Skip to Content

Derniers films vus ou revus

Dernière contribution

10028 posts / 0 nouveau(x)
Portrait de Rudolf
En ligne
A rejoint: 4 septembre 2011
Contributions: 19004
Re: Derniers films vus ou revus

Honnêtement, j'avais trouvé Mulholland Drive "relativement" compréhensible (David Lynch a fait largement pire dans le genre), mais il ne faut pas chercher la rationalité cartésienne, ni la compréhension à 100%, ni un cheminement "linéaire" ou "chronologique" dans ses films ou séries : il faut, comment dire ? un peu lâcher prise, se laisser aller et embarquer, apprécier le spectacle, la mise en scène, le jeu remarquable des acteurs lynchiens (Lynch a un talent incroyable pour sublimer les acteurs qui donnent le meilleur d'eux-mêmes et reçoivent des prix ; des acteurs qui, en retour, semblent beaucoup apprécier tourner dans ses films), la beauté de l'image et de la musique (aspects très importants et marquants chez lui), et malgré tout la beauté de l'histoire et des thèmes abordés (Lynch ne fait pas non plus - ou alors rarement - des trucs complètement décousus, il y a de la maîtrise chez lui, il ne verse généralement pas dans la gratuité).

Je trouve d'ailleurs qu'il y a un je ne sais quoi "d'asiatique" dans ses œuvres (il y a même quelques références spirituelles asiatiques qui s'y cachent), y compris dans ses petits "intermèdes musicaux" sous forme de chansons qui sont assez récurrentes chez lui, ou bien ne serait-ce que pour le côté "non rationnel" et "je n'ai pas tout compris, mais j'ai compris des choses et j'ai éprouvé des sentiments assez forts" dans ses œuvres.

Edité par Rudolf le 01/03/2021 - 02:01

Portrait de Willdo
Hors ligne
A rejoint: 23 juillet 2015
Contributions: 255
Re: Derniers films vus ou revus

Citation:
Honnêtement, j'avais trouvé Mulholland Drive "relativement" compréhensible (David Lynch a fait largement pire dans le genre), mais il ne faut pas chercher la rationalité cartésienne, ni la compréhension à 100%, ni un cheminement "linéaire" ou "chronologique" dans ses films ou séries : il faut, comment dire ? un peu lâcher prise, se laisser aller et embarquer, apprécier le spectacle, la mise en scène, le jeu remarquable des acteurs lynchiens (Lynch a un talent incroyable pour sublimer les acteurs qui donnent le meilleur d'eux-mêmes et reçoivent des prix ; des acteurs qui, en retour, semblent beaucoup apprécier tourner dans ses films), la beauté de l'image et de la musique (aspects très importants et marquants chez lui), et malgré tout la beauté de l'histoire et des thèmes abordés (Lynch ne fait pas non plus - ou alors rarement - des trucs complètement décousus, il y a de la maîtrise chez lui, il ne verse généralement pas dans la gratuité).

Oui, dans le genre Lost Highway et Inland Empire sont bien plus tordus ! Comme tu le dis, la meilleure façon d'apprécier ses films est de "lâcher prise", mais je comprends que ça puisse être difficile de ne pas essayer de chercher du sens concret dans ses films. Le problème c'est que certains spectateurs doivent se sentir cons/ont la sensation d'être pris pour des cons devant des films comme ça, du coup ça les empêche de pleinement apprécier, ce qui est dommage... Faut laisser l'égo à la porte avant de se lancer dans une œuvre ! ^^ Et puis Lynch est loin d'être si inaccessible que ça, y'a souvent une bonne dose d'humour (juste comme ça, la scène du mafieu qui défonce tout le monde dans Mulholland Drive) et beaucoup de références à la pop culture : Bowie qui fait un caméo dans le film Twin Peaks, Nicolas Cage qui est fasciné par Elvis dans Sailor & Lula, Patricia Arquette qui descend d'une voiture en slowmo sur du Lou Reed... Tu verras pas ça chez du Tarkovsky ou du Bergman haha ^^

Portrait de Willdo
Hors ligne
A rejoint: 23 juillet 2015
Contributions: 255
Re: Derniers films vus ou revus

Sinon pour faire vite sur mes derniers vus :

Que Le Spectacle Commence (All That Jazz), de Bob Fosse - 1979
(je mets des spoil juste pour éviter les pavés)

Spoiler

Sur Le Chemin De La Rédemption (First Reformed), de Paul Schrader - 2017

Spoiler

Hardcore, de Paul Schrader - 1979

Spoiler

Le Retour (Coming Home), de Hal Ashby - 1978

Spoiler

Edité par Willdo le 01/03/2021 - 15:15
Portrait de Alexis88
Hors ligne
A rejoint: 11 octobre 2015
Contributions: 2985
Re: Derniers films vus ou revus

Oui enfin tu as Deer Hunter la même année, même si sorti quelques mois plus tard..

