Skip to Content

Musiques des années 60/70

Dernière contribution

151 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Tidramus
Hors ligne
A rejoint: 8 janvier 2013
Contributions: 3
Re: Musiques des années 60/70

Bonjour/Bonsoir à tous ! c'est Tidramus.

Woh, woh!. Ça parle des années '60-'70 ! Ô ma déesse, cette époque. Cette époque ! Pardon. En tout cas, j'aurais vraiment aimé connaitre et respirer ces années légendaires. Bref ! Aller, petit moment culture ! connaissez-vous les EasyBeats ! Je vous donne un indice : il y a le frère ainé (le guitariste qu'on voit le plus souvent sur la vidéo ci-dessous) d'un certain guitariste connu pour son costume d'écolier faisait partie d'un petit groupe australien pas très connu... Arf, je ne me souviens plus de son nom ^^

Une autre ?! Aller, pour le plaisir.

« This Boy ». Vous connaissez tous les Beatles, j'espère ? Hum ? Ouais, ça va, on est sauvés, j'en vois deux au fond qui lèvent la main. Ouf ! Et bien, sachez que cette musique - contrairement à ce qu'il est dit sur pas mal de sites - n'est pas signée Lennon-McCartney - comme la majorité des musiques du groupe. Mais bel est bien et simplement « John Lennon ». Pourquoi ? Pour cela il faut revenir un peu dans le futur avec l'album « Past Masters ». Cet album regroupe la majorité des singles des Beatles non ajoutés aux albums officiels. Et pourquoi cet album ? Parce qu'il corrige la majorité des signatures (il y avait une petite guerre entre Lennon et MacCartney, et pas mal de musiques étaient signées des deux artistes, pour être plus commerciales), est qu'il indique que cette musique et signée « John Lennon ».
Bien sûr, ce n'était pas leur meilleure, on est d'accord, mais elle est tout simplement géniale je trouve.

Aller une petite dernière pour le bonheur et pour terminer ce poste en beauté ! Et attention, celle-là, même les Rolling Stones, Bob Dylan, Hendrix, Zappa, Clapton, et bien d'autres ont dit que jamais ils ne feront mieux. Cette musique et musicalement parfaite. Elle a l'étincelle ultime ! (d'après les mots mêmes de Mick Jagger. Car oui, pendant la période de Sgt. Pepper's et Magical Mistery Tour, il était souvent avec eux pendant les enregistrements - mais ne participait pas (on peut l'apercevoir vaguement dans le clip de All you need is love), tout comme on peut apercevoir John Lennon avec Mick Jagger dans l'ouverture du : The Dirty Mac : Puis sur scène en compagnie d'Eric Clapton, Keith Richards et Mitch Mitchell).

Aller j'arrête de raconter ma vie. Sur-ce, je me sauve, je vous dis à la prochaine, et à plus tard si je ne meurs pas pitoyablement dans les prochaines heures !

Edité par Tidramus le 31/12/2018 - 18:46
Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Le préambule...

" SLC, Salut les Copains"

Bonjour à tous les vieux de la vieille :p

Pourquoi ne pas instruire la communauté hoopérienne de la magie des années des "copains" ? :) c'est pour cela que je me suis dis que tout les jours je donnerais un des 100 albums les plus vendus des années 60 sur base du livre de Gene Sculatti edition White Star...
Vous l'aurez compris nous sommes partis pour un long voyage de 100 jours, attachez vos ceintures, cela va déménager... :p


Ils sont nés pendant ou au lendemain de la guerre. les minots du baby-boom sont devenus des ados. Qui les font rêver aux Etats-Unis ? Les jeans! les films ! les idoles ! les voitures !... on les appelle des "teenagers" et leur poids socio-économique augmente au rythme de leur argent de poche ou de leur revenus (achats compulsifs de vinyles ou de "gadgets" par exemple).

