Skip to Content

[NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Dernière contribution

13 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
[NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Voilà, j'ai décidé d'ouvrir un petit topic pour parler de Sakuna : of Rice and Ruin, que j'ai reçu ce vendredi dans sa version collector Switch de toute beauté (qui coûte à peine 10 € plus cher que la version de base qui coûte 40 € si je compte les 10 € de bon de réduction que j'obtiens avec la Fnac).

J'avoue que l'édition est vachement belle et n'est pas très chère pour le contenu (j'ai connu des éditions beaucoup plus chères, du genre 150 €, et qui ne proposent même pas le jeu en physique, mais un pauvre code à utiliser pour télécharger le jeu) :

Spoiler

J'ai entendu parler de ce jeu il y a quelques mois lors d'un Nintendo Direct Mini, et encore uniquement dans sa version japonaise :

J'avoue que ça m'avait donné vachement envie, au point de me décider à prendre le jeu comme ça, au culot, à la confiance, sans avoir lu aucun test, rien, et complètement en marge des "grosses" sorties actuelles. Il faut dire que le côté Muramasa : The Demon Blade m'avait séduit, mais pas seulement.

Après environ quatre heures de jeu, j'ai une meilleure vision de ce qu'est le jeu, mais à mon avis, je suis loin d'avoir tout vu au niveau du gameplay !

Tout commence avec une poignée d'humains qui traversent un pont menant au royaume des dieux. Durant l'intro, on voit toutes sortes d'images de guerre, de mort et de famine qui illustrent plus ou moins ce que ces humains fuient. Suite à certains événements, ils se décident à suivre la déesse Sakuna qui leur a parlé d'un "banquet" afin d'y trouver de la nourriture. Il s'avère que cette princesse Sakuna est complètement insupportable (y compris dans sa voix, c'est voulu), du moins au début : pourrie gâtée, elle ne vit que dans l'opulence, le luxe, les banquets, l'alcool, les offrandes des humains et tout. Quelque part, tout le monde dans le jeu a envie de la baffer. Elle finit par apercevoir ce groupe d'humains qui est entré discrètement dans la capitale : en les suivant, elle les rattrape jusqu'au hangar qui stocke toutes les offrandes aux dieux, mais elle va y mettre malencontreusement le feu en essayant de les chasser. En représailles, la déesse qui règne sur toutes les autres déesses du royaume décide de chasser Sakuna, ainsi que le groupe d'humains (qui ne peut pas revenir au monde des humains car le pont magique a disparu et on ne sait pas quand il reviendra) vers une île appelée "Île aux Onis" (que le jeu traduit par "Île aux Démons"), mais pour racheter ses fautes, elle ordonne à Sakuna de s'occuper des Onis qui y règnent et en particulier de leur chef qui avait été vaincu autrefois.

L'Île aux Onis, c'est donc là que tout le jeu va se dérouler (du moins, semble-t-il). C'est évidemment un coup dur pour Sakuna qui vit sa situation comme une humiliation, obligée de fréquenter ce groupe d'humains, de s'occuper des démons et de se salir les mains pour cultiver le riz, elle qui vivait dans l'opulence et l'oisiveté dans la capitale. On apprend en fait qu'elle n'est pas n'importe qui : elle est la fille d'un dieu de la guerre et d'une déesse de la moisson (qui avaient tous deux habité autrefois sur cette île), donc elle a hérité de ses deux parents. Concrètement, elle a donc hérité des facultés de combat de son père, mais ses facultés de combat dépendent de ce qu'elle mange et en particulier du riz qu'elle doit cultiver avec ses facultés de moissonnage héritées de sa mère. Sakuna et le groupe d'humains s'installent rapidement dans un petit hameau au sommet d'une montagne, là où vivait autrefois la mère de l'héroïne, et qui renferme donc ces fameuses parcelles de riz à cultiver. Sakuna doit donc jongler entre sa mission de reconnaissance de l'île pour neutraliser les démons, mais aussi la gestion de leur petite communauté via la culture du riz.

Au départ, j'avais mis le jeu en japonais (comme je fais avec tous les jeux japonais auxquels je joue depuis au moins un an), mais après une heure, j'ai dû recommencer depuis le début en basculant en anglais, parce que vraiment, je galérais complètement devant le gameplay qui est d'une complexité étonnante, d'autant que je n'avais encore JAMAIS joué à un seul "RPG agricole" (je n'ai jamais fait le moindre Harvest Moon, ni les Rune Factory, ni même Stardew Valley, donc tout ça est nouveau pour moi). On a affaire à un vrai RPG assez complexe, qui se partage entre une partie action/plate-forme/beat'em all, et une partie gestion/culture du riz ainsi que des relations entre l'héroïne et ce groupe d'humains. Un double gameplay, donc forcément tous deux simplistes ? Et bien, pas du tout !

Sachez que le jeu a un système de choix de mode de difficulté. Là où c'est plus étonnant, c'est qu'on a un double choix : un pour la partie "action", un autre pour la partie agricole (dans les deux cas, on choisit entre le niveau "par défaut" et le niveau "bas", mais on peut changer à tout moment).

Commençons par la partie action : elle est étonnamment complexe et riche. C'est évidemment cette facette du jeu qui fait un peu penser à Muramasa. Durant ces phases, le gameplay est entièrement en 2D vue de profil. Dès le début du jeu, sakuna dispose d'une palette de mouvements assez riche. Elle dispose d'une arme légère et d'une arme lourde, chacune assignée à un bouton différent. On a toutes sortes de combos possibles avec ces deux armes, pour faire par exemple des attaques aériennes, des attaques qui font trembler le sol. On peut aussi projeter un ennemi sur les autres ennemis pour leur faire plus de dégâts. Mais ce n'est pas tout ! Sakuna dispose également d'une sorte de "grappin" (un ruban qui joue ce rôle), qu'elle peut utiliser deux fois de suite dans les airs (et dans huit directions différentes) pour non seulement se tracter vers n'importe quel mur ou plafond, mais elle peut également les utiliser sur les ennemis pour se retrouver derrière eux ou faire d'autres actions avec ! C'est une super idée, ce grappin, ça marche à merveille.