Rachel Alucard

Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4760
Re: Derniers films vus ou revus

@ Depakote : Excellent ton ressenti sur Mulholland Drive. Alors je ne l'ai pas vu au ciné (c'est fort dommage) mais j'avais vraiment été fasciné par le film quand je l'ai vu. Notamment la scène dans la salle de concert avec la chanson en espagnol.

Sinon :

Depakote a écrit:
S’ils sèchent devant une zone d’ombre, leur réflexe est de se raccrocher à un mot, un mot fourre-tout, qu’ils emploient avec la conviction de pénétrer la science scénaristique ; ce mot, « Incohérence », depuis des années a fleuri comme de la mauvaise herbe dans les magazines et sur la toile. On ne le lisait pas avant. Mode langagière ? Gimmick ?

Depakote a écrit:
Mais en parler négativement en soulevant ses « incohérences », est-ce compatible ? Depuis quand susciter le vertige, le mystère, a un rapport avec la cohérence ? Nous ne comprenons pas les étoiles. Nous ne comprenons pas la personne dont nous tombons amoureux, son mystère ne fait qu’accroître notre intérêt pour elle, notre amour pour elle et elle le sait. Et elle en joue.

Merci ! Je pense que cette sacro-sainte cohérence vient des vidéastes ciné populaires américains comme français qui semblent donner beaucoup trop d'importance à cette fameuse cohérence où le "critique" doit absolument se montrer plus intelligent que le film qu'il "juge". Et malheureusement cela a aussi atteint une partie du grand public. Ca et les jugements moraux implacables sont vraiment les cancers de la critique actuelle.

Depakote a écrit:
Ressentir, c’est déjà beau. « Je n’ai rien compris. J’exige qu’on me rembourse ! » Quelle phrase admirable à notre lit de mort, non ?

C'est beau ce que tu dis l'ami !

Rudolf a écrit:
il ne faut pas chercher la rationalité cartésienne, ni la compréhension à 100%, ni un cheminement "linéaire" ou "chronologique" dans ses films ou séries : il faut, comment dire ? un peu lâcher prise, se laisser aller et embarquer, apprécier le spectacle, la mise en scène, le jeu remarquable des acteurs lynchiens (Lynch a un talent incroyable pour sublimer les acteurs qui donnent le meilleur d'eux-mêmes et reçoivent des prix ; des acteurs qui, en retour, semblent beaucoup apprécier tourner dans ses films), la beauté de l'image et de la musique (aspects très importants et marquants chez lui), et malgré tout la beauté de l'histoire et des thèmes abordés (Lynch ne fait pas non plus - ou alors rarement - des trucs complètement décousus, il y a de la maîtrise chez lui, il ne verse généralement pas dans la gratuité).

Amen ! Il a même lancé de sacrés carrières entre Laura Derne, Naomi Watts ou Kyle Maclachlan

Willdo a écrit:
Faut laisser l'égo à la porte avant de se lancer dans une œuvre !

+1. Ca me fait penser à un autre cancer (je suis ronchon en ce moment) qui est la course à l'identification dans un film. Voir des gens qui gueulent parce qu'ils n'ont pas pu s'identifier à quelconque personnage du film ou qui réclame un personnage/héros qui soit leur décalque sur grand écran pour "enfin se sentir représenté". Bref, des spectateurs petits bourgeois qui veut que le film les brosse dans le sens du poil histoire de lustrer leur égo...

Willdo a écrit:
Et puis Lynch est loin d'être si inaccessible que ça, y'a souvent une bonne dose d'humour (juste comme ça, la scène du mafieu qui défonce tout le monde dans Mulholland Drive)

Ou la scène de la dégustation de café par le producteur (ici joué par le compositeur du film, Angelo Badalamenti

Willdo a écrit:
Bowie qui fait un caméo dans le film Twin Peaks, Nicolas Cage qui est fasciné par Elvis dans Sailor & Lula, Patricia Arquette qui descend d'une voiture en slowmo sur du Lou Reed...

Je rajouterai la prestation qui pue la classe de Dean Stockwell sur du Roy Orbison dans Blue Velvet

Sinon :

Le Jeu de la Mort de Bornot, Amado et Blanc
Ce documentaire de 2009 est aussi fascinant que glaçant. Des chercheurs ont décidé de refaire l'expérience de Milgram (https://fr.wikipedia.org/wiki/Exp%C3%A9rience_de_Milgram) pour tester le pouvoir de la télévision. Donc des candidats/cobayes doivent envoyer des décharges électriques de plus en plus fortes à une personne qu'ils ne connaissent pas dans le cadre d'un jeu à question. Et franchement, c'est à la limite du terrifiant, le tout avec une caution scientifique très solide (même s'il y a quelques points qui peuvent poser souci). Quand on est trop conditionner à obéir et qu'on est plonger dans une ambiance aussi pesante, on est capable du pire. Bref, c'est réellement un documentaire à voir notamment pour la "prestation" glaciale de la présentatrice Tania Young. "Ne vous laissez pas impressionner..."

