Skip to Content

[PC] Valdis Story : Abyssal City

Dernière contribution

5 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Lloyd
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6093
[PC] Valdis Story : Abyssal City

Développé par par le jeune studio indépendant Endless fluff, Valdis Story : Abyssal City est un titre mélangeant habilement plusieurs genres. Tout juste disponible sur Steam, voyons ensemble ce que la cité abyssale a dans le bide !



Anges et démons

Membre d'un équipage d'aventuriers chevronnés, votre navire sombra tristement au fond de l'océan après une bataille impliquant une armée qui vous est familière, cette dernière vous emportant également au passage. Mais au lieu de passer de vie à trépas, vous voilà arrivé dans une cité sacrée remplie de mystères ou anges et démons se tirent la bourre depuis plusieurs siècles. Il vous faudra alors replacer les pièces de ce puzzle mystique afin de dénouer les noeuds bien serrés et humides d'un conflit plus complexe qu'il en a l'air, tout en retrouvant les membres de votre équipage. Pour vous assister dans votre quête, vous pourrez aussi compter sur toute une galerie de personnages secondaires plus ou moins charismatiques vous offrant très souvent des informations très intéressantes sur l'univers qui vous entoure.

Les devs ont aussi eu le bon goût de proposer le choix entre plusieurs personnages en début de partie, correspondant à une intrigue forcément différente (2 personnages pour le moment, les 2 autres arriveront par le biais d'une mise à jour gratuite). Bien plus que le scénario assez convenu, c'est surtout l'univers de Valdis Story qui happe le joueur. La sensation de parcourir des lieux empreints d'histoire marche plutôt pas, mal et ce malgré une représentation graphique en 2D. Pas grand chose à dire au niveau de la narration, le joueur avance de village en village et de donjon en donjon, en réglant les soucis locaux tout en faisant avancer la trame principale en tâche de fond. Ca a déjà été vu et revu et il faut dire le scénario n'est pas forcément la chose la plus marquante du titre d'Endlessfluff, mais saluons tout de même l'effort des développeurs qui ont su donner vie à un univers ma foi très attachant.


Tout ce qu'il faut, là où il faut

Valdis Story n'hésite pas à mélanger les genres et il faut bien avouer qu'il le fait plutôt bien : de l'exploration metroïdvania-esque (si vous ne savez pas ce qu'est un metroïdvania, allez faire un petit tour par ici), un système de combat façon Beat Them All 2D et un petit côté RPG bien sympathique pour ce qui est de l'évolution du personnage. Voilà, c'est fini, vous pouvez circuler, on se rappelle on se fait une bouffe ! Quoi ? Des détails ? Bon, ok on va essayer, ça risque d'être fastidieux, mais on va essayer. Commençons par l'aspect le plus simple à appréhender de Valdis Story : l'exploration. Le jeu se passe en scrolling horizontal et fait la part belle aux phases de plates-formes classiques mais maîtrisées.

Dash, wall-jump et toutes ces petites friandises bien connues des amateurs du genre sont présentes dans VS : AC pour des passages qui deviendront rapidement corsées et très punitives. En effet, il n'est pas rare que dès la première moitié du jeu atteinte, la moindre erreur de saut vous fasse recommencer tout un pan de niveau et les combats qui vont avec : ça frustre, ça fait mal à l'égo, mais c'est aussi ça qui fait le charme du jeu.Valdis Story peut aussi compter sur de petits puzzles souvent liés à des interrupteurs à enclencher pendant un temps limité, obligeant le joueur à se dépêcher de trouver ce que ça a ouvert et comment l'atteindre le plus rapidement possible.

On pourra toujours pester après l'inertie un peu étrange de notre personnage ou certains sauts millimétrés, reste que l'exploration de Valdis Story est un vrai bonheur, devoir retourné dans une zone avec un nouveau sort tout neuf pour ouvrir un passage jusqu'alors bloqué faisant toujours son petit effet sur le joueur normalement constitué. Venons-en maintenant au système de combat du jeu qui se révèle être un petit bijou de technicité, une fois le deuxième quart de l'aventure entamé. Vous aurez à votre disposition des attaques légères et rapides, des attaques lourdes, lentes, mais forcément plus puissantes et tout un tas de magies élémentaires que vous pourrez assigner à une direction (plus gâchette). La magie est d'ailleurs très bien gérée puisque vous pourrez customiser vos sorts à loisir, par exemple : une magie de feu sur la direction haute, une magie de lumière sur la droite, une de glace lorsque vous êtes en l'air, etc.

