Skip to Content

The Last of Us (8/19)

8ème partie de l'épopée The Last of Us

155 Commentaires

Portrait de bibitranse

Toi tu ne survivrais pas 5 mn dehors ...


Portrait de Hellipsir

Mais oui, c'est vrai ça, arrêtons de philosopher, bon sang! Il faut laisser ça aux vrais de vrais, aux BHL, aux Michel Onfray, aux, euuuh, moines bouddhistes, quoi! ^^
On n'est pas dans une fac, c'est pas sérieux ça, faut se reprendre et se troller tous les uns les autres à donf sans réfléchir.
STOP LA PHILO! ^^
Comme d'habitude, little kiki sait ce qu'il faut faire :p .


Portrait de quenthi

Plutôt intéressante cette partie car on voit très clairement les deux gros défauts du Hooper !

Déjà les medikits ca sert à quelque chose quand même. Quant on voit le Gros Ours se plaindre de la difficulté d'un passage (à l'hôtel en l'occurrence dans cette vidéo) et qu'il engage le combat avec seulement un quart de sa vie, bah faut pas être surpris de crever après reçu cinq-six balles ! Mais dans le feu de l'action je peux comprendre qu'on ne puisse pas tout le temps être attentif à sa barre de vie, mais quand même !

Et second gros défaut, c'est qu'il n'utilise pas assez les différentes grenades pour les phases un peu tendus. Heureusement à la fin de la vidéo tu fait le teste avec le gros et on se rend compte rapidement que c'est déjà un peu plus facile de le battre. En tout cas passage vraiment intéressant en fin de vidéo, j'espère que le jeu en proposera davantage et plus abouti !

Sinon je trouve le gameplay d'Ellie bien foutu car elle jette des briques aux ennemis quant ces derniers repères nos héros, indique la présence de ces derniers dans les moments "d'infiltration" et utiliser même son couteau pour aider Joel s'il se fait agripper ! Donc je suis agréablement surpris car ca rend le personnages plus vivant et plus attachant !

En tout merci pour cette vidéo Hooper, et je vous dit bye bye et à la prochaine !


Portrait de manu9564

Il est 3h47 du mat lorsqu'il termine cette vidéo, ceci peut expliquer cela. En tout cas il sera sans doute plus frais lors des prochains épisodes.


Portrait de FanFanXLive

Enfin tu as regardé les pilules et utilisé l'écoute...je me demandais quand ça arriverait :) et puis ça va se corser maintenant ! bye Hooper.


Portrait de Romano

Pas mal ce petit passage dans l'hotel. Effectivement,le côté survival-horror commençait à manquer. Espérons qu'il y aura d'autres passages du même acabit.
Par contre le combo obscurité + spore + le gros qui balance son pus, c'est juste immonde. Heureusement que tu l'as pas fait en live ce jeu-là, ça aurait la fête à mémé sur l'écran.

Concernant la fouille systématique, c'est vrai que ça peut être relou. Mais je vois pas trop comment ils auraient pu éviter ça dans un jeu de ce genre. Peut-être en glissant des pièges ou des "mauvaises" surprises avec des ennemis planqués? Trouver des trucs pour rendre ces phases moins monotones.
Mais faut dire aussi que le fait que la moitié des objets que tu trouves ne puisse être ramassée parce que ton inventaire est plein n'encourage pas trop à la fouille et est plus source de frustration qu'autre chose.


Portrait de Claw

Ahahah! moi aussi j'avais trouvé ce passage difficile, du coup ça me rassure un peu, parce que jusque là je te voyais faire une promenade de santé, ça m'inquiétait un peu...
Enfin, si j'avais été toi (et quand j'étais moi d'ailleurs!), j'aurai tout balancé sur le gros, comme t'as fait à la fin de la vidéo. De toutes façons tu t'en fous, vu que tu retrouves immédiatement des dizaines de ressources pour tout refabriquer... ;-)


Portrait de Gastlab

Y en a surement que ça saoule de voir des pavasses philosophiques qui parlent à peine du jeu qu'ils sont censés commenter, mais moi je kiffe.

