Skip to Content

Derniers films vus ou revus

Dernière contribution

9770 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Gwendoline
Hors ligne
A rejoint: 20 février 2013
Contributions: 383
Re: Derniers films vus ou revus

Qu'elle qu'un a été voir le dernier rambo ? Un avis .. ?

Edité par Gwendoline le 05/10/2019 - 19:21

Modérateur
Aliéné
Portrait de Suprême Yoshiphile
Hors ligne
A rejoint: 1 septembre 2011
Contributions: 8490
Re: Derniers films vus ou revus

L'avis sur rambo, très rapidement : si vous aimez le rambo bourrin, qui pète des culs, qui fait exploser des cervelles, allez-y. Si vous voulez le rambo du 1, a fleur de peau, traumatisé, abandonné par l'amérique, passez votre chemin :p.

Yoshiman

Les jeux fait en 2019

Portrait de DjoZef
Hors ligne
A rejoint: 2 septembre 2011
Contributions: 385
Re: Derniers films vus ou revus

Rambo : Last Blood

N'espérez pas y voir de la subtilité ou encore plus de profondeur dans le personnage de Rambo pour ce qui est, probablement (Last Blood), sa dernière apparition au cinéma.
Non ça reste un film au scénario éculé se terminant en revenge movie ultra violent, limite ridicule et encore plus gore que l'opus précédent.
Le tout reste assumé est plutôt bien réalisé pour, au final, passer une soirée divertissante. Faut pas chercher plus loin.
Disons qu'au lieu de "Rambo dans la jungle", on a "Rambo et les cartels mexicains". Donc un changement d'environnement qu'il faudra accepter aussi. Personnellement, c'est pas une ambiance que j'affectionne particulièrement.

Voilà, je l'ai vu, c'était sympa mais j'aurai pas franchement envie de le revoir.

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4094
Re: Derniers films vus ou revus

Ca faisait longtemps !

L'Ange Bleu de Josef von Sternberg
Un des nombreux films cultes de l'Allemagne de l'entre-deux-guerres produit par Erich Pommer. L'histoire d'amour contrariée entre un prof de lycée respectable et une meneuse de revue qui l'est un peu moins. Un film puissant sur cet amour destructeur et irraisonné, sur la pression sociale et une sorte de société de classe souvent étouffante. Aussi un film sur la folie d'un homme qui lui coûte sa vie et sur la manière dont les femmes jouent avec les sentiments qu'elles provoquent. Emil Jannings est parfait dans le rôle du professeur pour démontrer tous les états par lequel son personnage passe. Le film a aussi révélé Marlene Dietrich qui est excellente paradant avec insolence sur le fil ténu qui sépare la beauté de la vulgarité... Je pourrai aussi dire du bien de la mise en scène de von Sternberg mais j'ai vu le film il y a plusieurs semaines. Il mélange néanmoins admirablement le tragique et le comique et propose un final exceptionnel.

Peut-être pas la scène la plus iconique mais une de celle que j'ai préféré

Blackfish de Gabriela Cowperthwaite
Documentaire salutaire et surtout très utile sur les orcs en captivité dans les parcs SeaWorld (du genre Marineland chez nous). Un film qui démontre comment un capitalisme sauvage exploite des animaux, ment aux employés et embobine les foules pour quelques dollars de plus. Une démonstration de l'intelligence des orcs et de leur perversion se transformant en frustration/folie meurtrière au contact des hommes. Bref, c'est efficace et cela a permis de faire avancer les choses même si, sans mauvais jeu de mot, je trouve que le film reste trop en surface. On peut reprocher ce qu'on veut à Michael Moore mais au moins le mec allait au charbon. Dénoncer un système et une entreprise c'est bien, mais confronter les êtres humains derrière les décisions c'est mieux et c'est ce que Blackfish ne fait jamais à cause d'une approche trop timide. Aussi j'ai trouvé le montage non-chronologique vraiment casse-gueule. Bref, une film salutaire mais en termes de documentaires, il y a largement mieux.

