Skip to Content

Sucker Punch | Présentation et interprétation personnelle

Dernière contribution

10 posts / 0 nouveau(x)
Modérateur
Portrait de LittleHardy
Hors ligne
A rejoint: 26 décembre 2011
Contributions: 7020
Sucker Punch | Présentation et interprétation personnelle

PRESENTATION

Sucker Punch est un film de Zack Snyder (l'Armée des Morts, Watchmen, 300), sorti en avril 2011, et ça fait aujourd'hui trois ans jour pour jour que je suis allé le voir au cinéma.

Comme surement beaucoup, ce n'est pas un film que j'attendais, et aux vues des trailers je ne voyait pas comment le film pouvait justifier autant d'univers différents de façon logique. Je m'attendais donc à un gros film d'action fan-service sans gros scénario, et c'est là un peu que le Sucker Punch intervient, le coup inattendu, on ne sait pas à quoi s'attendre du film et on voit quelque chose qu'on aurait pas pu avoir en tête avant de le voir. Le trailer le dit lui-même si bien : « You will be unprepared ».






Il est difficile de présenter et décrire Sucker Punch sans trop spoiler, car je considère que spoiler le visuel serait aussi grave que de spoiler le scénario. Ce qu'il faut savoir, c'est que ce film a un travail de réalisation vraiment excellent, images et mise en scène superbe. Le film arrive à mélanger des scènes très intimiste et des séquences d'action complétement farfelue grâce à un jeu de miroir entre mondes imaginaires et monde réel. Sucker Punch met ainsi en avant des univers parallèles qui ont plus ou moins d'influence les uns sur les autres, et est énormément sujet à l'interprétation que vous en ferez.

Ce film a un scénario certes sujet à interprétation de la part du spectateur, mais réellement poussé et intelligemment travaillé, qui pousse le spectateur à la réflexion. Le plus gros reproche qu'on pourrait lui faire est justement de laisser parfois le spectateur dans le flou pour le laisser interpréter à sa sauce, ce qui aura surement fait rester sur leur première impression certains qui n'aurait pas cherché à le comprendre. Néanmoins, le scénario est bien là et intelligemment mis en scène, même si on a parfois l'impression que seul Zack Snyder sait ce qu'il a eu envie de montrer.




LE DÉBUT DE L'HISTOIRE

Le personnage principal est une femme de vingt ans. Elle vient de perdre sa mère et elle et sa petite sœur sont forcées de vivre avec leur beau père qu'elles haïssent autant qu'elles le craignent. Un jour, elle se rebellera contre lui, alors qu'il se montrait plus violent que d’habitude, venant d'apprendre que sa défunte femme léguait tous ses biens à ses filles et non à lui. Elle tentera de lui échapper, mais "abandonne" sa sœur à la merci de son beau-père et se fait enfermer dans les toilettes. Elle s'enfuit par la fenêtre, descend le long de la gouttière, se saisit d'une arme à feu dans le bureau de son beau-père et remonte à l'étage. Elle met son beau père en joue, et, sous la peur, fais feux deux fois. La première balle fait exploser l'ampoule de la pièce, la seconde traverse le bras du beau père et touche accidentellement sa petite sœur. Pris de panique, elle se précipite alors vers elle, mais il est trop tard, elle vient d'assassiner accidentellement sa sœur..

C'est à partir de là que l'esprit de l’héroïne rejettera les événements. Droguée, elle est amenée par son beau père dans un asile d’aliénés pour y être internée. Prétextant une crise suite à la mort de sa mère qui l'aurait poussée à assassiner sa petite sœur, le beau père paye le responsable de l’hôpital psychiatrique afin qu'il fasse pratiquer sur elle une lobotomie sans poser de question. Celle-ci se fera cinq jours après son internement.

Durant ces cinq jours, elle fera plusieurs séances avec une psychologue Polonaise, dont la méthode est de faire imaginer à ses patientes qu'elles sont dans une pièce de théâtre et que les mondes qu'elles créent dans leur esprit leur appartiennent et qu'il ne peut rien leur arriver à l'intérieur de ces mondes. On ne sait pas grand chose de ce qu'il se passe durant ces cinq jours, et le film arrive tout doucement la mort cérébrale de l’héroïne du film, vers la lobotomie de Baby Doll. C'est juste au moment ou le médecin lève le marteau pour lui asséner le coup fatal qu'elle se réinvente une histoire, dans laquelle elle n'est plus internée dans un hôpital psychiatrique. Et le film reprend au moment de son arrivée dans l'asile d’aliéné.