Et en plus de ça, elle dispose d'une troisième arme qui n'est autre qu'un... balais (ce n'est pas une blague) que j'ai trouvé dans une maison et qui sert à faire des attaques spéciales qu'on apprend grâce à des parchemins et qu'on peut assigner à diverses commandes (du style "appuyer sur A sans bouger" ou "appuyer en même temps sur haut et sur A") et qui consomment de la magie (qui se remplit seule quand on ne fait rien). Et là encore, ce n'est pas tout, car chaque arme a un niveau de compétence qui augmente au fur et à mesure qu'on l'utilise, ce qui augmente leur puissance. Mais en plus de ça, chaque arme, masque ou chapeau qu'on porte contient des "pouvoirs cachés" qu'on peut débloquer si, par exemple, on a tué un type d'ennemis un certain nombre de fois.

En plus de ça, ces niveaux regorgent d'ingrédients et de matériaux quand on vainc les ennemis ou qu'on trouve des gisements de minerais ou des plantes : tout ça va évidemment servir à toute la partie "gestion" (et pas uniquement agricole) du jeu.

Donc vous voyez, ce n'est pas un truc bidon du tout, les phases d'action. C'est hyper fun, très complet, évolutif, et je crois que ces phases sont en 60 fps (il faudrait vérifier, mais ça me paraît très fluide). Et loin d'être facile, parce que je peux vous dire que j'ai affronté mon (vrai) premier boss et qu'il ma dé-fon-cé durant mes premiers essais ! Par la suite, j'ai monté ma puissance, mais même là, c'était chaud bouillant ! Et maintenant, j'ai accédé à un nouveau niveau dans une forêt où, pareil, je me fais défoncer par les ennemis assez nombreux : il faut apprendre à bien jouer au niveau des combos et des facultés de Sakuna avec son grappin et ses attaques spéciales pour s'en sortir. Ca promet, pour la suite !

Et du coup, la phase "gestion agricole" est-elle basique à cause de la richesse étonnante des combats ? Là encore, pas du tout ! Cette fois, le jeu est en 3D durant ces phases. C'est d'ailleurs à cause de cette facette du gameplay que j'ai basculé le jeu en anglais, et encore, pour la première fois depuis des années, je suis obligé d'aller chercher la définition de certains mots dans un jeu vidéo, parce que le jeu regorge de termes agricoles anglais que je ne connais absolument pas ! Des termes du style "mauvaise herbe", "labourer", "fumier", "semer", ce genre de truc. En fait, il y a le temps n'est pas figé : il se déroule en temps réel pendant qu'on joue, donc avec un système "jour/nuit", ainsi qu'un système de météo, mais aussi un système de saisons ! Et tout ça n'est pas décoratif car ça a un impact direct sur la culture du riz (et un peu sur les phases d'action, car il est possible de faire les niveaux de nuit, avec des ennemis beaucoup plus forts, au début j'ai dû rebrousser chemin en me rendant compte que je ne faisais qu'un seul point de dégât par coup aux ennemis qui, en retour, me faisaient très mal, donc il fallait revenir plus tard quand on est plus puissant).

Ainsi, selon les saisons qui défilent (sur l'île, le temps s'écoule visiblement beaucoup plus rapidement que dans le monde des humains car trois jours dans le jeu correspondent à une saison, donc une année passe en douze jours), il faut planter les graines (on le fait manuellement, graine par graine, en veillant à les mettre à la bonne distance les unes par rapport aux autres), faire attention au niveau d'eau (pas trop élevée ou pas trop bas selon le stade de maturité des plantes), moissonner, faire sécher les plants (en faisant attention au temps qu'il fait, s'il pleut par exemple, et il faut les ranger dans le hangar avant l'arrivée de l'hiver), labourer le sol. Mais tout n'est pas aussi simple, car lorsque la première année s'est écoulée, comme on le craignait, notre première récolte est évidemment catastrophique, le joueur est aussi paumé et désemparé que l'héroïne Sakuna car ni lui, ni elle ne connaissent rien à la culture du riz ! C'est d'ailleurs assez dur pour Sakuna qui arrive à nous émouvoir (alors que c'est une vraie peste au début du jeu) après avoir bossé l'équivalent d'un an (pour l'île), quand on la voit quitter la maison en pleurant, en pleine nuit d'hiver, essayant de s'enfuir de l'île toute seule avec la barque, avant de faire demi-tour, effrayée par le noir total dans l'océan vide (c'était bien fichu, comme passage de désespoir, la réaction de Sakuna est très "authentique", sachant que la culture du riz doit faire partie des choses les plus ingrates possibles dans l'agriculture, une sacrée "punition" pour Sakuna). Mais... à force de planter, de labourer, moissonner, l'héroïne apprend également des compétences. Par exemple, à force de semer, elle acquière une compétence qui affiche à l'écran un quadrillage pour indiquer la bonne distance pour planter les graines les unes par rapport aux autres. Elle débloque aussi une autre compétence qui montre l'état de la terre qu'on est en train de labourer.

Mais il n'y a pas que ça, bien sûr ! Il faut aussi se servir des engrais. Et ces engrais, comment ils sont fabriqués ? Direction... les toilettes au fond du jardin, pour y ramasser les excréments des habitants, et les mélanger à d'autres nutriments ! Il ne faut pas sous-estimer le pouvoir du caca ! Et encore, à mon avis, je suis loin d'avoir tout vu, car j'ai lu divers parchemins qui laissent entendre qu'il va falloir également gérer les insectes qui dévorent les récoltes, les diverses maladies, et j'en passe.

