Skip to Content

Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Dernière contribution

639 posts / 0 nouveau(x)
Meteor Swarm
Portrait de Rezard
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 7740
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Elite dangereux (version ps4)

Meteor Swarm
Portrait de Rezard
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 7740
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

fallen legion (ps4)

Edité par Rezard le 17/07/2017 - 12:48
Modérateur
Pixel Boy
Portrait de Chuck Chan
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 3103
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Hey, on a des reviews en primeur sur Hooper.fr, la classe !!

Portrait de soun
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6791
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

j'avais jamais vu ce topic.
Si vous voulez y'a mes tests sur les jeux infogrames sur ce topic. Il sont référencés en première page.
http://www.hooper.fr/forums/retro-gaming/infogrames

de temps en temps il m'arrive de rajouter un test ^^

Modérateur
Pixel Boy
Portrait de Chuck Chan
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 3103
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
j'avais jamais vu ce topic.
Moi par contre, j'avais vu ton topic Infogrames ^^

Je référence volontiers tes anciennes critiques très complètes, mais je ne les mets pas dans le listing des "10 dernières critiques", histoire de ne pas shooter les autres d'un seul coup. Pour tes prochaines critiques, je les traiterai comme les autres, tu pourras soit me passer le lien par MP ou les poster en double sur ce topic, comme tu préfères ;)

Portrait de NicoNico
Hors ligne
A rejoint: 6 décembre 2011
Contributions: 4024
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Bon allez, j'ai plus le choix... faut que je remette les mains dans le cambouis...


Regarde l'état de mes mains, saloperie !

Drakengard

Développeur : Cavia
Editeur : Square Enix
Plateforme : PS2
Année : 2003 (Japon) - 2004 (reste du monde)

Y a des fois, on joue à un jeu et on en resort en se disant qu'on a vécu un truc. C'est pas que c'était fun ou quoi que ce soit, non, c'est plus que c'était une expérience unique et différente. Ça n'a pas grand chose à voir avec le côté jeu en lui-même, c'est plus que ce dont on a pu être témoin lors de cette aventure résonne en nous et nous touche.

...

Mais, bordel, des fois, ça se mérite :P


Représentation artistique.

Drakengard est un musou / simulateur de dragon / un tout petit petit petit peu RPG (on gagne de l'XP, quoi) se déroulant dans un univers de (very) dark-fantasy et dirigé par Yoko Taro, un petit gars dont on a beaucoup entendu parler dernièrement car il est la tête pensante derrière Nier: Automata (et le premier Nier aussi, par la même occasion).


Un gars tout à fait normal, d'ailleurs.

Alors... comme c'est pas foncièrement simple de parler de ce jeu, je pense qu'il est important de diviser cet avis en deux et ce afin d'illustrer au mieux le paradoxe qu'est ce Drakengard.
Donc voilà, c'est parti, de toute façon je fais ce que je veux !

Chapitre 1 Verse 1
Drakengard est un jeu absolument médiocre

Voilà, comme ça vous êtes tout de suite dans le bain et vous savez à quoi vous attendre : Drakengard est un jeu douloureusement moyen.
Alors c'est pas nul non plus, mais le fait est que... mmmh, non, vraiment, y a pas vraiment de fun à parcourir ce jeu. Dans l'ensemble, on s'ennuie, des fois c'est sympa et d'autres fois, c'est très frustrant.


Ça donne envie de s'y mettre, n'est-ce pas ?

Le jeu se divise en plusieurs phases : des phases à pied qui sont la partie musou, des phases à dos de dragon assez proche d'un Panzer Dragoon mais avec plus de liberté et des phases à pied en vue isométrique se rapprochant plus d'un hack'n'slash.
Dans l'idée c'est plutôt varié donc pourquoi pas ?
Sauf que voilà... oui mais... non quand même un peu aussi ^^

Les parties musou sont très certainement les plus présentes dans le jeu. Dès la toute première mission, vous êtes catapulté au milieu d'un champ de bataille et devez vous tailler un chemin à travers les dizaines et les dizaines d'ennemis qui se dressent face à vous.


Rien qui ne saurait nous intimider.