L’héroïne va alors s'imaginer que l'asile est en fait un cabaret qui sert de couverture à une maison close dans lequel les séances de théâtre deviennent des spectacles de danse. Elle va s'imaginer également que c'était Sweet Pea qui jouait son propre rôle sur la chaise, prête à se faire lobotomiser, mais qu'elle a refusé de jouer ce rôle ne trouvant pas cela assez érotique. Baby Doll va alors réunir les autres filles de la maison close afin de planifier leur évasion..



LES PERSONNAGES / ACTEURS

Chaque personnage principal du film existe à travers plusieurs réalités, les deux principales étant le monde de l'asile (monde réel) et le monde du bordel, version alternative de l'asile dans l'imagination de Baby Doll. De ce fait, les acteurs ont du interpréter leurs rôles dans au moins deux versions différentes. Les personnages ont globalement la même personnalité dans le monde du cabaret que dans le monde réel, peut-être plus amplifiée, et leurs motivations sont assez proches d'un monde à l'autre.


Emily Browning • Baby Doll
Abbie Cornish • Sweet Pea
Jena Malone • Rocket
Jamie Chung • Amber
Vanessa Hudgens • Blondie
Carla Gugino • Mme Gorski : psychologue / maquerelle.
Oscar Isaac • Blue Jones : infirmier principal / tenancier du cabaret.
Scott Glenn • Le Sage : il apparait dans les mondes oniriques pour guider Baby Doll.
Jon Hamm • High Roller : il arrive dans cinq jours pour prendre le corps / l'esprit de Baby Doll..



L'UNIVERS MUSICAL

Le choix des musiques a été murement choisi par Zack Snyder et son équipe. On a ici des chansons qui semblent assez intemporelles, des chansons assez fortes et au paroles pouvant faire le parallèle avec l'histoire du film. Emily Browning, l'interprète de Baby Doll, a elle-même enregistré trois chansons pour le film, et une chanson a été interprétée par Oscar Isaac (Blue) et Carla Gugino (madame Gorski). Les musiques permettent de faire le lien entre les différents mondes, d'introduire certains personnages, et tient une place très importante dans la conception du film, dont certains passages ont été tournés pour être en adéquation avec celle-ci.

Sweet Dreams (Are Made of This) • Emily Browning : Introduction du film.
Ary Of Me (SP Remix) • Björk featuring Skunk Anansie : passage au monde onirique du temple Japonais.
White Rabbit • Emilíana Torrini : passage au monde onirique de la Première Guerre Mondiale.
I Want It All / We Will Rock You Mash-Up • Queen featuring Armageddon aka Geddy : introduction du maire.
Search and Destroy • Skunk Anansie : passage au monde onirique Héroic-Fantasy.
Tomorrow Never Knows • Carla Azar & Alison Mosshart : passage au monde onirique du train.
Where Is My Mind? • Yoav & Emily Browning : passage de l'internement de Baby Doll.
Asleep • Emily Browning : passage de l'internement de Baby Doll.
Love Is the Drug • Carla Gugino & Oscar Isaac : scène coupée de la version cinéma, relayée au générique.



LES MONDES ONIRIQUES

Les mondes que créent Baby Doll dans son esprit sont des odes à l'imagination. Ils reprennent chacun divers thèmes comme un temple Japonais enneigé, un univers héroic-fantasy ou encore un thème plus futuriste, et ne sont plus soumis aux lois de la réalité. Ces mondes sont contrôlés par ceux qui les créent, tout en étant également le reflet de la réalité. Ce qui se passe dans un monde imaginaire à des répercussions sur le monde réel.

Ces créations de l'imagination de l’héroïne sont toutes prétextes à libérer l'imagination du réalisateur et son équipe au profit de scènes superbement mises en scènes et bourrées d'action invraisemblable. Le temple Japonais accueillera des guerriers géants armés d'une gaitling et d'un lance-roquette tandis que les filles affronteront des soldats aux allures de zombies durant la Première Guerre Mondiale. Tout ces détails, aussi invraisemblables soient-ils, trouvent un échos dans le monde réel, en faisant référence à un événement ou un souvenir par exemple. Le film est ainsi bourré de détails qui servent d'indices sur le déroulement réel des événements.

INTERPRÉTATION PERSONNELLE

Depuis la sortie du film, on voit beaucoup de théories qui se tiennent plus ou moins sur le film, tentant de mettre bout à bout tout les événements du film de façon plus ou moins logique et cohérente. Ce qui est sur, c'est que le réalisateur a voulu créer un film assez ambigu et ouvert à plusieurs interprétations afin de faire réfléchir le spectateur. Il n'y a ainsi pas qu'une seule interprétation possible, et il serait idiot d'affirmer que telle ou telle vision est la bonne. Néanmoins, il y a certaines théories que je pense qu'on peut éliminer selon certains dires du réalisateur lui-même. Je vais vous décrire ici MA vision des événements du film, sans prétention aucune de l'imposer à quiconque ni de dire qu'elle est cohérente à 100%.