Et parallèlement à ça, il faut aussi gérer la communauté d'humains du hameau sur la montagne, le côté "relationnel" avec eux. Parmi les personnages, il y a un "samouraï" d'abord reconverti au banditisme, puis qui s'est récemment reconverti dans la riziculture (mais sans aucune expérience en la matière). On a également trois orphelins : un garçon qui va construire une forge pour nous former de nouvelles armes et nouveaux équipements de défense, je ne sais pas encore ce que fait la fille (apparemment, elle semble douée à la couture), ni le bébé qui a perdu la parole. Et on a aussi une jeune femme, étrangère, qui semble vénérer un dieu différent (c'est clairement une référence aux fameux missionnaires chrétiens qui étaient venus au Japon il y a des décennies) et qui s'occupe de la cuisine. Car oui, il y a aussi tout un truc avec la cuisine : il faut lui fournir toutes sortes d'ingrédients pour le repas du soir, il y a diverses recettes qu'on peut choisir au menu. Et attention : certains ingrédients ont une durée limitée, donc ils peuvent périmer et pourrir (du coup, ils peuvent aussi servir d'engrais). C'est lors des repas du soir que Sakuna va monter en niveau (elle a cinq caractéristiques : la vie, la magie, la force, la chance, et... le goût, ou plutôt les effets des plats cuisinés sur elle), ce qui lui permet ainsi de monter en niveaux (c'est un RPG, quand même). Mais c'est aussi l'occasion d'écouter les conversations entre Sakuna et les humains sur leur vie, leur passé, leur culture (des références à la guerre, la famine, au Bouddha, etc.). Tous ces personnages nous filent leurs quêtes annexes en marge de la quête principale d'exploration de l'île, des quêtes qui servent encore une fois à améliorer la puissance de Sakuna et la vie de cette communauté.

Bref, vous voyez, ça va quand même assez loin, et encore, je n'en suis qu'à quatre heures de jeu, donc à mon avis, je suis très loin d'avoir tout vu du gameplay ! En tout cas, c'est un jeu qui s'adresse avant tout aux amoureux de la culture japonaise, à ces joueurs qui avaient adoré Ôkami ou Muramasa car on y pense forcément. Mais il y a d'autres références vidéoludiques qui me viennent à l'esprit. Quelque part, ce jeu me fait aussi penser à Actraiser : là aussi on dirigeait une sorte de "dieu", avec une phase de "gestion" (certes de nature bien différente que dans Sakuna) et une phase "action" (là aussi d'une nature bien différente), sauf que là, dans Sakuna, chacun des deux gameplay est beaucoup plus riche dans son contenu et son exigence. Et le jeu me fait aussi penser à... Persona 3 (et ses suites, j'imagine), car là aussi, on a deux gameplay, dont une phase "gestion", ou plutôt "vie sociale" qu'on doit gérer et qui a un impact direct sur les attributs du héros pour les phases de combat, sans compter qu'on a également affaire à un rythme assez lent, un jeu qui prend son temps, qui nous immerge dans la culture japonaise, avec beaucoup de dialogues. Le jeu a vraiment un certain cachet, par moments, j'ai l'impression d'être dans un film de Kurosawa du genre Les 7 Samouraïs qui tournait aussi beaucoup autour des paysans et de la culture du riz (de toute façon, le riz, c'est assez "sacré" dans ces pays d'Extrême-Orient). On s'attache à tout ça, on prend même plaisir à regarder leurs repas (la scène est assez détaillée, on voit bien l'ensemble des plats de chaque personnes, des plats qui vont finir par se vider, les personnages se disent "bon appétit", on les entend parler, parfois on a de vrais dialogues qui approfondissent leur psychologie). Dernièrement, j'ai assisté à une scène assez chouette où tous les personnages, dont Sakuna, décident d'étendre les parcelles de culture au pied de la montagne, et après une phase de dispute, ils se galvanisent avec une chanson traditionnelle, c'était un moment assez magique :


(surtout à partir de 3:30 avec la chanson en question)

En tout cas, franchement, j'aime beaucoup pour le moment. Ce jeu est un OVNI, c'est étonnant, comme truc. Un drôle de jeu, assez complexe et même ambitieux, avec en plus une très jolie réalisation graphique (j'aime beaucoup quand il pleut, on s'y croirait, avec la pluie, les grenouilles qu'on entend), et des musiques très sympas également. Pour l'instant, je suis vraiment content de m'être fié à mon instinct en achetant ce jeu comme ça, sans avoir rien lu dessus, juste en me fiant à une ou deux vidéos.

Edité par Chuck Chan le 23/11/2020 - 12:55

Modérateur
Pixel Boy
Portrait de Chuck Chan
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 4008
Re: [Switch][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Un bien beau topic pour un jeu qui me fait très envie, ce sera mon jeu de cet hiver ^^

Je me suis permis de recadrer tes photos (j'avais du temps à perdre), si ça te dérange je remets tout comme avant.

Portrait de iwao72
Hors ligne
A rejoint: 31 décembre 2012
Contributions: 532
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Ca m'a l'air pas mal aussi. Je suis toujours friand de grappin dans les jeux, et puis j'aime bien cette ambiance rurale asiatique et le jeu a l'air assez instructif.
Merci pour cette bonne présentation.

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Merci pour vos retours (et merci d'avoir recentré mes images, je ne savais pas comment faire).

Putain, mort de rire : je viens de découvrir dans le jeu LE fameux "Kuchikami saké" dont j'avais entendu parler pour la première fois dans le dessin animé Your Name ! Vous savez, le saké qui s'obtient par fermentation à l'aide de...

Spoiler

Et bien, on peut prendre ce saké au cours du repas du soir (c'est au joueur de choisir la composition de son menu), mais dans sa description, ils précisent bien qu'il faut du courage pour le boire et que ce n'est pas du tout hygiénique. Ce saké augmente certaines statistiques de l'héroïne, sauf la Force qui diminue un peu. Du coup, je l'ai pris quand même, ce saké. XD

Je n'ai pas encore découvert la recette d'autres types de saké.