Et dès cette première mission, on se rend compte d'un des problèmes du jeu : le gameplay est terriblement simpliste et répétitif. Oh, je sais, vous allez me dire que c'est la première mission, que ça va s'arranger mais, en fait, non, pas vraiment ^^
Voilà comment ça se passe : on crapahute sur le champ de bataille pour trouver nos différentes cibles (souvent des soldats particuliers entourés d'autres soldats), on s'approche, on mash le bouton Carré et, lorsque notre lame se met à briller, on appuie sur Triangle pour faire une petite attaque magique. Des fois on va atteindre notre vitesse maximale et on va pouvoir faire une attaque chargée pour faire un peu le ménage aussi. C'est pas mal, ça aussi.
Et. C'est. Tout.

Et franchement, c'est pas bézef ^^

Alors, effectivement, je ne suis pas fan de musou, je vous l'accorde, mais bon, quand même, si je dois trucider des centaines de mecs à tour de bras, je vous bien que ça soit répétitif, mais faudrait quand même que ça soit un minimum fun !


Une vie simple, merde, à la fin !

Lorsqu'on s'intéresse un peu à la genèse du projet, on apprend que le jeu ne devait, à la base, proposer que du gameplay à dos de dragon. Face au succès de Dynasty Warriors et ayant peur de ne pas faire le poids face aux mastodontes de l'industrie, l'équipe a décidé un peu en cours de route de rajouter ces phases à pied. Ceci explique donc un peu cela.
Malgré tout, ce n'est pas une raison : il n'y a aucune variété, les combos sont pauvres, la caméra est souvent aux fraises et son étrange système hybride à mi-chemin entre la caméra libre et la caméra lockée à votre personnage la rend terriblement handicapante dans de nombreuses situations... Ajoutez également à ça un flot incessant d'ennemis qui vous fera matraquer sans relâche le bouton Carré jusqu'à la nausée, tel un parkinsonien atteint de troubles obsessionnels compulsifs et, non, vraiment Yoko, t'es sympa, t'es marrant avec ta drôle de tête, mais là, c'est pas cool ce que tu nous fait.


T'es puni ! File dans ta... baignoire, ouais !

Evidemment, il y a malgré tout quelques petits trucs à se mettre sous la dent, en l'occurence la possibilité de chevaucher son dragon sur le champ de bataille, différentes armes ainsi qu'un système d'alliés.
Sauf que notre bon dragon se casse dès qu'il se prend deux flèches d'affilée dans le nez (et que, à partir de 2 heures de jeu, il y a des archers partout), que le système d'armes est mal foutu et que les alliés ne viennent pas vous prêter main forte sur la champ de bataille mais viennent prendre votre place sur le champ de bataille pendant un temps limité.
Dans ce dernier cas, ça peut servir éventuellement mais ça reste limité et assez mal pensé dans l'absolu.

Le système d'armes se révèle assez vite mal foutu lui aussi : pour gagner en puissance, il faut augmenter votre arme (jusqu'au niveau 4 maximum) et pour augmenter votre arme, il faut s'en servir.
Très bien, c'est facile. Oui sauf que, au début, vous n'en avez qu'une et donc, lors des premières missions, elle va très vite prendre des niveaux. Du coup, lorsque vous trouverez une autre arme, elle se trouvera être au niveau 1 alors que vous vous trimballez déjà avec une arme niveau 3 (voire 4). Et comme les ennemis sont de plus en plus puissants à mesure que vous avancez dans le jeu, bah il est plus avantageux d'utiliser votre arme la plus puissante. Et vous finirez donc, comme moi, par n'utiliser pour ainsi que cette arme, à moins de vous forcer à augmenter les autres mais ça sous entendrait que vous avez envie de farmer dans les quêtes annexes et... ah ah ah ! Non je ne crois pas, non :P


Biff, on ne me la fait pas à moi !

Passons très vite sur les parties en vue isométrique car elle sont assez rares et surtout très courtes et n'ont pour but que de nous... euh... ouais, voilà, de nous occuper entre les parties musou et les cinématiques, c'est ça ^^
Notez que j'aime bien ces parties, plus simples, certes, mais plus directes et plus agréables car se déroulant dans des décors beaucoup plus réduits et nous faisant affronter beaucoup moins d'ennemis.

Voilà, c'est tout.


Ça, c'est fait !

Reste donc les parties à dos de dragon qui se révèlent être les plus agréables et même, j'ose le dire, plutôt fun !


J'assume, je suis droit dans mes bottes.

Ces phases de gameplay inspirées de Ace Combat (si si !) se révèlent assez réussies et ce pour plusieurs raisons.

