Skip to Content

Inside (5/5)

5ème et dernière partie de l'épopée Inside

158 Commentaires

Portrait de Lord_Gwyn

Visiblement le jeu est une allégorie au passage dans le monde adulte et au sein du système dont on se retire de son étreinte qu'une fois mort. C'est une vision pessimiste mais ça n'est que mon interprétation. Je l'ai fini hier ^^


Portrait de Grodidier

Une super épopée comme pour Limbo à l'époque. Malheureusement on doit nous même interprété la fin, comme pour Limbo, Braid, et tout ce type de jeu comme le dit Hooper.

Pour moi ce jeu représente un avortement, cela représente un coma pour d'autres, et certains, plus terre à terre, n'y voient pas de métaphore. Ici on voit tout de même la différence entre une fin interprétable et une fin bâclée comme celle de Firewatch.


Portrait de franssulink

Bonjour les gens, salut hooper,

J'ai terminé le jeu hier, et quelle expérience mon dieu ! cette ambiance folle, cet audio fou, ces énigmes magistrales !

Un frisson énorme a parcouru mon corps pendant 5 heures !

Ce jeu est magique, il mélange tout un tas de sentiments que je n'ai pas réussi à déchiffrer...

J'ai joué tout du long avec un casque sur les oreilles, cette ambiance, j'étais le petit garçon, je n'étais plus dans mon salon...

@ Hooper, en toute sympathie, avec tout le respect que je porte à tes "choix vidéo" depuis quasi 10 ans maintenant ;

Un jeu d'une telle envergure ne mérite-il pas une belle review exceptionnelle ? Cadeau de noël ^^ ?

Cela étant dit; Merci hooper pour cette pépite d'épopée...vraiment. ;-) Franssulink.


Portrait de Rockman

C'est l'une des meilleures épopées du Hooper depuis bien longtemps !


Portrait de Azukan

Le "blob" me fait (un peu) penser à la dinde de Mr Bean! :D


Portrait de falheim

Haha j'ai pensé aussi a la même chose :)


Portrait de TeeZeR

A ce que j'ai pu comprendre avec les autres fins du jeu.

L'environnement dans lequel nous sommes fait entièrement partie d'un géant laboratoire, même la forêt au début, on y voit des capsules avec sur le toit un long tuyau menant en réalité au plafond de l'usine. Il ne fait pas nuit mais c'est simplement l'intérieur (comme un géant dôme). A la fin du jeu on voit une maquette géante mélangeant forêt, ferme. On peut penser que toute cette forêt est artificielle et a été créé par l'homme.

Dans une fin on voit que le garçon se rend dans une trappe secrète sous le champ de maïs, il y a un abri anti atomique avec une puissante machine relier à un gros tuyau (comme ceux branché aux zombies). Quand le garçon débranche le système électrique la machine s'arrête et on voit le garçon se déconnecter et s'asseoir bizarrement comme les zombies.

C'est à ce moment là qu'on comprend que depuis le début notre garçon était un zombie mais il a été reprogrammé par détruire les expériences de l'entreprise.

Je pense que l'entreprise travaillait pour différentes armes de guerre lié à (la gravité, les ondes destructrices et le monstre bizarre de la fin).

Pour je ne sais quelle raison il fallait les arrêter et aprèèèès je n'ai plus d'idées.... :)


Portrait de Gastlab

D'abord, Inside est une oeuvre d'art proposant plusieurs grilles de lectures valables et c'est suffisamment rare et difficile à créer pour être respecté.

Pour autant, je comprends qu'on préfère qu'un artiste délivre un message clair et sans ambiguïté. D'ailleurs, l'art totalement abstrait me gonfle; Jackson Pollock me gave, Pierre Boulez me broute (avec le respect bien sûr).

J'ai vraiment été marqué par ce jeu. Non seulement j'ai kiffé y jouer (pour les raisons que j'ai exposé dans un com' plus bas avec les bémols dont j'ai parlé aussi) mais je m'aperçois que je continue à y penser malgré moi.
Ce qui me pousse à poser mon interprétation.

La notion de contrôle de l'autre semble être un thème principal.
Le joueur contrôle un personnage capable d'en contrôler d'autres (les "zombis"), les "méchants" exercent un contrôle sur ces zombis et tentent de contrôler (au pire d'éliminer) l'électron libre que le joueur contrôle.
Si t'as compris cette phrase, t'as eu ton bac.