Une séquence montrant l'attaque d'un orc sur un dresseur

Le Kid de Charles Chaplin
Classique de 1921 où un clochard (Chaplin) adopte malgré lui un enfant abandonné par une jeune femme. Une oeuvre portée par un bel humanisme mettant l'accent sur les laissés pour compte du rêve américain où l'humour burlesque de Chaplin fonctionne parfaitement. Un feel good movie qui fonctionne très bien le peu de temps (environ 1h) qu'il dure. Une nouvelle preuve démontrant le cinéaste et acteur de génie qu'était Chaplin.

Une bagarre de rue façon Charlie Chaplin

Baraka de Ron Fricke
Autre documentaire qui prend le parti pris de ne proposer ni parole ni commentaire mais seulement de montrer des images servant à démontrer la beauté comme la violence de notre monde. Autant l'humanité que la nature avec c'est vrai des images fortes et un intéressant travail sur le son. Cela donne des moments grandioses, vraiment sublime et d'autres beaucoup moins impactant sans mise en contexte. Après... C'est vraiment pas ma came ce genre de documentaire.

Début du film

Ad Astra de James Gray
Je suis ici plus Team KyloR que Team Rudolf. C'est vraiment un bon film de SF qui propose des environnements magnifiques sublimés par la mise en scène de James Gray. Le métrage retranscrit parfaitement cette ambivalence entre fascination et danger que représente l'espace et les astres de notre système. Si l'aspect SF est bien traité avec beaucoup d'indices en fond pour tisser un univers cohérent, c'est surtout un film sur le deuil qui est ici proposé grâce à l’interprétation magistrale de Brad Pitt. D'où la fin que j'ai aussi trouvé un peu décevante tant on a l'impression d'assister à une séance de psychanalyse spatiale pour le héros... Mais tout le reste est vraiment bien fait et j'ai absolument adorer la séquence d'action sur la Lune. Non mais ! J'ai été transporté par le film du début à la fin même si on voit effectivement les stigmates (personnages secondaires qui disparaissent, voix of...) d'une production compliquée, pour rester gentil.
Enfin, et même si ce n'est pas le coeur du film, j'ai beaucoup aimé la question de savoir qui doit mener la conquête de l'espace. L'alliance entre l'armée américaine et des milliardaires comme Bezos ou Musk est-elle la meilleure solution ou une solution par défaut ?

Amazonia de Thierry Ragobert
Sorte de docu-fiction se déroulant en Amazonie et racontant le retour à la nature malgré lui d'un capucin domestique. Une prousse de tournage étant un peu entre l'Ours d'Annaud pour la fiction animalière et Microcosmos pour s'aménager un espace naturel de tournage. Même si c'est très bien fait et que cela offre de superbes images, je ne suis pas rentré dedans. De véritables documentaires animaliers (dont ceux de la BBC ou les Disney Nature qui offrent souvent une sorte de fiction par la voix off) sont bien meilleurs...

Bande-annonce

Sell kids for food

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16629
Re: Derniers films vus ou revus

Pour Ad Astra, la séquence d'action sur la Lune, je l'ai déjà oubliée tellement elle était "HS" (elle ne sert à rien au récit) et très convenue dans sa mise en scène, perso, mais apparemment, après avoir lu d'autres avis sur le net, tu n'es pas le seul à avoir été marqué : quelque chose m'échappe, franchement.

Sinon, j'ai trouvé au contraire que l'aspect SF est beaucoup trop en retrait (tous ces thèmes intéressants, juste évoqués cinq minutes, puis totalement abandonnés), très mal traité (leur mission sur Neptune n'a aucune logique scientifique, elle rend tout le scénario incohérent, ce n'est pas avec ça qu'on peut être sûr s'il y a de la vie intelligente dans l'univers, à moins peut-être d'avoir des instruments de dingue, mais le film ne nous montre rien à ce sujet) et pire encore ne sert strictement à rien au récit qui se résume à une énième histoire de relation père-fils entre un père qui poursuit un rêve et un fils qui poursuit son père.
Et le coup des 80 jours pour aller vers Neptune (comme si c'était une simple croisière Paris-New-York à travers l'Atlantique, c'est risible), ça m'a un peu achevé, en plus de ruiner toute cohérence scénaristique (pourtant, c'était un "détail" très facile à éviter et qui aurait pu justement se mettre au service du récit pour rendre compte de la "solitude pesante" du héros pendant son voyage de quatre ans au lieu de seulement 80 jours, c'est juste DEBILE, ce qu'ils ont fait). Et le film passe complètement à côté d'un super thème, avec une réponse à contre-courant, mais hyper mal amenée :