Sinon, j'avais oublié d'en parler, mais hormis les autres références qui me venaient à l'esprit, le jeu me fait aussi un peu penser à... Shenmue. Du coup, on a affaire à une "simulation de vie" (agricole), on est plongé dans le quotidien et l'intimité des personnages dont la relation évolue avec le personnage principal (lequel, en retour, gagne en maturité et s'élève spirituellement et moralement), et qui mise sur l'accomplissement des "tâches quotidiennes répétitives" de manière "non scriptée" (le genre de reproche que je découvre, sans surprise, dans la presse pro qui fait toujours dans la demi-mesure hypocrite : quand c'est un jeu médiatisé comme les Persona, la répétitivité passe comme une lettre à la poste et il faut bien brosser les joueurs dans le sens du poil, mais alors quand c'est un jeu "inconnu" comme Sakuna, ça ne pardonne pas, alors que dans un cas comme dans l'autre, c'est dans cette répétitivité que ce type de jeu tire toute sa saveur et son intérêt). Donc ça peut donner une idée du type de public auquel ce jeu s'adresse, c'est-à-dire un public assez restreint en occident, sachant que la presse a donné au jeu un accueil pour le moins "tiède" vu qu'il ne rentre pas assez dans les petites cases (par contre, apparemment, le jeu semble marcher au Japon, donc c'est une bonne nouvelle pour sa pérennité).

Autrement, Sakuna est un jeu indé japonais en vérité (le développement a d'abord débuté en 2015 avec deux personnes seulement, puis ça s'est terminé avec une dizaine de personnes), et avec pas mal de textes et de dialogues. Le jeu a pris cinq ans de développement avec assez peu de moyens. Du coup, ça justifie un peu l'absence de VF pour les textes (le jeu a quand même été traduit en chinois, en coréen et en anglais, donc ils n'avaient sûrement pas un budget davantage extensible pour d'autres langues), mais on peut quand même s'estimer heureux que le jeu soit sorti en anglais (doublage compris), dans une vraie version physique sans code à utiliser pour télécharger le jeu, et avec une chouette édition collector pas très chère (et qui contient toute l'OST en physique également, sous forme de trois CD), parce que c'était très loin d'être garanti. On verra si un jour il sera traduit en français ou pas (pour l'instant, ça ne semble pas du tout à l'ordre du jour).

Je vais essayer de m'intéresser un peu aux autres jeux du groupe Edelweiss qui étaient sortis avant et qui, visiblement, ont un gameplay encore bien différent, mais a priori, Sakuna est leur premier titre vraiment complexe, riche et ambitieux.

Edité par Rudolf le 23/11/2020 - 22:54

Portrait de Rirquitu
Hors ligne
A rejoint: 16 février 2013
Contributions: 305
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Ca a l'air vraiment très intéressant ! Je vais garder un oeil dessus.

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

J'ai bien avancé, j'ai terminé ma deuxième année, à l'issue de laquelle j'ai accompli ma première vraie récolte (celle de la première année s'était avérée catastrophique). Je viens aussi de débloquer la, disons, troisième région de la carte.

Franchement, c'est super.

D'un côté, le côté "agricole" s'est enrichi : il faut maintenant couper les épis récoltés (après les avoir fait sécher) ou bien les pilonner sous forme de petits QTE. Au fur et à mesure qu'on accomplit ces tâches, on débloques de nouvelles compétences agricoles qui nous permettent de les réaliser plus facilement qu'avant.
De l'autre, j'ai compris plus de choses sur le système de combat. Déjà, on ne s'en rend pas compte tout de suite, mais en fait, il y a bien un système de parade des attaques ennemies, nécessitant un bon timing pour la réussir (ce qui déclenche un effet temporaire négatif sur l'ennemi). Mais autrement, on peut faire plus de choses que je ne le croyais avec l'espèce de grappin : il n'est pas seulement possible de virevolter pour se retrouver derrière un ennemi, mais on a toutes sortes de compétences permettant par exemple d'attraper et jeter un ennemi derrière nous (on peut même le jeter contre des pics ou contre d'autres ennemis), de le paralyser temporairement, ou encore d'abaisser son attaque. J'ai également appris davantage de compétence d'attaques, que ce soit une attaque spéciale aérienne (très pratique contre, vous l'aurez compris, les combats aériens), ou encore une attaque sismique qui crée une onde de choc qui se propage.

Tout à l'heure, j'ai affronté un boss particulièrement coriace (une grosse grenouille). Il a fallu que j'apprenne vraiment à bien utiliser tous les aspects du système de combat, que ce soit les compétences de grappin et celles de l'arme à une main ou de l'arme à deux mains. J'avais toutefois le choix de faire demi-tour pour revenir plus tard, le temps de faire une année de récolte à l'issue de laquelle Sakuna gagne beaucoup en puissance, mais je me suis entêté car je voyais bien que si je jouais bien, je pourrais quand même réussir le combat, et j'ai eu raison, je suis content. Mais quand même, les boss ne pardonnent pas à bas niveau : c'était épique, comme combat ! En tout cas, j'aime beaucoup ce système de combat, il est particulièrement fun. Il est d'ailleurs possible de s'entraîner au village contre des ennemis de notre choix et au nombre qu'on souhaite : on ne meurt pas et le temps est figé à ce moment-là, les ennemis sont immortels, donc c'est le prétexte pour justement s'entraîner sur les combats, l'utilisation des compétences, la parade, le grappin, etc.

