Skip to Content

Un peu de chinoiseries

Dernière contribution

600 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 19103
Re: Un peu de chinoiseries

En Inde, c'était pareil : les Indiens étaient également des paparazzis vis-à-vis des occidentaux. :-p

Après, bon, c'est une question d'habitude, le fait d'être abordé très régulièrement, surtout par des gens "intéressés" dans un pays comme l'Inde : il faut essayer de se détacher un peu, de ne pas prendre la chose ni trop au sérieux, ni trop à coeur, d'être à la fois cool mais également décidé et sûr de soi pour ne pas être une cible trop facile (les escrocs, avec l'expérience, on finit par les repérer et se débrouiller pour qu'ils nous laissent en paix, tout en refusant de les suivre, tandis que d'autres demanderont de poser avec eux en photo sans le moindre sous-entendu malsain). Ca fait un peu partie du folklore, quelque part, donc il faut l'accepter sans se montrer choqué.

Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1936
Re: Un peu de chinoiseries

En ce qui concerne le rapport à la photographie, je dirais que c'est varié bien évidemment même si beaucoup de gens sont sur leurs smartphones en vérité. C'est dingue de voir le nombre de gens qui ne peuvent plus que vivre par là. Le phénomène est tel que c'est devenu une plaie pendant les cours par exemple. Les étudiants sont sans cesse "déconcentrés" par leurs engins et les notifications qu'ils reçoivent.

Puisque les téléphones d'aujourd'hui sont équipés pour la photographie, il paraît évident que les gens prennent plus de photos. Et je dois dire que, de mon point de vue, beaucoup de photos sont prises pour être postées ensuite sur les réseaux sociaux. Ces photos peuvent être de tous types : voyages, paysages, beaucoup les fleurs, la bouffe, sans oublier les selfies évidemment. Je peux ajouter encore que tout dépend de l'âge et du lieu où on se trouve aussi. Mais globalement, c'est ce que j'ai pu voir.

Le truc qui peut être parfois inconfortable, c'est de se dire qu'on peut être pris en photo un peu n'importe quand sans forcément s'en rendre compte toujours. Dans les grandes villes, ça peut être un peu différent et les gens peuvent demander l'autorisation de prendre une photo. C'est assez rare mais ça m'est déjà arrivé pour ma fille. En province, les gens peuvent être plus envahissants. À la fin, tu ne regardes même plus parce que sinon, tu deviens fou. J'avais même des étudiants qui prenaient des photos pendant les cours. Et bien sûr, c'est pour que ce soit mis ensuite sur leurs réseaux sociaux. C'est pas fait méchamment la plupart du temps. C'est juste que c'est un truc "bizarre" qu'ils ont pu voir et donc on le prend en photo. Un peu comme quand a un géant de plus de 2 m dans la rue chez nous : la plupart des gens vont se mettre à le zieuter.

Ça me rappelle, un jour, j'étais dans la ville de ma femme, dans le Zhejiang, les gens y sont généralement un peu plus petits que ceux du nord. Ça fait que ma différence est pas visible. Je marchais donc dans la ville avec ma femme. Nous arrivions dans le parc quand nous sommes tombés sur une femme vraiment très grande : de mémoire, elle avait l'air plus grande que moi (1,m85). Nous nous sommes regardés, elle et moi, d'une manière vraiment marrante : "Oh ! Pour une fois, c'est moi qui vois quelque chose qui n'entre pas dans la norme !" C'était assez marrant parce que j'ai eu l'impression qu'on se comprenait un peu ^^

Après, même dans les lieux touristiques, je ne me suis pas fait arnaqué. La seule fois que j'ai été confronté à une arnaque en Chine, c'était à Pékin, lors de mon tout premier voyage. C'était aux alentours de la Cité interdite. Un tireur de pousse-pousse qui voulait nous faire payer une somme colossale. Mais, de mémoire, c'était la seule fois. Je dis pas qu'on ne peut pas se faire arnaquer en Chine mais honnêtement, c'est pas un problème que je trouve très répandu. Après, faut dire aussi que je suis la plupart du temps hors des sites touristiques.

