Skip to Content

Des passionnés de musique ancienne?

Dernière contribution

50 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Mnemosyne
Hors ligne
A rejoint: 24 avril 2012
Contributions: 488
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Ah avant d'oublier! Rameau m'y a fait penser.

Autre découverte du festival de Saintes, Issé de Destouches. Bon déjà, céki Destouches? Moi, perso, je ne connaissais pas. Eh bien c'est un compositeur baroque français, André-Cardinal de son p'tit nom.

Il a composé un opéra baroque majeur, Issé. Bon pour l'histoire on s'en fout, j'ai jamais vu un opéra dans lequel il ne se passe autant RIEN. En gros, Issé est amoureuse d'Apollon (si je me souviens bien) mais elle ne sait pas que c'est Apollon, du coup, Apollon parce qu'il en a marre qu'on l'aime pour son titre (Dieu, gros BG, toussa, c'est lourd à porter quand même) se déguise en berger et Issé tombe réellement amoureuse de lui, ne sachant pas que c'est lui (vous suivez?). Du coup, quand elle voit que le berger lui échappe, elle est en PLS, mais Apollon lui révèle que c'est lui et ils sont heureux.

En gros c'est l'histoire de deux gens qui s'aiment quoi. XD Ah si y a un grossier personnage qui épie Issé tout le long et qui rage comme un porc qu'elle ne veuille pas de lui, diantre.

Par contre, la musique quoi... J'ai été scotchée par la musique. Bon déjà j'étais au premier rang, ça aide, mais j'ai vraiment adhéré. Du baroque joyeux, enlevé, drôle même parfois, des choeurs géniaux, des solos impressionnants (notamment la servante qui imite les oiseaux à un moment: un tour de force). ça fait penser à Rameau, beaucoup. Mais en moins grave, en plus léger (pas de lieux funestes ici, que du zoizeau, des divinités qui font la teuf, des femmes qu'ont envie d'aimer et des hommes qu'ont envie de baiser).

Et ce qu'il faut préciser c'est que (je serais bien incapable d'expliquer pourquoi) il n'y a AUCUN enregistrement de cet opéra. Issé, c'est un peu l'opéra que tout le monde connaît, mais que personne n'a vu ou entendu. Du coup, j'ai eu énormément de chance parce que ce concert précédait le premier vrai enregistrement de la bête, par l'ensemble Les Surprises qui est extra (ils ont fait le festival et sont allés à Versailles procéder à l'enregistrement directement après).

Donc voilà, que des extraits pour l'instant, mais dès que je peux me procurer cet enregistrement, je saute dessus. Les extraits ne rendent pas justice à l'oeuvre, franchement, tout est génial du début à la fin. Chaque chanteur, chaque musicien est un virtuose. Si un jour y a l'intégrale sur Youtube, je mettrai la vidéo ici.

Portrait de Mnemosyne
Hors ligne
A rejoint: 24 avril 2012
Contributions: 488
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Citation:
Y a même Jaroussky en guest. Bien que je préfère 1000 fois les contreténors (les ténors, à l’opéra, j’ai jamais pu encaisser), le Jaroussky n’est pas trop ma tasse de thé.

Oh il est bon quand même, regarde:

Bon après pour moi le meilleur contre ténor hormis Alfred Deller qui a toujours géré du cassoulet sur les déprimants baroques anglais notamment Purcell

C'est Andreas Scholl <3

Preuve:

Le timbre de voix le plus pur, et surtout le plus maîtrisé. Disons que, tous ces artistes ayant encore leur matos (enfin, je ne suis pas allée vérifier) ils ne peuvent pas maîtriser de manière aussi claire et simple leurs aigus comme les vrais castrats pouvaient le faire. C'est le fruit d'un immense travail et parfois, souvent, on voit poindre le petit déséquilibre sur la note fatidique, qui rappelle que cette voix est un travail d'un homme qui a par ailleurs une voix d'homme qui a mué. Chez Andreas Scholl, jamais. A croire qu'il n'a vraiment plus son matos (bon je l'ai entendu en interview il a une voix d'homme, et puis, il a des enfants je crois) mais c'est à s'y méprendre. Je suis fan.

J'écouterai les liens qui suivent ^^ En tous cas merci de proposer de la musique aussi variée. Personne n'a encore mentionné Bach! Je vous félicite (et en suis un peu triste en même temps XD).

Edité par Mnemosyne le 11/05/2019 - 09:51

Portrait de iwao72
Hors ligne
A rejoint: 31 décembre 2012
Contributions: 430
Re: Des passionnés de musique ancienne?

"fan de Poledouris", tu me flattes mon bon Depakote, car je suis loin de connaître toutes ses B.O., mais je vénère celle de Conan en effet, alors je la poste sous tous les prétextes :)
En tout cas, toi et Mnemosyne savez bien transmettre votre passion, je découvre de bien belles choses.