Le documentaire en entier

Pépé le Moko de Julier Duvivier
Classique français des années 1930 avec un jeune Jean Gabin en gangster séducteur planqué dans la casbah de Alger tandis que la police va tout faire pour l'avoir. Mélange de polar avec un brin d'humour (les dialogues sont excellents) comme de romance, le film est vraiment très sympathique et n'a pas trop mal vieilli je trouve même s'il y a eu beaucoup mieux dans les genres qu'il aborde depuis. Il apparaît comme assez gentillet aujourd'hui je trouve. Néanmoins les acteurs sont excellents rendant tous les personnages assez marquant. Alors certes, le film se déroule dans l'Algérie coloniale avec les moeurs des années 1930 donc les progressistes d'opérettes auront du mal avec ce film^^

Une scène absolument sublime

Edité par GreenSnake le 06/03/2021 - 19:36

Sell kids for food

Portrait de doki
Hors ligne
A rejoint: 16 décembre 2012
Contributions: 7054
Re: Derniers films vus ou revus

Star Wars Rogue One
Autant j'ai trouvé les derniers épisodes merdiques pour ne pas dire à chier (d'ailleurs je ne sais pas pourquoi j'en parle puisqu'ils n'existent pas), autant j'ai bien aimé ce Rogue One. Il fait parfaitement le pont entre les épisodes 3 et 4 et c'est exactement ce qu'il manquait à cette mythique hexalogie.

Edité par doki le 05/04/2021 - 23:48
Portrait de GreenSnake
Hors ligne
A rejoint: 19 février 2012
Contributions: 4760
Re: Derniers films vus ou revus

Doki a écrit:
(d'ailleurs je ne sais pas pourquoi j'en parle puisqu'ils n'existent pas)

Spoiler

Blague à part, c'est vrai que Rogue One est vraiment très sympa par bien des aspects.

Sinon ça faisait un moment que le topic commençait à prendre la poussière et j'ai vu une palanquée de films depuis !

La Planète verte de Jan Haft
Sublime documentaire qui nous plonge dans la riche biodiversité des forêts allemands avec le ton pédagogique de rigueur mais surtout des images assez incroyables d'animaux des plus petits aux plus gros, des plus moches aux plus beaux, des moins connus aux plus aimés. Bref, si vous aimez le genre du documentaire animalier, c'est un des meilleurs que j'ai vu pour ce qui est de la qualité des images.

La bande-annonce

Amateurs de cinéma coréen (ou de cinéma tout court), je suis tombé sur cette chaîne qui vous offre gratuitement et légalement une palanquée de films coréens de ces 80 dernières années. Alors malheureusement y en a que 4 (si je n'en ai pas raté) qui ont des sous-titres VF mais quasiment tous ont des sous-titres anglais. https://www.youtube.com/channel/UCvH6u_Qzn5RQdz9W198umDw

L'arche de chasteté de Sang-ok Shin
Ce drame historique de 1962 raconte la difficile situation d'une jeune veuve tombant amoureuse d'un employé agricole dans la riche demeure de sa belle famille. Sauf qu'elle doit rester chaste pour sauver l'honneur de sa belle famille. Et c'est compliqué. Un beau film en noir et blanc quasiment naturaliste qui critique assez fortement les valeurs de l'aristocratie rurale, le sexisme subit par cette femme et une certaine lâcheté des hommes. Bon c'est assez rustre comme oeuvre par moments mais ce n'est pas dénué d'intérêt avec de belles idées de mise en scène.

Film entier

Les Enfants Loups, Ame & Yuki de Mamoru Hosoda
Comme énormément de monde, j'ai beaucoup aimé ce film d’animation aussi sublime que riche d'un point de vue émotionnel. L'idée de base est vraiment géniale et surtout très bien traité avec une première moitié de film proche de la perfection à mes yeux. Il y a des scènes réussissant à mélanger quotidien et fantastique absolument géniales. On est surtout complètement charmé par le combat de cette mère, la soif de découverte de la fille, la faiblesse du fils ou la solidarité rurale autour d'eux. Bref, de l'animation japonaise tellement riche qu'on ne peut que l'aimer.