Edité par Pang Tong le 27/04/2021 - 07:17

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1936
Re: Un peu de chinoiseries

Un truc que j'entends beaucoup parmi les expatriés vivant en Chine, c'est qu'il faut pas hésiter à s'imposer et à taper du poing sur la table quand on veut quelque chose ici. En apparence, cela peut paraître vrai mais je pense qu'il faut vraiment se méfier de ce genre d'attitudes en Chine.

Dans ce pays, comme dans d'autres en Asie, le rapport à l'autre n'est pas du tout le même que chez nous. Si en Europe, la confrontation directe n'est pas forcément vue comme une agression, la chose est bien différente en Chine. Je dirais que c'est vraiment quelque chose à éviter pour ma part. La stratégie la plus payante est de "pousser" sans en avoir l'air. Toujours garder le sourire et surtout éviter la confrontation directe au risque, dans le cas contraire, de produire des étincelles.

Beaucoup de gens ayant une petite expérience en Chine ont remarqué que les Chinois n'aimaient pas la confrontation et en profitent donc pour "s'imposer" par la force pour obtenir ce dont ils ont envie ou besoin. Cette stratégie peut s'avérer payante à très court terme mais elle est en réalité dévastatrice sur le moyen et le long termes. Pourquoi ? Tout simplement parce que c'est tellement mal vu de se comporter de cette manière que les gens pourront garder rancune de ce qu'il s'est passé (surtout si ça s'est passé en public).

Il m'est arrivé quelquefois de discuter de manière privée d'un étudiant qui branlait rien. Comme c'était une discussion privée, j'y allais sans les gants et disais sans filtre ce que je pensais de son attitude... Je me souviens d'une discussion de ce genre avec l'ancienne directrice de thèse de ma femme — une de mes collègues. C'était assez dérangeant pour moi car elle s'est mise à défendre l'étudiant de manière totalement injustifiée selon moi. Parce qu'objectivement, le travail que j'avais sous les yeux étaient plus que faible, l'étudiant était en master et le travail qu'il m'avait soumis n'était même pas digne d'un étudiant de licence. Je vraiment failli perdre patience à plusieurs reprises. Les deux seules choses m'ayant retenu sont le fait qu'elle était la directrice de thèse de ma femme et que je savais que c'est une femme de valeur (ce qui fait que je ne comprenais pas son attitude).

Après en avoir discuté avec ma femme, cette dernière m'a dit que sa directrice était en tout point d'accord avec moi mais que la forme que j'utilisais était trop offensante pour l'étudiant donc elle se semblait obligée de le défendre (je précise tout de même que l'étudiant n'était pas là). À partir de là, j'ai compris beaucoup de choses. C'est vrai que ce genre de discussions sont très violentes au fond. Mais pour nous, en Europe, cela fait partie du jeu. Bien entendu, il ne serait pas acceptable de "descendre" un étudiant juste parce qu'il ne travaille pas (la plupart du temps, le corps académique laisse faire et l'étudiant se viande tout seul). Par contre, en privé, il est tout à fait possible d'être hyper direct quand ce n'est pas cru quand on parle d'un étudiant ou d'un travail qu'il a effectué.

Pourquoi défendait-elle bec et ongle un travail qu'elle trouvait elle-même pas bon du tout ? Parce qu'elle éprouvait une sorte de malaise face à ma "trop grande franchise". On peut trouver ça ridicule de prime abord mais il faut comprendre que nous vivons dans des mondes différents. Si nous sommes semblables sur le fond, on est obligé de constater tout de même des différences dans la perception et dans la compréhension. J'ai donc repris la discussion avec elle mais de manière différente. Je disais exactement la même chose quant au fond mais je soignais désormais la forme pour éviter de paraître trop dur. Résultat, elle était effectivement d'accord avec moi.

