bien sachez.. que.. pour moi… aussi !

Tout a été dit sur le jeu. Pourtant il me semble intéressant de développer quelques points sur ce premier opus entièrement en 3 dimensions.

Je vais vous narrer comment j’ai découvert ce jeu puis ce que j’en ai pensé sur le coup enfin ce que j’en pense aujourd’hui, près de 15 ans après sa sortie en Europe.

Pour moi la découverte de ce jeu est spécial, un peu comme tout le monde je pense. Mais j’ai envi de vous replonger dans le contexte de l’époque pour que vous compreniez mieux ma relation à ce jeu. Comme je vais raconter ma vie durant toute la partie 1, je peux comprendre que ça en ennuie certains et je vous invite donc à aller au petit 2 où je donne mes impressions de l’époque ou la partie 3 pour mes impressions d’aujourd’hui.

Partie 1.

Super Mario 64 est un jeu que j’ai découvert en 1997 avec mes yeux d’enfant de 9 ans dans une publicité à la télé. Moi je n’avais que la NES et la Gameboy pocket et on peut dire que j’étais encore un joueur occasionnel car à chaque fois ce sont mes parents qui m’achetaient les consoles et les jeux sans que je demande jamais. Mais on peut dire que j’aimais bien déjà Nintendo et ce fameux Mario. Du coup je n’achetais aucun magasine, je me documentais très peu sur ce média. Et puis arrive donc cette fameuse publicité pour Super Mario 64. Oh my God ! Mario comme je l’ai toujours rêvé : en 3D ! Il était super bien fait. Le sentiment de liberté était déjà palpable dans ce spot d’une trentaine de secondes. Mais c’est vraiment le duel Mario/Bowser avec un zoom sur la nouvelle manette et son joystick qui m’a particulièrement plu. A ce moment là c’était sûr, il me la fallait cette satané Nintendo 64.
http://www.youtube.com/watch?v=xhKUXteBhv8

Noël approchant je dis à mes parents que pour ce jour je voudrait la nouvelle console de chez Nintendo, je leur fait voir la pub dès qu’elle repasse et je leur dit surtout : « c’est ce jeu que je veux pas un autre ! ». Au début ce n’était pas un « oui » massif qui me fut donné comme réponse car cela représentait 1000 francs je crois pour la console plus les 350 francs pour le soft. Bon je peut comprendre avec le recul… Puis ma mère un jour rentre du boulot et me dit qu’il existe un autre console, la PlayStation et elle me demande si je préfère pas celle-là, et que je suis bien sûr de mon choix. Je connaissais la PlayStation mais en 1997 je n’y avait pas encore joué. Qu’à cela ne tienne une collègue de ma mère a son fils qui a déjà la Play et il me la prête un jour pour que je puisse la tester. Au final je savais que je choisirais quand même la N64 plutôt que la Play alors que j’aurais testé uniquement cette dernière. Un soir donc elle arrive avec la console à la maison. On branche la console à notre télé dans le salon. J’allume. Et… oh… il y a un problème… En effet tout fonctionne bien, le jeu se lance bien, le son est présent, mais la couleur nom de Dieu ! Où est-elle passée ? Alors au début on pense que cela vient des branchements. Mon père s’en charge et bidouille derrière la télé. Aucun résultat. Il prend la notice, lit le début et trouve direct : « Ah d’accord il faut un TV PAL ». Et oui notre télé était vraiment une antiquité. Et si je vous raconte cette histoire de PlayStation c’est important car c’est à ce moment là qu’on s’est aperçu que peut importe la console que je choisirais au final mais notre TV n’afficherais pas les couleur du jeu. Oh non ! Le monde s’écroulait sous mes pieds. Ce Super Mario 64 je ne l’aurais pas finalement… Inutile d’espérer que mes parents dépense 2000 francs de PLUS dans un nouveau téléviseur.

Le jour-J arrive, j’ai remplacé mon souhait d’avoir la N64 par d’autre cadeaux (des jeux de Gameboy essentiellement du coup). Je me lève, je vois en effet que tout les cadeaux sont sous le sapins. Le premier cadeau que je vois c’est une énorme boite qui trône au milieu du salon. J’allais chercher les miens, puis ma mère me dis « Non commence par celui-là ». Elle désigne l’énorme boite. Je m’approche, je regarde stupéfait, il y a mon nom dessus. Un jeux Gameboy si massif me dis-je, c’est impossible ! « Ouvre donc » me lance ma mère. J’ouvre donc en me demandant ce que c’est. Tiens ! Mais c’est une télé neuve. Je met un peu de temps à comprendre. Il faut que ma mère m’explique. Je comprend donc enfin que j’aurais cette sacro-sainte Nintendo sixty fouuuuuur ! Non bien sûr je n’irais pas jusqu’à dire que je suis ce gamin tellement heureux d’avoir sa console qu’il commence à faire l’autiste. Mais si ce gamin là ! Sur YouTube ! Ce n’est pas moi hein , je suis français premièrement : http://www.youtube.com/watch?v=pFlcqWQVVuU.

