Skip to Content

[Jeu/Découverte] - TriMovies

Dernière contribution

1854 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Anonyme 01
Hors ligne
A rejoint: 6 mars 2012
Contributions: 4573
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Merci SoOkie !

J'en profite pour donner ma sélection pour le mois de Mai. On va aborder les chiens au cinéma, notamment les films les plus tristes avec des chiens.


Synopsis : Hatchi, un chien, aime son maître, Parker. Il l'accompagne tout les matins à la gare et l'attend tous les soirs. Mais un jour, Parker ne revient pas.





Synopsis : Deux chiens, Snitter et Rowf, s'évadent d'un laboratoire de recherche et essaient de survivre avec l'aide d'un renard futé, The Tod. Alors que le directeur du laboratoire essaie de cacher cette évasion, des brebis sont retrouvées mortes et une rumeur se repend : les chiens seraient porteurs de la peste...






Synopsis : Aux USA, une jeune actrice recueille un chien abandonné sans savoir qu'il a été dressé pour attaquer les noirs. Ce superbe chien loup blanc fait des fugues et revient couvert de sang. Julie confie le chien à des dresseurs de métier qui veulent en faire une arme contre le racisme...

Portrait de Gastondu
Hors ligne
A rejoint: 29 avril 2014
Contributions: 179
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Merci SOokie pour tes avis, j'apprécie la synthèse que tu peux faire, qui est de qualités remarquables. J'aurais apprécié que tu t'enthousiasmes plus sur les films mais dommage, ma sélection autour de la musique n'aura pas su te convaincre ! (enfin "bof"ement)

Mon superbe lecteur DVD m'a gentiment lâché après m'être équipé des DVDs de cette session. Mis à part Albator, je devrais voir les autres en qualité inférieure sur les coins sombres d'internet... Mais je posterai dès ce soir (ou bien demain soir si le temps me manque) mes petits avis :)

Spoiler

Portrait de el tourteau
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2015
Contributions: 1979
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Proposé par Kaz

Mon premier film de Shinkai, juste avant de me lancer dans le fameux Your name (que je n'ai toujours pas vu).

Bien que je lui reconnaisse pas mal de qualités je reste assez partagé sur ce film au final.
Et pourtant j'ai presque l'impression qu'il a tout pour plaire, une bonne animation, des charas design classiques mais propres, des décors naturels bien retranscrits et assez bucoliques (j'ai particulièrement apprécié tous les passages ou l'ont voit des petits animaux évolués dans leur microcosme) et enfin une histoire/aventure plutôt originale qui va nous faire découvrir un univers sous jacent à notre monde, j'ai nommé Agartha.


Un univers qui recèle de joyaux, comme son ciel étoilé nappé de sortes d'aurore boréales, mais qui a aussi son côté sombre peuplé de créatures antipathiques. Reste à signaler les gardiens de ce lieu, des quetzal kotel (pas sur de l'orthographe), assez originaux et qui ont diverses formes.

Tout pour plaire je disais, seulement j'ai eu beaucoup de mal à m'attacher aux personnages, je ne saurai pas trop expliquer pourquoi, et donc j'ai ressenti trop peu d'émotion (sauf à la fin, je n'ai quand même pas un coeur en plâtre, faut pas déconner). Pourtant le perso principal Asuna aurait du mais ça n'a pas fonctionné, faut dire qu'il y a pas mal de points communs avec un Myasaki et ce dernier à placé la barre tellement haut...
Que ce soit le thème de l'écologie ou celui de la mort d'un être cher, sa façon de les traiter ne m'a pas prise au coeur, il manque un petit quelque chose, que je retrouverai peut être dans Your name.
En tout cas ça reste un bon film dans son ensemble, et le réal mérite qu'on s'intéresse à ses oeuvres.