J'entends parfois certains étrangers qualifier cette attitude d'hypocrisie. Je pense que c'est une erreur. Ce n'est de l'hypocrisie que dans notre société, à notre échelle de valeurs. Mais en Chine (ou au Japon), les choses sont très différentes. C'est une façon différente de vivre ensemble. La seule chose c'est qu'il faut en être conscient. La réaction que les gens peuvent avoir ne doit jamais s'interpréter selon notre seul système de valeur au risque, dans le cas contraire, de se tromper.

Quand vous gueulez en Chine pour obtenir quelque chose, les gens vous donnerons ce que vous désirez plus vite, c'est vrai, mais ils n'oublierons pas que vous avez gueulé et seront donc peu enclins à vous rendre service quand cela sera nécessaire. Ensuite, dites vous que lorsque vous allez à l'étranger, vous êtes une sorte d'image de votre pays. C'est un peu comme en Europe. Vous voyez un Chinois se comporter salement, vous allez vite penser que tous les Chinois se conduisent ainsi lors qu'il est possible que ce comportement ne soit pas accepté dans son propre pays. Dites-vous aussi que s'engueuler avec un asiatique n'est bien souvent pas une bonne chose car l'expérience n'est pas vécue de la façon des deux côtés.

Si en Europe, le fait de gueuler un coup signifie bien souvent laisser échapper la pression, en Chine on préfère la stratégie de l'évitement. On s'entraîne à ne pas voir les choses contre lesquelles on "sait" qu'il est vain de lutter. On peut désapprouver cette attitude, on peut penser qu'elle est proche de la lâcheté mais ce n'est pas si bête que ça au fond. L'acceptation fait partie de la vie d'adulte. Ne pas accepter les choses qui nous paraissent inacceptables c'est assez risible pour nombre de Chinois.

Le plus important, je pense, quand on communique, ce n'est pas de chercher à tout prix à montrer qu'on a raison — c'est malheureusement ce que trop souvent je vois sur le forum, ici ou ailleurs. La vérité n'est pas dans notre point de vue seul. Elle existe d'ailleurs très bien sans nous et je pense qu'il est assez orgueilleux de penser que nous sommes le seul à avoir raison. Avant de parler ou d'écrire, écoutons ce que l'autre veut dire. Et si on se pense qu'il se trompe il n'est pas forcément nécessaire de le lui faire remarquer tout de suite. Il est possible de discuter simplement, de répondre calmement et d'arrêter la discussion — toujours dans le calme — en laissant à l'autre le droit de se tromper tout autant que celui d'avoir raison.

La tolérance, ce n'est pas pour soi, c'est avant tout pour les autres.

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Umbasa
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 18479
Re: Un peu de chinoiseries

Citation:
Le plus important, je pense, quand on communique, ce n'est pas de chercher à tout prix à montrer qu'on a raison — c'est malheureusement ce que trop souvent je vois sur le forum, ici ou ailleurs

Je confirme, je devrais plus m'inspirer des chinois à ce niveau d'ailleurs. XD Puis c'est plus sain pour mon p'tit cœur.

Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1936
Re: Un peu de chinoiseries

Umbasa a écrit:
Je confirme, je devrais plus m'inspirer des chinois à ce niveau d'ailleurs. XD Puis c'est plus sain pour mon p'tit cœur.

Haha, j'ai vu oui. Ça chauffe pas mal ces derniers temps ^^

Mais t'as raison sur un point : faut pas s'faire du mal pour pas grand-chose au final. Le cœur, c'est le plus important ;-)

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 19103
Re: Un peu de chinoiseries

J'ai moi-même pris mes distances sur certaines choses, afin de me préserver et d'avoir moins l'impression de dépenser mon énergie et de perdre du temps, donc pour mieux redistribuer mon énergie sur des choses qui me semblent plus importantes, constructives et enrichissantes (du moins, j'essaie, je fais parfois quelques "rechutes" car je reste un humain avant tout, c'est-à-dire quelqu'un d'imparfait, avec mes erreurs et mes (im)pulsions). Par exemple des topics que j'ai totalement arrêtés de consulter, ou des personnes avec qui je préfère éviter de discuter le plus possible, ou des sujets que j'évite plus ou moins ou bien sur lesquels j'essaie de m'arrêter plus tôt (je ne parle pas nécessairement de ce forum, c'est assez général, ce que je dis).