Citation:
"En effet, nombreux sont ceux qui quittent l'école à 16 ans, surtout les filles, tout le monde étant assuré de trouver un emploi. La société de consommation devient une réalité alors que les ménages s'équipent avec enthousiasme de réfrigérateurs, tourne-disques, transistors, télévisions, tout en s'habituant à l'idée d'aller désormais faire ses courses au supermarché"
(les premiers ayant été ouverts en France dans les années 1957).

Citation:
"La chanson exotique et les rois de l'opérette des années 1950 sont balayés lorsque surgissent les premières vedettes du rock à la française qui et ce n'est pas une coïncidence, ont le même âge que leur public".

A la sortie de leurs premiers 45 tours, Johnny Hallyday a 16/17 ans, Eddy Mitchell (leader des "Chaussettes Noires") en a 18 et Dick Rivers (leader des "Chats Sauvages") en a 16.

Citation:
"C'est donc la révolution dans les foyers, alors que les ados des deux sexes possèdent désormais leurs magazines"

(avec en tête des ventes "Salut les Copains" et suivit de près par "Bonjour les Amis"), leurs émissions radio (avec en tête des audiences "SLC Salut les Copains") et leur vedettes,dont ils collectionnent les "Super-45" tours quatre titres (généralement un disque vinyle 45 tours n'en comptait que 2 chansons: une sur la face A et l'autre sur la face B).

Citation:
"Et peu importe si la plupart d'entre eux, surtout dans la première moitié des sixties, ne proposent le plus souvent que des versions maladroites (mais attachantes), en français, de succès anglo-saxons.

Le format 33 tours, plus adulte (d'autant que le 30 centimètres 12 titres remplace le 25 centimètres, qui n'en comptait que huit ou dix), est réservé aux interprètes plus sérieux: Brel, Brassens, Ferrat, Aznavour, de la génération précédente, même si au fil des ans, imitant la tendance internationale, les Beatles montrent la voie avec "Sgt. Pepper's Lonely Hearts Club Band", paru le 1er juin 1967, les jeunes artistes se sentent pousser des ailes et souhaitent asseoir une oeuvre plus ambitieuse en publiant des albums qui ne sont pas seulement un assemblage de leurs derniers succès radiophoniques.

Citation:
Entre 1966 et 1968, l'émergence foudroyante des petits frères et petites soeurs de ceux que l'on avait appelés des yéyé démode ces derniers avec une rapidité aussi cruelle que salutaire: seuls les plus charismatiques vont réussir à se maintenir face à une déferlante symbolisée par Jacques Dutronc, Michel Polnareff, Julien Clerc et d'autres.

Le point de rupture est symbolisé par une chanson signée Antoine, commercialisée en janvier 1966: dans ses "Elucubrations", cet authentique beatnik aux cheveux très longs et à la chemise très fleurie préconise de vendre la pilule contraceptive dans les Monoprix et de mettre Johnny en cage dans un cirque; sur l'album "génération perdue", ce dernier réplique en raillant ceux qui ont des "Cheveux longs et idées courtes".

Citation:
Une nouvelles révolution est en marche, qui à terme va accompagner la contestation de Mai 1968 (deux mois plutôt, Dutronc ne chantait-il pas "Il est 5 heures, Paris s'éveille"?) et donner naissance à la chanson française décomplexée des anneés 1970 (Alain Souchon, Maxime Le Forestier, Renaud, ...)...

...

Deuspapous

Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Préface de l'editeur...Top Français de la chanson 1/2

Si l'on devait faire un classement (Top 6 des albums les plus vendus en France dans les années 60) il y aurait:

- 1 "La Mamma"

Citation:
Paradoxalement, c'est avec son utlime album 25 centimètres que le grand Charles, qui publie des disques depuis 1948 et dont le premier album (réunissant onze titres déjà parus en 78 tours) remonte à 1953, obtient l'un des plus gros succès commerciaux de sa carrière, après avoir essuyé des critiques épouvantables, qui en auraient détruit plus d'un, portant sa voix autant que sur la dureté de ses textes, souvent cinglants comme des constats. Certes, il aligne les tubes depuis de nombreuses années déjà (Sur ma vie, Je m'voyais déjà, tu t'laisses aller, etc...) mais en 1963- année qui voit également la sortie de son premier 30 centimètres, avec For me, formidable et les Deux pigeons- l'impact de sa Mamma relève du phénomène de société. Parue en face B de Ne dis rien, comme le rappelle le biographe Daniel Pantchenko, la chanson "aborde avec une belle simplicité le mythe le plus universel qui soit, et dans son moment personnel le plus sensible: celui où la mort nous arrache une mère".