Et puis, c'est quand même plaisant de pouvoir faire chaque niveau d'action à n'importe quelle saison (avec les changements graphiques qui vont avec), de jour comme de nuit (ce qui impacte sur la puissance et la dangerosité des ennemis). D'ailleurs, ces niveaux d'action offrent quand même une certaine verticalité, ce n'est pas juste "aller de gauche à droite", il y a des petits secrets à trouver grâce à l'exploration et l'utilisation de certaines facultés de l'héroïne en terme de plate-forme.

Autrement, il y a un vrai scénario, de vrais personnages, et pas mal de dialogues étonnamment bien écrits. En fait, il y a eu un gros boulot sur les différents registres de langages et les différents dialectes employés par les personnages, chose que la version anglaise essaie de restituer tant bien que mal (elle se défend bien), mais qui ressort beaucoup plus si on comprend un peu le japonais. Ainsi, Sakuna s'exprime de manière très archaïque et ancienne (en japonais, il faut savoir qu'il y a plusieurs manières de dire "je" ou "tu", et justement, Sakuna emploie les manières les plus archaïques pour ça). Le samouraï s'exprime de manière assez noble, ayant eu une vraie éducation. Les deux enfants, quant à eux, s'expriment comme des "péquenots", au point qu'ils disent eux-mêmes qu'ils essaient d'adapter leur langage aux adultes de la ferme, sans quoi ils ne comprendraient pas ce qu'ils diraient. Quant à Myrthe, c'est une missionnaire étrangère, donc elle galère avec la langue (elle parle japonais un peu comme un occidental, ici, avec des mots anglais qui ressortent par-ci par là). Bon, cette histoire de registre de langage selon les personnages, c'est assez typique des RPG japonais, mais... j'ai quand même l'impression que c'est plus poussé qu'à l'accoutumée, dans ce jeu.

En tout cas, au cours des dîners, on apprend pas mal de choses sur le background du jeu (le royaume des hommes, celui des dieux, la création du monde), les origines de Sakuna, ainsi que les personnages. Il y a d'ailleurs pas mal de discussions sur la foi et la religion, quand la missionnaire intervient, qu'elle nous parle de sa mission d'évangélisation pour son "culte de Formos", de sa difficulté à s'intégrer dans ce pays étranger pour elle, ses habitants qui ont tendance à mal l'accueillir et la chasser à coups de pierre (forcément, ça fait référence à certains faits liés aux missionnaires chrétiens européens qui parcouraient le Japon il y a des siècles).

Et pour les repas en eux-mêmes, au fur et à mesure qu'on avance, la qualité du menu évolue et s'améliore également. Au début du jeu, on a vraiment un repas de pauvre, mais au fil du temps, ça devient plus diversifié, on peut boire autre chose que de l'eau (si on a du riz, on peut s'adresser à la cuisinière Myrthe pour qu'elle fasse du saké, sinon, on peut aussi faire du thé). Et il ne faut pas négliger la composition du menu, parce que ces repas permettent justement d'améliorer les statistiques de Sakuna (pas de manière aussi foudroyante qu'avec une récolte de riz, mais quand même, ce n'est pas négligeable), mais aussi d'avoir des bonus pendant les phases d'action (comme la possibilité de régénérer sa santé quand on ne bouge, de manière plus ou moins rapide selon la qualité du mets). En revanche, je ne l'avais pas dit, mais il y a aussi une gestion de la faim : quand ça arrive, on peut toujours combattre, mais l'héroïne ne peut plus regagner sa vie, donc il faut qu'elle revienne à la ferme pour dîner avec les autres (et je précise que si on ne veut pas attendre, on peut "se reposer" pour faire passer le temps d'un nombre d'heures de notre choix).

Dernièrement, je suis arrivé à un moment où, après avoir battu le boss récalcitrant dont j'avais parlé, l'ambiance change, ça se fait plus enjoué : la musique du village a d'ailleurs changé (j'aime de plus en plus la bande-son du jeu, au passage, elle est de qualité), et on a davantage de graines à planter, donc de riz à récolter, tandis que les liens entre les gens évoluent de plus en plus. Il m'est aussi devenu possible d'envoyer des villageois chercher des ressources à divers endroits de la carte (et selon la personne que j'envoie, elle ne va pas ramener les mêmes objets en priorité). J'ai aussi l'un des personnages du jeu qui peut me confectionner de nouveaux vêtements si je lui rapporte les bons matériaux (et un autre me sert de forgeron pour avoir de nouvelles armes).

Non, vraiment, j'aime beaucoup. Je ne vois pas grand chose à reprocher. Allez, si, je peux dire que le bestiaire est un peu redondant : pendant longtemps, on n'affronte que des lapins, des cochons et des oiseaux. Le bestiaire finit quand même par se renouveler, c'est juste que ça se fait de manière assez lente. Autrement, j'adore, c'est plus qu'un bon jeu. Etonnant, comme titre !

Edité par Rudolf le 27/11/2020 - 02:47

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Déjà 500 000 exemplaires vendus en moins d'un mois à travers le monde, ah oui, quand même ! Je n'aurais pas cru ! Bon, surtout grâce à l'Asie à mon avis, mais tant mieux, le jeu le mérite amplement. J'ai l'impression qu'il commence à avoir un bon bouche à oreille, ce jeu. :-)

Portrait de mouchman
Hors ligne
A rejoint: 18 septembre 2012
Contributions: 710
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

J'aime beaucoup le concept du jeu, et c'est vrai que la gestion agricole est tout sauf basique. Je n'avais touché à un jeu de ce genre avant, mais il est très plaisant. On sent que les développeurs y ont mis du coeur, mais aussi qu'ils ont voulu nous faire ressentir la difficulté du travail en nous offrant la possibilité par moment de ne pas terminer telle ou telle action mais en nous précisant bien que le résultat ne sera pas aussi prolifique.

J'en suis à la deuxième année, je viens d'affronter le deuxième boss du jeu, et j'adhère complètement au concept et encore plus à l'univers.