J'ai eu ma petite dose de réflexion métaphysique sur fond de jeu vidéo, moi content. J'ai rien à ajouter sur le sujet, mais merci à tous pour cet échange (mention spéciale aux excellents Kalameet et Squall et aussi à Genesis-Quattro qui m'a bien fait marrer).

Je n'oublie pas ce bon vieux Hooper, grand merci pour tes vidéos et merci d'offrir cet espace d'expression.


Portrait de Safedreams

Les médikits, hooper connait pas.


Portrait de Apolline

Parce que c'est un vrai bonhomme!... ou parce qu'il n'y pense pas :p


Portrait de KatDriv

Je crois que les humains normaux voient notre lampe torche...


Portrait de UNCHARTOUILLE

.
.
.
.
.

Je peux voir votre billet ?
...
SONNEZ L'ALERTE !


Portrait de MATsolid-snake44

Faut être plus mobile que ça contre les bonshommes dans l'hôtel, une fois que tu les a alertés, ils viennent tous, par petites vague, ils te chercheront jusqu'à te dénicher tant que tu ne les extermines pas jusqu'au dernier et ils sont assez doués pour te contourner, mais tu peux aussi rejoindre l’ascenseur en discrétion.

Et le fameux passage dans le sous-sol à moitié inondé!^^ J'en ai bavé aussi, l'ambiance est angoissante, il fait sombre, mais il vaut mieux la joué infiltration ici, quitte à éteindre sa torche pour rester dans le noir et échapper aux infectés! Dès que tu allumes lé générateur, faut tout de suite se barrer avant qu'ils rappliquent et te concentrer sur la recherche de la carte. Elle est effectivement cachée quelque part, sur l'un des deux étages de la pièce. Cherches bien, tu n'as pas fouillé toutes les pièces!


Portrait de margugus

Bonjour. Alors, j'en vois beaucoup depuis le début du let's play qui parle du manque d'objectivité du Hooper mais aussi des gens en générale dans ses vidéos.

Pour moi l'objectivité c'est énoncer un fait indiscutable. Alors pour vous c'est quoi l'objectivité ? L'avis majoritaire ?

Dire que The Last of Us est un excellent jeu ou un très mauvais jeu, cela reste subjectif. Dire que la DA du jeu est bonne ou mauvaise, c'est subjectif. Dire que les dialogues sont intéressant ou non, c'est subjectif. Dire que le let's play du Hooper est chiant ou non, c'est subjectif. Enfin vous avez pigé mon point de vue.

J'écris comme un bite, c'est sub... c'est probablement objectif.

Bonne journée à tous !


Portrait de Kalameet

Une définition (subjective) de la subjectivité datant de près de 2500 ans à la louche :

Citation:

L'Homme est la mesure de toute chose. Telles les choses m'apparaissent, telles elles sont. Telles les choses t'apparaissent, telles elles sont.
Protagoras


Portrait de Kalameet

Toutefois, si je peut glisser encore une fois mon grain de sel dans le débat, j'aimerai apporter un point de vue philosophique à la question que tu soulève : celle du rapport subjectivité/objectivité. Je crois qu'en effet c'est une question de fond dans notre société, je dirais même quelle pose problème aujourd'hui réellement, notamment au niveau politique...

Je m'explique. Nous vivons dans une société individualiste d'une part, agnostique d'autre part (la religion à perdue de son emprise sur les esprit), dans laquelle pour un certain nombre de raisons, l'éducation de la population aux matières fondamentales est en chute libre à la manière d'un objet newtonien (telle une pomme). Du coup, les gens ne croit plus à une Vérité transcendantale (dieu), ils ne savent plus ce qu'est la logique - un raisonnement scientifique par exemple (mais aussi philosophique) - par contre, ils croient fermement en leurs opinions personnelles! Cela conduit tout naturellement - dans l'ignorance de ce qu'est un raisonnement objectif - à une affirmation universelle de la subjectivité et à un phénomène particulier : le relativisme. Seulement hélas, encore par manque de culture, le relativisme est très mal compris aujourd'hui. Grosso modo, l'opinion générale dans notre société est que la Vérité (absolue, objective, transcendantale) n'existe pas, et que donc, toutes les opinions se valent. On ne peut être sur de rien, donc à chacun sa vérité subjective! Si les deux phrases que je viens d'énoncer vous paraissent logiques, c'est que vous êtes probablement atteint du mal!