Spoiler

Je ne reviens pas sur les dix dernières minutes qui sont une vaste blague se moquant à la fois de la SF et du spectateur (on se croirait dans du Michael Bay, tout d'un coup, niveau cohérence d'action), sans compter le happy-end fort dispensable.

Quand je lis des critiques de la presse, j'ai l'impression qu'ils ne retiennent et n'ont vu qu'un film sur la relation père-fils, au mépris de tout l'emballage SF (ce n'est pas la première fois que je fais cette observation quand je lis des critiques de films de SF "intellectuels"), alors que moi au contraire, je voulais plutôt voir un film de SF avant tout (c'est ce que le texte du prologue nous annonce pourtant, quand ils nous disent qu'ils sont à la recherche d'une vie extraterrestre intelligente), qui aborde certes des "thèmes humains", mais que ceux-ci exploitent pleinement cet univers SF (comme le font très bien certains films de SF comme Her, les deux Blade Runner, ou encore Interstellar).

Quant à Brad Pitt, bof, franchement : il nous livre une contre-performance, je trouve. C'est vraiment le même acteur qui a joué dans Once upon a time... in Hollywood la même année ? Purée ! C'est là qu'on voit la différence entre un grand cinéaste et un cinéaste quelconque pour bien diriger un acteur. Même Tommy Lee Jones m'a super déçu. Et à côté, il y a des personnages intéressants comme le vieux colonel ou la chef de la colonie sur Mars, mais ils sont complètement délaissés au bout de cinq minutes.

Bref, pour moi ce film, c'est du gros gâchis.

Edité par Rudolf le 06/10/2019 - 16:28

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4094
Re: Derniers films vus ou revus

James Gray un cinéaste quelconque ? Ok... The Yards, La Nuit nous appartient, Two Lovers...

Après moi j'étais parti voir un film de SF (et c'est ce que j'ai eu puisqu'il s'agit bien d'un histoire basée sur des progrès scientifiques) et pas un traité d'astrophysique sur le voyage spatial, les distance entre les planètes ou les moyens de savoir si on est seul sur l'univers.

Rudolf a écrit:
Quand je lis des critiques de la presse, j'ai l'impression qu'ils ne retiennent et n'ont vu qu'un film sur la relation père-fils

Peut-être parce que c'est le sujet principal du film non ?

Rudolf a écrit:
(c'est ce que le texte du prologue nous annonce pourtant, quand ils nous disent qu'ils sont à la recherche d'une vie extraterrestre intelligente)

Oui, c'est le but de la mission du père mais à aucun moment le film ne dit que ça serait son sujet principal. La mission principal de Brad Pitt c'est de communiquer avec son père car il semblerait que sa mission soit responsable des surcharges qui menacent la Terre.

Rudolf a écrit:
encore Interstellar

Spoiler

Rudolf a écrit:
Quant à Brad Pitt, bof, franchement : il nous livre une contre-performance, je trouve.

Bon, les goûts et les couleurs comme on dit. Je vais pas te faire un procès d'intention mais ton avis apparaît parfois comme un peu biaisé et exagéré car le film ne semble pas correspondre aux attentes que tu avais en lui sans qu'elles soient vraiment légitimes.

Et tu as tout à fait le droit de ne pas aimer le film et de l'exprimer mais je comprend pas comment tu peux reprocher à un film de ne pas être la fausse idée que tu te faisais de lui. Et je ne comprend pas non plus comment tu peux l'attaquer sur des aspects purement scientifiques quand à aucun moment le film n'a voulu se montrer parfaitement crédible dans tout ce qu'il proposait.

