Skip to Content

[3DS] Little Battlers eXperience


1 post / 0 nouveau(x)
Portrait de Lloyd
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6096
[3DS] Little Battlers eXperience


La Mécanique du Cœur

Après avoir rincé jusqu'à la dernière goutte son excellente licence de jeux de football / RPG, level 5 repasse à l'offensive cross-média en balançant les LBX sur les étals de toutes les bonnes crèmeries dès le 4 septembre prochain. Et là vous vous demandez sûrement «LBX, kézako ? Jamais entendu parler de ces trucs là.» et il serait bien difficile de vous en vouloir tant le jeu arrive un peu comme un cheveu sur la soupe sur le Vieux Continent. Little Battlers eXperience est donc une série animée mais surtout des jeux vidéo mettant en scène de petits robots très hautement personnalisables et voués à se friter contre leurs congénères. Dans cet univers ou ces jouets sont de véritables nindô pour les gamins du coin, vous allez vite faire la connaissance de Van Yamano, un jeune garçon dont la coiffure est aussi improbable que sa détermination est grande.

Petit problème : alors que ses potes fanfaronnent tranquilou avec leurs LBX, le jeune garçon quant à lui ne dispose d'aucun modèle, vilain petit canard qu'il est. Fort heureusement, le tenancier de la boutique de pièces détachées va lui en prêter un pour vous permettre d'assister, bien entendu, à une petite séance d'entraînement face à son ami d'enfance, Kaz Walker. Tout ce petit monde va bien entendu voir sa destinée chamboulée à la faveur de quelques événements inopinés qui vont leur tomber sur le coin du museau : on ne vous spolie de toute façon pas grand chose en vous révélant que cela à voir avec le futur LBX de Van.

Les combats de POG du futur se déroulent dans des dioramas maintenus dans des cubes tenant dans la poche, très pratiques tout de même, puisque ces derniers apparaissent avec 4 pieds de table et toutes les bordures nécessaires aux arènes de combat. Dès les premières minutes de jeu, LBX se révèlent tout aussi étrange qu'accrocheur : l'incongruité et la niaiserie des premiers dialogues ont de quoi laisser pantois, mais les quelques scènes animées de très bonne facture et la mise en place d'une progression sous forme d'épisodes comme, pour suivre un bon shônen, font que l'on reste accroché à sa console comme la langue d'un idiot à un lampadaire gelé. Néanmoins, inutile de vous faire des films sur le scénario de ce Little Battlers Experience car même si il se révèle tout à fait sympathique, avec quelques rebondissements dignes de son statut de rôle japonais, il ne vole généralement pas bien haut. Qu'à cela ne tienne, LBX a bien d'autres choses, bien plus réjouissantes à offrir aux joueurs, comme un gameplay moins bourrin qu'il n'y parait et surtout une personnalisation de son mécha de poche surprenante de profondeur.



J'ai un serpent dans mon bot

Après une petite demi-heure de mise en situation et de prise des connaissances des principaux protagonistes de cette aventure farfelue, la vie du jeune Van va être placée entre vos petits doigts de fée. Et là, premier problème est pas des moindres : la progression dans l'univers est totalement calquée sur les derniers épisodes de Inazuma Eleven : les objectifs très clairement indiqués par un bandeau défilant en bas de l'écran constamment, le radar in diquant les PNJ avec lesquels il est possible de parler ou de combattre... Ce n'est pas une «si» mauvaise chose en soi puisque le tout fonctionne correctement, seulement un peu plus d'audace et surtout moins de dirigisme auraient été les bienvenues. Alors certes, il est possible de dévier de la route principale de temps en à autres et accéder à une pléthore de bastons annexes pour récupérer objets et expérience, mais dans l'ensemble le titre de Level 5 prend trop le joueur par la main au cours de l'aventure pour ne pas finir par trouver ça agaçant. Ce petit écueil mis de côté, passons au plat de résistance de LBX avec la personnalisation de vos figurines et les combats.

Le jeu permet un peu de faire ce que l'on veut avec le squelette de son robot, et il est possible de l'affubler de toutes sortes de pièces d'équipement provenant de sets différents. Au total, c'est plus de 3000 pièces détachées qui sont disponibles pour créer le petit robot de vos rêves, pas mal non ? néanmoins, pour optimiser votre figurine, il faudra compter au maximum sur les sets complets et leurs rôles bien définis plutôt que de jouer au savant fou en mettant des jambes de tank avec un buste de soldat agile. Mais la composition de votre LBX ne s'arrête pas là puisqu'il faudra aussi jouer avec son unité centrale et y déposer de nouvelles pièces permettant d'activer des bonus de statistiques qui peuvent faire la différence. Très riche et franchement bien amené, l'aspect customisation de Little Battlers Experience est de loin son plus gros atout, la partie castagne étant elle aussi très bonne, mais avec quelques défauts entachant quelque peu l'expérience de jeu. Comme précisé au début de ce test, les affrontement de LBX se déroulent dans de petits dioramas. Dans ces derniers, le joueur prend le contrôle du mécha pour des rixes pleines d'action bien bourrines.



Sur le terrain, plusieurs options possibles : une arme à distance, une arme au corps, possibilité de dasher et de double-sauter, attaques spéciales meurtrières et finish-moves dantesques. Toutes ces mécaniques sont régies par plusieurs jauges à surveiller comme la tension qui correspond à l'endurance ou la jauge d'attaque spéciale qui se remplit au fur et à mesure de vos actions au cours du combat. l'ouverture des arènes et leur configuration rappellent quelque peu la série des Dragon Ball Z Tenkaichi, avec des dioramas faisant la part belle à la verticalité ou aux environnements bourrés d'obstacles. Le principal souci vient de certaines animations quelque peu pataudes des LBX qui empêchent de profiter pleinement de ce que le jeu a à offrir en termes de baston.

De même, les échauffourées en trio deviennent de véritables foires d'empoigne par moment et entre les différents ciblages et quelques soucis de caméra, tout cela engrange plus de frustration que de plaisir de jeu. L'un dans l'autre, les phases de fights de LBX s'en tirent avec les honneurs en réussissant à renouveler leur intérêt une fois de plus grâce à l'aspect personnalisation qui apporte beaucoup de diversités aux équipements de votre robot. Enfin, côté technique, le jeu emploie un style logiquement très manga, on aime ou on aime pas, mais force est de constater que la direction artistique du jeu est de bonne facture avec quelques LBX bien classes et des personnages vraiment attachants à défaut d'être originaux. Un petit mot également sur la bande-son du jeu qui s'octroie quelques envolées lyriques à certains moments et est, en ce qui nous concerne, une belle petite surprise.

Malgré une progression calquée sur celle d'Inazuma Eleven, Little Battlers Experience balance suffisamment d'arguments convaincants pour faire passer un bon moment aux amateurs d'action-RPG en manque. Fort de son système de jeu plus complexe qu'il n'en a l'air et d'un aspect personnalisation ultra-poussé, le titre de Level-5 s'apprécie comme un bon shônen : agréable à suivre en dépit de défauts particulièrement frustrants, LBX est une excellente parenthèse en attendant quelque chose de plus consistant en termes de narration et d'exploration.