Attention bien sur, je vais ici décrire tout les rebondissements que réservent le scénario de Sucker Punch.
Je vous interdit donc de lire la suite de ce topic avant d'avoir regardé le film.


Sur le net, on peut trouver toute sorte de théories concernant le film. Les deux plus importantes concernenent bien sur la relation entre Sweet Pea et Baby Doll. Certains penseront que Baby Doll est l'ange gardien de Sweet Pea, et qu'elle va l'aider à s'échapper de l'asile. D'autres penseront que Sweet Pea est une projection de Baby Doll et qu'elle va l'aider à se libérer de sa souffrance. La théorie que je pense personnellement la plus proche de la vision de base du réalisateur est celle que Baby Doll et Sweet Pea sont en fait respectivement le corps et l'esprit du personnage principal, mais cette théorie ne me convient pas totalement. Personnellement, ma vision du film se situerais un peu entre les trois, mais il faut savoir que le film est construit sur une espèce de double lecture, qui implique que plusieurs éléments peuvent être interprétés de telle ou telle façon.

« Et finalement... cette question... le mystère... Qui raconte l'histoire de qui... [...] C'est VOUS, vous avez toutes les armes en vous, alors battez-vous ! »

Pour moi cette citation de Sweet Pea à la fin n'indique qu'une chose : Zack Snyder à répartit des indices partout à travers son film et à nous d'en retirer notre propre interprétation. De plus, l'auteur dit lui même que certaines séquences sont volontairement ambiguës afin de pouvoir apporter plusieurs réponses possibles.

Commençons par ce que je considère comme des éléments fixes du film, j’entends par là des éléments qui ne sont pas sujets à interprétation :

  • Sweet Pea est la narratrice du film, c'est sa voix que l'on peut entendre au tout début et à la toute fin du film.
  • Le film se déroule entre le moment où le médecin lève son marteau avant de lobotomiser Baby Doll et le moment ou il tape.

Zack Snyder : « Tout ceci est censé se produire à l'instant ou Baby Doll va être lobotomisée et elle crée un autre monde, peut être cet autre personnage. C'est un peu la métaphore du film. C'est un film dans un film, une histoire dans une histoire. Ça illustre ce qui se passe dans la tête de Baby. Elle crée une histoire en cet instant précis qui précède la lobotomie. C'est l'histoire qu'elle crée. »

Zack Snyder : « [...] quand le personnage de Jon Hamm la lobotomise. Il reste le monde que l'on vient de quitter au tout début du film. L'idée que le film se déroule entre le moment où il lève le marteau pour enfoncer l'instrument et celui où l'instrument s'enfonce, toute l'idée est là. »

  • Baby Doll est réelle et est l’héroïne (ou une des héroïnes) du film. Non content de détruire quelques théories du net, on peut déduire cela en se référant à un commentaire du réalisateur lui-même :

Zack Snyder : « Le film se termine d'une façon originale. L’héroïne, Baby Doll, a été lobotomisée. Elle est assise, incapable de répondre. Mais là où elle est... Je voulais quelque chose d'ambigu. Est-ce qu'elle est là, est-ce qu'elle n'est pas là ? Quel est son état mental ? Quelle est sa relation à Sweat Pea ? Elle l'imagine ou Sweet Pea s'est-elle vraiment enfuie ? Ce sont des questions auxquelles il fait réfléchir. Enfin, je l'espère. »

  • Ce qui se passe dans le monde de la maison close a des répercussions dans le monde de l'asile (monde réel), même si les événements n'ont pas forcément le même impact. Encore une fois, commentaires du réalisateur à l'appuie :

Zack Snyder : « Pour nous il était important de montrer la rencontre des deux mondes. Le monde que crée Baby dans la maison close et celui de l'asile se superposent. »

Zack Snyder : « [...] ce qui se passe au bordel se reflète dans l'asile. Pour moi, c'est important. »




LE MONDE DU BORDEL

Le bordel est une personnification de l'érotisme débridé que Baby Doll associe à l'asile. Pour moi, Baby Doll était victime de violences sexuelles de la part de son beau-père (les danses forcées et les tentatives de viol sur certains personnages du film pourraient être des échos de tentatives de viol sur sa sœur ou elle-même), et le bordel est ainsi une projection de la seule face de l'érotisme que l’héroïne ne connaisse, le côté malsain et pervers, le côté caché et pourtant si exposé, à la vue de tout le monde même si personne ne souhaite y prêter attention, ce qui représente bien entendu pour elle ce qu'elle vivait avec son beau-père.