Aznavour, ex-chauffeur et secrétaire d'Edith Piaf, est alors au sommet de sa créativité, comme le montre aussi Et pourtant, autre titre majeur de cet album. Mieux encore, il n'hésite pas à livrer des chansons aux idoles (Retiens la nuit pour Johnny, La Plus Belle pour aller danser pour Sylvie Vartan), dont il a compris qu'elles sont là pour rester - contrairement à d'autres générations- et s'apprête à nous offrir d'autres chefs-d'oeuvre comme Que c'est triste Venise en 1964 ou la Bohême en 1965... Sur le disque on pouvait écouter La Mamma, Si tu m'emportes, Je t'attends, Sylvie, Et pourtant, Les Aventuriers, Tu veux, Le Temps des caresses...



-2 "Les Copains d'abord"

Citation:
En 1964 après douze ans de carrière, Tonton Georges fait moins peur qu'à ses débuts, à l'époque où ses chansons étaient censurées à la radio, quand il se faisait traiter d'anarchiste et de pornographe du phonographe. Les bien pensants se contentent de se moquer de la supposée simplicité mélodique de ses chansons (reproche totalement infondé) tout en s'inquiétant de son impact auprès de la jeune génération: les idoles yéyé le respèctent, à commencer par de jeunes artistes comme François Hardy ou Johnny. Ses disques sont réédités à tour de bras et la parution d'un nouvel album est à chaque fois un évènement. C'est d'autant plus flagrant avec celui-ci:il contient la chanson fédératrice, universelle par excellence, initialement écrite pour le film Les Copains d'Yves Robert; célébrant l'amitié (entre hommes), elle symbolise le credo de ce célibataire féroce qui n'aimait rien tant que la compagnie de ses potes. Pour autant, il sait se montrer amoureux: Vénus callipyge lui permet de célébrer un sublime fessier (4 ans plus tard, il consacrera l'un de ses plus beaux textes au sexe feminin: Le Blason). D'autres chansons font polémique: La Tondue, évoquant celles qui furent humiliées au lendemain de la Libération, pour avoir fauté avec l'occupant, ou encore les Deux Oncles, dont l'un aimait les Tommies, l'autre aimait les Teutons,que le chanteur renvoie dos à dos.

Moins de vingt ans seulement après la guerre, ces paroles lui furent vivement reprochées. On peut retrouver sur l'album: Les Copains d'abord, les 4 z'arts, le Petit joueur de flûteau, La Tondue, le 22 septembre, les Deux Oncles, Vénus callipyge, le Mouton de Panurge, La route au quatre chansons, Saturne, Le Grand Pan...



- 3 "Nuit et Brouillard"

Citation:
Tous les chanteurs qui apparaissent au début des sixties n'appartiennent pas à la vague yéyé, et c'est heureux. La chanson à texte, à l'exception du style Rive Gauche, qui bat de l'aile, a encore de beaux jours devant elle:la période 1960-1965 impose Barbara, par exemple et révèle Claude Nougaro (qui marie très habilement jazz et langue française) ou l'acteur-chanteur Serge Reggiani. Dans le même temps, la chanson romantique se porte bien, avec Adamo, Alain Barrière ou Hervé Vilard. Si Jean Ferrat sait, lui aussi se montrer amoureux (il l'a prouvé avec Ma Môme et Deux Enfants au soleil en 1961-1962), c'est en s'appuyant en permanence sur un substrat social; son engagement à gauche vaut certaines de ses chansons (comme Potemkine) d'être "déconseillées" par les autorités; il endosse, en pleine époque gaulienne, "le statut de chanteur d'opposition au régime", comme l'écrit son biographe Jean Dominique Brierre. En décembre 1963 paraît cet album 25 centimètres contenant huit chansons sur lesquelles l'artiste est accompagné par le fidèle "Alain Goraguer" (ex-complice de Boris Vian et des premiers enregistrements de Serge Gainsbourg). Outre un hommage au poète sétois (à Brassens) et Nous dormirons ensemble, un poème d'aragon (qu'il mettra souvent en musique), c'est la chanson éponyme qui marque les esprits: elle rend hommage aux déportés des camps d'extermination, où son propre père avait trouvé la mort.