Edité par el tourteau le 10/05/2017 - 21:55

Ma scène du moment: Grimsby
Portrait de SoOkie3
Hors ligne
A rejoint: 5 septembre 2013
Contributions: 1191
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Gastondu a écrit:
Merci SOokie pour tes avis, j'apprécie la synthèse que tu peux faire, qui est de qualités remarquables. J'aurais apprécié que tu t'enthousiasmes plus sur les films mais dommage, ma sélection autour de la musique n'aura pas su te convaincre ! (enfin "bof"ement)

Je n'ai cependant pas grimpée au rideau lors de mes visionnages mais cela ne m'empêche pas d'avoir apprécié ma p'tite aventure cinématographique. J'ai eu le plaisir de découvrir des titres auxquels je n'aurais pas vu dans l'immédiat grâce à ce TriMovies. La magie du cinéma c'est ouvrir son esprit vers d'autres horizons. Ton thème parcourant les genres musicaux est ce que tu as apporté.

Edité par SoOkie3 le 08/05/2017 - 21:13

Vive le chocolat & le saxophone!

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16420
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Un Air de Famille (1996), de Cédric Klapisch

Comme le titre le suggère, le film va tourner autour d'une famille : la famille Ménard (Henri le patron d'un bar miteux Au Père Tranquille, son frère Philippe cadre dans une société informatique qui est récemment passé à la télé, sa soeur Betty qui a été engagée par Philippe, leur mère, la femme de Philippe, et le serveur du bar Denis). En fait, tout le film va s'apparenter à une sorte de réunion familiale en huis clos à l'occasion de l'anniversaire de Yolande, la femme de Philippe. Comme dans toute réunion de famille digne de ce nom, tous les problèmes familieux et les tensions entre les membres vont ressurgir jusqu'à exploser avant de revenir à un nouvel ordre familial.

Présenté comme ça, le film ne semble pas excitant, et pourtant c'est vraiment excellent. Tout l'intérêt du film passe par la qualité d'écriture des personnages et des dialogues ainsi que la performance des acteurs. De plus, les thèmes abordés ont vraiment tendance à refléter la situation familiale de bon nombre de famille (et moi-même j'ai reconnu une certaine situation dans ma propre famille, c'est fou). En gros, on va se rendre compte que dans la famille, il n'y en a que pour le frère Philippe qui est devenu cadre dans une société informatique et qui est devenu la fierté de sa mère, tandis que Henri est en quelque sorte "le fils idiot", le raté, ayant repris le bar du père qui a été rejeté et renié par la mère (qui inflige le même traitement à son fils Henri), et la soeur Betty se voit reprocher de "se comporter comme un homme" et d'être toujours célibataire à 30 ans.

Autour de ce noyau familial se greffent d'autres personnages, à savoir Yolande (Catherine Frot) épouse de Philippe dont on va également se rendre compte qu'elle est complètement "étouffée" par son mari Philippe, et le serveur Denis qui sort secrètement avec Betty (une relation pas très claire entre eux) et qui sert également de conseiller (voire d'ami) à son patron Henri.

Ah, et n'oublions pas le chien Caruso, devenu paralytique mais adoré par Henri et aussi par la mère, cette dernière ayant tendance à plus aimer son chien que son fils, avec une scène assez cruelle où la mère va directement embrasser le chien sans même embrasser son fils qui lui tendait la joue : plus tard Henri va dire d'un air désabusé que les chiens, c'est encore ce qu'on traite de mieux dans la famille.

Au cours de la réunion familiale, tout va tourner autour du passage télévisé de Philippe, sans même prêter attention aux problèmes du frère Henri dont sa femme vient de "partir 15 jours pour réfléchir". C'est à partir de là que les choses vont peu à peu se tendre et exploser, entre Henri qui voit ses nerfs lâcher à cause de sa femme partie et du "fils prodigue" Philippe qui finit par devenir monstrueux en mettant ses intérêts professionnels devant ceux de sa famille (que ce soit de son frère en peine de coeur et de sa femme qui n'est pas si heureuse que ça avec lui avec une liberté bridée).