Et pour rester en Grèce après ce cher Basil, j'ai été écouter certaines des plus vieilles musiques qui nous sont parvenues, et en voici une sympa, composée au début du IIe siècle par un certain Mésomède de Crète :

Ça donne envie de créer un RPG rien que pour y mettre ces musiques du fond des âges, ça aurait de la gueule !

Portrait de Mnemosyne
Hors ligne
A rejoint: 24 avril 2012
Contributions: 488
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Citation:
En tout cas, toi et Mnemosyne savez bien transmettre votre passion, je découvre de bien belles choses.

C'est bien gentil, merci.

C'est un peu l'esprit du topic d'ailleurs, je le voudrais moins "cours magistral" que découvertes insoupçonnées.

Vu que c'est ma façon d'appréhender la musique (je me déplace beaucoup en festival et concerts sans toujours savoir ce que je vais voir) je trouve ça sympa un topic où on reproduit cette façon de faire, on poste ce qui nous a séduit, nos découvertes.

D'ailleurs si certains d'entre vous vont écouter de la musique ancienne IRL n'hésitez pas à partager vos bons plans :)

Effectivement, je te rejoins, il faudrait un RPG "musique ancienne" le nombre de fois où je me suis dit ça XD Très belle musique, mystérieuse, ça transporte instantanément dans le temps et l'espace.

Je poste encore une découverte du festival de Saintes (il était fourni dis donc)

"Perpetual Night" par l'ensemble Correspondances, avec la sublime mezzo-soprano Lucile Richardot.

Un ensemble de chants (déprimants) de pré-baroques et baroques anglais articulés autour de Purcell, noirs et grandioses.

La voix de Lucile m'a touchée au coeur, réellement. Je vais me procurer le CD d'ailleurs parce que c'est du chef-d'oeuvre du début à la fin.

Moi qui ai facilement tendance à la mélancolie, j'ai trouvé mon Graal pour les instants déprime XD

Portrait de Depakote
Hors ligne
A rejoint: 8 janvier 2019
Contributions: 339
Re: Des passionnés de musique ancienne?

@ iwao : Ben je me souviens que tu m'avais parlé de comment Poledouris avait eu l'idée de sa valse dans Conan. Tu m'as dit que le thème, il le tenait de sa fille. Faut quand même être un poledourissien dans l'âme pour savoir ça. Sinon j'ai écouté ton dernier post. Sympa ! Merci à toi pour cet hymne solaire dédié... dédié à qui, au fait ? À Hélios ou au poto Umbasa ?

Citation:
Oh il est bon quand même (Jaroussky), regarde :

Une archive TV en vaut une autre, la prestation de Nomi a un peu plus d’allure, non ? Voir ce Martien débarquer sur le plateau et entonner le « tube » de Purcell, ok, cela peut faire sourire de prime abord. Mais avec ses mains tendues, son visage poudre de riz, je sais pas, il me tire plus les larmes que Jaroussky. On dit que le génie c’est de la folie maîtrisée, là j’ai envie d’embrasser Nomi tellement il maîtrise la folie. D’ailleurs je kiss mon écran, tiens... Dommage que cet extraterrestre ait regagné les étoiles trop vite. :-(

Comment ne pas te rejoindre sur Andreas Scholl ? L’interprétation du « Nisi Dominus - Cum Dederit » de Vivaldi que tu as postée, Mnemosyne, nous dresse les poils. On se dit en l’écoutant : « Pourquoi t’abats-tu, mon âme, et gémis-tu au-dedans de moi ? » Bien qu’il ait son « matos » comme tu dis (faudrait quand même vérifier cette histoire, est-ce que ses enfants sont bien de lui ? Ma main à couper qu’ils sont de Jaroussky, je le sens tout à fait capable de trahir ses frères d’arme avec sa tronche de premier de la classe. C’est peut-être pour ça que je l’aime sans plus, il fait faux derche), mais qu’est-ce que je disais...? Ah oui, cet Andreas Scholl, bien que non castré, marche dans l’obscurité en enfant de lumière ; tu me diras, avec le nom qu’il porte, pas étonnant qu’il marche aussi confortablement. En tout cas Vivaldi lui va bien. De 3:48 jusqu’à la fin, sa façon de tenir le « ven » du « Fructus ventris » est un rêve de pureté qui se réalise. La dernière goutte d’espoir quand la vie bat moins fort. Ces moments où il faut réapprendre à parler à la première personne. Dire « Je » est parfois difficile. Comment oublier ? Oublier qu’il n’y a plus rien de soi dans le regard des autres ? Andreas Scholl nous y aide. Et pour chanter comme ça, il faut avoir été confronté à une vie totalement différente des autres, plongé dans une lutte pour sortir du chaos et de l’angoisse. Merci, Mnemosyne. Pour ma part je découvre l’artiste.