On retrouve Nuit et Brouillard, A Brassens, Les Enfants Terribles, Toujours la même g..., C'est beau la vie, Quatre cents enfants noirs, Nous dormirons ensemble, Horizontalement...

A suivre ...

Deuspapous

Portrait de Fulgore K.I.
Hors ligne
A rejoint: 2 février 2012
Contributions: 93
Re: Musiques des années 60/70

Et bien "fils" tu t'es lancé dans une sacrée opération: Top 100 des albums les plus vendu en 100 jours, hâte d'avoir la suite... en tout cas je suivrais cela de très très près... Compte sur moi :p

Edit tu ne me dirais pas déjà quelques tuyaux du top par hazard, cela restera entre nous :P


Rise of the Machines

Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Citation:
Edit tu ne me dirais pas déjà quelques tuyaux du top par hazard, cela restera entre nous :P

Euh... non ! :P "tout vient à point qui sait attendre" donc patience et tu seras tout euh... "père" :P
A demain donc pour de nouvelles aventures...

Deuspapous

Portrait de Fulgore K.I.
Hors ligne
A rejoint: 2 février 2012
Contributions: 93
Re: Musiques des années 60/70


:p

Bise à demain donc... sans faute, je compte sur toi !


Rise of the Machines

Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Allez je vais juste te donner une petite "gaterie" supplémentaire puisque tu es gourmand :P

Préface de l’éditeur (top 6 français 2/2)

-4 Comme d’habitude

Citation:
« A l’évidence, celui qu’on surnommait Clo-clo était un artiste de 45 tours : depuis Belles ! Belles ! Belles !

– immense tube de l’hiver 1962-1963, écoulé à plus de 1,5 million d’exemplaires-

Citation:
il les avait enchaînés avec une belle régularité, en accordant plus de soin à la quête du prochain hit-single (avec, il faut le reconnaitre, un flair remarquable) qu’à la réalisation de ses 33 tours. Avec Comme d’habitude, qui paraît en décembre 1967, l’enjeu est différent : pour commencer, Claude François vient de créer son propre label

–les disques flèche distribué par Philips-

Citation:
Il l’inaugure avec une chanson, signée Jacques Revaux pour la musique et Gilles Thibault pour les paroles, directement inspirée par l’histoire d’amour qu’il vit depuis près de 2 ans avec France Gall. Le reste appartient à l’histoire : le crooner Paul Anka, en villégiature en France, entend le titre à la radio ; il en acquiert les droits d’éditions, écrit les paroles américaines (qui n’ont rien à voir avec l’original) et propose à Frank Sinatra : My Way, tube mondial, est encore à ce jour une des chansons les plus jouées dans le monde. L’album s’achève sur l’autre grand tube de l’année : Mais quand le matin ; pour la petite histoire, sur le 45 tours qui le contenait figurait la seule chanson que Serge Gainsbourg lui a jamais écrite, Hip Hip Hip Hourrah (dont les paroles détonnent dans son répertoire et qui ne figure pas sur le 33-tours).