En effet, si le relativisme défend bien le fait qu'il n'existe pas de Vérité transcendantale, vrai dans l'absolu, cela ne veut pas dire of course que toutes les opinions se valent !! voilà un pas hâtif qu'il faut se garder de franchir! De même, ce n'est pas parce qu'il existe toujours un possibilité au doute, qu'il est impossible d'établir une vérité objective.

Il faut pour comprendre cela aborder la question de la réalité. La réalité existe-t-elle? C'est une question qui peut paraitre hors sujet mais il n'en ai rien. En effet, la vérité c'est (grossièrement) l'adéquation du jugement à la réalité. Si Hooper existe ; si je dis qu'il existe, je suis dans la vérité, si je dis qu'il n'existe pas, j'ai tord. Parce que mon jugement (subjectif) n'est pas en adéquation avec la réalité (Hooper existe bel et bien). Or, comment peut-on être sur que Hooper existe réellement?? Après tout personne d'entre nous ne l'a jamais vu n'est ce pas? Si vous y réfléchissez bien, aucun jugement subjectif ne peut conclure à son existence. Simplement parce qu'un jugement subjectif peut toujours être remis en question par autrui, puisque par définition il est personnel. Il repose donc sur la perception personnelle que l'on a du monde, or celle ci est fortement discutable (on peut être fou par exemple, avoir des hallucinations, être influencé par ses opinions, sa vision du monde, ses goûts, etc.). Seul un jugement objectif, c'est à dire reposant sur un raisonnement logique, peut établir avec certitude l'existence du Hooper en réalité. J'espère m'être fait comprendre, mais pour résumer ce qu'il faut dire c'est que toutes les opinions ne se valent pas. Une opinion, si elle reste subjective, n'est qu'un ressentit, une émotion en réalité personnelle. Elle n'a aucune valeur de vérité. Par contre, si une opinion repose sur un raisonnement logique, elle peut alors tenter d'établir, de prouver, une réalité. Et cette vérité là existe. Bien sur, elle peut être remise en question, par un autre raisonnement (non par une opinion subjective). Un raisonnement est plus ou moins solide, et laisse plus ou moins place au doute. C'est une question de probabilités en réalité. Mais la aussi, probabilité ne veut pas dire hasard total! Notre monde même, la matière à son niveau fondamental (les particules=mécanique quantique) est probabiliste pourtant, ce n'est pas un chaos...

Je disais que cela pose problème aujourd'hui au niveau politique, il suffit de voir le succès des discours populistes, ou néo-libéral... mais je n'en dirai pas plus...


Portrait de Squall

Je l'aime bien le kalamet.

Mais (il me semble) que tu oublies un facteur important. Tout argument est objectif à partir du moment où il se base sur des données réelles et une interprétation logique de cette dernière. Or, c'est la façon dont nous allons percevoir cette réalité objective qui va influencer notre pensée :

Last of Us est un peu répétitif, pas trop difficile, très narratif avec une direction artistique fabuleuse (observation objective) ---> conséquence monsieur X s'est ennuyé ----> conséquence il n'a pas aimé le jeu

Last of Us est un peu répétitif, pas trop difficile, très narratif avec une direction artistique fabuleuse (observation objective) ---> conséquence monsieur Y s'est plongé à fond dans l'hsitoire ----> conséquence il a adoré ce jeu

Je simplifie à l'extrême mais voilà mon problème, une même donnée objective peut arriver à deux interprétation contraire (et pertinente). Ce qui fait que quand je donne ces raisons, en grossissant les aspects négatifs, pour dire que je n'aime pas le jeu, quelqu'un d'autre arrive ensuite pour me répéter presque les memes choses, mais en grossissant les aspects positif, pour finalement en arrivant à la conclusion inverse (tout en faisant la remarque au passage que je suis de mauvaise fois :p ce qui en fait n'est qu'une interprétation)

Autre exemple :

