Skip to Content

[Jeu/Découverte] - TriMovies

Dernière contribution

1854 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Butch
Hors ligne
A rejoint: 27 décembre 2015
Contributions: 275
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Dressé pour tuer de Samuel Fuller

Dans la pénombre d'une soirée de vendredi tout à fait classique, je décide de me lancer dans Dressé pour tuer, ou plutôt White Dog de son titre originel, qui lui convient mieux.

Sortie en 1982 le film nous conte l'histoire d'un jeune femme Julie Sawyer, qui recueil chez elle un magnifique chien blanc, très vite elle (et le spectateur) s’attache a lui, Probleme le chien est un chien dressé pour tuer les noirs.

Les 30 premières minute m'ont parue très longue, j'ai eu du mal à croire au péripétie du personnage, pour la simple raison que Kristy McNichol qui interprète le personnage de Julie est assez fausse dans son interpretation. A part la musique d'Ennio morricone qui est sublime, je commence a me laisser aller devant le film. Puis quand l'espoir commençais a me quitter, le personnage de keys arrive. Et grâce à un super plan tout le film est relancé.

le film redistribue alors ses propres cartes, et relance toute l'intrigue, jusqu’à son final plein de sens, tellement bien écrit et cohérent avec le propos. Ça marche super bien, on s’attache au chien, et jamais on ne le traite de monstre, il est victime du racisme. Victime de cette gangrène de la société, qui même aujourd'hui est honnie présente, et ce film ne prend jamais de parti il nous monte que le racisme est partout, et même derrière un gentil toutou ce cache la stupidité d'une éducation.

Or pour arriver à ce magnifique final, le film m'a paru très long, certes, super bien écrit, il est aussi énormément décevant au niveau de sa mise en scène, et son rythme rend le tout très soporifique. il faut s’accrocher au film, allez au bout de lui lui laisser une chance jusqu’à la toute fin.

Je ressors donc mitigé mais avec un soupçon de réussite, en me disant "oui c’était long, loin d’être flamboyant, mais j'y suis arrivé au bout, et pour cette fin, ça valait le coup."

A vrai dire je pense que si ce n’était pas dans l'objectif du trimovie j'aurais probablement abandonné, c'est pour ça que je remercie Kaz de m'avoir fait découvrir ce film, auquel il faut s'accrocher pour qu'il nous délivre toute sa substance et son aboutissement, de cette humanité teinté de white and black.

Portrait de Anonyme 01
Hors ligne
A rejoint: 6 mars 2012
Contributions: 4573
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Sympathique critique Butch, pour l'avoir revu il y a peu, j'ai beaucoup moins accroché au film notamment à cause de certaines situations que j'ai trouvé risibles tant je les ai trouvé invraisemblables.

ça reste un film correct, avec une symbolique sympathique et quelques bonnes idées au niveau de la mise en scène.

Pour rappel, il ne vous reste plus que 09 jours à compter d'aujourd'hui pour regarder vos films.

Edité par Anonyme 01 le 15/06/2017 - 17:07
Portrait de Butch
Hors ligne
A rejoint: 27 décembre 2015
Contributions: 275
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Only lovers left alive de Jim Jarmusch

Je me présente ici en tant que zombie, n'ayant pas la culture et les connaissances que possède ses fameux vampires, il semblerait bien qu'ils nous méprisent.
Mais pourtant mes chers petits vampires, quand vous dégustez votre sang, avez vous remarquez l'effet qu'il produit sur vous, chez les zombies on appelle ça "drogue", vous semblez posséder la même dépendance et la maniéré dont vous vous le procurez est très familier de certains zombies.

Mon confrère zombie jim jarmusch, bien plus vampire qu'il ne le pense, met parfaitement en scène cette vie vampirisante, possédant des visuels magnifique grâce a sa photographie. Sou couvert de cette musique psychédélique virevoltante, produit des mains d'un vampire plus zombie qu'il ne le pense. Le film se met sur un piédestal, nous rappelant que notre vie sera trop courte pour pouvoir tout voir, tout savoir et tout entendre. Alors on profite en tant que mortel des quelques œuvres qu'ils nous sera donné de pouvoir apprécier.
Mon oreille très vite titiller par cette musique rock psychédélique, je me sentais obligé de très vite rentré dans le film, pour ensuite pouvoir en apprécier toutes sa substance teinté de sang, et pour voir très rapidement son propose tel que je l’interpréte.