Oui j’étais très content au fond de moi, mais voyez-vous je suis plutôt un garçon de nature blasée donc il n’y a pas eu crise de folie. J’ouvre donc ma console cette fois-ci et mon jeu Super Mario 64 comme promis (en pack ? je ne sais plus). Ce Noël s’annonçait en fait dantesque. Je demande à mon père de se grouiller de brancher la nouvelle télé, ensuite je branche ma console. Je mets le jeu dedans. J’allume. Allez c’est parti…

Partie 2.

Pour commencer on a droit à une petite intro. Ma première impression est de me dire que le jeu est super beau et surtout c’est le même univers que dans la pub (comment aurait-il pu en être autrement de toutes façons). Mario sort de son tuyau. Il fait face au château de la princesse. Op c’est à nous de jouer. Avant de d’essayer d’entrer dans le château je crapahute, je saute, je bouge la caméra dans tout les sens. A ma grande surprise Mario se manie bien et cet univers en 3D s’appréhende plutôt bien je trouve. Je ne remarque pas par exemple que les arbre sont en fait un vulgaire sprite. On a beau tourner autour c’est toujours la même face que l’on voit. Mais quand même plusieurs choses me choquent : ce Mario là à l’air bien différents des autres auxquels j’avais joué (Super Mario bros opus 1 à 3). En effet, point de bloc à frapper avec la tête, point d’ennemis, même pas un petit goomba, pas de champignons non plus ! Et je me demande du coup si je suis petit Mario ou déjà Super Mario. Et oui je savais très peu de choses sur ce jeu et donc je m’attendais à une suite des Super Mario bros transposée dans un univers en 3D. Et puis j’entre. Message de Bowser. Pleins de portes. Pleines sont fermées. Deux mènent un étage plus bas où l’on ne peut rien faire de toute façon, je remonte, j’entre dans la dernière pièce non bloquée. Un tableau. Je crois qu’un Toad explique qu’on peut sauter dedans. J’y saute. Je vois le titre de la mission sans vraiment comprendre ce que je dois faire. Et je suis catapulté dans le premier monde. A peine je mets le pied à terre que je remarque un Bob-Omb rose. Couleur très surprenante, mais le fait qu’il ne m’attaque pas justifie ce choix. Le fait qu’il ne m’attaque pas est quand même une deuxième surprise. Mais oh joie que vois-je à quelques mètres de Mario. Un goomba. Super ! C’est le moment de savoir si la saut sur la tête à été respecté. Boing ! Écrasement faciale. Parfait ! Je commence alors mon exploration sans savoir vraiment ce que je cherche. Je découvre le jeu voila tout. Et je tombe très vite sur un Koopa qui lui aussi m’a l’air inoffensif car il déguerpi dès qu’il me voit. Décidément ce Mario semble atypique mais à aucun moment je ne suis déçu. En tout cas une fois de plus le sentiment de liberté est présent. Mario n’est plus enfermé dans un monde où seule l’exploration vers le haut ou vers le bas étaient possible (si on peut appeler ça une exploration d’ailleurs). Je passe enfin devant le Chomp, très impressionnant. Il a pris des stéroïdes anabolisants à priori depuis Super Mario bros 3 mais peut importe. J’ai déjà oublié les blocs et les champignons. Mais à ce moment je me demande ce qu’il faut faire dans ce jeu non linéaire.

