Skip to Content

Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Dernière contribution

640 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de MATsolid-snake44
Hors ligne
A rejoint: 20 novembre 2011
Contributions: 10244
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
J'ai dit que je posterai Jet Set Radio mais j'essaye de pousser le plus loin possible car je sais que ce jeu est adoré et je le trouve si moyen, du coup je jouerai encore un peu pour faire une critique bien faite.

Je ne comprends pas : d'habitude tu ne vas pas forcément au bout d'un jeu avant de faire ton test?

Portrait de nexy
Hors ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15713
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Si si mais la c'est spécial c'est Jet Set Radio le jeu adulé de la Dreamcast, le jeu ne donne pas très envie, et te bloque parfois par ses défauts de collision de difficulté autres, mais a chaque fois je retente et je vais plus loin, je ne sais pas si tu regarde ma vignette mais il l'a scouate depuis longtemps, ce qui veut dire que je vais aller le plus possible tant que ma patience et mon skill me permettent car ici il en faut dans les 2 cas.

Donc au lieu de rédiger ce qui pourrait être a contre courant ou un troll test, je préfère dire ce que je pense du jeu avec des arguments béton que personne ne pourra retourner car même si il a apprécié le jeu saura que j'ai raison, c'est juste que lui a apprécié et moi non.

Si tu notes les critiques que j'ai fait je ne suis jamais allé en de sous de 6/10, et la ça va être le cas je pense.

ps: Donc oui on peut dire que je me force a le finir, ça veut déjà tout dire, d'ailleurs pour te dire vrai j’hésite a écrire quoi que ça soit dessus.

Edité par nexy le 13/12/2016 - 02:21

Portrait de MATsolid-snake44
Hors ligne
A rejoint: 20 novembre 2011
Contributions: 10244
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Si tu es objectif et que utilises les mots appropriés, je ne pense pas qu'on te fera un procès. Après c'est un vieux jeu, le juger avec un regard de gamer de 2016, c'est pas du tout pareil que le regard d'un joueur de l'époque, ça faut que t'en tienne compte!

Modérateur
Pixel Boy
Portrait de Chuck Chan
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 3128
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
ps: mon avis sur la trilogie Bioshock en première page mène nul part.
Merci de le signaler. Malheureusement, c'est un problème général qui fait que quand j'ai modifié le titre du topic, j'ai bousillé tous les liens des critiques fait avant le 26 août de cette année. J'ai en fait part au Martialou ici qui m'a dit chercher une solution. Du coup, j'attends sa réponse avant de refaire tous les liens pour rien. Ce sera sans doute l'année prochaine, donc désolé du désagrément en attendant (si j'ai la motiv' et le temps pendant mes vacances, je mettrai tout ça à jour, mais je garantis rien pour le moment).

Portrait de nexy
Hors ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15713
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
Après c'est un vieux jeu, le juger avec un regard de gamer de 2016, c'est pas du tout pareil que le regard d'un joueur de l'époque, ça faut que t'en tienne compte!

Oui tu as raison il faut que j'en tienne compte mais c'est facile a dire, car ça m'oblige a me restreindre dans mon avis et écrire finalement ce que les gens pensent tout en le pensant pas moi même...

Par exemple Mario 64 est un épisode 3D et encore plus vieux que Jet Set Radio et n'est ni en HD ni en sell shading ce qui veut dire qu'il a prit un sacré coup de vieux, et pourtant en y rejouant je me dis, putain quelles bases du jeu de plateforme, quelle performance, hors pour JSR non pas du tout..., ce fut juste la reference pour ceux qui le souhaitaient, en occurrence la possesseur de la Dreamcast.

Citation:
Ce sera sans doute l'année prochaine, donc désolé du désagrément en attendant (si j'ai la motiv' et le temps pendant mes vacances, je mettrai tout ça à jour, mais je garantis rien pour le moment).

Pas de soucis je ne savais pas, je pensais que tu ne le savais pas.

Portrait de MATsolid-snake44
Hors ligne
A rejoint: 20 novembre 2011
Contributions: 10244
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Citation:
Oui tu as raison il faut que j'en tienne compte mais c'est facile a dire, car ça m'oblige a me restreindre dans mon avis et écrire finalement ce que les gens pensent tout en le pensant pas moi même...