Dans cette réalité alternée qu'est le monde du bordel, Baby Doll ne va pas seulement s'y trouver à travers elle-même mais à travers un groupe de cinq filles, qu'elle avait rencontré auparavant à l'asile, qui représenteront selon moi plusieurs facettes de sa propre personnalité. Pour Baby Doll dans ce monde, Rocket est ainsi devenue la sœur de Sweet Pea. Sweet Pea aurait rejoint sa sœur dans le bordel afin de veiller sur elle, métaphore sur le fait que Baby Doll regrette de ne pas avoir rejoint sa sœur qui allait se faire violer et l'a abandonnée. Pour moi, ces filles existent à la fois dans le monde de l'asile (monde réel) et sont des pensionnaires tout comme Baby Doll, mais sont également utilisées par Baby Doll dans le monde du bordel pour s'y représenter elle-même. Rocket serait d'ailleurs « une partie de Baby Doll qui est extrêmement libre » selon son interprète. On peut penser que Rocket est sa volonté et son insouciance, Blondie représente sa peur et son sentiment d'insécurité, Amber sa loyauté, et Sweet Pea son alter-ego protecteur et réfléchi.

Jena Malone (interprète de Rocket) : « Je crois que Rocket entre dans l'équation où elle est une partie de Baby Doll qui est extrêmement libre, vous voyez ? Libre et qui ne se sent pas du tout gênée par ses actions et leurs conséquences. Certains, dans le film, gèrent des situations en se servant de leur force. Et Rocket est très à l'aise avec ça, sans avoir besoin de rien projeter. C'est une personne très ouverte. »




LES MONDES ONIRIQUES

Durant les séances de danse (ses thérapies avec la psychologue donc), Baby Doll va revivre les événements qui l'ont fait arriver à l'asile, et pour cela elle s'imaginera des mondes oniriques qu'elle contrôle et dans lesquels elle est puissante.

"Laisse sortir le chagrin, laisses sortir la douleur, laisse sortir la culpabilité. Ce que tu es en train d'imaginer, ce monde là, tu le contrôle. Cet endroit peut être aussi réel que toute douleur"

Elle n'y revivra pas les événements directement mais de façons détournées, le film mettant alors en place des éléments et décors issus de l'imagination d'une jeune adulte qu'est Baby Doll, et dont certains éléments rappellent les événements de l'introduction du film. Les décors quant à eux, rappelleront toujours indirectement l’hôpital psychiatrique.

Citation:
Le monde des « samouraïs » : le papier peint de la chambre de sa sœur représente une estampe japonaise, à l'image du temple où se bat Baby Doll...

Le monde de la « première guerre mondiale » fait penser au cimetière où est enterrée sa mère : les tranchées renvoient au trou creusé en terre pour le cercueil, les zombies aux morts du cimetière...

Le monde du « château » fait penser à la scène du meurtre : Baby Doll arrive dans ce rêve en sautant d'un avion pour aller chercher le feu dans l'antre du dragon ; or, au début du film, elle saute de la fenêtre de sa chambre pour aller chercher une arme à feu et sauver sa petite sœur...

Le monde des « robots » : la tête de ces robots explose de la même façon que l'ampoule touchée maladroitement par Baby Doll quand elle tire sur son beau-père, et le « jet-pack » de Rocket fuit de la même façon que la conduite de gaz percée par une balle de son arme à feu...



LA SUPERPOSITION DES MONDES

Selon Zack Snyder, il est important de garder à l'esprit que les événements du monde du bordel ont des échos dans le monde de l'asile.

Zack Snyder : « [...] ce qui se passe au bordel se reflète dans l'asile. Pour moi, c'est important. »

Il est pourtant inconcevable que les événements se déroulent exactement de la même façon dans le monde du bordel et celui de l'asile (monde réel), et ce à cause de plusieurs éléments comme par exemple le destin de certains personnages qui ne peuvent pas être identique, ou le fait que la psychologue madame Gorski ne soit pas au courant des agissements de Blue dans le monde réel alors que dans le monde du bordel, oui. Zack Snyder ne cherche pour autant jamais à expliquer clairement à quel point les événements du monde du bordel ont un impact sur le monde réel, préférant laisser le spectateur recourir à son imagination.