Bref, j'essaie effectivement de devenir "Chinois". :-p

Mais je confirme que ce n'est pas de la lâcheté ou de l'hypocrisie, cette stratégie de l'évitement et de l'acceptation de choses qu'on désapprouve. Je pense tout de même qu'il y a bien plus d'occidentaux ayant cette démarche qu'on ne le pense : c'est juste que les "grandes gueules", forcément, on les entend plus, comme s'il n'y avait qu'eux.

Edité par Rudolf le 04/05/2021 - 10:38

Portrait de Trikounet
Hors ligne
A rejoint: 27 juillet 2016
Contributions: 2616
Re: Un peu de chinoiseries

Je cite juste deux ou trois bouts :

Citation:
Le plus important, je pense, quand on communique, ce n'est pas de chercher à tout prix à montrer qu'on a raison — c'est malheureusement ce que trop souvent je vois sur le forum, ici ou ailleurs. La vérité n'est pas dans notre point de vue seul. Elle existe d'ailleurs très bien sans nous et je pense qu'il est assez orgueilleux de penser que nous sommes le seul à avoir raison. Avant de parler ou d'écrire, écoutons ce que l'autre veut dire. Et si on se pense qu'il se trompe il n'est pas forcément nécessaire de le lui faire remarquer tout de suite. Il est possible de discuter simplement, de répondre calmement et d'arrêter la discussion — toujours dans le calme — en laissant à l'autre le droit de se tromper tout autant que celui d'avoir raison.

Citation:
Mais je confirme que ce n'est pas de la "lâcheté", cette stratégie d'évitement. Je pense tout de même qu'il y a bien plus d'occidentaux ayant cette démarche qu'on ne le pense : c'est juste que les "grandes gueules", forcément, on les entend plus, comme s'il n'y avait qu'eux.

Perso, je ne sais pas : cela ne me dérange absolument pas de ne pas avoir raison tout le temps ou d'user de la stratégie d'évitement quand il y a quiproquo, incompréhension ou autre. Mais le problème c'est quand on use de sophismes à ton égard, que l'on te calomnie etc. — et ceci que tu aies raison ou non — et pour ça je ne saurais devenir "chinois". Quand t'as ou deux ou trois gusses qui viennent faire les divas devant toi en soufflant dans les trompettes, j'ai du mal à concevoir une autre stratégie que celle de laver l'honneur. Cela m'était arrivé lors de ma première et ma deuxième années dans le supérieur à l'époque avec certaines personnes et heureusement que j'arrivais à m'imposer un peu car la discussion simple ça ne marchait pas toujours, ni la stratégie d'évitement ; et si j'avais continué je me serais fait bouffer toute l'année. La "méthode chinoise" d'évitement, c'est pas nécessairement de la lâcheté, en effet... mais il y a des fois où ça ne passe pas. Et encore une fois, la question n'est pas tellement d'imposer sa propre vision des choses, d'un côté comme de l'autre, c'est pas ça le problème : c'est vraiment quand l'interlocuteur te manque de respect qui pose problème car ça peut amorcer des situations qui deviendront malsaines.

D'ailleurs, c'est uniquement dans cette optique que je me "défoule", que ça soit IRL ou en virtuel. loul

Edité par Trikounet le 04/05/2021 - 10:39
Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 19103
Re: Un peu de chinoiseries

La stratégie de l'évitement fonctionne si on a justement l'occasion d'éviter, sinon, quand on est "acculé", là oui, il faut davantage montrer les crocs.