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Ah, bah c'est cool, je vais me sentir moins seul, sur ce topic ! :-)

J'ai bien avancé, j'ai presque vingt heures de jeu au compter et j'arrive à la fin de la zone volcanique (je me suis arrêté à ce qui semble être la moitié du dernier niveau de la zone, j'y ai débloqué un téléporteur pour y revenir facilement depuis la carte du monde sans faire le reste du niveau).

Je comprends de mieux en mieux le gameplay agricole du jeu. Je fais plus attention à ce que je fais, sachant qu'on apprend au fur et à mesure qu'il y a plusieurs manières de cultiver le riz, selon si on veut augmenter en priorité certaines statistiques comme la force, la magie, la vie, ou encore la vitalité. De plus en plus d'éléments se rajoutent, comme le fait de devoir trier les grains avant la culture pour privilégier la qualité à la quantité (selon notre objectif de récolte). On débloque de nouveaux outils pour accomplir plus facilement certaines tâches manuelles. Je fais plus attention également aux engrais que j'utilise (je prête également davantage attention au moment où le sol est à cours de nutriments, ce qui risque de bloquer la croissance des épis de riz), je comprends mieux ce qu'il faut faire selon mon objectif (mettre tel type d'engrais selon le stade de maturité du riz ou de sa croissance). L'héroïne elle-même a gagné plus de compétence permettant par exemple de labourer, planter ou cueillir plus rapidement. Et en plus de ça, il y a des animaux qui s'invitent à la fête, tels des chiens ou des chats, et à qui on peut confier certaines tâches également. Ah, et en plus de ça, il est possible de faire une offrande à la déesse (en lui donnant suffisamment d'ambres) pour changer la météo, si par exemple on a envie d'avoir de la pluie, un temps sec, ou au contraire un temps froid (après, à ne pas faire trop souvent car les ambres, on en a quand même besoin pour beaucoup de choses, c'est vraiment si on sent que la météo est contre nous). Par contre, je ne maîtrise pas encore tout ce qui est "pesticide", "protection contre la peste", "herbicide" (contre les mauvaises herbes), ce genre de chose.

Sinon, un truc que je n'avais pas dit, mais dans ce jeu, on a une autre statistique à débloquer : c'est le "niveau d'exploration". En effet, il ne faut pas seulement finir les niveaux, mais également accomplir un maximum d'objectifs décrits sur la carte du monde (des objectifs du style "ramasser x minerais", "tuer y ennemis", "trouver le trésor caché", "vaincre tel ennemi de nuit", "finir le niveau avant z secondes", "explorer le niveau avec tel bonus défensif", "vaincre les ennemis avec tel attribut d'attaque sur notre arme", etc.). Donc si on est bloqué et qu'on ne débloque plus de nouveaux niveaux, c'est parce que notre niveau d'exploration n'est pas assez élevé, donc il faut accomplir des missions pour augmenter notre niveau d'exploration. Toutefois, il y a quand même une "mission scénaristique" à faire obligatoirement afin de débloquer la zone géographique suivante.

En tout cas, même les niveaux d'action évoluent. A partir de la zone de la vallée, ça devient nettement plus recherché au niveau du level-design, avec une nouvelle idée de gameplay :

Spoiler

Moi qui m'attendais plutôt à des niveaux avec un level-design aussi pauvres qu'un Muramasa, la suite m'a donné tort, parce que plus on avance, plus le jeu se transforme vraiment en jeu de plate-forme et d'exploration : il y a beaucoup de verticalité, il y a des passages secrets, il faut faire attention à la manière d'utiliser le grappin et au timing pour ne pas subir des dégâts environnementaux (contre des pics, le poison, les chutes de pierre, ou la lave par exemple).

Et il y a des moments où le jeu ne fait pas de cadeaux pour les combats (je rappelle quand même qu'on peut abaisser la difficulté du jeu tant qu'on veut, mais je préfère la laisser au niveau "par défaut" qui est celui pour lequel le jeu a été pensé) ! Ainsi, le dernier niveau d'une zone géographique (celui qui contient un "boss scénaristique") est assez stressant, parce que, comme je l'ai dit, le temps s'écoule en direct, donc si on traîne trop, on subit des désagréments comme l'héroïne qui se met à avoir faim (pour cela, il faut faire attention à ce qu'on mange le soir, on peut choisir des aliments qui nous donnent une meilleure satiété, donc nous permettent de tenir plus longtemps sans manger), mais aussi... la tombée de la nuit, car les ennemis de nuit sont nettement plus dangereux que de jour ! Des fois, mon exploration se transformait presque en course contre la montre, à essayer d'esquiver le maximum d'ennemis, car la fin du niveau demande généralement d'affronter plein d'ennemis par vagues successives, mais si on traîne trop, alors la nuit tombe et ça devient très compliqué, voire presque impossible de vaincre les ennemis de la fin du niveau, tellement ils sont devenus résistants à nos coups et puissants à l'attaque !

Cela dit, maintenant, je commence à explorer un peu les niveaux de nuit, car c'est l'occasion de ramasser des matériaux qui ne sont pas disponibles de jour, et puis surtout j'ai débloqué une sorte de torche qui éclaire le niveau, car de base, le niveau est carrément sombre, on ne voit presque rien la nuit ! Du coup, avec ce pouvoir, on peut donc éclairer le niveau, mais pas indéfiniment car ça consomme de l'huile, donc il ne faut pas trop en abuser.

Du coup, je peux vous dire que l'interface jour/nuit n'est pas du tout un gadget, dans ce jeu ! On sent vraiment la hausse de difficulté quand il fait nuit, en même temps la durée d'une journée en temps réel est judicieusement choisie pour que ce soit ni trop long, ni trop court (en gros, on a juste le temps de faire un seul gros niveau en une seule demi-journée), et en même temps il y a aussi un intérêt à explorer les niveaux de nuit pour accomplir certaines missions ou obtenir certains matériaux uniques.