Zack Snyder : « Je voulais rester ambigu sur la signification. Dans l'asile d’aliénés, que se passe-t-il ? Est-ce qu'on tue les filles ? Meurent-elles durant la lobotomie ? Leur arrive-t-il quelque chose ? Cache-t-on des choses ? Je voulais rester ambigu. On ne sait pas vraiment ce qui leur arrive, mais ce qui se passe dans la maison close se reflète dans l'asile. Pour moi, c'est important. »

Tout en revivant son passé, ces excursions dans les mondes oniriques sont également des échos de ce qui se passe dans le monde réel. Pour moi, les filles projettent réellement de s'échapper et mettent réellement un plan d'évasion au point. Sweet Pea s'échappera ainsi réellement de l'asile, sauvée par Baby Doll qui se sauvera elle-même par la même occasion en libérant son esprit et acceptant son sort.

C'est au moment de la mort de Rocket que les deux mondes se confondent. Rocket commence une phrase dans le monde onirique qu'elle termine dans le monde réel, et Baby Doll passe plusieurs fois d'un monde à l'autre. Elle essaie de s'évader mais la réalité des choses est trop forte, elle est forcée d'accepter et de revenir au monde réel. Un peu plus tard, Blondie et Amber se font éliminer par Blue, le monde du bordel commence lui aussi peu à peu à disparaitre ainsi que les autres filles qui l'accompagnent. Baby Doll reprend conscience et n'a plus besoin de se transposer en elles. Seul Sweet Pea ne disparait pas de son monde car elle a un réel rapport avec Baby Doll dans le monde réel contrairement aux autres filles. Quand Baby Doll et Sweat Pea s'enfuient du bordel, on remarque que les décors reprennent ceux du début, dans l'asile, ils commencent à ne plus faire qu'un.




SWEET PEA, ANGE OU ILLUSION ?

Durant tout le film on a un espèce de jeu de miroir. Qui racontes l'histoire de qui ? Qui est l’héroïne et qui est une création de l'esprit de l'autre ? On a beaucoup de parallèles entre les personnages de Sweet Pea et Baby Doll, jusque dans leur passé (la perte d'une sœur).

Zack Snyder reste ambigu jusqu'à la fin de son film, également sujette à l'interprétation du spectateur. On ne sait pas clairement si Sweet Pea est réelle ou le fruit de l'imagination de Baby Doll. Vous noterez néanmoins que le réalisateur ne laisse jamais penser que Sweet Pea pourrait être réelle mais pas Baby Doll, théorie que je laisse donc complètement de côté, même si c'était ce que je pensais au départ.

Zack Snyder : « C'est l'avant dernière scène du film. Blue a mis Baby dans les toilettes. Même si elle est partie, ce qu'elle a mis en place conduira à la capture de Blue. Le film se termine d'une façon originale. L’héroïne, Baby Doll, a été lobotomisée. Elle est assise, incapable de répondre. Mais là où elle est... Je voulais quelque chose d'ambigu. Est-ce qu'elle est là, est-ce qu'elle n'est pas là ? Quel est son état mental ? Quelle est sa relation à Sweet Pea ? Elle l'imagine ou Sweet Pea s'est-elle vraiment enfuie ? Ce sont des questions auxquelles il fait réfléchir. Enfin, je l'espère. »

Je pense que la théorie comme quoi Baby Doll n'existe que dans l'esprit de Sweet Pea se tient, mais plusieurs éléments la contredisent pour moi. Par exemple, on voit Baby Doll lobotomisée à la fin, ce que je trouve peu satisfaisant niveau cohérence si elle n'est pas censée exister (on peut penser que c'est Sweet Pea qui se voit sous les traits de Baby Doll mais bon..). Dans une des scènes coupée, le High Roller dit à Baby Doll qu'il recherche une fille comme elle, une « non-actrice », afin de connaitre la vérité, alors qu'on voit clairement au début du film que Sweet Pea est l'actrice qui incarne Baby Doll. Certes, Sweet Pea nous dit que c'est elle la star, Baby Doll nous dit également que c'est l'histoire de Sweet Pea et non la sienne, mais Sweet Pea sous-entend également que les apparences sont trompeuses et que le personnage principal n'est pas forcément celui que l'on croit. Tout est ainsi remis en question à cause de plusieurs détails qui se "contre-disent".

Pour moi, Sweet Pea existe dans les deux réalités sous deux formes différentes. Elle représente une facette de la personnalité de Baby Doll dans le monde du bordel, et a sa propre existence à l'asile dans le monde réel.