On pouvait y trouver Comme d’Habitude, Ce soir je vais boire, Le martien, Je veux chaque dimanche une fleur, Pourquoi, La plus belle chose du monde, Pardon, L‘Homme au traîneau, Rien rien rien, Ma fille, Mais quand le matin…


-5 La Génération perdue :

Citation:
« Johnny, faut pas l’attaquer. Faut pas le dire fini parce qu’il a dû s’absenter un an pour cause de service militaire. Faut pas le croire calmé parce qu’il s’est marié avec Sylvie Vartan. Faut pas imaginer que la naissance de son fils David l’a rendu plus raisonnable. L’arrivée de Claude François, son rival le plus direct, l’a à peine déstabilisé. En revanche, la p’tite chanson d’Antoine, Les élucubrations, là ça l’a énervé.

-Avec l’aide de Gilles Thibaut- celui qui a écrit les paroles de Comme d’Habitude pour Clo-clo- Johnny réplique avec un titre choc, Cheveux longs et idées courtes.

Citation:
Johnny n’a de leçon à prendre de personne. Même pas des Beatles, dont il reprend avec brio Got To Get You Into My Life (tiré du chef d’œuvre « Revolver ») sous le titre Je veux te graver dans ma vie. Celui qui en adapte les paroles, son ami Long Chris, aide Johnny à traverser une mauvaise passe : certes Cheveux longs lui a permis de revenir au sommet des ventes, mais cela n’efface les revers qu’il s’est pris depuis quelques mois, avec des ventes décevantes. D’humeur sombre, Johnny compose Génération perdue, un hymne aux enfants de la guerre. Pire encore : le 10 septembre 1966, Johnny tente de suicider ; il a 23 ans, il est convaincu que sa vie est foutues. Au même moment sortent le 45 tours Noir c’est Noir et cet album remarquable. Les fans de Johnny reviennent en force et lui font un triomphe ; l’alerte avait été chaude…

On pouvait y retrouver : La génération perdue, On s’est trompé, Je me suis lavé les mains dans une eau sale, Quand un homme perd ses rêves, Don’t Need Nobody, De loin en loin, Noir c’est noir, La fille à qui je pense, Je veux te graver dans ma vie, Le jeu que tu joues, Elle reviendra, Cheveux longs et idées courtes…



-6 Volume 2 :

Citation:
« Un père psychorigide et violent, une mère qui a abandonné la danse pour se consacrer corps et âme au petit génie qu’est son fils unique, des premiers prix de Conservatoire en pagaille, le (très jeunes) Michel Polnareff se consacre corps et âme à l’étude de la grande musique plutôt qu’aux saines activités d’un gamin de son âge. Résultat : à 20 ans, après avoir claqué la porte de chez ses parents, Michel a opté pour la vie de Beatnik et de chanteur folk, avec sa guitare, ses cheveux longs, sa fragilité androgyne et sa timidité mêlée de mégalo déjà galopante. Il chante sur les marche du Sacré cœur de Montmartre, il hante les clubs londoniens, et devient une star dès la sortie de son premier 45 tours, La poupée qui fait non, tube de l’été 1966,

-enregistré à Londres avec Jimmy Page, membre du groupe les Yardbirds, future fondateur de Led Zepplin, à la guitare.La France n’a jamais eu –hormis Gainsbourg, dans un autre style- un compositeur aussi moderne, visionnaire, aussi imprégné del’air du temps-

Citation:
Au printemps 1968 paraît son deuxième album, réunissant des titres de sorties en simple depuis un an ou plus (Ta-ta-ta-ta, Âme Caline, Le roi des fourmis) mais aussi son plus récent chef-d’œuvre le sublime Bal des Lazes. En 2007, après 34 ans d’absence et de rumeurs qui le disaient fou, Polnareff est remonté sur scène : il a chanté tous ses classiques dont bons nombres étaient tirés de cet album un peu comme des joyaux sertis sur une couronnes du roi de la pop à la française…

On peut y trouver Jour après jour, Le roi des fourmis, Rosée d’amour n’a pas vu le jour, Ta-ta-ta-ta, Mes regrets, Les grands sentiments humains, Pipelette, Âme Câline, Y’a qu’un ch’veu, Le Bal des Laze, Oh ! Louis.