Comme je l'ai dit, tous les thèmes abordés sonnent juste grâce à la performance des acteurs ainsi qu'à la qualité des dialogues. Il y a évidemment le tandem Jaoui-Bacri qui incarne deux frère et soeur qui s'engueulent mais qui, quelque part, se serrent quand même les coudes et s'aiment bien, tandis qu'ils sont plus distants avec leur frère Henri (et ce malgré le fait qu'il travaille avec sa soeur). J'ai adoré aussi Jean-Pierre Darroussin qui joue le rôle d'un serveur qui n'a pas la langue dans sa poche, adore faire des plaisanteries (voire "tirer au flanc"), se fait souvent redresser les bretelles par son patron Henri et n'arrive pas à s'engager dans sa relation avec Betty (qui finit par en avoir marre). D'ailleurs c'est marrant parce que maintenant que j'y pense, je trouve qu'il ressemble énormément au personnage incarné par Dany Boon dans Bienvenue chez les Ch'tis (au point que je me demande s'il ne s'en est pas un peu inspiré). Mais l'actrice qui m'a le plus épaté, je pense que c'est Catherine Frot que j'ai trouvée remarquable dans son rôle de Yolande, la femme du cadre informatique Philippe, très sensible et "précieuse", mais en même temps très humaine et attachante dans sa façon de se comporter, de s'adresser aux autres et sa volonté de vouloir s'amuser comme une femme libre et non pas comme une femme muselée par son mari (en temps normal c'est une actrice que j'apprécie beaucoup).

Parmi certains moments forts du film, j'ai été particulièrement touché par le statut de Henri parce que c'est quelque chose qui concerne beaucoup de familles (et qui existe d'ailleurs dans ma propre famille). Quand à un moment la mère dit quelque chose comme "Henri m'a toujours posé des problèmes, dès qu'il était enfant alors que Philippe était parfait. En le regardant enfant, je savais ce qu'il allait devenir plus tard. Même ma mère m'a dit à sa naissance que j'allais avoir des problèmes avec lui" : une scène particulièrement cruelle mais qui fait écho à beaucoup de familles. De même, j'ai été touché par le moment où Betty dialogue avec sa mère qui "s'inquiète pour elle", toujours célibataire à 30 ans, à s'habiller et boire comme un homme, qui dit plein de grossièretés, jusqu'à ce que Betty lui réponde que sa mère peut se montrer beaucoup plus grossière qu'elle sans dire de grossièretés (en pensant à sa façon humiliante de s'adresser au serveur Denis et à son fils Henri).

Globalement, j'ai adoré la manière dont le film gère le non dit et les faux-semblants. J'ai en tête le moment où Denis conseille son patron et demande à Betty si en tant que femme elle aimerait que son mari vienne la voir pour s'excuser, lui déclarer qu'il l'aime et qu'il ne veut pas la perdre. Pendant qu'il parle, on voit la tonalité de sa voix changer car en chemin il se rend compte de ce qu'il est en train de dire à Betty qui finit par répondre un truc comme "Oui, j'aimerais beaucoup, ça me toucherait" (faisant écho à la situation de statu quo semblable entre Betty et Denis).

Bref, tout le film s'apparente à une réunion de famille particulièrement tendue avec une ambiance de merde. Et pourtant, on se rend compte à la fin que tout n'est pas perdu. Quelque part, cela a permis de crever l'abcès, voire de dénouer certaines relations tumultueuses (ou d'en révéler de nouvelles) pour aboutir à davantage de sérénité dans les relations et à une sorte de nouvel ordre familial, avec une prise de conscience familiale sur les problèmes de la famille et les solutions à apporter pour que chacun puisse se sentir mieux. C'est aussi en cela que le film se révèle particulièrement poignant et sonne juste.

Portrait de Kalameet
Hors ligne
A rejoint: 31 mai 2015
Contributions: 271
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Content qu'un air de famille t'es plut rudolf. Tu as raison d'insister sur l'aspect très "vrai" et concret de l'histoire comme des personnages. Moi aussi, ca ressemble beaucoup à la famille italienne du cote de ma mère... Mêmes années, même type de famille... Et c'est clair qu'on ne peut qu'être touché par les personnages tant cela nous rappelle des expériences réelles...

Portrait de Anonyme 01
Hors ligne
A rejoint: 6 mars 2012
Contributions: 4573
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Hello, dernier jour pour les critiques !

Portrait de el tourteau
Hors ligne
A rejoint: 11 janvier 2015
Contributions: 1979
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Citation:
Hello, dernier jour pour les critiques !