Je suis un zombie certes et alors? je vois la lumière du jour à travers mes yeux de zombie, cherchant la quête du bonheur, par ma passion le cinéma. il semblerait que les vampires ont vues toutes les facettes de l'humain, que vous avait surement, avec le temps décidée d'appeler zombie, mais on possédé plusieurs point commun. La quête de l'amour éternel nous est très familier chez nous, en devenant amoureux on devient peut être nous même vampires, on est converties comme vous dites, vous pouvez expliquez vos agissement par l'intrigation que estien à émise, ça n'en reste pas moins des agissements plus humain que vampires.

Spoiler

Voila pour la critique de Only lovers left alive, si je trouve le temps je me ferais The Plague Dogs, qui me tente beacoup aussi.

Portrait de Kalameet
Hors ligne
A rejoint: 31 mai 2015
Contributions: 271
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Joli texte Butch

Portrait de el tourteau
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2015
Contributions: 1978
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Only lovers left alive.

Je l'avais bien apprécié la première fois tout en émettant certaines réserves, même tarif pour ce second visionnage.

La photo est classe est la mise en scène est pas mal léchée par moment, la bo a son cachet pour peu qu'on y adhère mais l'ensemble reste un poil trop lent et long à mon goût.

De plus j'ai un problème avec l'acteur principal, trop caricatural dans la nonchalance voir insipide (pour ne pas dire livide) avec en prime le seul côté intéressant le concernant (l'envie de suicide) très mal exploité.

Il y a cependant quelques bonnes idées:

L'organisation des voyages aériens compliqués
Le côté écolo avec les humains qui ont réussi à tout contaminer jusqu'à leur propre sang
La critique de la société en plaçant le récit dans la ville de Detroit qui transforme les théatres en parking

Cela donne un certain charme au film mais tous ces points avaient plus ou moins déjà été abordés dans d'autres films de vampires.

L'arrivé de la petite soeur ramena néanmoins un peu de fraicheur, ce qui manquait cruellement au film.

La fin était intéressante mais complètement loupée visuellement.

Au final un film de vampire assez sérieux et qui se prend au sérieux, ce n'est pas forcément ma tasse de sang, mais si il peut convertir un ou deux loulous au genre il aura fait son boulot.

Ma scène du moment: Grimsby
Portrait de Kalameet
Hors ligne
A rejoint: 31 mai 2015
Contributions: 271
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Timbuktu est un film difficile à juger, sans doute le sujet est trop sérieux pour cela. Le film, pourtant, survole le dramatique des évènements avec légèreté et une lenteur toute délicate. La vie et les payages semblent trop calmes pour que le sang coule, et pourtant...

Le film date de 2014, soit à peine deux ans après le déployement de forces djihadistes dans le nord Mali et notament à Tombouctou (Timbuktu est le nom de la ville en Touareg). Le réalisateur est Abderrahmane Sissako, un mauritanien qui en est à son deuxième long métrage. De Tombouctou pourtant, on ne voit pas grand chose et le film ne s'attarde pas à détailler la vie de la cité ; il faut dire qu'il a été tourné en réalité en Mauritanie, le nord Mali n'étant à l'époque pas assez sûr.

Commençons par les bons points : la qualité de la photographie est excellente, sans être non plus révolutionnaire ; les dialogues sont bien écrits (précisons que le film est en langue originale, tamasheq, arabe, bambara, etc.) ; de belles scènes ponctuent le film, donnant l'impression "suspendue" d'une vie langoureuse et comtemplative ; les acteurs, bien que pour la plupart amateurs, sont tous très bons (bien meilleurs que beaucoup de pros justement...).