À suivre… donc les Top 100 des 100 albums vendus le plus dans les années 60 sur base des ventes internationales et aux Etats-Unis.

Deuspapous

Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Top 100 : n°100 The Button-Down Mind of Bob Newhart
Nombre d'exemplaires vendus: 500 000
Date de Sortie 1960
Single N°1: Aucun
Grammy Award: Album de l'année; meilleur nouvel artiste
Maison de disque: USA et G-B: Warner
Enregistrement: Houston, USA
Interprètes/collaborations: Bob Newhart
Producteurs: N/D



Citation:
The Button-down mind of bob Newhart est sans conteste le premier album comique à être parevnu au sommet du classement Billboard. Enregistré en live au Tidelands Club de Hoston

- Texas-,

Citation:
l'album décracha deux Grammies, dont celui de l'Album de l'année 1960. La performance est d'autant plus remarquable que la concurrence était rude. Tout d'abord employé de bureau à Chicago, Bob Newhart s'est peu à peu imposé sur la scène des cabarets, à la fin des années 1950 et au début des années 1960. Il y exerçait son métier de comique aux côtés de Shelley Berman, Lenny Bruce, Mort Sahl ou encore Jonathan Winters. L'humour de Newhart était plus subtil et cérébral que celui de ses compères; il mettait souvent en scène des personnages historiques dans un cadre contemporain, avec l'intention avouée de critiquer la culture populaire de l'époque. Dans cet album, Newhart imagine ainsi le président amércain Abraham Lincoln en grande conversation sur son image avec un conseiller politique ou encore l'inventeur du baseball présentant son sport au Comité olympique, qui ne comprend pas les règles ! L'album permit à la Warner Bros Records de se placer sur le marché du disque. Les albums suivants, The Button-Down Mind Strikes Back (un autre numéro 1) et Behind The Button-Down Mind, remplirent l'agenda des tournées et entrainèrent moult apparitions télévisées de Newhart, le portant même ensuite à la réalisation de deux sitcoms à succès, The Bob Newhart Show (de 1972 à 1978) et Newhart (de 1982 à 1990)...

On pouvait avoir sur l'album: Abe Lincoln Vs Madison Avenue (7:31), Cruise of the USS Codfish (5:01), Merchandizing the Wright Brothers (3:12), Khrushchev Landing Rehearsal (4:47) Driving Instructor (8:03), Nobody will ever play baseball (3:21) ... Durée totale: 32 minutes.


Vraiment surréaliste non ? :p

Deuspapous

Portrait de Fulgore K.I.
Hors ligne
A rejoint: 2 février 2012
Contributions: 93
Re: Musiques des années 60/70

Citation:
Allez je vais juste te donner une petite "gaterie" supplémentaire puisque tu es gourmand :P

Gourmand, qui ça, moi ... ? T'abuses là :P

PS: Faut dire que c'est quand même vraiment spécial l'album de Newhart. Surtout dans un top 100 ???

Typiquement amerloc le machin :P

Edité par Fulgore K.I. le 13/01/2013 - 15:01


Rise of the Machines

Portrait de Deuspapous
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2013
Contributions: 42
Re: Musiques des années 60/70

Citation:
Gourmand, qui ça, moi ... ? T'abuses là :P
A peine :P

Citation:
Typiquement amerloc le machin :P

Quel préjugé de bas étage :P,
Monsieur fait le fine bouche maintenant :P,
Monsieur ne veut que du grand classique :P

T'inquiète va, j'ai été surpris au début, tout comme toi, mais une fois que tu comprends ce que dit "l'amerloc" tu te dis, "et c'est pas mal..." mais pour cela il faut être un minimum bon en Anglais (matière qui n'était pas ton fort à l'école je crois euh, euh... :P)
Comme quoi il ne suffit pas d'un bon rythme pour faire un bon disque, de bonnes paroles cela compte énormément aussi...

Deuspapous