Je voulais voir et faire une critique de Nocturnal animals mon Kaz mais ça va être chaud, du coup je te donnerai surement mon avis vendredi soir.

Ma scène du moment: Grimsby
Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16420
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Yojimbo (1961), d'Akira Kurosawa :

Il s'agit de l'un des nombreux "films de samourai" d'Akira Kurosawa. J'avoue que je ne vais pas avoir tellement de choses à dire sur le film en lui-même, dans la mesure où il s'agit d'une intrigue très simple : un samourai errant arrive dans une petite ville en proie à une guerre de gangs. L'étranger décide de se loger chez un vieillard qui n'a pas la langue dans sa poche : ce dernier ne l'héberge que par devoir envers un samourai et a une mauvaise opinion des samourais qui leur sont socialement supérieurs et louent leur service en échange d'argent, même si au fil du temps une relation respectueuse s'installe entre les deux hommes.

Le héros Sanjuro décide d'aider cette ville à régler cette guerre des gangs (et leurs jeux d'argent). Pour cela, il met en place tout un petit stratagème consistant à se faire engager par un gang comme "yojimbo" (garde du corps en japonais), puis à le trahir pour faire monter les enchères vers l'autre gang, de sorte qu'il tente de les monter les uns contre les autres et de les pousser à s'entre-tuer (en particulier leurs chefs respectifs). Evidemment, les choses ne vont pas être aussi simples pour Sanjuro car, à un moment donné, le contrôle va lui échapper au moment où il s'y attendait le moins, avant de renaître de ses cendres (façon de parler) pour régler une bonne fois pour toute le problème des gangs de la ville.

Dit comme ça, l'intrigue n'est pas sans rappeler celle d'un autre film, un certain Pour Une Poignée de Dollars, et c'est normal car ce dernier est un remake officieux de Yojimbo. La ressemblance ne s'arrête pas là car Yojimbo nous montre que bon nombre de western spaghetti et en particulier les films de Sergio Leone se sont vraiment inspiré des codes des films de samourai. C'est simple : on a vraiment le même découpage, la même structure narrative faite de beaucoup de moments longs et calmes brutalement entre-coupés d'une explosion de violence très brève. La mise en scène des "duels" a été complètement reprise dans les westerns vu que c'est la même chose : un homme contre tous, les jeux de regard, la posture de défi, le vent qui souffle la poussière, les habitants cachés chez eux, avant la brutale attaque éclair qui verra la victoire d'un camp sur l'autre. C'est vraiment comme du western, en remplaçant les colts par les katanas.

C'est vraiment avec ce genre de film qu'Akira Kurosawa a acquis une certaine notoriété en occident (que ce soit chez Sergio Leone, George Lucas et même Francis Ford Coppola), même si Les Sept Samourais aura une bonne portée encore plus grande que Yojimbo (avec son célèbre remake américain Les Sept Mercenaires). Et c'est aussi le genre de film qui a fait connaître l'acteur Toshiro Mifune, qui incarne ce rôle de samourai errant, une sorte de Clint Eastwood japonais très charismatique, sur lequel le film se repose en grande partie et qui incarne la figure du héros positif qui n'est là que pour amener la paix au village.

Pour finir, on retrouve quelques éléments issus de la culture nippone et des samourais, le film étant situé à une époque où les samourais commencent à être de moins en moins utiles et donc ayant de plus en plus de mal à trouver du boulot et à joindre les deux bouts. C'est vers la fin du Shogunat Tokugawa, marquant peu à peu la fin du Japon féodal et de l'âge des samourais. C'est une période particulière de transition qui est très souvent abordée dans bon nombre d'oeuvres japonaises. De même, le trio "samourai-paysan-brigand" se retrouve aisément dans les western (en remplaçant les samourai par les cow-boys, à la différence près que ces derniers n'ont pas cette hiérarchie sociale ressemblant à une sorte de caste qui les empêche théoriquement de trop se mêler aux paysans).

Bref, même s'il ne fait pas partie des meilleurs Kurosawa, c'est un film à voir, surtout si on aime les westerns afin de voir comment ces derniers se sont nourris des films de samourai et s'en sont inspirés, mais également si on aime les films de samourai.