Je prends alors la notice, lis qu’il faut avancer dans les niveaux à la recherche d’étoiles pour ouvrir d’autres portes dans le château de la princesse. Alors je reprends le pad, continue la partie, et fini par mourir. Je recommence. Je crois que je lis à peine le fait qu’il faut que je butte le roi Bob-Omb et me lance dans le jeu. Je vois des pièces jaunes je les prends et je pense que c’est ça que je dois récupérer. En effet une étoile est dessinée au milieu, mais qu’est ce que je dois en faire (quel noob quand j’y repense). Puis j’aperçois un deuxième type de pièces. Les rouges. Je me dis que ça doit être plus ça qu’autre chose. Elles ont l’air plus puissantes. De plus quand on en choppe une, un chiffre s’inscrit. C’est ça c’est sur ! Mais rien ne se passe. Alors comme je me rappelle que les portes dans le château ne s’ouvriront qu’avec assez d’étoiles je prends le maximum de pièces rouges que je confonds alors avec ces fameuses étoiles et je quitte le niveau. Je sors du tableau et m’approche de la porte marquée d’un 1 en me disant que j’ai assez amassé d’étoiles dans le premier niveau. Mais la porte reste fermée.
Voila ! Et ceci pendant une semaine !!!! MDR et oui vous avez bien lu. Je n’ai compris le jeu et donc eu ma véritable première étoile qu’au bout d’une semaine de jeu. Et dire que j’ai osé me moqué du Hooper dans la première vidéo que j’ai vu de lui : Défi Super Mario Galaxy 2. Toute ma première semaine de jeu je la passais à gambader dans le premier niveau ou dans le château en trouvant malgré tout ce jeu superbe. Je m’en foutais d’être bloqué au début. Et puis quand j’en ai eu assez de gambader, au bout d’une semaine donc, j’ai voulu m’y remettre sérieusement. Je ne sais plus comment mais j’ai réussi à comprendre le jeu. J’ai appris que ces étoiles qui ressemblaient au premier abord à des pièces étaient bien des pièces finalement. Et enfin tout le potentiel de ce Super Mario 64 allait s’ouvrir à moi.

Partie 3.

Avec le recul je trouve que ce jeu a très bien vieilli car la 3D ne se veut pas réaliste. Les niveaux sont bien construits. D’ailleurs la durée de vie est énorme quand on passe d’un jeu NES a celui-ci. Surtout que l’on peut enfin sauvegarder. Principe fondamentale pour moi car a 9 ans je n’avais pas envie de persévérer ce qui fait que je n’avais jamais fini aucun Mario sur ma NES. D’ailleurs sur ma 64 jamais je n’ai eu les 120 étoiles. Je crois que j’en suis encore à 96 ou quelque chose comme ça. Mais pour moi à l’époque avoir battu la troisième fois Bowser et avoir délivré la princesse Peach était un exploit et c’était là l’essentiel. J’avais fini le jeu un point c’est tout. Depuis je me suis refais entièrement le jeu sur Nintendo DS et cette fois avec les 150 étoiles.

15 niveaux très variés (les classiques niveaux de glaces, du désert ou dans l’eau mais aussi plus surprenants comme dans une espèce de cave, dans une horloge ou dans les airs ARG, quel cauchemar), une palette de mouvements à n’en pas finir (simple saut, saut en longueur, saut rodéo, triple saut périlleux avant et même coup de pied, coup de poing, j’en passe et des meilleurs), une impression de liberté pour l’époque énorme et des musiques monumentales (la musique des niveaux pour affronter Bowser : OMG) font de ce Mario un chef d’œuvre et un digne successeur des opus antérieurs. Pourtant on peut bien lui trouver des défauts je suis sûr. Si si je vais chercher.

Tiens prenez par exemple la recherche des casquettes. Celle ailée en particulier. J’ai bien été obligé de l’avoir cette satané casquette, quand, petit j’essayais d’avancer dans le jeu. Il fut un moment où soit je n’arrivais pas à faire une étoile soit je ne pouvais la tenter car il fallait utiliser la casquette ailée que je n’avait pas débloquée (ah ben en fait il y a bien des blocs dans ce Mario ^^). Je me rappelle avoir trouver le numéro de téléphone de la soluce en ligne. J’ai appelé ce numéro qui a du couté une fortune à mes parents et tout en ne sachant pas si à l’autre bout du fil on allait me proposer la soluce des casquettes. Bien sûr c’est une voix préenregistrée qui nous énumère tout les choix possibles, et je fulmine en attendant le huitième choix dans le menu il me semble : la quête des casquette. Quand j’ai appris ce qu’il fallait faire : j’avais envie de faire un malheur. J’aurais jamais trouvé tout seul. Et dire qu’il y en a qui y sont arrivés tranquille (mais là encore cela doit être un simple coup de chance non ? Comment se dire tiens je vais regarder la lumière qui jaillit du plafond ?).

On peut aussi déplorer le manque d’invention dans les combats contre Bowser. Le patern du roi des Koopa évolue un minimum mais la façon de le tuer est toujours la même, seule le nombre de coups change. Et puis ces affrontements auraient mérités un peu plus de mise en scène. Je ne sais pas moi, voir la princesse Peach dans une cage au dessus de la lave par exemple (comme dans New Super Mario bros Wii).

La difficulté du jeu m’a posé quelque problème au début donc mais aussi vers la fin et ce quinzième monde horrible où aucune erreur n’est permise sinon c’est la chute libre. Je n’ai réussi à exorciser ce niveau que plus tard dans le remake DS. Au final la difficulté est bien calibrée et est croissante.

