Skip to Content

Et le classique dans tout ça !

Dernière contribution

335 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1707
Re: Et le classique dans tout ça !

Allez, je mets fin au suspens :-)

Le grand rival de Liszt est Sigismund Thalberg (1812-1871). Il est un peu oublié aujourd'hui mais il fut une véritable star à son époque, notamment pour ses Fantaisies sur des thèmes d'opéras, genre virtuose par excellence et très prisé à ce moment-là. Il y a beaucoup de discussions autour de cette pratique pianistique, se cantonnant à démontrer la virtuosité des pianistes au détriment de l'art selon certains commentateurs actuels, mais je pense que ça vaut le coup quand même d'aller écouter quelques-unes des œuvres de Thalberg.

On peut citer : sa Grande Fantaisie sur des thèmes de l'opéra "Don Pasquale", son Souvenir de Beethoven, son Concerto pour piano, etc.

Mais son œuvre la plus connue est sans doute sa Fantaisie sur l'opéra "Moïse" de Rossini. C'est œuvre est juste magique et est un bijoux de virtuosité. Mention spéciale pour le thème de fin.

La rivalité entre Liszt et Thalberg est légendaire, surtout après leur fameux duel organisé par la princesse Cristina Belgiojoso. Les deux pianistes vont y déployer tout leur talent en interprétant leurs œuvres phares avec pour pièce de résistance la Fantaisie Moïse pour Thalberg et L'Hexameron pour Liszt. À la fin, le public ne se décidant pas en faveur de l'un ou de l'autre, un célèbre trait d'esprit est lancé : "Thalberg est le premier pianiste du monde. Liszt est le seul." J'aurais tellement aimé y être... D'abord pour entendre du Liszt joué par Liszt, puis pour assister à ce genre de "spectacle" ; pour la beauté du sport quoi ;-)

En ce qui concerne l'opéra, je peux parfaitement comprendre ta position. Pour être franc, j'ai eu moi-même un peu de mal au début ; surtout à cause des retransmissions à la télévision. Personnellement, ça n'a jamais vraiment marché avec moi. Je ne sais pas, de manière générale, je trouve que la télé affadit le concert. Et c'est dès lors difficile de bien appréhender toutes les subtilités d'une œuvre, voire d'un interprète. Évidemment, je ne dis pas qu'il faut supprimer ce genre de retransmissions mais je pense que c'est toujours mieux d'aller voir sur place — quand on peut bien entendu — ne fusse que pour l'ambiance. J'ai commencé à écouter de l'opéra en version audio. Je me suis délibérément coupé de la mise en scène dans un premier temps pour avoir plus facile à entrer dedans. Certains diront que c'est une hérésie puisque l'opéra appelle justement une mise en scène. Là-dessus, je répondrai oui et non car si aujourd'hui un soin particulier est adopté pour la mise en scène — en général hein, parfois, on est d'accord, c'est bâclé — c'était pas toujours aussi clair au XVIIIe et XIXe siècle. Il y avait bien une mise en scène mais il n'était pas rare que les solistes s'arrêtent de jouer et se positionnent face au public quand ils entonnaient leurs airs. Pour, une fois qu'ils avaient fini, reprendre leur jeu et poursuivre "l'histoire".

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Ludwig DeLarge
Hors ligne
A rejoint: 10 janvier 2015
Contributions: 877
Re: Et le classique dans tout ça !

Tiens, on parle de Thalberg. Ça fait plaisir.

Pour sa Fantaisie, Thalberg a mis en pratique sa technique du jeu dite "à trois mains" : jouer la mélodie avec les deux pouces, et des arpèges avec le reste des doigts pour donner l'illusion de jouer avec trois mains.

Cette technique a fait fureur ; Liszt, qui l'a d'abord considérée comme un effet de mode, se l'est ensuite appropriée.

Thalberg est tombé dans l'oubli car sa technique a été imitée, re-imitée, et re-re-parodiée tellement de fois que sa musique n'était plus de mode.

Bon, encore une fois je vais faire de la pub' pour ma revue (POGNOOOOON), mais je parle sur plusieurs pages de cette Fantaisie sur Moïse et de la rivalité Liszt-Thalberg que je connais très bien maintenant, donc si vous êtes intéressé, jetez-y donc un petit coup d'œil : http://editions-nm.com/achat_revue.php?idrevue=3

Edité par Ludwig DeLarge le 06/06/2017 - 18:21
Portrait de tété-yoshi
Hors ligne
A rejoint: 21 janvier 2012
Contributions: 54
Re: Et le classique dans tout ça !

Ah ! J'apprends toujours plein de choses sur ce topic (et aussi sur ta revue, Ludwig), et je vous en remercie.