Edité par Rudolf le 10/05/2017 - 21:15

Portrait de Gastondu
Hors ligne
A rejoint: 29 avril 2014
Contributions: 179
Re: [Jeu/Découverte] - TriMovies

Malheureusement pas d'avis du Voyage d'Arlo pour ce soir pour cause de rendez-vous manqué à plusieurs reprises avec ce film.
Sinon, mes avis succincts sur La Chèvre, Albator et Mais où est donc passée la 7eme compagnie ?

La Chèvre :

Comédie des années 80, certainement plutôt décalé de l'humour blagues qui tâchent. On retrouve dans ce film, du comique de geste, et de situation portés par le superbe duo Richard/Depardieu. Selon moi, un jeu très juste et plutôt fin pour ne jamais tomber dans l'excès malgré la volonté de montrer un prince de la malchance. En effet, les situations sont de plus en plus absurdes mais au lieu de tomber dans la simplicité et le déjà vue, le scénario garde une certaine originalité et le spectateur se demande toujours où cela va les mener. De plus, d'un point de vue scénaristique, les scènes ne sont pas qu'une succession de blagues car elles ont toutes un apport sur l'intrigue. Concernant la musique, j'en avais entendu du bien, en plus c'est du Cosma qui n'est pas un bleu dans le domaine, mais je ne l'ai pas trop apprécié, voir même trouvée trop présente, notamment sur leitmotiv du kidnapper de la fille.

En bref, j'ai bien ri (notamment sur la scène de l'aéroport) et je trouve que c'est un film important à voir dans son originalité qui se détache des comédies classiques françaises.

Mais où est donc passée la 7eme compagnie ?

Une autre comédie mais cette fois des années 70. Un poil plus récente mais pas moins moderne par sa réalisation. On tombe cette fois sur le 1er film d'une trilogie relativement culte mais notamment pour ce film en question. Ce fut une découverte pour moi et j'étais ravi de pouvoir enfin en découdre cette comédie.
J'ai cru comprendre que l'humour de la 7eme compagnie était extrêmement burlesque. Pas mon fort je crois. Souvent des blagues lourdes qui arrivent à des kilomètres, des scènes qui ne sont là que pour raconter une blague, autant voir des sketchs de Bigard. Certaines séquences valent le coup toutefois et c'est assez touchant d'apprendre à connaitre ces soldats qui sont à la guerre par défaut.

En bref, à voir si on veut comprendre le pourquoi du comment du "j'ai glissé chef", mais n'apporte pas grand chose dans le genre de la comédie et je ne vais probablement pas voir la trilogie en entier.

Albator :

Grâce à ce film j'ai pu découvrir l'univers d'Albator que je n'avais jamais vu. Je ne pourrais pas savoir alors si cela respecte bien la série ou juger l'incohérence avec l'univers de la piraterie spatiale.
D'un point de vue technique, j'ai trouvé l'animation très très bien faite, une architecture futuriste mais plausible et l'animation de l'Arcadia (le vaisseau du terrible Albator) vraiment top !
le film est aussi vraiment intéressant d'un point de vue scénaristique ! Les différents rebondissements (et il y en a) m'ont surpris pour la plupart et malgré la densité d'informations et d'actions qu'ils ont voulu faire rentrer dans 1h55, j'ai réussi à sentir la complexité des personnages. C'est certainement le gros point fort du film, mais j'ai trouvé très peu de manichéisme et les choix du héros (qui n'est pas Albator :o ) sont contestables. Et ça, ça fait plaisir. On a envie d'en apprendre plus sur cet univers. Petit bémol peut être, on ressent surtout le coté vaisseau spatial et peu le coté piraterie à mon goût... dommage ! Et gros bémol sur des scènes qui ne font pas avancer l'histoire (#ladouchedelespace), on en aurait préféré d'autres scènes explicatives...

En bref, un film d'animation de qualité et un univers complexe bien retranscrit grâce à un scénario épique !

Edité par Gastondu le 10/05/2017 - 22:11

Spoiler