J'ai été amené à faire certains objectifs de nuit, parce que j'étais un peu bloqué sur la carte du monde, que je devais augmenter mon niveau d'exploration. Il y a une mission qui m'a bien pourri, c'est celle consistant à battre un gros cerf noir de nuit ! Il m'a tué je ne sais combien de fois, ce sous-boss ! Mais c'est après ça que j'ai mieux compris un point de gameplay que j'avais totalement négligé et que je n'avais pas du tout repéré : "l'affinité" des armes ! En effet, les armes ont quatre affinités différentes (et qui peuvent changer selon l'évolution qu'on donne à l'arme) : "slash", "strike", "pierce", et "magic". Du coup, les ennemis sont sensibles à certaines affinités (donc nos attaques sont très efficaces et les points de dégâts apparaissent en orange, voire en rouge), tandis que d'autres sont très peu sensibles à certaines affinités (donc nos attaques sont peu efficaces et les points de dégâts apparaissent en bleu). Du coup, contre ce cerf noir, je ne m'étais pas rendu compte que je ne lui faisais rien en dégât ! Du coup, en faisant attention à l'arme utilisée, mais aussi en essayant de faire un maximum de contre-attaques contre lui (ça aussi, c'est important, ça étourdit l'ennemi si on arrive à parer un coup), j'ai fini par y arriver.

Je continue également à débloquer de nouvelles compétences d'attaque avec mes armes et mon ruban, ce qui enrichit les possibilités (et il faut également augmenter le niveau de maîtrise de chacune d'entre elles). Je confirme également que le jeu est d'une fluidité à toute épreuve durant les phases 2D, alors que pourtant, parfois, c'est un énorme bordel et déchaînement de fureur, on fait des combos de ouf où on balance un ennemi contre tous les autres dans une explosion de fureur, et pas un pet de ralentissement ! Autant le jeu est moins fluide et rame parfois légèrement dans sa phase 3D au village où on cultive le riz (je crois que c'est du 30 fps à ce moment-là, mais là, justement, ce n'est pas grave car ce ne sont pas des phases d'action), autant c'est irréprochable et fluide (je dirais 60 fps, mais je ne suis pas expert en la matière) dans ses combats 2D ! Franchement, un super boulot qu'ils ont fait, pour un studio indépendant, et pour un jeu qui n'était même pas prévu sur Switch au départ : d'autres développeurs sur Switch devraient en prendre de la graine (ha ! ha ! ).

Sinon, les ennemis ne sont pas d'une variété extraordinaire, mais ça s'est quand même diversifié par rapport au début où on n'affrontait que des lapins, des cochons et des oiseaux : maintenant, il y a nettement plus de types d'ennemis différents, avec leurs attaques bien à eux, c'est beaucoup mieux qu'au début. Et les boss que j'ai affrontés sont très bien également : on meurt plusieurs fois, le temps de comprendre leurs attaques, mais ils sont bien étudiés et on finit par y arriver sans pour autant être forcément obligé d'attendre la prochaine récolte que l'héroïne soit plus forte.

En tout cas, les combats sont un vrai défouloir, à la fois bourrins, rapides et tactiques, avec une héroïne, on dirait presque une "puce" qui virevolte partout avec son grappin qu'elle accroche aux ennemis ou aux murs et plafonds pour aller d'un bout à l'autre de l'écran, à faire ses attaques spéciales et combos sur les ennemis. C'est super amusant et défouloir, ça fonctionne à merveille, il y a pas mal de subtilités derrière cette brutalité bien bourrine et au rythme frénétique.

Cerise sur le gâteau : il y a même une sorte de "donjon aux 100 étages". Ils ont même fait ça, ces cons ! J'ai juste fait les cinq premiers étages, le cinquième se terminant par un boss : j'ai déjà bien galéré au cinquième étage, donc ça promet pour la suite !

Et puis je fais également plus attention à ce que je mange le soir. Au départ, pareil, je choisissait un peu sans réfléchir mes plats en fonction des bonus de vie ou d'attaque que ça me donnait, mais il faut faire attention à d'autres trucs : selon l'aliment qu'on ingère le soir, on a différents bonus qui peuvent être déterminants, comme la récupération automatique de la vie quand on est immobile sans ennemis autour, la résistance à l'eau (très pratique quand on est à un endroit où des bulles d'eau aérienne entravent nos mouvements alors qu'on veut combattre), la résistance au feu, ou encore la résistance au poison (dans un niveau de la montagne, il y a tout un passage rempli de poison : c'est simple, si on n'a pas la moindre protection contre le poison, on ne passe pas, on meurt avant de revenir à l'air libre ! ). En plus de ça, les aliments sont "saisonniers", donc il existe une "saison optimale" durant laquelle l'aliment ingéré nous donne ses effets bénéfiques pour le lendemain (quand on choisit au menu, les aliments de saison sont mis en surbrillance). Bref, parfois, il faut même que je fasse attention aux quelques recettes de cuisine que je ramasse afin de pouvoir cuisiner un plat ayant l'effet bonus que je recherche selon le niveau.

Enfin, le jeu est toujours aussi attachant au niveau de ses personnages, c'est un plaisir de lire leurs conversations durant les dîners, on apprend des choses sur eux, leur passé, mais aussi sur l'univers du jeu qui est assez riche (ça donne envie d'avoir une suite à ce jeu). Et là où je me suis arrêté, on a un vrai petit rebondissement scénaristique, donc j'ai le choix entre suivre cet arc narratif, ou bien terminer mon exploration du volcan. Sympa.