Kylo Renn de Star Wars VII est un méchant atypique, un peu pathétique et en conflit avec lui même (observation objective) ---> conséquence monsieur X a trouvé ce personnage inintéressant, stupide et ridicule ----> Conséquence, il a détesté ce personnage qui n'arrive pas à la cheville de tous les autres sith de la saga

Kylo Renn de Star Wars VII est un méchant atypique, un peu pathétique et en conflit avec lui même (observation objective) ---> conséquence monsieur X a trouvé ce personnage intéressant, nouveau, bien pensé ----> Conséquence, il a adoré ce personnage qui ne ressemble à aucun autres sith de la saga

Où est l'objectivité là dedans, personne ne se contente de l'information elle même puisque son appréciation de cette même information conduit inexorable à une interprétation qui découle directement d'un argument logique.


Portrait de Kalameet

Haha Kylo Renn! j'avais eu moi-même des critiques très vives à son encontre il est vrai, critiques complètements subjectives il faut le rappeler.

Oui en effet tu a raison, un argument est objectif s'il est indépendant de l'observateur. S'il est au contraire une perception subjective, comme un sentiment ou une émotion ça pose problème. Par exemple la perception du beau est subjective, on peut trouver beau un tableau de Dali par exemple, comme on peut le trouver horrible. Pourtant, il est possible par contre de juger objectivement de la qualité d'une œuvre. Non pour dire que les tableaux de Dali sont beaux, mais plutôt pour affirmer qu'ils sont de qualités. Pour cela, on a d'autre choix que d'établir des critères objectifs de la qualité d'une peinture, par exemple la perspectives, le spectre des couleurs, la finesse du trait, etc. Ce sont ces critères justement qui portent à discussion car ils sont arbitraires - mais pas forcément subjectifs, arbitraire veux dire qu'ils sont le résultat d'un choix, autrement dit, on peut en choisir d'autres tout aussi objectivement...

Alors pour revenir aux jeux vidéos, tu a tout a fait raison à propos de The last of us, en partant d'une même analyse objective du jeu, certains vont l'aimer, d'autres non. Mais ce sont la des goûts, autrement dit des sentiments subjectifs. Non des opinions objectives. Autrement dit, ils disent "j'aime TLOU", non pas "TLOU est un bon jeu". Ce que j’essaie de dire dans mon post c'est que ces goûts ne sont pas les seuls valables. Parce qu'il y a aussi une réalité. Or la réalité c'est que TLOU ne peut pas être à la fois un bon jeu et un mauvais jeu dans l'absolu. Il est bien quelque chose n'est pas? Il faut choisir. La question qui se pose c'est comment aborder la réalité, comment définir les moyens qui nous permettent d'accéder à sa réalité. Dire que l'on aime ou pas un jeu est complètement indépendant de sa qualité en réalité. On peut aimer une daube et détester un chef d’œuvre.

Alors, là ou tu a raison c'est que, pour tout se qui concerne les jugements de valeurs (est-ce que quelque chose est bon ou mauvais), on est obligé de définir a priori des critères arbitraires du bon et du mauvais. On appelle ça des axiomes en langage scientifique, c'est à dire des propriétés que l'on considère comme vraie, sans avoir besoin de les démontrer. C'est les bases du raisonnement en quelque sorte. Il faut bien partir de quelque chose... Or je viens de le dire, par définition ces axiomes sont arbitraires, donc ils peuvent être remis en question. Dans les fait, on s’aperçoit que la culture d'une civilisation ou le ressenti subjectif du monde influences beaucoup l'établissement de tels axiomes. Cependant, ils ne sont pas non plus complètement random. Il faut bien comprendre que ce sont des principes fondamentaux de la conception du monde par exemple que le temps se déroule de manière linéaire, sur une ligne passé-présent-futur. Ça c'est un axiome. Quelque chose qui n'a pas de démonstration logique. Il est considéré comme un "fait" qui existe de lui-même en quelque sorte.