Déjà, la physique du sac à main volant est plutôt bien rendue : on sent vraiment le poids du bestiau et on n'a pas l'impression de contrôler un avion en papier. Notre personnage est tangible et son comportement en vol "réaliste", si on peut dire.
Donc ça c'est plutôt cool, déjà !

Ensuite, ça se manie plutôt bien. On plane, on accélère, on esquive, on cible nos ennemis, on balance tout ce qu'on a, on déclenche des attaques dévastatrices à tête chercheuse, on fait demi-tour d'un battement d'ailes, on virevolte en essayant d'attaquer les dragons ennemis... non, vraiment, même si ça reste assez simple, c'est plutôt efficace !


Sauf quand le jeu nous demande d'emprunter des couloirs trop étroits, bien sûr...

Ajoutons également que c'est à dos de dragon que vous ferez la majorités des combats de boss ce qui est vraiment un bon point parce que, quand même, faut en parler, mais les combats de boss sont vraiment très réussis.

Oui parce que, jusque là, j'étais pas très sympa avec le jeu, mais, en vrai...

Chapitre 2 Verse 1
Drakengard est un jeu absolument fantastique

Arf ! J'aime bien faire des cliffhangers avec trois petits points et tout, j'ai l'impression d'être le showrunner de ma propre vie !

Bref.

Voilà donc le twist de cet avis : Drakengard est une oeuvre avec des vrais morceaux de génie dedans.


Je savais bien que ça lui ferai plaisir ^^

Le fait est que Yoko Taro est un véritable auteur ayant une vision du monde et cherchant toujours à utiliser le média jeu vidéo comme un moyen de faire passer son message. Et comme sa vision du monde est assez particulière, ça passe par des moments assez particuliers.

Ainsi donc les boss de Drakengard se révèlent être... c'est quoi le mot ?


Euh...

Oui, voilà ! Dingo !

Les boss de fin se révèlent assez fous aussi bien de par leur visuel (aussi dérangeant que totalement barré) que par le changement de gameplay qu'ils nous imposent. En général, vous vous retrouverez tout bonnement face à quelque chose que vous n'avez jamais eu à combattre.
La palme revient au boss final de la fin E qui nous propose ni plus ni moins qu'un jeu de rythme mortel au tempo de plus en plus insoutenable.

Et non seulement c'est excellent parce que c'est inattendu, mais également parce que c'est très réussi (les combats sont vraiment très bons) et que ça fait totalement sens avec la narration.

Et donc, là, voyez, j'ai lancé une transition donc faut que je vous parle de la narration :P


Un maître des enchaînements, y a pas à dire !

On va déjà parler de la façon dont le jeu nous raconte son histoire.
Dans l'absolu, c'est assez classique avec un enchaînement de cinématiques et de phases de gameplay dialoguées mais c'est la façon dont tout s'imbrique qui fait l'originalité de la chose.
En effet, lorsque vous atteindrez la fin une première fois, vous aurez ensuite la possibilité de retourner dans certaines missions précises et de prendre un autre embranchement vous amenant à une autre conclusion.
Ainsi, le jeu ne comporte pas une seule fin mais 5 (A, B, C, D et E), l'histoire s'enfonçant de plus en plus dans l'horreur et le WTF à mesure que vous débloquez de nouveaux embranchements.

Bon, notez quand même qu'il y a des pré-requis pour certaines fins et que, pour la E, va falloir vous accrocher parce qu'il faut trouver les 65 armes du jeu. Et, clairement, ce n'est ni facile ni agréable ^^


Oh là là, Michel... T'es encore loin du compte, mon pauvre !

Quoiqu'il en soit, cette façon particulière de raconter son histoire va devenir récurrente chez Yoko Taro au point de devenir une de ses marques de fabrique.

Drakengard est un jeu qui raconte des choses vraiment très sombres, très dures et franchement taboues. Vous aurez du meurtre, de la trahison, de l'inceste, de la pédophilie, de la haine, de l'imagerie grotesque et malaisante, de l'imagerie faisant directement écho à Hiroshima, bref, c'est pas la joie.
Et n'espérez pas une petite lueur d'espoir ! L'intention de Yoko Taro était claire depuis le début : nous et nos compagnons allons tuer des milliers de personnes au cours de notre aventure, dès lors, il n'y a aucun espoir de rédemption, aucune chance de happy end. Nous sommes violents et sanguinaires et nous ne méritons pas d'être considérés comme des héros même si nous sauvons le monde.