Je comprends, c'est difficile de faire une critique sur du rétro, mais faut relativiser un peu, t'as pas vraiment le choix. T'as des jeux rétro, avec un regard moderne, leur maniabilité te paraisse pourrie aujourd'hui, mais à l'époque c'était normal. Par exemple, moi j'ai raté le premier Resident Evil sur Play, j'étais trop jeune à l'époque, je m'y suis essayé 20 ans après, je n'ai pas pu : la manière de visée, le fait de ne pas savoir si on va toucher la cible, si on vise la tête ou pas, c'est impensable pour moi aujourd'hui, je me dis "Mais quelle daube!", sauf qu'à l'époque ça ne dérangeait personne, c'était comme ça. C'est ça que je veux dire.

Portrait de nexy
Hors ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15713
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Oui je comprend tout a fait ce que tu dis, ceci étant dit moi aussi j'ai galéré sur le premier RE, il me fallait quelque jour pour assimiler la jouabilité, le plus déroutant dans celle ci, c’est appuyer devant pour avancer même en 3D alors que habituellement on appuie gauche on va a gauche, mais avec le recul, cette jouabilité était faite pour la 2D/3D avec le positionnement de camera etc sinon hors champ tu fais demi tour.

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 15979
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

Cela dit, Jet Set Radio Future est nettement plus abouti que le premier volet, que ce soit dans sa jouabilité plus précise (on peut faire plein de figures de style en l'air qui servent à sauter plus haut et plus loin pour mieux contrôler la trajectoire de son saut), et son level-design (beaucoup plus de verticalité, et une quinzaine de niveaux).

J'avais quand même beaucoup aimé le premier Jet Set Radio, et en particulier son dernier tiers quand on est confronté aux Golden Rhinos et qu'on revisite tous les niveaux en version "intégrale" (alors qu'avant on ne visitait que des portions de ces grands niveaux).

Portrait de nexy
Hors ligne
A rejoint: 29 décembre 2011
Contributions: 15713
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques

J'en suis a 2 3 missions du chapitre 3 justement contre les Rhinos, le jeu au début est plus dirigiste et au chapitre 3 il te lance tout dans la gueule, j’étais surpris.

Je peux toujours changer d'avis, mais je pense que les défauts et les qualités notables je les ai déjà vu, ce qui me reste c'est la finition.

Portrait de Tiflorg
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8601
Re: Référencement des topics "Modern Gaming" et critiques


The Walking Dead : Saison 1

Joué du 30 juillet au 23 août 2016

Développeur : Telltale Games
Genre : Point & Click
Plateforme : PC
Date de sortie : 24 avril 2012

Lee s'est retrouvé dans de beaux draps

Bien trop culte pour que je passe à côté, j’ai tenté de savoir si l’épopisodique adaptation de The Walking Dead par Telltale en valait la chandelle. Reportage.

Système de jeu

Nous avons affaire à un point & click sans véritable challenge, pas bien difficile, et surtout assez minimaliste comparé à un certain Back to the Future par exemple (précédent jeu de Telltale). L'interface y est très épurée, tout cela pour avant tout raconter une histoire, et se concentrer sur les choix à faire. On se rapproche donc plus du film interactif que du véritable jeu d'aventure pointer cliquer.

Une particularité du soft, et au contraire d'autres jeux intégrant la notion de choix, ici ils sont limités dans le temps. Cela force les réponses instantanés et instinctives, au risque de regretter par la suite ce choix. Problème, ils disparaissent quelques fois un peu trop vite, ou apparaissent carrément en même temps que du dialogue, pas toujours évident de faire 30 choses à la fois quand notre temps est limité. Et même si vous voulez faire demi-tour parce que vous avez répondu quelque chose qui vous semblait impertinent, vous ne pouvez pas, le jeu sauvegarde automatiquement, et il est assez archaïque de reprendre une ancienne sauvegarde, ce qui force l'aspect continuel et intransigeant du déroulement scénaristique.

Contrairement aux jeux de David Cage, ici les QTE se veulent bien moins élaborés et présent. En fait c'est tout le temps le même : on bourrine "A", et on appuie sur "E". Et c'est ça pendant une cinquantaine de fois. La plupart sont clairement inutiles, même si quelques-uns participent à la frénésie de certaines scènes, d'autres les rendent ridicules. Si vous ne réussissez pas ces QTE, vous mourrez dans la majorité des cas. Ceci m'est beaucoup arrivé à cause d'une chose, le jeu se joue uniquement en QWERTY. Vous devez donc basculer entre les différentes configurations claviers quand vous passez sur le jeu, mais il m'est déjà arrivé d'oublier, et là, c'est le drame. D'ailleurs leurs impacts sont quasi nuls, car si vous échouez, vous pouvez reprendre juste avant, donc ils sont clairement là pour faire jolie (contrairement à un certain Heavy Rain, où les Game Over n'existent pas, mais où vous pouvez réellement mourir).