Bon je me rends compte que je pars un peu trop dans l'abstrait peut être, je m'en excuse. Revenons donc à ton exemple. TLOU = "un peu répétitif, pas trop difficile, très narratif avec une direction artistique fabuleuse". Pour définir s'il est un bon jeu ou non il faut définir ce qu'est un bon jeu. Pour cela, il faut d'abord définir qu'est ce qu'un jeu vidéo. Or cette définition est un axiome, elle est définie arbitrairement. Par exemple, pour moi, un jeu vidéo c'est une construction interactive reposant sur un ensemble de règles (un gameplay, level design), dans un certain décors (graphismes). On remarquera que je n'inclue pas l'aventure qu'il peut susciter (scénario, narration) dans la définition fondamentale du jeu. Un "bon" jeu est donc pour moi un jeu qui atteint un niveau correct à la fois dans ses règles de gameplay et de level design, et dans ses graphismes (qui doivent être au moins, cohérent). Comme le coté scénaristique est pour moi optionnel, dans le cas d'un jeu comme The walking dead qui a un gameplay mauvais (simpliste, très limité, peu précis) et des graphismes moyens (ah les textures baveuses...) bien qu'il est en effet un scénario développé et une narration excellente, je vais le considérer comme un mauvais jeu (en fait comme une daube car le trouve - subjectivement cette fois ci - le scénario débile). Au contraire, Mario est un bon jeu bien que son scénario ou sa narration sont inexistant. Le gameplay génial et les graphismes bon car cohérent (DA bien choisit) suffisent. Bon TLOU pour le coup, le gameplay est bon, la DA très bonne, c'est donc un bon jeu, malgré ses défauts indéniables (répétitif, trop simple, très dirigiste j'imagine...). <~~ je précise donc suite au commentaire d'un aimable mangeur de cacahuètes qu'on voit bien là qu'avec une définition différente de ce qu'est un bon jeu, avec d'autres critères, on aboutit par un même raisonnement logique (objectif) à des conclusions différentes. Les critères "de bases" sont choisis arbitrairement, il peuvent être personnel, ils peuvent même être parfois subjectifs... le raisonnement lui ne l'est pas


Portrait de Mangedescahuetes

Tu dis vraiment tout et son contraire.

Citation:
un argument est objectif s'il est indépendant de l'observateur

Citation:
Pour cela, on a d'autre choix que d'établir des critères objectifs de la qualité

Citation:
Ce sont ces critères justement qui portent à discussion.

Oui, parce qu'ils ne sont pas les mêmes pour tout le monde.

Tu donnes ton avis sur Mario, TLOU selon TES critères de jeu...c'est donc totalement subjectif, du début à la fin.

C'est du grand n'importe quoi!

Par exemple Star océan 4 est pour moi une bouse...pourquoi? Son gameplay est à mon sens parfait mais son histoire est tellement neuneu, infantile et la personnalité des personnages tellement irréaliste et stupide que je ne peux l'accepter et que ça me gache totalement mon plaisir de jeu...mais si tes critères perso n'incluent pas le scénario ça pourrait être ton jeu préféré...donc il n'y a absolument rien d'objectif au final dans aucune opinion sur quoi que ce soit, ça dépend de notre interprétation.

On a chacun sa propre définition d'un jeu, d'une oeuvre d'art, d'une belle voiture, d'une bonne journée qui diffère d'une personne à l'autre, on ne peut pas comparer ça à des principes fondamentaux comme LE TEMPS qui est universel pour tout le monde ou EST CE QUE LE SOLEIL (ou Hooper :p) EXISTE?, eux sont les mêmes pour tout le monde.

D'ailleurs c'est le principe même d'une expérience : on ne peut comparer deux choses seulement si on fait les deux tests dans les mêmes conditions, à savoir qu'on change UN paramètre pour déterminer s'il a une influence ou non, si on en change plusieurs on ne peut savoir ce qui est à l'origine du changement. On garde une base commune comme comparaison.

A partir du moment ou nos critères de jugement de sont différents, il n'y a aucune base commune donc aucune comparaison possible, personne n'a tort ou raison, il n'y a pas de vérité. Tlou peut tout à fait être considéré comme ignoble par certains.

Citation:
Or la réalité c'est que TLOU ne peut pas être à la fois un bon jeu et un mauvais jeu dans l'absolu.

Si, il peut.


