Skip to Content

[PC] Hinterland


1 post / 0 nouveau(x)
Portrait de Psychopompos
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 5132
[PC] Hinterland

  • Editeur : Tilted Mill Entertainment
  • Développeur : Tilted Mill Entertainment
  • Type : Hack'n slash / Gestion
  • Plateforme : PC
  • Sortie France : Octobre 2008
  • Config minimum : Processeur 1,8 GHz, 512 Mo de RAM (1 Go pour Vista), carte graphique 64 Mo compatible DirectX 8.1
  • Classification : Déconseillé aux moins de 12 ans

Hinterland est un jeu indie combinant des éléments de Hack'n slash et de City Builder, dans un contexte de Fantasy classique.


L'écran de création d'une partie. Notez les options de personnalisation du jeu

Vous êtes une sorte de colon envoyé par votre roi pour conquérir une région sauvage. Vous commencez seul dans une plaine sur laquelle est bâti votre avant-poste, avec un équipement et des ressources (argent et nourriture) dépendant de la classe du personnage et des options choisies en lançant la partie.
Très vite, des gens viennent visiter votre village et résident dans l'avant-poste quelques jours (leur nombre dépend du niveau de l'avant-poste). Ils possèdent chacun une profession (garde, fermier, aubergiste, artisan, voyante, prêtre, etc) qui a un rôle à jouer dans votre communauté. Si leurs exigences sont remplies (présence de telle ressource et/ou tel bâtiment, popularité minimale de votre héros, etc) il est possible de les inviter à rester en leur bâtissant une maison (qui sert aussi d'atelier/temple/ferme/etc) contre argent. L'emplacement de leur demeure est totalement libre (mais il y a une limite à leur nombre).
De même, si les conditions sont remplies, les bâtiments peuvent évoluer. Ainsi, la maison d'un garde peut devenir un poste de garde ou un champ de tir à l'arc. Un élevage de bétail peut devenir un élevage de dragons.


La vue aérienne permet de gérer la ville rapidement

La nourriture est primordiale. Chaque habitant de votre communauté mange une ration par jour (sauf si vous jouez un orque, ils mangent pour deux). La nourriture est produite quotidiennement par les fermiers, les éleveurs, les trappeurs, les chasseurs ; on peut aussi (rarement) en looter sur un ennemi mort ou dans un coffre. Il est possible de recruter plusieurs d'entre eux.
On peut améliorer les performances des habitants du village en leur donnant des objets d'inventaire. Comme le héros, ils ont quatre emplacement d'inventaire : arme, bouclier, armure, autre (casque, anneau magique, outil). Par exemple, un herboriste (fabricant de potions de soin) est meilleur s'il a une hache, ou un éleveur est plus productif s'il a une dague. Les outils nécessitent une bonne gestion (par exemple : porte-voix pour un marchand, sac d'engrais pour un fermier, sifflet pour un éleveur, etc), car ils finissent par casser/disparaître à force de servir.


La map de la région. Les parties surmontées d'une couronne ont été déjà nettoyées, le nombre de points jaunes sur les autres zones signale la dangerosité des monstres qui s'y trouvent

Vous êtes envoyé pour coloniser la région. Le monde est généré aléatoirement, il est composé d'une seule pièce (pas de temps de chargement ou de niveaux) mais est divisé en zones. Chacune abrite un nombre fixe d'ennemis (qui ne respawnent jamais) et est libérée lorsqu'ils sont tous morts. Contrôler certaines zones spéciales (champ de mandragore, champ de plantes, crypte ancienne) fournissent un bonus spéciale ou figurent parmi les conditions nécessaires à l'installation d'un nouveau colon.
La partie est gagnée lorsque vous contrôlez toutes les zones. Il est possible de choisir de continuer à jouer après ce point, mais cela n'a pas grand intérêt vu que la région est pacifiée. La partie est perdue si le stock de nourriture tombe à 0 ou si votre popularité est trop basse.


Le halo doré signifie que le cadavre de ces monstres n'a pas été entièrement looté

La conquête ne peut se faire que d'une façon : le combat. Malheureusement, la partie Hack'n slash du jeu est extrêmement simpliste. On clique pour avancer, on clique pour combattre, on clique pour ouvrir les coffres ou fouiller les ennemis morts. L'inventaire aussi est très limité (quatre emplacements d'items et leur nombre est réduit). Les mages n'ont pas de sorts, ce sont juste des combattants faiblards qui lancent des boules d'énergie avec un bâton.
L'évolution du personnage aussi est peu poussée. Au début de la partie et à chaque level-up, vous choisissez d'améliorer l'attaque, la défense ou la santé, puis vous prenez un des trois perks qui vous sont présentées (ils offrent un bonus à... l'attaque, la défense ou la santé, notamment, mais il y en a quelques autres).
Il y a trois orientations principales : guerrier, archer, mage. C'est aussi valable pour les colons.
La santé peut être regagnée avec des potions ou en restant sur le territoire du village. Il y a un perk pour bénéficier de la régénération n'importe où.
Dans les modes de difficultés inférieurs à "très difficile", la mort n'est pas définitive, vous respawnez juste au village avec une partie de votre santé regagnée et une perte de popularité équivalent au niveau de votre héros multiplié par 10.