Citation:
Moi qui ai facilement tendance à la mélancolie, j'ai trouvé mon Graal pour les instants déprime

Allez, encore un p'tit coup de Rameau pour retrouver la pêche :

Portrait de Depakote
Hors ligne
A rejoint: 8 janvier 2019
Contributions: 339
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Citation:
Personne n'a encore mentionné Bach ! Je vous félicite (et en suis un peu triste en même temps XD).

Ne sois plus triste, voilà la bête ! Oui, voilà l’animal ! Austère, la façade d'aplomb, le père Bach a du mal à se départir de cette image de cathédrale. Quand nous levons nos yeux au ciel, le sommet finit en pyramide aiguë, on ne parvient pas à distinguer la flèche ; perdue dans les nuages, elle semble crever le manteau comme une antenne en émission avec les astres. De là à avancer que, bien avant les bombes aérosols, le premier responsable du trou dans la couche d'ozone c'est Bach, il n’y a qu’un pas ‒ je ne parlerai pas des vaches par égard pour sa mémoire. Qu’il nous fascine ou nous emmerde, il faut bien reconnaître que se prendre une fugue de lui en pleine poire, c’est l’encaisser en bloc comme en détails, avec des éléments subtils si nombreux que nos sens d'aujourd'hui, 300 ans et des poussières plus tard, découvrent toujours avec la même surprise. Sa science du contrepoint, ainsi que l’autre science, opposée et inconnue, celle de la magie, qui, isolément de la chose pensée, construite, est issue du plus aléatoire des big bang, demeurent intactes. Pourtant, comme tout compositeur, Bach est au service de la musique, il ne se prend pas pour l’Architecte de l’Univers. Lorsqu’il écrit une fugue, bien sûr il s’impose de l’écrire d’une façon absolument stricte : c’est une élégance qu’il a voulue et qui peut-être lui a donné des idées. Je veux dire qu’il aurait probablement trouvé une autre musique s’il n’avait pas écrit une fugue, mais cette obligation lui a fait trouver des choses qu’il n’aurait pas trouvées autrement... Putain ce que je dis n’a aucun sens... Bon, le mieux est que je vous lance un skeud parce que je suis en train de m’emmêler les saucisses, là...

Voici un extrait de son Magnificat, l'enchaînement Quia Respexit / Omnes Generationes ; z’inquiétez pas, j’ai calé le curseur à 5:58, pas de blème, ça part au bon moment. Bon, ça commence très dépouillé par une conversation voix soliste, hautbois et violoncelle (continuo, en fait, mais on s'en tape). Un début... comment dire ? ouais, rococo, limite barbant, à cause de ce gallinacée de hautbois qui ne cesse de vocaliser en couvant son œuf. Mais c'est du barbant volontaire car Bach crée là un effet de bombe à retardement qui explose à 8:18. C'est l’art de jouer sur les effets : le calme avant la tempête – et quelle tempête, tisane de tisane ! Du coup, en attendant l’explosion, nos yeux s'attardent. On remarque notamment, à 7:45, le regard fulminant de jalousie que l'Asiatique, à l'extrême droite, lance à la soprano soliste. Un regard qui trahit sa pensée : « Putain de connasse de blondasse de merde, pourquoi c'est pas moi qui suis à sa place ! »

Après ce court instant qui nous aura permis d'admirer le masque de la jalousie féminine, on débouche sur le fameux passage à 8:18. Et là, nous apercevons un tout autre visage. Oui, Mnemosyne, Cioran avait raison : Dieu a tout pompé à Bach, jusqu’à son visage. Quant à celui du chef d’orchestre, toute une succession de mimiques, de contractions, de grimaces, va passer sur lui pour le désincarner. Il est même à deux doigts de se péter une artère. Et on le comprend. Cette fugue rend fou. Ah oui, ça se termine à 9:50. Vous pouvez couper ou continuer d’écouter, si le coeur vous en dit, mais après ce passage, on revient à nous, on revient sur terre, étourdi, étonné d’être là ‒ déçu dirait-on.

https://youtu.be/41blIyHQ0hs?t=358

Portrait de Depakote
Hors ligne
A rejoint: 8 janvier 2019
Contributions: 339
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Petit focus sur un instrument médiéval : la vielle à roue.

Voici deux manières d’en jouer.

La conventionnelle :

Ou bien en ramenant l’instrument à notre époque. À l’instar du violon électrique, il s’agit ici, semble-t-il, d’une vielle à roue électrique, ce qui permet de jouer avec le son en le transformant à l’aide de pédales d’effets. Le gars, à mon oreille, semble utiliser distorsion et delay comme effets, et aussi une pédale loop pour boucler les cellules musicales ; à moins qu’il ait raccordé la vielle à un ordi pour enregistrer les séquences via un programme genre Pro Tools ou Adobe Audition. Enfin, j’sais pas trop comment il a machiné son affaire mais l'instrument en ressort comme redoré par électrolyse.