Ça n'a l'air de rien, mais avoir une liberté de ce genre dans le choix de ses attaques est toujours appréciable, même si c'est un peu contrebalancé par le fait que les ennemis d'un même niveau seront tous sensibles au même élément. Les membres de votre équipage retrouvés au fil de l'aventure pourront aussi vous assister de plusieurs manières : assignez à la gâchette gauche de la manette (je pars du principe que vous jouez au pad Xbox 360), leur aide pourra se manifester de plusieurs façons différentes soit en vous donnant un bonus, en infligeant un malus à l'ennemi en causant des dégâts, j'en passe et des meilleurs. Grand classique du Beat Them All, le joueur pourra aussi déclencher un mode furie après avoir rempli la jauge qui va bien, pour une petite fête du slip organisée à l'improviste.

Défense augmentée, points de magie infinis et surtout dotée d'un finish dévastateur, il vous faudra bien évidemment garder ce Joker de choix pour les affrontements les plus ardus qui seront d'ailleurs bien souvent les rencontres avec les différents boss du jeu. Car, comme pour l'exploration, si les bastons des premières heures se révèlent être une véritable promenade de santé, il n'en sera pas de même pour les affrontements plus complexes s'amorçant dès la trois centième minute de jeu atteinte (oui je sais, c'est précis). D'ailleurs, même si l'offensif est un gros morceau du jeu, le défensif n'est pas un aspect à négliger, loin de là ! Ainsi le dash (qui s'enclenche en baissant le stick gauche) vous servira aussi d'esquive et à passer derrière les ennemis afin de créer une ouverture. Les assauts pourront aussi être bloqués grâce à une garde s'enclenchant en maintenant le bouton B de la manette enfoncé. Tout se joue dans le timing et les amateurs du "je rentre dans le tas sans réfléchir risquent d'être affreusement déçu et on ne s'en plaindra pas, bien au contraire.

Enfin, l'aspect jeu de rôle de Valdis Story : Abyssal City, qui se veut finalement assez travaillé lui aussi. Votre personnage gagne en expérience au fur et à mesure de ses victoires, augmente de niveau vous donnant ainsi le droit à un point de stat de bonus et à une skill passive à choisir parmi trois arbres de compétences. Le titre dispose aussi d'un système d'artisanat poussé qui vous demandera de faire du troc avec les villageois du coin grâce aux matériaux trouvés sur les dépouilles ou dans les coffres. Eh bien voilà, je pense qu'on a fait le tour et vous avez un léger aperçu de ce que Valdis Story propose en matière de mécaniques de gameplay, si vous voulez en savoir plus, jouez tout simplement au jeu, il mérite vraiment toute votre attention. Un système de jeu aussi riche et maîtrisé qui ne prend pas le joueur pour un demeuré avec un niveau de difficulté qui va crescendo et une durée de vie conséquente qui vous assure une bonne vingtaine d'heures de plaisir minimum, ça ne court pas les rues, même chez les indés... Moi j'dis ça, j'dis rien...



Ça vient du coeur

Je vais pas trop m'attarder sur la qualité graphique du titre je pense que le trailer et les images disséminées au travers de ce test parlent d'elles-mêmes : ça claque huit paires de fesses alignées d'un seul revers de main et c'est surtout grâce à cette direction artistique tout simplement sublime qui fait que 90% des environnements visités est un pur régal visuel.

On pourra peut-être reprocher à certains lieux de la cité d'être un peu vides, voire austères, mais dans l'ensemble y'a pas à dire, c'est du bon steampunk. La bande sonore n'est pas non plus en este avec des compositions en totale adéquation avec l'univers et quelques montées en puissance bien burnées lors des affrontements de boss et autres moments importants de l'aventure.

Gameplay solide, contenu généreux, réalisation qui envoie, difficile de reprocher quelque chose à Valdis Story, même en cherchant bien. Peut-être l'inertie un brin étrange du personnage pourra donner lieu à quelques ragequit bien sentis ou encore le placement de la touche de dash qui a tout de la mauvaise idée (on aurait préféré une autre gâchette de tranche par exemple). En attendant, le melting-pot d'Endlessfluff a largement sa place dans votre bibliothèque de jeux Steam, a fortiori si vous avez apprécié des jeux comme Dust : an Elysian Tail.