L'IMAGE DE L'HOMME POUR BABY DOLL

Baby Doll et sa sœur ont perdues leur père tôt durant leur enfance. La seule image paternelle qui leur reste est le seul homme près d'elles est leur beau-père, qui abuse surement d'elles sexuellement selon moi. Baby Doll a à la fois un énorme dégout et une peur de l'homme, qu'elle associe au côté malsain du sexe, raison pour laquelle elle imagine la maison close tenue par Blue pour remplacer l'asile. On peut imaginer qu'elle ne fait pas spécialement la différence entre sexe et violence. Dans son esprit d'ailleurs, la lobotomie équivaut à "perdre sa virginité" au High Roller.

Une figure paternelle lui apparait tout de même dans les mondes oniriques que crée son esprit, sous la forme du Sage. Une théorie pourrait-être qu'il symbolise le père défunt de Baby Doll, mais rien ne le prouve. Il veille sur Baby Doll, lui fournit des armes pour se défendre et des conseils pour la guider. C'est une personne en qui elle a confiance.

Le Sage est la seule figure masculine qui pour Baby Doll ne lui veuille pas de mal. Que ce soit son beau-père, Blue ou le cuisinier, tous lui inspirent soit la crainte, soit le dégout, et tous sont représentés comme des pervers (le boucher qui essaie de violer Rocket symbolisant son beau-père qui a essayé de violer sa sœur, Blue )qui cherche à avoir de l'emprise sur ses filles symbolisant l'emprise qu'avait son beau-père sur elle).

Blue a développé rapidement un complexe vis à vis de Baby Doll. Lui qui tient tout un réseau de prostitution, il avoue lui-même avoir l'impression qu'il ne goutes jamais lui-même aux plaisirs qu'il procure aux autres. Il fait ainsi une fixation sur Baby Doll, sans doute par rapport à son côté soumis car elle ne réagit pas à ce qui l'entoure, Blue étant quelqu'un qui aime avoir le contrôle sur ses filles (à la fois psychologique et physique). C'est cette fixation qui entrainera sa perte à la fin du film.

Babydoll voit donc les hommes comme des personnes qui ont de l'emprise sur elle. Malgré tout elle accepte le High Roller, a qui elle fait confiance et qu'elle a envie de suivre. Baby Doll ne voit le sexe que comme quelque chose d'horrible et douloureux n'est pas forcée par le High Roller, elle accepte le sexe / elle accepte son sort, et conclue un pacte avec lui. Il la délivrera de ses souffrances si elle libère d'abord son esprit. A ce moment, elle accepte la mort cérébrale et donc la lobotomie.



LA FIN DU FILM / LE RÊVE ÉTERNEL

La lobotomie de Baby Doll entraine l'arrestation de Blue, qui a développé un complexe de Baby Doll, fantasmant sur elle, et qui réalise alors qu'il ne peux plus avoir d'emprise sur elle. Il pète alors les plombs, n'acceptant pas qu'elle ne sois plus là, et se fait arrêter par la police après que madame Gorski ait découvert son trafic.

Emily Browning : « Elle est passée dans ce lieu qui est très au-delà de tout le reste, et tout le monde comprend qu'elle est devenue intouchable. On ne peut plus lui faire de mal, parce qu'elle a ce sourire permanent sur son visage. »

Baby Doll a réussi son but. Elle s'est libérée de ses douleurs, a fait arrêter le méchant, et vit désormais à tout jamais dans un monde onirique. Elle ferme les yeux une ultime fois pour voir Sweat Pea prendre un bus pour "rentrer chez elle".

Mon interprétation de la fin du film, c'est que Baby Doll aide réellement Sweet Pea à s'échapper. Une fois enfuie, on ne sait pas ce qui arrive à Sweet Pea, mais Baby Doll l'imagine dans un ultime rêve, prenant la place de Sweet Pea dans son désir d'évasion et rejoignant le Sage à l'intérieur du bus pour se diriger vers "le paradis". Le Sage lui dit qu'ils ont encore un très long voyage devant eux, car Baby Doll lobotomisée devra encore attendre la mort pendant plusieurs années, plongée à tout jamais dans cet ultime rêve sous les traits de Sweet Pea, enfin libérée. On voit d'ailleurs que son esprit perçoit encore des échos de la réalité puisque les policiers de l'asile apparaissent également dans ce rêve. On peut remarquer en toute fin de film que la destination du bus indiquée sur un panneau est le Paradis.