Ce que raconte Timbuktu, c'est l'occupation de la ville par un petit groupe de djihadistes, qui y font régner leur loi et oppriment les habitants. Les fanatiques sont décrits de façon très humaine et sans doute très vraie : comme des types paumés, totalement amateurs et pas très malins... Ils ne se distinguent pas par leur religiosité, bien au contraire, ils ne connaissent rien à l'islam et leur "djihad" est plutôt - on le comprend - une tentative de survit pour des gens qui n'ont pas trouvé leur place dans leurs sociétés natales et cherchent à faire quelque chose de leurs vies en se lançant dans ce qu'il faut qualifier de "brigandage". Les dialogues et de nombreuses petites scènes du film font apparaitre l'absurdité des situations résultant de l'amateurisme complet et de la stupidité des djihadistes, auxquels les habitants résistent avec nonchalence et incompréhension. Le rapport aux femmes est évidemment un point sensible et révélateur de la maladresse et bassesse des islamistes, qui sont, on le sent bien, fascinnés par elles, mais frustrés sexuellement et incapables d'avoir des rapports normaux avec le sexe opposé (ils sont incapables même de draguer, voulant forcer les femmes au mariage, incapables qu'ils sont de leur parler normalement...). Bref, absurde et pathétique, voilà qui résume bien l'attitude des djihadistes, et le film réussit à faire sentir ce point avec justesse.

Mais justement, c'est aussi là que sont les limites du film et nous arrivons au mauvais point : le scénario. Malheureusement, celui-ci pêche par un excès d'absurde justement. Le film tourne autour d'un histoire de meurtre...et ce meurtre est véritablement débile, d'autant qu'il n'a pas un lien direct avec les djihadistes. De plus, la fin du film brutalement s'accèlère (alors que le reste était plutôt lent) et le final est vraiment mal fagoté, trop absurde et assez frustrant car trop rapide et inachevé. D'une façon générale, le rythme est mal géré et on peine à s'intéresser à l'histoire, d'autant qu'elle est prévisible. Il manque enfin une force indéniable au film : on ne se sent pas suffisament impliqué et la tension tragique n'est pas bien rendue, peut-être sur ce point la musique aurait-elle pu être meilleure...

Enfin, pour terminer je dirais aussi que les paysages auraient pu être mieux mis en valeur par le film, qui manque de plans larges, se qui donne curieusement un rendu "oppressé" alors qu'on est en plein désert... Mon souvenir est que le réalisateur film essentiellement à moyenne portée et le plus souvent la caméra vers le sol... Il manque de ciels et de perspectives. Bref, de toutes ces critiques, rien de grave, mais un final légèrement décevant : disons que le film aurait pu être mieux, il aurait pu être un grand film, d'une force rare, emportant le spectateur au milieu des sables infinis du Sahara et à travers une tempête tragique déchirante...au lieu de cela, on a un film certes agréable et intelligent, mais bancal et qui ne permet pas de "rentrer" dedans. J'ai néanmoins aimé, et je pense que je regarderai Bamako, le précédent film de Sissako...

PS: il parait que la petite fille du film à été recrutée dans un camp de réfugié...et seulement payée 600 euros (selon Le Monde et la page wikipédia)... guère très glorieux pour le réalisateur "africain"...

Edité par Kalameet le 29/06/2017 - 03:29
Portrait de Kalameet
Hors ligne
A rejoint: 31 mai 2015
Contributions: 271
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Le Chat du Rabin n'est pas un mauvais animé, loin de là, mais je pense qu'il faut être juif pour parfaitement en apprécier les nuances et la finesse de l'humour... Je rigole un peu en disant cela, mais pas totalement. Je m'explique.

Le film est assurèment très bon et n'usurpe pas sa réputation. Sa principale qualité est d'être original : le dessin est unique et très artistique, le scénario est peu commun, les personnages tous très bien vus et particulièrement intéressants (il y en a, de plus, pour tous les goûts), quant aux dialogues et à l'humour, ils sont sans doutes excellents...mais justement, c'est là que le bât blesse pour moi. Il faut dire en préalable que le film est de Joann Sfar et qu'il s'inspire fortement de ses expériences autobiographiques : il est lui même issu d'une famille juive séfarade algérienne du côté de son père et ashkénaze ukrainienne du côté de sa mère...comme les protagonistes du film.