Portrait de F10r14n
Hors ligne
A rejoint: 8 juin 2012
Contributions: 223
Re: [PC] Valdis Story : Abyssal City

Comment se fait-il que ce topic fasse un bide avec une présentation toute aussi magnifique que le jeu?
Pour commencer merci Lloyd pour mettre en avant ce jeu fait par seulement un couple de personnes (comme Mount & Blade!)
Je viens de le terminer à l'instant avec Reina (j'avais déjà fini le jeu avec Wyatt auparavant), et pour moi je n'ai pas vu une aussi belle perle dans les jeux indépendants depuis Aquaria!

Sérieusement j'ai vraiment du mal à lui trouver des défauts, avec une des mises à jour du jeu on peut réassigner le dash sur une touche de tranche ce qui a permis une bien meilleure prise en main à mon gout. Le seul petit point noir viendrait du fait que j'ai mis un peu de temps à me faire au système de magies, pas habitué a les caster avec une direction du joystick.

De plus ce jeu apporte un challenge vraiment conséquent.

D'ailleurs si vous avez fini le jeu...

Enfin, j'ai hâte de la mise à jour ou l'on pourra incarner Vladyn et Gilda, mine de rien avec un seul personnage on a déjà beaucoup de possibilités de gameplay différents.
Et j'ai encore fait un pavé! Après je dis que je ne suis pas bavard d'habitude^^ Mais là c'était nécessaire, car comme tu l'as mentionné il est rare d'avoir

Citation:
Un système de jeu aussi riche et maîtrisé qui ne prend pas le joueur pour un demeuré avec un niveau de difficulté qui va crescendo et une durée de vie conséquente qui vous assure une bonne vingtaine d'heures de plaisir minimum, ça ne court pas les rues, même chez les indés...

Enfin bref je vais terminer la-dessus pour le moment, encore merci Lloyd pour cette présentation, en espérant que cela ait permis a plus de monde d'essayer ce jeu.

Edité par F10r14n le 23/12/2013 - 00:28


Portrait de Lloyd
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6093
Re: [PC] Valdis Story : Abyssal City

Citation:
on peut réassigner le dash sur une touche de tranche ce qui a permis une bien meilleure prise en main à mon gout.

Bon bah voilà, le plus gros défaut du jeu corrigé, plus aucune raison de pas se procurer ce petit bijou ! Pour le dernier mode de difficulté, j'ai abandonné bien vite, je me faisais rétamer en 2/2.

Et sinon de rien pour le sujet, c'est vraiment un très bon jeu !
D'ailleurs ça tombe bien que tu parles d'Aquaria, je suis tombé sur le trailer du prochain titre de son créateur et la DA du truc est juste hallucinante :

Edité par Lloyd le 23/12/2013 - 01:24
Portrait de F10r14n
Hors ligne
A rejoint: 8 juin 2012
Contributions: 223
Re: [PC] Valdis Story : Abyssal City

Ouah merci pour le trailer, je ne savais pas qu'Alec Holowka travaillait sur un nouveau titre. J'espère qu'il sera tout aussi prenant qu'Aquaria!

Sinon c'est sûr que Valdis Story est un véritable bijou viédoludique.
D'ailleurs une chose qui m'avais marqué est le fait que le couple qui a fait ce jeu avait a peine demandé 8000$ pour ce jeu; et ils ont fait quelque chose de vraiment très beau graphiquement (même s'ils ont obtenu presque 50 000$ finalement). Alors que d'un autre coté, Mighty no. 9 demande des millions pour le même genre de jeu (a peu près : c'est de l'action/platformer 2D) pour obtenir a première vue et à mon avis (car après tout je peux me tromper, le jeu n'étant pas encore sorti) un travail artistique et graphiquement similaire.
Il faut dire que le nom de Keiji Inafune doit surement y être pour beaucoup^^
Çà m'avait choqué quand j'avais découvert Valdis Story, avec aussi peu de moyens le studio nous a concocté un jeu formidable.


Portrait de BeurK
En ligne
A rejoint: 18 septembre 2011
Contributions: 2730
Re: [PC] Valdis Story : Abyssal City

Ça augure bien, je viens de me le procurer sur steam hier a 40% de rabais, ça fessait longtemps que je le surveillait. Je ne l'ai pas encore essayer.