Mon interprétation tend vers l'analogie ou la métaphore.
Que représente un enfant (qui aurait pu être une petite fille d'ailleurs)?
L’innocence, la spontanéité, la témérité (on a tous tenté des cascades improbables et dangereuses dans notre enfance), la liberté et surtout la volonté de voir cette liberté s'épandre et s'appliquer à tous.

Que représentent les zombis? La population active contrainte de faire ce qu'on lui dit de faire, d'aller dans la même direction, incapable de briser les chaînes qui l'entravent car prise à la gorge par les devoirs du quotidien qui lui éviteront une mort directe.

Que représentent les méchants? Ceux qui sont au contact de la populace portent un masque, ce sont les chasseurs d'esclaves. Ce masque symbolise soit la volonté d’anonymat (c'est un sale boulot), soit le fait que tout le monde, s'il le veut, peut effectuer cette tâche ingrate (rabattre les gens vers l'uniformité et l'inaptitude à la révolte).
Les scientifiques de la fin du jeu ne portent pas de masque, ils sont perchés. Ils ne sont pas au contact de la masse (il traitent la masse), et leur haute fonction les élève au-dessus du commun des mortels (pas besoin de signe distinctif tel un masque).

Que représente le blob? C'est l’aboutissement de l'uniformisation de la populace. Une puissance énorme en théorie, mais incapable de la moindre initiative. Prête à répondre aux ordres. La petite boule de liberté que nous contrôlons depuis le début s'y intègre, et au lieu de n'y apporter que 2 bras et 2 jambes supplémentaires, elle lui donne une volonté de révolte. Et la bouboule se met à tout péter pour sortir de là.

Les scientifiques ont oublié d'être cons et ils comprennent que l'expérience les dépasse. Ils la dirige donc vers la sortie, sachant pertinemment qu'une telle aberration ne pourra survivre en liberté.

Le jeu aurait pu être réaliste ET optimiste, il est réaliste MAIS pessimiste.

C'est une oeuvre d'art.

PS : mon interprétation de la fin alternative est la suivante :

On amène le garçon à désactiver le contrôle que le joueur exerce sur lui (on débranche la manette) d'ailleurs la position du garçon après le débranchement rappelle furieusement celle des zombis en attente de prise de contrôle (position de l'oeuf).

Voilà, toi qui a lu jusqu'au bout, je te décerne la médaille avec la tête de mickey.


Portrait de Clenor17

Un bon jeu avec une ambiance très intéressante, des graphismes sympathiques et de bonnes phases comme à la fin. Je trouve que le jeu est plus "sage" que Limbo qui était plus cruel sur les morts assez sanglantes du personnage. Par contre l'histoire est très floue et je trouve que l'idée de nous faire interpréter le scénario par nous même est assez moyenne.


Portrait de Bel-Ami

Du début à la fin ce jeu m'a simplement fait penser à une critique du nucléaire : labo, usines, missiles, sous marin, malformations corporelles ...
Je vois pas ce que ça peut être d'autre


Portrait de Skweed

Hooper parle de rejouabilité en ignorant qu'il existe une fin cachée. :D


Portrait de TheCaptainSam

excellent épopée. Je ne me suis pas ennuyé d'un iota.

En ce qui me concerne, je trouve le jeu très très bon MAIS... bah étrangement, je trouve les énigmes moins bonnes que dans Limbo. C'est étrange, mais j'ai l'impression que dans Limbo, les énigmes faisaient beaucoup plus "énigmes" avec des leviers, des inversions de gravité, des aimants et une physique toujours excellente et logique. La progression était vraiment du type "tu fais quelques pas, une énigme, tu refais quelques pas, une énigme".

Là, c'est pas vraiment ça en fait, c'est plus un jeu de platformer mais avec moins d'énigmes que dans Limbo. C'est un truc du genre "tu fais plusieurs mètres, tu fais encore plusieurs mètres, un script se déclenche, une énigme, tu refais plusieurs mètres, encore...". J'ai été déçu dans le sens où j'aurai préféré avoir plus d'énigmes "à la Limbo".
Même s'il y a des énigmes à résoudre bien sûr, elles sont moins intéressantes à résoudre, je trouve, car elles ne mettent en place que 1 ou 2 éléments à chaque fois par puzzle là où Limbo additionnait les règles au fur et à mesure (ex : blocs + leviers + ascenseur + aimant + gravité) et sa difficulté allait crescendo. Là j'ai eu le sentiment de ne pas avoir été bloqué par une énigme et d'avoir tout passé d'un seul coup, là où à l'époque de ton épopée de Limbo, il y a des énigmes où je ne voyais pas la solution, même en mettant arrêt sur image.