Ne sachant pas très bien comment expliquer mon grief, je me contenterai d'exprimer mon ressenti : pour ma part, j'ai ressenti tout le long du film une gêne, un agacement parfois et en tout cas un détachement envers l'attitude des personnages et leurs dialogues (et notamment du chat...). Très clairement, je n'ai pas su apprécier l'humour, alors pourtant que le film se veut humoristique (mais humour sophistiqué..."humour juif"). Qu'est-ce donc qui m'a ainsi agacé? Je ne sais pas exactement, mais je pense que c'est à la fois la relation du père et de la fille (très patriarcal et "paternaliste" on peut dire), du chat aussi et le propos "religieux". Bref, il faut dire que mes opinions sont source de mon énervement : il faut dire que les religieux, moi, je peux pas les saquer, mais plus encore, les "pères" et leur façon de traiter les femmes (cf. la chason du générique de fin...no comment). Mon préféré, dans le film, c'est le vieux russe alcolo! Mais malheureusement il quitte le scénario à la moitié du film... Bref, et puis le chat m'agace lui aussi avec ses rapports "libidineux" avec la fille et sa voix... Alors bien sur, vous allez me dire, c'est de l'humour, faut pas prendre tout ça au sérieux, d'autant que le film justement est critique (par exemple avec l'histoire entre le jeune russe et la jeune femme noire, pan de l'histoire beaucoup plus libre), mais bon...

Objectivement toutefois, on ne peux pas dire que le Chat du rabin ne soit pas agréable à regarder. C'est selon votre goût donc...

Edité par Kalameet le 22/06/2017 - 20:56
Lost Souls' Alliance
Piece of Cake
Portrait de Yoco
Hors ligne
A rejoint: 15 octobre 2011
Contributions: 9267
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Only lovers left alive

J'ai vraiment bien aimé, le film est assez lent ce qui pourra surement en rebuter certains, avec pas mal de séquences au ralenti d'ailleurs mais ça ne m'a pas dérangé parce que j'ai trouvé les personnages vraiment attachants.
Contrairement à tourteau c'est le personnage principal que j'ai le plus apprécié, il a un truc dans le regard... Dommage cependant que la raison principale de sa mélancolie ne soit pas explicitement dite, même si on voit bien qu'il a été déçu par les gens.

Je ne me suis pas ennuyé car le film sait alterner les scènes lentes - généralement avec le même thème musical qui rythme le film et les fameux plans psychédéliques de buvage de sang – et les scènes ou il se passe vraiment quelque chose.
Je ne suis pas familier avec le style film de vampires, je pense que celui ci se situe dans la catégorie "vampire romantique", même si il est bien évidemment moins bien écrit que Twilight ;) :troll:
L'acting de  Tom Hiddleston et  Tilda Swinton est vraiment bon dans le registre mélancolique et l'arrivée de la soeur notamment donne un coup de boost au film vers la fin avec deux visions du monde qui s'opposent de belle manière.

Le film est beau, et a un certain caché que j'aime beaucoup.
Je me suis laissé doucement emporter, sans forcément trop y réflechir.

Le Secret de Veronika Voss

Aie aie aie, désolé rudolf mais je n'ai pas du tout accroché, je fais néanmoins mon mea culpa parce que je me suis assez fortement ennuyé et je n'ai pas été assez attentif, ce qui fait que je n'ai pas tout compris et que je n'ai surement pas pu apprécie le film à sa juste valeur...
Beaucoup de films en noir et blanc me rebutent et celui ci ne fait pas exception à la règle.