Bref, c'est vraiment un jeu de ouf ! Je ne m'attendais pas du tout à ça, mais plutôt à un petit jeu sympa et original dans son concept. Mais non, c'est super ambitieux et abouti, à tous les niveaux, c'est dingue. C'est d'une telle richesse et complexité que je ne soupçonnais pas de prime abord. Vraiment, c'est l'un des RPG les plus complexes auxquels j'ai joué de ma vie : il y a teeeellement de trucs à prendre en compte ! Mais le jeu est géré intelligemment, car tous ces éléments apparaissent au fur et à mesure plutôt que de submerger le joueur dès le début. On n'est pas du tout pris par la main, il faut vraiment aller vers le jeu, faire attention aux dialogues, aux "rouleaux" qu'on ramasse et qui expliquent toutes les subtilités à prendre en compte pour la culture du riz, l'exploration, les combats, la cuisine, tout ça.

Ah, dernière chose : je me suis vraiment demandé à quoi rimaient cette signalétique "déconseillé aux moins de 16 ans" et ce logo "drogue" (avec l'image de la seringue) derrière la boîte. A force de jouer, je crois que j'ai compris, mais si c'est ça, alors c'est complètement con : tout ça parce que le prologue du jeu nous met en scène une héroïne qui est effectivement bourrée, et parce qu'on peut fabriquer et consommer du saké au cours des repas du soir ! Non, mais franchement, quelle puritanisme à la con, c'est affligeant ! Même si le jeu n'est peut-être pas réservé aux plus jeunes à cause de sa complexité, c'est quand même du grand n'importe quoi.

Edité par Rudolf le 10/12/2020 - 02:01

Portrait de mouchman
Hors ligne
A rejoint: 18 septembre 2012
Contributions: 710
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

Je suis également dans la zone du volcan, je ne dois pas être très loin de toi.

En revanche je n'ai pas encore vu les différents points que tu évoques, notamment sur les tâches confiées aux animaux ou les offrandes, peut-être que c'est pour bientôt.

Honnêtement, même si oui c'est assez varié et complet, l'agriculture commence à me lasser un peu, sauf que je n'ai pas envie de confier mes tâches à d'autres pour que ce soit mal fait.

Et je trouve ça mal foutu la façon dont est gérée l'amélioration des compétences agricoles, car non seulement ça peut se débloquer à n'importe quel moment, y compris pendant que l'on effectue nos tâches, mais du coup ça change complètement l'organisation sans "tuto" (lorsque l'on plante le riz). De ce fait, quand tu en plantes 3 à la fois ça se place d'une certaine façon, mais quand ça passe à 4 ce n'est pas du tout agencé de la même façon alors que tu n'as aucun moyen de savoir comment te placer. J'ai trouvé ça frustrant, ça te casse ta belle plantation.

Pour le gameplay j'ai encore du mal à comprendre quelles sont les armes vraiment efficaces la nuit, ce qui fait que j'explore rarement en-dehors de la journée. Après pour le reste c'est assez cool à manier, même si le grappin m'énerve par moment car je me retrouve dans le sens opposé alors qu'il n'y a pas de raison.

Spoiler

Pour l'instant je trouve les boss assez simples honnêtement.

En revanche je trouve que les journées passent trop vite... Pour les zones comprenant plusieurs parties, c'est très compliqué de les parcourir en une seule fois sans qu'il fasse nuit (même impossible pour certaines).

Le coup des repas le soir est assez sympa c'est vrai, ça nous laisse choisir quels aptitudes on souhaite avoir pour affronter une nouvelle journée.

Cependant je ne trouve pas que le jeu soit si complexe que tu le dis (oui je sais, je dis ça alors que je n'ai pas bien pigé 2-3 trucs ^^).

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 18661
Re: [NS][PS4][PC] Sakuna : tout, tout, tout, vous saurez tout sur les rizières !

N'oublie pas que tu peux paramétrer les compétences agricoles : appuie sur la touche "croix" pour changer les "skills".
Pour la plantation, quand j'ai débloqué "quatre graines en un coup", j'ai d'emblée désactivé cette compétence pour remettre "trois à la fois", car c'est arrivé au moment où j'avais presque tout planté, donc je ne voulais pas casser mon rythme (j'essaierai le "quatre à la fois" à ma prochaine plantation).

Je confirme que pour les plus grands niveaux, notamment le niveau final d'une zone géographique, on n'a pas le temps de tout explorer en une demi-journée. Mais je trouve ça très bien et bien géré car elles ont justement des portails Shinto pour se téléporter d'abord à mi-chemin, puis avant le boss, donc elles ont été conçues pour être explorées en trois voyages (donc trois demi-journées) minimum.

Sinon, j'ai fini la zone du volcan (excellent niveau de fin de zone et boss assez impressionnant), j'en suis à la "forteresse des démons" maintenant.
Un autre type d'animal s'est invité à la ferme, après les chiens et le chat : je te laisse la surprise. ^^

Pour les bulles d'eau, il faut manger des aliments qui te donnent un "water resistance" : elles te ralentiront beaucoup moins.

Pour les armes et leurs quatre affinités, essaie de relire mon message précédent car j'en parle justement. Je rajoute un truc : tu obtiens des sphères rouges que tu peux équiper ou déséquiper (et améliorer) aux armes, dont certaines changent l'attribut de l'arme (entre "strike", "slash", "pierce" et "magic", ensuite, fie-toi à la couleur des points de dégâts affichés pour voir si tes attaques sont efficaces ou non sur tel ennemi). Tu as aussi des sphères et armes très efficaces pour tel type d'ennemi, comme les armes "Obsidian" contre les fantômes Ashigumo qui y sont sensibles.

Mais pour la nuit, c'est normal : ce n'est que depuis peu que je commence vraiment à explorer un peu les niveaux de nuit, et encore, pas dans la dernière zone géographique en cours.

Il est possible que tu aies fait plus d'années que moi, parce que la compétence "quatre à la suite", je l'ai débloquée à ma dernière session alors que je terminais la zone volcanique. Peut-être pour ça que j'ai moins de puissance, donc plus de difficulté que toi sur les boss.

Edité par Rudolf le 12/12/2020 - 18:14