Portrait de Kalameet

Mais non mais non. Je me suis peut-être mal fait comprendre. Bon déjà, c'était un exemple hein le coup des critères de qu'est ce qui fait un jeu. Justement, ceux ci sont arbitraires (mais pas subjectif). Donc tu peux très bien en avoir de différent. Mais la question n'est pas là.

Tu dis que je me contredis parce que les axiomes (c'est à dire les critères que l'on définit comme base d'un raisonnement - qui peut notamment aboutir au jugement de la qualité d'une œuvre) seraient subjectif par définition si j'ai bien compris. Or il n'en ait rien, c'est justement parce que tu n'a pas compris la définition de la subjectivité que j'essaie d'expliquer depuis mon premier post. Deux choses :

Ce n'est pas parce qu'un jugement est personnel qu'il est subjectif.
Les critères qui définissent ce qu'est une chose (par exemple ce qu'est un jeu) ne sont ni personnels ni subjectifs, même si ce ne sont pas forcément les mêmes pour tout le monde, je le conçoit.

Quelques définitions :

Objectif : qui se rapporte à l’objet, qui existe hors de l’esprit et indépendamment de la connaissance que le sujet peut en avoir.
Subjectif: qui ce rapporte au sujet, à sa conscience ; qui est relatif à la connaissance qu'il perçoit du monde par le biais de cette conscience.

Or un jeu, c'est une définition qui existe en dehors de nous. Un jeu est un jeu quoi. Comme un livre est un livre, un tableau un tableau etc. C'est une réalité objective. Ce n'est pas l'appréciation d'une conscience subjective. Tu dis que tout le monde n'a pas la même définition de ce qu'est un jeu? Sur mars peut-être, mais il me semble bien que dans notre société en tout cas, tout le monde est d'accord sur ce qu'est un jeu, même si ce n'est pas toujours clair à expliquer. On est d'accord pour dire que les échecs, le morpion, Battlefield 4 sont des jeux quoi. Ce ne sont pas des livres, des chaises ou des girafes quoi. Je dis ça pour montrer qu'il y a une limite au jugement subjectif qu'on peut avoir sur les choses. Bref les critères qui définissent un jeu ne sont évidemment pas subjectif, ni même personnels parce qu'ils sont partagés en réalité par toute une société. Alors ensuite dans d'autre société, il peut exister des définitions différentes...

Ensuite, ce n'est pas parce qu'un jugement est personnel qu'il est subjectif. Ça c'est très important de le comprendre. Un raisonnement logique n'est pas subjectif. Un raisonnement c'est un processus de la pensée qui déroule en quelque sorte une suite de cause-conséquences en partant d'axiomes (des critères de bases arbitraires) pour aboutir à des conclusions plus ou mois complexes. Ça n'a rien de subjectif si ça ne fait pas intervenir des jugements subjectif mais seulement des conclusions logique.

Bon bref, ensuite là où je te rejoins - mea culpa si mon post précèdent n'était pas clair - c'est qu'un jugement de valeur (dire qu'une chose est bonne ou mauvaise) est par définition arbitraire. C'est à dire qu'il découle d'un choix a priori (ce que j’appelais les critères du bon quoi). Mais pas forcément subjectif, parce que ces critères peuvent être objectifs, c'est juste qu'on en choisit certains et pas d'autre quoi. Le beau et le moche là par contre c'est subjectif, puisque ça ne dépend pas d'un raisonnement, mais d'une ressentit.

Bref je pense que je suis toujours pas très clair je suis désolé mais bon... c'est délicat comme question.
En gros :

subjectif =/ personnel =/ arbitraire ; raisonnement logique =/ ressentit, perception
raisonnement logique = objectif, mais peut être personnel ou arbitraire (c'est à dire provenant d'un choix)
ressentit, perception = subjectif

PS: "TLOU peut être bon et mauvais" serais-tu un adepte de la mécanique quantique??
Le temps : c'est le mauvais exemple justement ;) parce que depuis la relativité d'Einstein, on sait que le temps justement, est subjectif. Nous vivons tous en un temps propre. Chaque objet comme chaque être humain est désynchronisé (très très très...) légèrement des autres dès qu'il est en mouvement par rapport à ceux-ci.