Appelons ça la "stratégie du chat contre le chien" : le chat évite le chien qui le poursuit ou le cherche, mais quand le chien accule le chat, ce dernier se transforme en tigre et des fois, le chien ne connaît plus le mode d'emploi sur ce qu'il faut faire quand il accule un chat. :-p

Et à ce niveau-là, quand un Chinois est acculé, je ne suis pas du tout sûr qu'il se laisse faire.

(les Japonais, je ne sais pas, il me semble qu'ils ont une capacité de résilience et de résistance encore plus importante, mais je ne jurerais de rien)

Edité par Rudolf le 04/05/2021 - 10:43

Portrait de Trikounet
Hors ligne
A rejoint: 27 juillet 2016
Contributions: 2616
Re: Un peu de chinoiseries

T'as résumé en peu de lignes ce que je voulais dire, merci, j'arrivais pas à faire simple.^^

Citation:
(les Japonais, je ne sais pas, il me semble qu'ils ont une capacité de résilience et de résistance encore plus importante, mais je ne jurerais de rien)

J'ai vu une scène une fois avec un Japonais, c'était à Paris. Un agent de la SNCF qui lui faisait la morale sur le système de tickets ou je sais pas trop quoi (sûrement un problème de ticket non valable). Le Japonais passait outre, il savait manifestement qu'il était en tort dans le fond et "baissait les yeux" en attendant probablement d'avoir sa prune. Le truc c'est que l'agent de la SNCF profitait un peu de son "autorité", du coup le Japonais a gueulé dans un anglais approximatif "IT'S A NEW TICKET!" avec une voix de samouraï stéréotypée si tu vois le truc et c'est parti en haussement de voix. Mais on était dans la situation que tu décris si bien : le chien qui veut bouffer le chat.

Edité par Trikounet le 04/05/2021 - 10:52
Portrait de Pang Tong
Hors ligne
A rejoint: 12 novembre 2016
Contributions: 1936
Re: Un peu de chinoiseries

C'est un peu ça quand je disais qu'il fallait pas faire ça en Chine. Quand les gens explosent, ça peut vraiment faire du dégât. Le truc, c'est que tout le monde le sait en Chine. Des connards, y en a partout, donc les abus existent mais globalement, les gens "savent" comment réagir. C'est plus compliqué quand tu pars à l'étranger où quand tu te retrouves face à un étranger qui ne fonctionne pas du tout comme toi.

Pour cette stratégie, je ne dis pas qu'il faut l'appliquer 100 % du temps bien sûr. Chacun fait comme il peut dans la vie, c'est ce que je me dis toujours. On peut se tromper, mal faire, faire des conneries... On apprend aussi comme ça. Faut pas oublier d'où on vient. Il est parfois facile pour un prof' d'oublier qu'il a lui-même été un étudiant et qu'il a fait pas mal de conneries à cette époque. J'ai moi-même un certain nombres de casseroles, j'en ai encore honte aujourd'hui ^^'

J'essaie donc de ne pas oublier que j'étais moi aussi un étudiant et que même si je ne faisais pas partie de la moyenne, je n'étais pas aussi bon que maintenant... Je suis devenu ce que je suis devenu grâce à ma formation et à mon application et mon travail mais ça m'a pris 10 ans. C'est con mais faut se le rappeler de temps en temps.

Enfin, quand t'as pas le choix, je pense qu'il faut se défendre. Mais évitement ne veut pas dire fuite du combat (judo par exemple). C'est une bête image mais j'trouve que ça marche bien. Les gens qui se comportent n'importe comment, faut parfois les accompagner pour qu'ils montrent à tous ce qu'ils sont vraiment. Un connard qui s'en prend à toi, c'est pas dit que les gens soient d'accord avec lui non plus. S'il se comporte comme un connard, faut "l'encourager" parfois pour que tout le monde voit quel genre de personne c'est.

Après, la vie c'est pas qu'une question de stratégie. C'est juste trouver ta voie pour que tu puisses vivre la vie que tu veux vivre. Et ça, c'est pas facile...

"La plus grande consolation pour la médiocrité est de voir que le génie n'est pas immortel" (Johann Wolfgang von Gœthe)