Bref c'est cela qui m'a le plus déçu dans ce jeu, bien qu'il reste quand-même excellent... mais un poil différent de son prédécesseur

PS : désolé, j'ai bien dû dire le mot "énigme" au moins 10 fois dans mon message, mais je n'ai trouvé aucune parade grammaticale contre ça :p


Portrait de Bestou64

Demain on pourra y toucher pour ceux qui ne peuvent qu'y jouer sur la station de jeu 4 de Sonny et cher... Bref hate !


Portrait de Ludwig DeLarge

30:38 Petite musique pour cet instant d'anthologie : https://www.youtube.com/watch?v=w62JCInaCzE

En plus, avec le moment où le gros cerveau se fait porter, ça colle pile poil avec la fin de l'air. J'adore


Portrait de Bruggeman59

Je pense qu'il n'y a pas L'INTERPRÉTATION. Je pense que le jeu laisse le soin aux joueurs d'avoir une vague idée de ce que l'histoire raconte. L'espèce de monstre-cerveau était bien a la fin; différent de Limbo. Comme Limbo, Inside n'aura pas LA vérité/interprétation universel/unique. C'est vraiment a nous les joueurs d'avoir sa pensée et sa compréhension du monde et de l'histoire d'Inside.


Portrait de sukira93

Très bon jeu et épopée continue hoopie on t'adore


Portrait de Linklu13

"
Je pense qu'en faite le garçon a été créé par le mec qui contrôle la machine que l'on voit dans la secret ending.
Le but du mec était de foutre en l'air le trafic d'humains par le biais de l'enfant qui essaie tant bien que mal
de se faire passé pour un zombie afin de passer incognito. ( Fameuse scène du jeu où l'on voit l'enfant qui essaye de se masquer dans la foule avec le robot qui le surveille )
Le Gars contrôle > le garçon qui contrôle > les zombies à son tour.

Dans la fin classique c'est le Gars qui gagne en cassant l'usine et sa source ( La boule dégueulasse )
Dans la fin secrète c'est le joueur qui gagne. ( Nous )

Le nom " Inside " prend donc tout son sens parce que le jeu se résume à se faire contrôlé et contrôlé les autres.

OUI J'ADORE LE MOT CONTRÔLÉ "

Voilà c'est mon interprétation ^^


Portrait de Baggy_le_clown

J'ai adoré le jeu, comme j'avais adoré Limbo. Pour ce qui est de mon interprétation, je pense que les scientifiques représentent des médecins, le laboratoire géant un hôpital, et la boule bizarroïde un cancer ou en tous cas une maladie. Le gamin est inéxorablement attiré par la "boule" qui finit même par l'absorber : la maladie a raison de l'enfant.
Au début et à la fin du jeu, c'est la même chose : le gosse veut s'enfuire (il ne veut pas être soignée, il veut échapper au médecins, représentés par les scientifiques, dont il a peur). À la fin du jeu, atteint par la maladie, le garçon souffre (d'où les gémissements de la créature) et il ne veut qu'une chose : mourir, pour abréger ses souffrances. Il se laisse donc mourir (représenté par la boule qui s'échappe du labo, pour finalement venir périr sur la plage).

C'est une interprétation un peu brouillonne j'avoue, et puis il y a un certain nombre d'éléments que je n'arrive pas à caser dedans (les clones bizarres, le contrôle psy que l'on peux parfois exercer sur eux, The Grudge etc.) mais bon dans l'idée c'est ça ^^.


Portrait de Ripix

Pas mal le jeu. Malheureusement un jeu sans explication ne peut être culte.
Pourquoi laisser le joueur dans le brouillard dans cette oeuvre ? Les mecs ont bien pensé à un scénario en faisant leur jeu, pourquoi ne pas le partagé avec le joueur ?

Spoiler


Portrait de Barbaboule

Un lama démon!!!