L'Outsider
Portrait de Agecanonix
Hors ligne
A rejoint: 10 avril 2017
Contributions: 42
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Mnemosyne, grace à toi je viens de découvrir le Llibre Vermell de Montserrat, Cuncti simus concanentes. Et Stella splendens.
J’adore, je l’ecoute en boucle, c’est enivrant, et je crois que je vais acheter l’album. Merci à toi pour cette découverte. J’ai écouté les autres versions, tu as raison c’est la plus profonde.
Ah, et j’en profite aussi pour te remercier chaudement pour avoir voté pour ma BD en premier choix pour le concours, ça me touche.

Hooper, ça fait du bien par où ça passe...

Portrait de Mnemosyne
Hors ligne
A rejoint: 24 avril 2012
Contributions: 488
Re: Des passionnés de musique ancienne?

T'as une sacrée plume, Depakote ;) C'est très agréable de te lire.

Merci pour les liens, merci aussi de développer le sujet sous d'autres angles (instruments anciens).

Citation:
Le gars, à mon oreille, semble utiliser distorsion et delay comme effets, et aussi une pédale loop pour boucler les cellules musicales ; à moins qu’il ait raccordé la vielle à un ordi pour enregistrer les séquences via un programme genre Pro Tools ou Adobe Audition. Enfin, j’sais pas trop comment il a machiné son affaire mais l'instrument en ressort comme redoré par électrolyse.

Le son est particulier et très plaisant. Difficile de savoir comment il l'a obtenu réellement, effectivement...

Je propose à mon tour un petit focus sur la viole celtique à laquelle Jordi Savall (OUI ENCORE) a consacré un bel album loin de ses racines catalanes et en même temps, si proche, dans la rythmique et surtout ce bel instrument, la viole, qu'il gère en comprenant toutes les petites nuances géographiques et temporelles de cet instrument ancien.

Très belle musique et je vous conseille l'album.

Merci Agecanonix, le livre vermeil est pour moi un incontournable, une base. Les sonorités sont pures et galvanisent. Si ça plaît je suis ravie.

Je vous laisse avec le "tourdion" une danse du 15e-16e siècle. On l'a beaucoup utilisée comme chanson à boire bien plus récemment.

Pour les amateurs de clairet ;)

Edité par Mnemosyne le 18/05/2019 - 17:42

Portrait de Depakote
Hors ligne
A rejoint: 8 janvier 2019
Contributions: 339
Re: Des passionnés de musique ancienne?

Thanks for all, Mnemosyne. Sans oublier Themaziest et Trikounet qui ont donné l’impulsion. Où en serait le topic s’il n’avait bénéficié de leur coup de pouce, je me le demande... Si d’autres propositions vous viennent à l’esprit, vous, iwao ou les autres, ce sera un plaisir, pour Mnemosyne et pour d'autres, de les écouter. Rassurez-vous, je vous épargnerai mes commentaires. Écrire m’ennuie. Et le systématisme encore plus.

Après Savall (toujours égal à lui-même), le choix du Tourdion, comme en miroir à l’épopée A Plague Tale : Innocence dans laquelle Hooper est engagé en ce moment même, hormis que l’action se déroule au XIVe siècle et que l’ambiance y est moins festive, nous a fait retrouver un peu ce fumet de sanglier au tourne-broche mêlé à l’odeur des vieilles chaumières. Le cadre idéal, en somme, pour présenter la soprano et harpiste allemande Elisabeth Pawelke, dont le talent tremble de compréhension émue pour le répertoire médiéval. Ses mains de frôleuse de cordes, auprès desquelles mes mains de tapoteur de clavier Azerty (malgré les dires de Mnemosyne) sont inexistantes, nous parlent, autant que sa voix, de l’amour courtois. C’est d’abord Jorge de Montemayor, poète du XVIe siècle, qui est à l’honneur, suivi, pour calquer à l’époque du jeu développé par Asobo Studio, de Guillaume de Machaut, auteur-compositeur français du XIVe donc, à travers l’un de ses virelais intitulé Je vivroie liement (Je vivrai dans la joie).

S’agissant de la date de naissance d’Elisabeth Pawelke, je n’ai pas cherché, mais à l’écouter chanter/jouer on ne saurait lui donner d’âge. Elle est née depuis des siècles et ne mourra jamais. Ah oui... étant donné que sur les deux extraits choisis on ne l’entend pas jouer de la harpe (parce qu’elle a fait partie de plusieurs ensembles), vous trouverez à la fin, sous balise, si ça vous intéresse, une vidéo où on la voit caresser les cordes.


Spoiler