Enfin quelle déception quand on libère Peach, de la voir comme ça se pencher vers Mario à la fin du jeu. Car à ce moment là on espère tous le roulage de pelle hein (même sans rien voir, un Mario qui la ferait basculer dans ses bras par exemple), chose impossible à retranscrire sur des consoles 8 et 16 bits. Et bien non, même pas. Un vulgaire bisou sur le pif basta. En même temps la moustache n’est plus à la mode depuis que Freddy Mercury est mort et la plomberie n’est pas non plus un métier qui rapporte des milles et des cents.




Bref un jeu d’anthologie aux multiples qualités, un chef d’œuvre impérissable. Le jeu qui a fait de moi un gamer…

Et tout ça grâce à une cartouche de 64 Mo !


Edité par Benduroy le 10/10/2011 - 13:43

Portrait de spidergreg
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 14
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Le meilleur jeu toutes consoles confonfues pour moi!
Je l'ai toujours et c'est un réel plaisir d'y rejouer car il a très très bien veilli.
Je l'ai eu en même temps que ma N64, peu de temps après sa sortie. Un jeu vraiment merveilleux dans tous les sens du terme...

Portrait de Fazz
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 1147
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Un jeu culte et mémorable, certainement le meilleur mario pour ma part. Et comme tu le dis bien impérissable, toujours aussi fun d'y jouer grâce au gameplay et au musiques de qualitées !

Membre bloqué
Portrait de jujubrothertv
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 308
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Combien d'heures j'ai dut passer avec ce jeux... Pour moi, super mario 64 est un jeux zen, calme.

Portrait de primo
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 583
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Une de mes jeux prefere car j'adorer l'etendu des niveaux et la facon dont avoir les etoiles inventive meme si on s'eloigne de la plateforme classique.

Portrait de Fizo0
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 669
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

jujubrothertv..."zen et calme" me dit pas que tu t'es jamais énervé dessus :p

Portrait de DreamKnight
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 612
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Mon jeu de plateforme préféré, toutes gens et époques confondues. Un classique intemporel, je peux y jouer encore aujourd'hui sans m'en lasser.

Je l'ai eu pour mes 9 ans, à mon anniversaire, avec la Nintendo 64 et Mario Kart 64, peu après la sortie de la console. :)

Mystic
Portrait de Novamyste
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 2432
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Mario 64 est tout simplement le jeu qui a le mieux exploité la 3D de tous les temps. Aucun élément du niveau n'est laissé pour compte. On peut aller partout tourner autour de tout, vraiment du bon boulot.

Niveau jeu, c'est également l'un des jeux qui cumule le plus de bonnes choses (graphismes jolis pour l'époque, jouabilité très bonne et plaisir de jeu immense !)

C'est bien simple, il est dans mon top 3 N64 avec Zelda OOT et Goldeneye :p

Edité par Novamyste le 10/09/2011 - 21:03

Portrait de Kysir
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 4745
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Pour moi il s'agit d'un des plus grands chef-d'oeuvre de l'histoire du jeu vidéo, en tout cas le jeu qui a le plus révolutionné le jeu vidéo 3D. D'ailleurs c'est à mon sens le meilleur jeu de plate-forme 3D de tous les temps, et l'un des 3-4 meilleurs level-design de l'histoire du jeu vidéo, 2D et 3D réunis. C'est également le jeu que j'ai fini le plus de fois, et le premier jeu que j'ai eu sur une console de salon (en même temps que Mario Kart 64).

Bref, c'est sans aucun doute mon jeu préféré après OOT, mais vraiment pas loin derrière.

Portrait de Riuy
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2011
Contributions: 436
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Pourquoi j'aime Mario 64... Mario parce que Mario c'est un plombier italien moustachu et que dans cette épisode il nous montre ses talents d'acrobate :p

Non sérieusement pour moi, Mario 64 est synonyme de liberté, je n'ai vu aucun un jeu (autre que Mario) où on avait une telle liberté dans nos mouvements. Un gameplay parfait qui est malheureusement pénalisé par des soucis de caméras...

Portrait de Riuy
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2011
Contributions: 436
Re: Pourquoi j'aime Super Mario 64...

Pourquoi j'aime Mario 64... Mario parce que Mario c'est un plombier italien moustachu et que dans cette épisode il nous montre ses talents d'acrobate :p

Non sérieusement pour moi, Mario 64 est synonyme de liberté, je n'ai vu aucun un jeu (autre que Mario) où on avait une telle liberté dans nos mouvements. Un gameplay parfait qui est malheureusement pénalisé par des soucis de caméras...