Récemment j'ai découvert les œuvres ultimes de Schumann.
Tout d'abord ce thème et variations, qu'il a écrit très peu de temps avant son internement à Endenich. Le soir, après s'être couché avec sa femme Clara, il se serait soudain levé pour écrire cette mélodie, soit disant chantée par un ange...
https://www.youtube.com/watch?v=c8FUZ-saANQ

Ou cet opus 133, écrit trois ans avant avant sa mort, alors que sa santé mentale était déjà bien affectée. Je vous invite à lire et la description et les commentaires qui éclairent un peu ce pour quoi ces pièces semblent si incohérentes.
https://www.youtube.com/watch?v=DW_tR5rK8l4

Un petit dernier pour la route, cette fois c'est Brahms qui varie un thème de Schumann.
https://www.youtube.com/watch?v=Cx9Tije-nwk

Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1707
Re: Et le classique dans tout ça !

À propos des "trois mains" de Thalberg, il y une caricature de lui que j'aime beaucoup et qui est bien représentative du sujet. Tu le vois assis devant son piano, jouant le visage fermé et les bras dans tous les sens. En tout, il a bien huit mains réparties sur plusieurs claviers. Mais le plus drôle, ce sont les deux mains qu'il a dans les poches. Badass quoi :-)

Lui aussi j'aurais vraiment aimé l'entendre jouer...

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Kurka Wodna
Hors ligne
A rejoint: 17 avril 2013
Contributions: 601
Re: Et le classique dans tout ça !

Enfin la réponse tant attendue !!! Étrangement dans ma tête je n'ai jamais (à tort visiblement) associé Thalberg à un monstre de virtuosité (je ne le connais pas très bien aussi)... mais c'est vrai que sa fantaisie est assez massive.
Et ça fait toujours plaisir d'entendre les chants de l'aube de Schumann, on sent que la folie n'est pas loin... comme dans ses Bunte Blätter aussi d'ailleurs : https://www.youtube.com/watch?v=WwYgIOM-cvY

PS : Dans la liste des pianistes méconnus j'ajoute Mazurette... si méconnu que je ne trouve aucun enregistrement, c'est le problème il y à une foule de partitions sur IMSLP qui semblent intéressantes à jouer mais aucun interprète pour se faire une idée :(

Edité par Kurka Wodna le 09/06/2017 - 18:06

Kurka wodna !

Portrait de Ludwig DeLarge
Hors ligne
A rejoint: 10 janvier 2015
Contributions: 877
Re: Et le classique dans tout ça !

Mazurette c'est la petite-fille de Kurt Masur ? ho ho ho ho :3

N'ayez pas peur d'enregistrer des morceaux inédits, oubliés, ou pas encore joués. En faisant cela vous enrichissez le fonds discographique d'un compositeur peu connu.

Edité par Ludwig DeLarge le 11/06/2017 - 15:59
Portrait de tété-yoshi
Hors ligne
A rejoint: 21 janvier 2012
Contributions: 54
Re: Et le classique dans tout ça !

Une chaine youtube qui s'appelle "thenameisgsarci" promeut justement des compositions à la fois d'auteurs méconnus mais aussi de ses viewers, quand celles-ci lui plait. Des fois, on y trouve des choses assez loufoques comme ceci : https://www.youtube.com/watch?v=2bwK4pl9DLk&feature=youtu.be

Ou ceci : https://www.youtube.com/watch?v=pHW1I8T0caI

Mais aussi des composititions originales : https://www.youtube.com/watch?v=RNVoZVFpW58

Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1707
Re: Et le classique dans tout ça !

Aujourd'hui j'aimerais vous proposer de découvrir, ou redécouvrir, un musicien de ma chère Belgique natale :-)

Guillaume Lekeu est un compositeur verviétois — pour ceux qui se posent la question, c'est un habitant de la ville de Verviers — de la fin du XIXe siècle. Très tôt intéressé par la musique, il prend des leçons privées avec César Franck qu'il poursuit, à partir de la mort du maître, avec Vincent d'Indy. Il remporte en 1891 un second prix de Rome (belge) avec sa cantateAndromède et voit son nom de plus en plus cité dans la presse artistique belge de l'époque.

En 1894, le compositeur meurt brutalement à l'âge de de 24 ans d'une fièvre typhoïde après avoir mangé un sorbet... Dans le genre mort con, on fait pas mieux — excepté Alkan ou Lully ;-)

Il laisse derrière lui le sentiment d'une perte incommensurable pour la musique — un peu comme Jimmy Hendricks — au regard des œuvres qu'il a composées au fil de sa courte vie.