Ca me rappelle des débats sur Star Wars VIII, un film, qui plus est de science-fiction doit maintenant être validé par des experts scientifiques pour être bon ? Bravo la mort de l'art...

Sell kids for food

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16629
Re: Derniers films vus ou revus

GreenSnake a écrit:
Après moi j'étais parti voir un film de SF (et c'est ce que j'ai eu puisqu'il s'agit bien d'un histoire basée sur des progrès scientifiques) et pas un traité d'astrophysique sur le voyage spatial, les distance entre les planètes ou les moyens de savoir si on est seul sur l'univers.

*soupir*

Ce que je vais dire maintenant ne s'adresse pas spécifiquement à toi, mais à chaque fois qu'on reproche à un film son manque de réalisme (scientifique ici), on a toujours droit à la même remarque "Ouais, mais on s'en fout, du réalisme, moi je regarde un film, pas un documentaire". Ah ? Du coup, c'est bon, il n'y a pas moyen de discuter et on ferme le débat, c'est ça ?

Dans ce cas, en ce qui concerne Ad Astra, pourquoi s'être emmerdé à chercher la crédibilité et le réalisme scientifique ? Pourquoi s'être embêté à proposer de l'apesanteur dans les vaisseaux au lieu de faire comme dans un Star Wars ou un Alien (de la gravité dans les vaisseaux spatiaux, vu que ce ne sont pas des films de "Hard-SF", effectivement, on s'en fout, ce n'est pas l'ambition de ces films), si c'est pour faire une erreur aussi grossière qui aurait pu non seulement être très facilement évitée, mais en plus renforcer le scénario, sa crédibilité, et cette idée de la "solitude pesante" du héros durant le voyage spatial ?

Et pour te répondre sur Interstellar : oui, il est beaucoup plus crédible scientifiquement que Ad Astra. Lui, au moins, il fait un très bon usage de certaines conséquences de la dilatation du temps dans le cadre de la Relativité Générale, on nous montre ce qui se passe près d'une zone à énorme gravité (ici, un trou noir à proximité) avec un raz-de-marée spectaculaire (en plus, c'est spectaculaire visuellement pour le spectateur et on ne nous assomme pas d'explication scientifique pour nous expliquer ce phénomène, tout en étant crédible). Le film fait attention à certains détails sympathiques en ce qui concerne l'usage de la force centrifuge pour simuler une gravité dans un vaisseau (pareil, sans nous bassiner d'explications). On nous montre également une bonne modélisation d'un trou noir (une grosse "sphère noire" entourée d'un "disque d'accrétion" qui révèle la présence d'un trou noir), basée en partie sur les travaux du physicien Jean-Pierre Luminet (mais repris et améliorés par Kip Thorne).
Et pourtant, ce film arrive à ne pas être un "traité d'astrophysique", ni un "documentaire", ni un film qui nous assomme d'explications scientifiques pompeuses, mais bel et bien un film de "Hard-SF" avec une bonne part de "réalisme scientifique" qui renforce le scénario, mais aussi une bonne part d'anticipation, d'émotion et de fantaisie pour émerveiller un peu le spectateur (tout en ayant quand même quelques petits problèmes scénaristiques, sauf que c'est beaucoup moins gênant que dans Ad Astra).

Quant à ce que tu critiques en spoil, perdu : c'est justement basé sur les théories et interprétations (mots-clés pour plus d'information : "théorie des cordes", "tesseract" et "bulk") de l'astrophysicien réputé Kip Thorne (qui a bossé sur ce film comme consultant).

GreenSnake a écrit:
Oui, c'est le but de la mission du père mais à aucun moment le film ne dit que ça serait son sujet principal.