Spoiler

Évidemment la scène de la neige

Le Chat noir de Edgar G. Ulmer
Classique de l'horreur des studios Universal de 1934, ce film est aussi connu pour être le premier mettant face à face Bela "Dracula" Lugosi et Boris "Frankenstein" Karloff. On est plus ici dans de l'horreur psychologique ou un jeune couple américain se retrouve coincé dans une lutte entre les deux hommes aux lourds secrets. Le tout dans une demeure très inquiétante. Il y a une vraie bonne ambiance d'épouvante qui s'installe au fur et à mesure du film fonctionnant pleinement surtout grâce à une belle mise en scène qui magnifie comme il se doit le noir et blanc. Bref un bon film d'ambiance. Malheureusement la fin précipitée gâche l'ensemble. Ne faisant que 65 minutes le film se précipite beaucoup trop dans conclusion cassant malheureusement ce qu'il avait habilement construit. Ha et évidemment que le film ne peut plus vraiment faire peur aujourd'hui...

Extrait situé dans la seconde partie du film

The Age of Success de Sun-Woo Jang
Film qui pue les années 1980 tant dans la qualité de son image, les décors, les costumes et son envie de filmer (de manière très critique) le néo-libéralisme. On a souvent le stéréotype des films asiatiques qui offrent des ruptures de tons très fortes et celui-ci est en plein dedans. On suit le parcours d'un commercial aux dents longues qui va tout faire pour écraser ses concurrents quitte à se brûler les ailes. Malheureusement le film est très inconsistant à l'image de son personnage principale dont on peine à comprendre les motivations et actions comme si on avait parfois affaire à deux personnages. Il reste néanmoins de bonnes idées comme ce traitement d'un néo-libéralisme comparé à un noé-nazisme. Mais la mayonnaise a du mal à prendre.

Film complet

Farewell my darling de Cheol-su Park
Ce film de 1996 coincé entre drame et comédie a vraiment été une très bonne surprise pour moi. Prenant le point de départ la mort d'un patriarche d'une famille importante d'un village, le réalisateur va parler pendant deux heures de mise en scène. La mise en scène de la mort très ritualisée, la mise en scène de la famille qui va surjouer sa peine et ses pleurs où la vérité sera plus forte venant de ceux faisant finalement le plus preuve de retenue. Le film n'hésite par ailleurs pas à briser le quatrième mur pour parler de mise en scène. Il y a énormément de personnages mais tous sont très bien écrits avec un film s'avérant aussi drôle que tragique, aussi naturaliste qu'absurde. Bref, une belle découverte.

Film entier

Frantz de François Ozon
Ozon est un cinéaste prolifique mais je connais très mal son oeuvre. J'ai vu 8 Femmes quand j'étais jeune sans vraiment m'en souvenir et j'ai eu un ennuie poli devant Jeune et Jolie. En revanche Frantz, drame historique m'a bien plus convaincu. Cette histoire où en 1919 un ancien soldat français se rend sur la tombe d'un soldat allemand puis rencontre sa famille sans qu'on sache réellement pourquoi il est ici fonctionne vraiment bien. Il y a une bonne utilisation du noir et blanc et les thèmes du ressentiment, du traumatisme de la guerre et des deuils impossibles fonctionnent très bien. Pierre Niney et Paula Beer sont excellents dans leur rôle et la mise en scène est élégante. Très sympa en somme.

Pas trouvé d'extrait sous-titré en VF, désolé

Le Voyage de Gulliver de Cruz Delgado
Il s'agit d'une modeste production espagnole adaptant très librement le voyage de Gulliver chez les géants. Un film très anecdotique qui souffre d'un scénario n'existant que pour accumuler les péripéties et voir Gulliver affronter différents animaux géants. Les numéros musicaux sont proches du malaise et la production souffre de son manque de budget. Au moins la direction artistique et l'animation ne sont pas trop mauvaises...

Film entier en espagnol juste pour vous faire une idée

La Mère porteuse de Kwom-taek Im
Drame historique de 1987, le film raconte la vie d'une jeune mère porteuse censée donnée un héritier mal à une famille aristocratique. Elle doit donc donner le monde à un enfant en étant "offerte" au fils qui n'arrive pas à avoir d'enfant avec sa femme légitime. Encore une fois, une belle critique des mensonges des puissants qui exploite le peuple jusque dans leurs entrailles tout ça pour garder leurs privilèges. Un film pourtant pas manichéen car il va y avoir un peu d'amour entre la mère porteuse et le fils. Le tout est sublimer par une mise en scène sublime qui cherche à montrer à quel point la beauté des puissants n'est qu'une façade. Bref, un film très intéressant sans être indispensable.

Film entier

Bon j'ai vu trop de films^^ Donc à suivre...

Sell kids for food