Le jeu met en scène une bande de joyeux drilles ayant tous des traits de caractères difficilement appréciables. Je ne vais pas vous spoiler la chose mais, par exemple, Caim, notre héros, est un homme violent, impulsif et sans pitié qui va devoir s'allier bien malgré lui à un dragon qui méprise l'espèce humaine du plus profond de son âme.
Ça c'est notre duo de héros ^^


Et oui, Snake, t'avais raison... mais bon, t'aurais pu attendre de finir ton affaire avant de prendre cette photo :/

L'incroyable force du scénario de ce jeu est d'arriver à nous tenir en haleine et à nous donner envie de connaître la suite malgré ces personnages détestables.
Parce que, au-delà de tout ça, tous ces personnages se battent avec fureur et acharnement pour quelque chose de bien et sont prêts à tout sacrifier pour atteindre ce but.
Que ce soit par amour, pour expier leurs péchés ou simplement pour sauver le monde, tout ce petit monde ira jusqu'au bout sans jamais regarder en arrière quitte à tout perdre pour que le reste du monde gagne tout.
Qui plus est, il n'y a ici aucun héroïsme sirupeux ni aucune rédemption sur fond de violons lancinants. Caim et ses compagnons d'infortune n'ont aucune quête de reconnaissance ou de rédemption : ils vont jusqu'au bout parce que c'est un sacrifice nécessaire pour le bien de tous.
Et quelque part, c'est beau.

Alors oui, on ne va pas se mentir, le chemin pour arriver jusqu'à l'illumination est difficile et pénible. Oui c'est un jeu qui malmène le joueur, qui lui fait comprendre que tout ça, ça se mérite. Oui c'est un jeu qui laissera beaucoup de monde sur le carreau. Et oui, vraiment, c'est un jeu qui, la plupart du temps, n'est pas très agréable à parcourir. Mais si vous arrivez à voir la lumière au coeur des ténèbres, essayez de vous accrocher et de la suivre. Essayez de toutes vos forces.

Je pense que c'est ça qui fait toute la beauté de ce Drakengard, cette capacité à nous montrer des choses horribles et grotesques, à nous frustrer, à nous irriter, à nous ennuyer, mais à nous faire dire que, au final, tout ça en valait la peine. Parce que c'était la bonne chose à faire. La seule chose à faire.


Ah merde, tiens, j'ai un truc dans l'oeil...

Edité par NicoNico le 11/09/2017 - 16:02

Team Mimic en ostryer de Vriginie

"All those moments will be lost in time, like tears in rain."

You gain brouzouf
My legs are ok

Modérateur
Portrait de fafnir
Hors ligne
A rejoint: 30 novembre 2013
Contributions: 9840
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

C'est que tu donnerais presque envie d'y jouer petit coquinou :D

Portrait de NicoNico
Hors ligne
A rejoint: 6 décembre 2011
Contributions: 4024
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
C'est que tu donnerais presque envie d'y jouer petit coquinou :D

C'est pas un jeu facile à conseiller mais je trouve que ça vaut le coup de le faire. Mais faut savoir à quoi s'attendre ^^

Team Mimic en ostryer de Vriginie

"All those moments will be lost in time, like tears in rain."

You gain brouzouf
My legs are ok

Modérateur
Portrait de fafnir
Hors ligne
A rejoint: 30 novembre 2013
Contributions: 9840
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Barf, tu me connais, je suis capable de tolérer beaucoup de défauts du moment que les qualités permettent de s'accrocher ;)

Le premier n'est pas très cher sur ps2. Le deuxième pique un peu et je ne sais pas pour les autres.

Portrait de NicoNico
Hors ligne
A rejoint: 6 décembre 2011
Contributions: 4024
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Commence déjà par le premier si ça te tente.
Le deuxième, Yoko Taro n'a quasi pas bossé dessus, donc à voir si ça t'intéresse quand même.

Après tu as le 3 sur PS3 qui se passe avant et qui peut se faire sans avoir trop fait les précédent, apparemment. Mais bon, quitte à prendre un jeu de Yoko Taro sur PS3, autant prendre Nier ^^

Team Mimic en ostryer de Vriginie

"All those moments will be lost in time, like tears in rain."

You gain brouzouf
My legs are ok