Avant de monter dans le bus, "Sweet Pea" croise Eli, un jeune garçon qu'elle avait rencontrée dans le monde onirique de la Première Guerre Mondiale. On peut penser qu'il s'agit là réellement d'un ange, qui l'a accompagné avec le sage durant tout son voyage et qui continuera de l'accompagner jusqu'à la fin, mais encore une fois le réalisateur laisse la porte ouverte à l'interprétation à ce sujet :

Zack Snyder : « Voilà Eli, le petit soldat de la Première Guerre Mondiale. Remarquez le regard qu'il lui lance. On se demande si c'est réel ? C'est vrai ou pas ? Suis-je réelle N Te souviens-tu de moi ? Ce sont des questions qui sont soulevées à la fin. Bien sur, avec la révélation du Sage, on a peut-être tourné en rond et on se retrouve au début. On a jonglé avec ces idées et c'est l'idée de la scène. On peut la prendre comme elle est, Sweet Pea va à la gare routière, elle monte dans le car, et va s'en aller. Si vous pensez que Sweet Pea n'existe pas ou que c'est Baby Doll, c'est possible aussi. Mais à vous de trouver les réponses. »

Petite chose à savoir, l'acteur qui joue Eli n'est autre que le fils de Zack Snyder. :p



SUCKER PUNCH : FANTASME DU SPECTATEUR / CRITIQUE D'HOLLYWOOD

Au moment de la lobotomie de Baby Doll, Sweet Pea stoppe le film. Elle dit que ce n'est pas assez « érotique », par assez « commercial ». C'est bien entendu un petit clin d’œil au fait qu'un cabaret soit plus intéressant pour le spectateur et plus vendeur qu'une histoire de lobotomie dans un asile. Et lorsqu'on demande pourquoi les filles sont habillées de façon sexy et cool, Zack Snyder répond « Eh bien, pensez à cela pendant une seconde. Je n'ai pas habillé ces filles avec ces costumes. Le public a habillé ces filles », allusion au fait que le film est une métaphore de ce que le public veut voir au cinéma, comme un blockbuster imbriqué dans un film d'auteur.

Une critique assez intéressante que j'ai lu disait que le film était volontairement artificiel et cliché dans sa conception, car il dénoncerait en fait le cinéma en général, qui mène à la "lobotomisation du spectateur". Le parallèle est surtout fait entre les personnages qui assistent aux danses de Baby Doll complétement subjugués, et le public qui lors de ces scènes voit des héroïnes sexy dans des scènes d'action époustouflantes complétement subjugué. Le public se détache ainsi de la réalité tout comme les personnage du film, pour voir ce qu'il veut voir dans un film.



QUELQUES ARTICLES / THÉORIES

Analyse de toutes les théories principales du film :
http://entre-deux-films.over-blog.com/article-sucker-punch-devoile-analyse-et-interpretations-71861929.html

Baby Doll, création de l'esprit de Sweet Pea :
http://www.gameblog.fr/blogs/kaminos/p_32499_cine-mon-explication-sur-le-scenario-de-sucker-punch
http://lestoilesheroiques.fr/2011/03/sucker-punch-fin-sucker-punch-reve.html

Analyses qui oppose la théorie du rêve de Baby Doll ET celle du rêve de Sweet Pea :
http://oblikon.net/analyses/sucker-punch-analyse-et-explications/

Analyse sur la théorie que Baby Doll et Sweet Pea ne sont qu'une seule et même personne :
http://itikar.over-blog.com/article-interpetation-de-sucker-punch-de-zack-snyder-71525905.html

Analyse côté volontairement "artificiel" du film :
http://critiques-emrys.blogspot.fr/2013/11/analyse-et-critique-de-sucker-punch.html

La théorie des anges :
http://anges-sucker-punch.over-blog.fr/article-sucker-punch-theorie-des-anges-98071052.html

Réflexion autour du « coup en traitre » (Sucker Punch) :
http://critique-sucker-punch.blogspot.fr/

Edité par LittleHardy le 15/03/2018 - 20:22

Monster Kill
Rampage!
Portrait de Hakha
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 6588
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Oh, toi aussi tu gardes tes tickets de ciné en p'tit tas? :p

J'ai pas lu ta pres' mais la manière dont t'as agencé les illustrations (sur un film de oufo en plus :p) me donne envie de la lire! J'note ça.

Edité par Hakha le 11/04/2014 - 21:13

Modérateur
Portrait de LittleHardy
Hors ligne
A rejoint: 26 décembre 2011
Contributions: 7020
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Hakhasan a écrit:
Oh, toi aussi tu gardes tes tickets de ciné en p'tit tas? :p

Nan mais j'en garde parfois certains que je mets dans le boitier du DVD. x)

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4113
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Excellent topic. Tu as tout dit en fait et le film est beaucoup plus riche qu'il n'y parait quand on le regarde. Et vu la qualité du metteur en scène, il s'apprécie aussi beaucoup sans forcément brancher son cerveau.