N'ayant lu absolument aucune information sur ce film avant de le voir, quand j'ai vu que ça démarrait sur un texte parlant de la recherche d'une vie extraterrestre intelligente dans l'univers, et qu'on nous parle souvent de cette équipe qui est partie vers Neptune pour en chercher une trace, permets-moi de contredire ton affirmation. ^^

Le film m'a clairement promis quelque chose que je n'ai pas eu. Ce thème principal de la relation père-fils, ce n'est qu'un truc qui arrive assez tard et s'installe définitivement après une heure de film, au mépris de toutes les pistes narratives à peine esquissées et qui auraient pu être passionnantes dans le cadre d'un film de SF.

Citation:
Et je ne comprend pas non plus comment tu peux l'attaquer sur des aspects purement scientifiques quand à aucun moment le film n'a voulu se montrer parfaitement crédible dans tout ce qu'il proposait.

Pas d'accord du tout, j'ai l'impression totalement inverse : Ad Astra est justement un film qui a des prétentions "sérieuses" d'être un film "crédible" de Hard-SF (rien que de s'être fait chier à proposer de l'apesanteur alors que c'est un cauchemar à filmer et à bien restituer de manière fidèle et crédible, ça va dans le sens d'un film qui voulait être "sérieux" et entrer dans la catégorie "Hard-SF"). C'est pour ça que ça passe mal chez moi, ce genre d'erreur grossière (sans parler de la fin ridicule). C'est pour la même raison que j'ai énormément de mal avec Sunshine également (lui, c'est encore pire que Ad Astra, à vrai dire).

Par contre, Star Wars, aucun problème car à aucun moment ces films ne témoignent d'une prétention "sérieuse" en matière scientifique, à aucun moment ils ne font passer pour de la "Hard-SF", donc je n'ai aucun reproche à leur adresser à ce sujet (sur d'autres sujets par contre, oui, clairement).

Edité par Rudolf le 06/10/2019 - 18:39

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4094
Re: Derniers films vus ou revus

Rudolf a écrit:
Ce que je vais dire maintenant ne s'adresse pas spécifiquement à toi, mais à chaque fois qu'on reproche à un film son manque de réalisme (scientifique ici), on a toujours droit à la même remarque "Ouais, mais on s'en fout, du réalisme, moi je regarde un film, pas un documentaire". Ah ? Du coup, c'est bon, il n'y a pas moyen de discuter et on ferme le débat, c'est ça ?

Bien sûr qu'on peut débattre. Mais le voyage entre Mars et Neptune sert à montrer l'aliénation progressive du personnage terriblement seul dans l'immensité de l'espace. Mais on a l'impression que tu rejettes toute la séquences en bloc pour des histoires de distance... Je veux dire, le coeur du film c'est le voyage intérieur de Brad Pitt et ce qui intéresse le cinéaste c'est de l'envoyer à l'autre bout du système solaire avec, à mes yeux, une histoire crédible. Et puis à aucun moment, mais je peux me tromper, on nous expliquer quelle énergie et de quelle manière sont propulsées les fusées si ce n'est une apparente amélioration qui existe déjà.

Et sinon entre :
- Faire Mars jusqu'à Neptune en 80 jours
- Aller dans un trou noir permettant de retourner dans le temps pour communiquer en morse avec sa fille planqué derrière une bibliothèque

C'est le second point que tu trouves le plus crédible scientifiquement ?

Rudolf a écrit:
N'ayant lu absolument aucune information sur ce film avant de le voir, quand j'ai vu que ça démarrait sur un texte parlant de la recherche d'une vie extraterrestre intelligente dans l'univers, et qu'on nous parle souvent de cette équipe qui est partie vers Neptune pour en chercher une trace, permets-moi de contredire ton affirmation. ^^

Le film m'a clairement promis quelque chose que je n'ai pas eu. Ce thème principal de la relation père-fils, ce n'est qu'un truc qui arrive assez tard et s'installe définitivement après une heure de film, au mépris de toutes les pistes narratives à peine esquissées et qui auraient pu être passionnantes dans le cadre d'un film de SF.