A droite, vous-même et vos compagnons. Ils sont absents ici, mais sur les autres screens, les personnages dans la colonne de gauche sont des visiteurs non recrutés

On peut demander à des colons de vous suivre au combat, en ayant jusqu'à trois compagnons à la fois (on peut aussi les renvoyer au village à tout moment, ils reprendront leur activité normale). On peut leur donner des potions de soin. Evidemment, il vaut mieux demander aux gardes ou aux chasseurs qu'à l'aubergiste ou la voyante ^^. S'ils sont trop blessés, ils fuient pour revenir au village. Si un compagnon meurt, il disparaît pour de bon ; rien n'empêche d'en recruter un autre qui a la même profession.
Les villageois blessés (que ce soit lors d'une attaque contre le village ou en vous suivant dans la nature) ne peuvent plus travailler tant qu'ils ne sont pas guéris, ce qui prend quelques jours.

L'important, c'est que la gestion du village et l'exploration de la région s'alimentent mutuellement. On utilise l'argent et les outils lootés dans la campagne pour recruter de nouveaux colons ou améliorer ceux qui sont déjà sur place. Ainsi, s'il y a un marchand, les objets que vous éjectez de votre inventaire sont convertis en or plutôt que perdus. Les herboristes fabriquent des potions de soin. Il y a différents artisans qui fabriquent des armes ou des armures. Etc.

Il y a deux éléments désactivables au lancement de la partie qui la pimentent un peu.
Les pillards sont des petits groupes d'ennemis qui spawnent aléatoirement dans une zone de type "base" et font un raid vers le village. Heureusement, ils ont affichés sur la map et leur apparition dans le jeu est accompagnée d'un message spécial.
Les requêtes sont des demandes faites de temps en temps par le roi (contrôler une zone spéciale, fournir x unités de nourriture) à accomplir en temps limité. Elles donnent des récompenses si elles sont remplies, mais font perdre beaucoup de popularité en cas de refus/échec.

A propos de l'image postée en ouverture du message : le Orc Lords écrit sur l'image est en fait le nom d'une mini-extension sortie en mars 2009, qui ajoute deux orques aux classes de personnages jouables de base. Orc Lords est également incluse d'office dans la version boîte de Hinterland et a été intégrée à la version Steam du jeu.

En conclusion, ce jeu bénéficie d'un concept intéressant mais exécuté de façon très imparfaite : c'est à la fois un Hack'n slash ultrabasique et un City Builder simpliste. La trame est un simple bac à sable sans scénario, qui se déroule uniquement à l'extérieur (pas de donjons), dans des environnements peu variés. L'univers même est dénué d'originalité, c'est une espèce de succession de plaines et de forêts dans un environnement tempéré, avec des gobelins, des araignées géantes, des morts-vivants... le village même est nettement inspiré par le Moyen Age européen. De plus, le rendu graphique est lisible mais moche.
Mais ce n'est pas vraiment un jeu pourri, tout n'est pas à jeter. Le gameplay est simple à prendre en main et il a une rejouabilité non nulle grâce à la génération aléatoire des niveaux, couplée avec certaines options qui influent sur la partie et le score (taille de la région, présence ou non de pillards et requêtes, niveau global de difficulté, classe du personnage). Ah, sinon, les artworks écrans de chargements sont sympathiques et le jeu tourne sur une petite config (il prend moins de 400 Mo sur votre disque dur) tout en fonctionnant sur Windows 8.
Je dirais que c'est un jeu sympathique à petite dose (une partie de temps en temps ; de toute façon, il ne faut pas plus de quelques heures pour conquérir une région entière) mais qu'il est décevant et que le mélange des deux genres impliqués méritait un résultat bien plus ambitieux.

Hinterland sur Jeuxvideo.com

Edité par Psychopompos le 28/02/2014 - 18:38

Ils ont abattu mon Spitfire au dessus de la Manche!

Encore un jour sans massacre
A rêver en chimie de nitrate,
De phosphore, phosgène, de sarin et d’arsine,
De méthylfluorophosphonate