Je donne trois de ces œuvres les plus connues :

- Fantaisie contrapuntique sur un cramignon liégeois (1890) qui est une sorte de "blague musicale". L'œuvre débute, après que les instruments se soient accordés — c'est dans la partition si si — par le thème du cramignon (sorte de danse liégeoise populaire) qui va être successivement joué par toute les parties de l'orchestre de manière fuguée comme une sorte d'improvisation musicale le temps que tous les musiciens retardataires s'installent dans la fosse et jouent le "vrai" morceau. L'œuvre offre une vision parodique de la "fugue académique".

- Fantaisie pour orchestre sur deux airs populaires angevins (1892) qui est, comme son nom l'indique, une œuvre basée sur deux airs bretons notés par le compositeur lorsqu'il était en séjour à Angers. Elle évoque un relation amoureuse nouée au cours d'une fête populaire, par une chaude soirée estivale ; la musique évoque différentes parties de cette petite histoire : lé début marque la fête populaire proprement dite, on trouve également une évocation de la nuit ou encore de la scène d'amour, etc.

- Sonate pour piano et violon (1892) qui demeure sans nul doute la partition la plus aboutie du musicien "où l'on sent passer comme un vent froid l'haleine de la mort qui devait emporter ce jeune homme en pleine jeunesse et talent naissant." Voilà ce qu'en dit le Guide musical du 11 décembre 1910 : Elle adopte la "forme cyclique" chère à Franck ; elle suit également le maître dans ses innovations harmoniques ; les différents thèmes sont extrêmement typiques et s'imposent tyranniquement à la mémoire par la netteté de leur silhouette mélodique : c'est grâce à cela que l'œuvre, dont le plan de détail est souvent inspiré par la fantaisie la plus libre, donne cependant l'impression d'une rare cohérence et d'une profonde unité.

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Kurka Wodna
Hors ligne
A rejoint: 17 avril 2013
Contributions: 601
Re: Et le classique dans tout ça !

Si un jour mon niveau pianistique dépasse la médiocrité c'est avec plaisir que j’enrichirais les fonds discographiques mais malheureusement c'est pas facile... la peinture à l'huiiiiiiiile !

Et incroyable, je croyais que dans le domaine de la mort bête Lully était le champion mais ce Lekeu mérite un oscar dans ce domaine ; quel manque de savoir vivre, non mais ! Encore une fois merci pour la découverte, j'ai toujours aimé les traits d'humours en musique (il ne faut pas non plus en abuser hein, mais à titre d'exemple la marche funèbre sur un perroquet mort d'Alkan vaut le détour... pour les paroles : https://www.youtube.com/watch?v=X3_kPStIfM8). Et vous, est-ce que vous avez déjeuné ?

Kurka wodna !

Portrait de Vexalord
Hors ligne
A rejoint: 26 octobre 2014
Contributions: 32
Re: Et le classique dans tout ça !

Je ne sais pas si cette œuvre a déjà été cité mais j'aime beaucoup le Sacre du Printemps de Stravinsky. C'est un ballet qu'il a composé entre 1910 et 1913 et qui a fait scandale à l'époque lors de sa première exécution à Paris en raison de son aspect très rythmique et ses harmonies étranges. Au point que les détracteurs de l'époque l'aurait qualifié de "Massacre du printemps" !

On entend d'ailleurs un passage de ce ballet dans Fantasia au moment où on voit les dinosaures. Le moment où l'orchestre se déchaîne dans le second tableau illustre le moment où le tyrannosaure se rue sur sa proie.

John Williams s'est d'ailleurs inspiré de ce ballet dans Star Wars IV au moment où C3PO et R2D2 déambulent sur Tatouine. La piste de la BO qui correspond à ce passage s'appelle "The Dune Sea Of Tatooine/Jawa Sandcrawler". Écoutez bien, vous allez voir, la ressemblance est frappante avec le début du second tableau du ballet !

Et pour ceux qui s'y connaissent un petit peu, je vous suggère d'aller mater la partition, c'est un truc de fou ! L'orchestration est absolument incroyable ! C'est pour moi l'une des plus grandes œuvres pour orchestre qui est jamais été composé ! On trouve facilement la partition sur IMSLP. Allez, je donne même le lien parce que je suis sympa : http://imslp.org/wiki/The_Rite_of_Spring_(Stravinsky,_Igor)

Et voilà un lien pour écouter ce chef-d’œuvre avec pour moi de loin la meilleure interprétation de ce ballet exécutée par l'orchestre de San Francisco et Michael Tilson Thomas en chef d'orchestre : https://www.youtube.com/watch?v=mfczUgr1qu4.

Edité par Vexalord le 17/06/2017 - 15:47