La relation sentimentale particulière qui unit le journaliste sportif à la reine des projecteurs m'a paru totallement désincarnée, je n'ai pas vraiment ressenti d'empathie entre eux, je trouve qu'ils ne collent pas ensemble et les émotions passées par les acteurs sont très pauvres, bon après le parler allemand a ce coté sévère qui n'aide surement pas :p
La névrose de la star déchue pourra nous rappeler à tous que même si on a tout pour être heureux, la souffrance ne se limite pas au monde extérieur mais se trouve bel et bien en profondeur dans la psyché humaine...

J'éditerai plus tard pour Aguirre.

Je n'ai pas pris le temps de voir Les ailes du désir mais ce n'est que partie remise.


Portrait de el tourteau
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2015
Contributions: 1978
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Citation:
Contrairement à tourteau

Citation:
Je n'ai pas pris le temps de voir Les ailes du désir mais ce n'est que partie remise.

Comme mes critiques d'il y a 3 mois?

La vengeance est un plat qui se mange chaud, c'est à dire à température ambiante.

Edité par el tourteau le 22/06/2017 - 23:37

Ma scène du moment: Grimsby
Portrait de Kalameet
Hors ligne
A rejoint: 31 mai 2015
Contributions: 271
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Les dieux sont tombés sur la tête

Jamie Uys - 1980


Eh oui, ce film est l'histoire une bouteille vide de coca-cola... mais pas seulement, c'est aussi celle de Xi, un Bochiman du désert du Kalahari (Botswana). Celui-ci vivait paisiblement dans sa tribu (une grande famille grosso modo), heureux et comblé d'une vie sempiternelle au milieu de la nature. Mais voilà que l'Objet si curieux tombé du ciel, don des dieux, apporte la discorde dans la tribu. Xi sera donc chargé par le "conseil" d'emporter l'Objet au bout du monde, pour le jeter à jamais...

Mais le film ne se contente pas de suivre la quête de Xi, qui passe finalement assez vite au second plan, et disons reste simplement un fil directeur. Nous découvrons alors, en pleine brousse, Andrew Steyn, un jeune scientifique qui étudie les bouses d'éléphant et qui s'est installé dans un camp de brousse avec un assistant-mécano Mpudi, toujours entrain de réparer leur jeep qui tombe en lambeaux... Or, Andrew souffre d'une drôle de maladie : en présence de femmes, il perd ses moyens et se met à faire des gaffes à répétition. Manque de pot (mais pour notre plus grand plaisir, à nous spectateur), le voilà chargé d'aller chercher la belle Kate à l'arrêt de bus (à un jour de bagnole du bled...), la nouvelle institutrice du village. S'en suit une suite de gags hilarants et une histoire loufoque qui tiendra sans effort l'attention jusqu'à la fin des spectateurs.

Le film de Uys est donc essentiellement un film comique. Le resort humoristique du film tient en deux choses : le personnage d'Andrew - juste excellent! - et la vie africaine qui dépayse (grave) le spectateur occidental. Le film est bien construit et on ne s'ennuie jamais, non qu'il y est une profusion frénétique de gags, mais tout au contraire, simplement parce que le film se déroule fluidement, enchainant les gags et les panoramas de paysages sublimes, la quête de Xi, ou des commentaires du narrateur... Sur ce point le film est remarquable, si bien qu'on peut considérer son scénario couplé à sa réalisation/mise en scène comme parfaits. Les personnages principaux sont tous très bons, nous l'avons dit. La caméra classique (mais dans un film humoristique on y fait pas vraiment attention...) mais je l'ai dit les images du Kalahari très belles, donnant lieu à des moments d'émerveillement mélé à la curiosité, lorsqu'on voit par exemple surgir un rhinocéros en direction du feu de camp de nos deux protagnistes (Kate et Andrew)...

Bref, les dieux sont tombés sur la tête est juste un excellent film, que je connaissais mais que j'ai revu avec grand plaisir, et que je reverrai avec le même plaisir une prochaine fois! Je vous laisse avec un extrait du film histoire de donner une idée de l'humour de Uys


J'ai envie de dire : Aïe aïe aïe, aïe aïe aïe aïe...

Edité par Kalameet le 23/06/2017 - 01:19