Toujours pas d'accord. A aucun moment du film, Brad Pitt (personnage principal) n'a pour mission de savoir si on est seul ou pas dans l'univers. C'est en fond parce que c'est le but de la mission de son père qui menace le système donc l'humanité. Et oui la relation père-fils est présente dès le début du film déjà quand on voit la perplexité de Roy McBride dès le briefing au début quand on lui annonce qu'il doit tenter de communiquer avec son père. Et cela monte petit à petit quand l'ancien collègue de son père lui parle de ce que son père aurait pu faire.

Enfin, cela prouve une nouvelle fois la magie du cinéma. Un film et des interprétations comme appréciations différentes.

Sell kids for food

Portrait de Rudolf
Hors ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 16629
Re: Derniers films vus ou revus

GreenSnake a écrit:
C'est le second point que tu trouves le plus crédible scientifiquement ?

J'ai envie de dire "oui". En effet, le premier point (le voyage Mars-Neptune) entre en contradiction totale avec la durée du voyage Lune-Mars du film (environ quatre semaines) : avec la même technologie de vaisseau, il est impossible de mettre "seulement" 80 jours pour aller jusqu'à Neptune, mais plutôt quatre ans minimum. Donc pour que ce voyage de 80 jours soit crédible au vu de la technologie des vaisseaux du film, il aurait fallu que le voyage Lune-Terre dure un ou deux jours, pas quatre semaines. Quant au second point, jusqu'à preuve du contraire, on ne sait pas ce qui se passe quand on va dans un trou noir car, certes, la relativité générale prédit une "singularité", mais à l'échelle d'un trou noir, il faudrait tenir compte des effets quantiques. Or, personne ne fait vraiment faire à la fois de la relativité générale et de la mécanique quantique pour savoir ce qui se passerait réellement si on va dans un trou noir : du coup, il y a plusieurs théories scientifiques, et le film en présente une (celle de l'astrophysicien Kip Thorne qui a travaillé comme consultant scientifique du film).

Ainsi, ton premier point relève d'une contradiction flagrante (et ce n'est pas la petite incohérence qui se révèle insignifiante, non non, c'est quand même un gros détail qui met à mal la crédibilité du scénario) par rapport à ce qui est montré dans le film (c'est-à-dire des fusées dignes de la mission Apollo de 1969), tandis que ton second relève certes d'une "anticipation" mais s'appuie sur une théorie scientifique sérieuse. Moi, ça me gêne beaucoup, quand même : ça m'a définitivement fait sortir du film (bon, tu me diras, Sunshine a fait encore pire : rien que son introduction et son histoire de "Soleil qui s'éteint et qu'il faut ranimer avec des bombes thermonucléaires" m'avait fait sortir du film XD ).

Dans ce genre de film de Hard-SF (qui se veut relativement sérieux et réaliste), j'ai besoin de croire en ce qui se passe avec un minimum d'incohérences (ou que ces dernières ne soient pas gênantes pour le scénario), sinon, c'est mort. Si c'est de la "SF fantaisiste" à la Star Wars, je m'en fous complètement, je n'ai aucune exigence à ce niveau-là. Mais si c'est de la "Hard SF" (donc de la "SF réaliste"), c'est comme ça, je suis exigeant en la matière et je ne pardonne pas certains "détails".

Edité par Rudolf le 07/10/2019 - 16:52

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4094
Re: Derniers films vus ou revus

Bon on se mettra pas d'accord mais je ne suis toujours pas convaincu.

C'est quand même curieux ta façon de réfléchir.

Ad Astra c'est pas crédible pour les raisons scientifiques que tu avances et pour lesquelles je dois avouer ne rien y connaître.

Et de l'autre côté Interstellar c'est plus crédible parce qu'en fait on en sait rien et que y a juste un mec qui a fait des suppositions invérifiables en l'état.

Mais du coup, si jamais on arrive enfin à rentrer dans un trou noir, est-ce qu'il faut que je laisse une bibliothèque dans la chambre de ma fille et que je lui apprenne le morse où tu penses qu'il y aura d'autres mieux de communiquer dans les failles spatio-temporelles ?^^

Sell kids for food