Scénario

L'un des points forts que l'on peut admirer dans ce jeu, c'est qu'il n'y a aucune pitié, les personnages peuvent mourir violemment, sans crier gare. On s'attache parfois assez vite à certains personnages, sauf qu'ils partent aussi assez vite. Et la raison pour laquelle on s’attache vite à eux, c’est parce que la plupart sont charismatiques, assez variés dans leur comportement, on s'attache beaucoup à certains, d'autres qui nous ont l'air détestable à première vue, mais qui ont finalement un bon fond, ou l'inverse. Assez peu de personnage nous laisse indifférent en somme, notamment Clémentine, le fameux petit personnage innocent plongé dans ce monde de brut, qui donne un contraste assez intéressant.

On a également un bon petit paquet de facilités scénaristiques, comme au pif, le fait que Lee se retrouve comme par hasard dans la maison de ses parents dans le premier épisode. Ou encore le fait que les mecs partent en infiltration à 46 dans l'épisode 4. Seems legit. Aussi un truc que je déteste, les teasing en fin d'épisode, ça n'a aucun intérêt, ça spoil parfois beaucoup trop, et c'est surtout bien trop long.

Le jeu contient quelques scènes mémorables, parfois très bien mises en scènes, mais il y a aussi une bonne grosse partie où l'émotion passent moins bien. Les transitions ne sont parfois pas naturelles, voire bâclés, les animations ne sont pas tout le temps convaincantes. Certains moments, pourtant plein de potentiels, tombent un peu à plat, comme la fin, qui arrive pour le coup bien trop doucement pour qu'on parvienne à être surpris.

J'ai bouclé les 5 épisodes en 12 heures (2h pour le premier, 2h30 pour le deuxième, 3h pour le troisième, 2h50 pour le quatrième, et 1h30 pour le cinquième), des temps de jeux assez divergents donc, et notamment un final bien court. Comptez 1 heure et demi de plus pour le DLC "400 jours". DLC par ailleurs assez décevant, là où on aurait bien aimé avoir de grands choix, avec des conséquences plus lourdes (grâce à un format plus court), ils se révèlent assez peu impactant, dommage.

Technique

Techniquement, le jeu a quelque peu vieilli. Bien au-delà de l'aspect visuel (qui effectivement contient quelques ombres pas très lisses, un peu trop d'aliasing, mais rien de bien méchant), c'est surtout l'animation des personnages qui n'est pas toujours convaincantes (oups, je l'ai déjà dit). Mais sinon, on a aussi quelques bugs, parfois pas bien méchant, parfois carrément dérangeant, comme l'application qui plante dès le lancement avec un excellent message d'erreur "a cessé de fonctionner" (un petit changement de mode de compatibilité résoudra le problème sans problème). Le jeu souffre aussi d'imprécisions, notamment à un moment où il faut sauver une fille de zombies qui l'attaquent, je prends mon fusil pour les shooter, je tire (à 50 mètres d'elle) au moins 40 balles, et à la 41ème PAF, cinématique où on voit que je la bute. A noter que ce qui est drôle, c'est qu’aucun zombie n'a été touché. Une bien belle anecdote qui montre à quel point le jeu est assez linéaire et que les choix sont en soit plutôt limités (en l'occurrence ici, on ne peut pas tuer les zombies, qui a l'air pourtant d'être un choix plutôt probant).

Conclusion

Un jeu qui, ma foi, n'est pas désagréable à parcourir, mais dont la progression n'est pas toujours forcément passionnante. Et même si l'histoire s'avère plaisante à suivre, une fois le générique de fin arrivé, bah finalement, j'ai eu un petit arrière-goût de je ne sais quoi, un genre d'impression de vide en fait.
Bref, un jeu qui ne me laisse pas un souvenir impérissable, et qui pourtant recèle de quelques scènes intéressantes, de personnages charismatiques, et une bande-son, bien qu'assez discrète la plupart du temps, mais qui fonctionne très bien sur certaines scènes (le morceau "Alive inside" est assez incroyable).

6