Mais après je ne suis pas objectif, je suis un fan de Znyder depuis L'Armée des Morts.

Mais bon, chapeau l'artiste pour ce pavé complet et digeste !

Sell kids for food

Portrait de DoTT
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 4028
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Bravo pour cette grosse présentation de film !

Portrait de SoOkie3
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2013
Contributions: 1191
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

"Quand on parle du loup on en voit la queue"

Quel hasard! Une p'tite discussion entre symphonia76 et moi sur Snyder en "blablatant" sur ce film là et d'autres & "Pouf" un nouveau topic sur Sucker Punch. Disposons nous d'un grand pouvoir de télépathie? XD

Voilà mon avis à l'époque très enthousiaste (ironie) après relecture de mes notes (ce premier visionnage m'a parut moyen => j'ai la malédiction d'avoir une mémoire de poisson rouge). Il faut dire que je n'aime pas beaucoup la pâte artistique de ce réalisateur.

Spoiler

Vive le chocolat & le saxophone!

Portrait de Anonyme 01
Hors ligne
A rejoint: 6 mars 2012
Contributions: 4573
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Excellent article pour un film bien trop incompris au yeux du grand public.

Portrait de kenneth
Hors ligne
A rejoint: 2 octobre 2011
Contributions: 7023
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

présentation de malade...j'ai lu en oblique à vrai dire :p ce film est génial, même si je n'ai pas vraiment tout compris...

Portrait de Pasaiyen
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8148
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Citation:
Quel hasard! Une p'tite discussion entre symphonia76 et moi sur Snyder en "blablatant" sur ce film là et d'autres & "Pouf" un nouveau topic sur Sucker Punch. Disposons nous d'un grand pouvoir de télépathie? XD

Le hasard c'est que vous n'étiez pas les seuls à débattre sur ce film :p
Le truc avec les débats sur ce film c'est qu'au sein de la même phrase on peut parler de 3 théories différentes tellement il y en a, c'est pour ça que j'ai décidé de partir du principes qu'elles étaient toutes vrai et de simplement éliminer celles avec lesquels je trouvais des incohérence (la théorie du Bus bon sang :p). De toute façon Snyder dans ses interview dit qu'il a volontairement laissé du flou donc reste à savoir si lui même a les réponses à toutes les questions que pose le film.
Enfin malgré ça c'est un film que j'ai adoré ^^

Edité par Pasaiyen le 21/04/2014 - 16:43
Portrait de zeldaaz
Hors ligne
A rejoint: 7 septembre 2011
Contributions: 2952
Re: Sucker Punch ◇ Présentation et interprétation personnelle

Sucker Punck est un film dont je n'avais que très rarement entendu parler, et j'ai décidé de le visionner après avoir cherché un film un peu bourrin sur internet. "Sucker Punck > réalisateur de 300", oke, c'est tipar.
Le début est grandiose. "Sweet dreams", une mise en scène noire et puissante à la fois, un univers travaillé et sombre, bref, le commencement est génial. Malheureusement, il y a un truc qui m'a refroidi sur le coup : les univers complètement fuckés. Au premier regard, Sucker Punck est un gros film avec une histoire qui commence plutôt bien, et des acteurs qui sonnent justes (surtout Oscar Isaac, qui excelle dans son rôle). Mais le coup des mondes imaginaires (pourquoi pas) avec des énormes samouraï Japonais qui ont des miniguns... là ça m'a plombé.

Mais ça c'était que vers le début du film. Même si ce concept m'a biiien refroidi le film m'a d'autant plus étonné vers la fin : comment allaient ils mener tout ça? La barrière réel/imaginaire est parfaitement bien représentée dans Sucker Punch. Dans l'imaginaire de Baby Doll, on s'y sent en sécurité. Même si c'est le bordel de partout, on est pas dans le monde réel donc tout vas bien. Seulement c'est quand l'assassinat apparaît que cette barrière se brise et nous prend à revers.

Spoiler

On nous sers Sucker Punck comme un univers un peu imaginaire dès le départ, mais qui se transforme en triste réalité.
La fin m'a surpris, et c'est l'une des premières fois ou un truc me reste coincé dans la gorge, puis passe tranquillement vers la fin. C'est là que Sucker Punch est fort.
Après je ne me suis pas plus intéressé au film que ça, les théories diverses et variées sur le fond ne m'intéresse pas tant que ça. En tout cas, agréable surprise.

Et GG pour le topic LH, c'est du lourd. :3

Grozours & fils vole à votre secours